AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Les cendres d'Angela (37)
Coriolis
Coriolis30 juin 2015
  • Livres 4.00/5
Les fées ne se sont jamais penchées sur le berceau du jeune Franck Mc Court. Ses premières années suintent la misère et les privations. Dans ce roman autobiographique, l'auteur pose un regard réaliste sur son enfance et la raconte avec beaucoup de justesse.Sans jamais tomber dans le pathos, Mc Court décrit cette Irlande qui fut sienne et ne l'a point épargné. Les Cendres d'Angela ne fleurent pas le irish stew et ne rappellent pas les mélodies entraînantes des Pogues. La saveur laissée par cette lecture est comparable à l'âpreté des pintes, que Malachy, le père du petit Franck, descend dans les pubs jusqu'à plus soif au risque de laisser les siens mourir de faim. le lecteur ,témoin impuissant, est happé par ce récit et espère fébrilement, au fil des pages, une accalmie, un moment heureux dans cette sordide chronique familiale.L'écriture de Mc Court est saisissante. L'indigence, la faim et les drames décrits de façon très concrète n'alourdissant pas pour autant l'oeuvre d'une rancoeur persistante. L'auteur laisse, en effet, la part belle à l'humour. Il a le recul suffisant pour ne pas porter un jugement trop amer sur sa jeunesse et réussit à évoquer cette période de sa vie avec les yeux espiègles de l'enfant qui demeure à jamais en lui. Preuve en est cette volonté de ponctuer le récit d'anecdotes amusantes qui soulagent, d'une certaine façon, le poids d'une pauvreté perpétuelle. Frankie est à sa façon semblable au héros Cuchulainn raconté par son père. Ce guerrier et champion d'Ulster qui, mourant, décide de s'attacher à un rocher afin de rester debout et de combattre jusqu'à son dernier souffle. Son opiniâtreté lui permet, en effet , de dépasser la pauvreté qui semble s'acharner sur les siens. Un portrait sépia d'une Irlande intime esquissé par l'un de ses fils. Une chronique familiale douce-amère construite sur l'écheveau de la mémoire et de la nostalgie.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          372
viou1108
viou110802 décembre 2015
  • Livres 4.00/5
« Le maître dit que c'est chose glorieuse de mourir pour la foi, Papa dit que c'est chose glorieuse de mourir pour l'Irlande, et je me demande s'il y a quelqu'un au monde qui aimerait que nous vivions ». Voilà le genre d'interrogations tragi-comiques qui passent par la tête du petit Frank McCourt dans cette autobiographie de son « enfance irlandaise ». Frank est né à Brooklyn, en 1930. En ces années de Grande Dépression, la vie est loin d'être rose, surtout avec un père qui boit son salaire ou son chômage dans les bars, et une mère qui manque devenir folle à la mort de son nourrisson. Alors Malachy et Angela, les parents de Frank, émigrés irlandais, décident de retourner vers la Mère-Patrie. Ils débarquent à Limerick, ville d'où Angela est originaire, vers 1935. Hélas, foin de lendemains qui chantent des ballades irlandaises dans cette ville humide et sinistre du sud catholique, dans laquelle le père aura bien du mal à trouver du travail en raison de ses origines nord-irlandaises, puis, quand par miracle il en trouve, à ramener sa paie à la maison plutôt qu'au pub. Une Irlande, loin d'être encore un « dragon celtique », dans laquelle la mère devra ravaler sa fierté pour faire la queue devant la Société de Saint-Vincent-de-Paul ou, pire, devant l'assistance publique, pour obtenir un coupon de nourriture ou un manteau pour ses gamins. Dans un pays où la foi catholique est si prégnante qu'elle en devient superstition, Frank McCourt nous livre une enfance de crève-la-faim et de crève-le-froid, pour lui et ses frangins, dans leur taudis insalubre au fond d'une ruelle transformée en cloaque à la moindre bruine. Et pourtant... quelle leçon de vie donnée par ce petit bonhomme, qui s'accroche tant qu'il peut à son objectif : éviter de mourir de faim, quitte à chaparder chez les autres, puis, en grandissant, travailler et rapporter son salaire à la maison, ce que son père a toujours été incapable de faire. Et c'est là le plus surprenant : Frank ne semble pas en vouloir à son père d'être ce bon à rien de patriote alcoolique. Au contraire, tout en étant lucide sur ce « soutien » de famille largement défaillant, il continue à l'aimer et à l'admirer, sans réelle rancune.
Ce qui fait tout le charme (oui vous avez bien lu : charme) de ce bouquin, malgré le contexte de misère noire et son cortège de souffrances et de malheurs, c'est qu'il est raconté à hauteur d'enfant puis d'adolescent, sur un ton tour à tour naïf, chenapan, cocasse, parfois carrément drôle, désabusé, émouvant, mais jamais larmoyant ou amer.
Volonté, énergie, résilience sont les clés que Frank s'est forgées au cours de cette enfance misérable, et qui lui permettront d'ouvrir les portes d'une vie moins rude...
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          360
araucaria
araucaria20 décembre 2012
  • Livres 3.00/5
Un roman autobiographique intéressant mais cependant pas aussi émouvant que je l'aurais espéré. le style de l'auteur n'arrive pas à me toucher plus que cela. Je lui reproche de prendre trop de recul par rapport à l'histoire et aux événements.
Lien : http://araucaria.20six.fr
Commenter    J’apprécie          300
MachaLoubrun
MachaLoubrun25 septembre 2012
  • Livres 3.00/5
Franck Mc Court nous raconte son enfance misérable à New York puis en Irlande dans les années trente.

Au menu, un peu de pain s'il y en a et un mug de thé. Enfin, s'il reste de quoi faire du feu. Toute la famille dort dans le même lit, les poux et les puces vont se régaler. Il fait froid et humide mais le père, Malachy, est parti boire dans un pub, il rentrera tard et demandera aux enfants de se lever à trois heures du matin pour leur faire jurer qu'ils sont prêts à mourir pour l'Irlande.

De toute façon il vient encore de perdre son travail et il faudra se rendre à l'école avec des chaussures trouées, sans manteau et le poids de la religion catholique à chaque instant dans la tête. Histoire de ne pas recevoir de coups en cas de mauvaises réponses ou d'être mal vu par les voisins…
C'est une époque particulièrement difficile dans cette Irlande catholique mais les parents Angela et Malachy ne s'emploient guère à améliorer la vie de leurs enfants. Pourtant, trois d'entre eux sont morts.

Ce qui rend très touchant le texte de Franck Mc Court, c'est l'absence d'amertume ou de rancoeur tout au long d'un récit d'une grande lucidité. Il a su conserver les souvenirs aimants de ses parents. Son père n'avait pas son pareil pour raconter à son fils la vie de Cuchulainn, mythe celtique irlandais et il y a beaucoup de tendresse dans le portrait de sa mère.

Le livre est un peu long mais la peinture sociale en arrière-plan est passionnante et l'on reste émerveillé par la capacité de résistance physique et psychologique des enfants à ce point rudoyés par la vie.

« Les cendres d'Angela » est un attachant livre de souvenirs d'enfance aux couleurs sombres.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          220
Myrinna
Myrinna20 août 2015
  • Livres 5.00/5
Les cendres d'Angela de Frank Mac Court mérite bel et bien son prix Pulitzer.
Ce livre émouvant retrace l'histoire d'une famille irlando-américaine qui vit dans la misère la plus totale. C'est le parcours du combattant pour une mère courage qui perd tour à tour ses enfants à cause de l'inanition. Un mariage malheureux lié à l'alcoolisme du père qui ne rapporte pas sa paye pour les faire vivre mais pour les dépenser au Pub.Dans le temps, la femme devait suivre impunément son mari et le divorce n'existait pas.
Tout au long du livre, on s'indigne sur le sort de cette mère esseulée et de ses enfants mais surtout de Frankie qui va retrousser ses manches et travailler comme un homme pour nourrir ses frères.
Commenter    J’apprécie          210
jeunejane
jeunejane11 février 2015
  • Livres 4.00/5
Lu voici une dizaine d'années.
Roman bouleversant, d'une écriture simple.
L'histoire de Frank permet de comprendre l'extrême pauvreté qui poussait les Irlandais à s'expatrier aux Etats-Unis.
Et dire que des enfants deviennent parfois des adultes équilibrés après avoir vécu dans des enfers pareils.
Commenter    J’apprécie          190
tipiment
tipiment28 août 2012
  • Livres 4.00/5
J'ai beaucoup aimé suivre les pas de ce petit Franckie, le voir grandir, se découvrir, s'endormir la faim au ventre, rêver, pleurer, rire, espérer...je l'ai vu courir dans les ruelles de Limerick en Irlande et courir après son rêve américain, s'écorcher les genoux et le coeur, ...et j'ai eu beaucoup de mal à le quitter! voilà un livre poignant sans jamais être larmoyant, qui raconte, encore et encore, l'enfance très difficile de l'auteur, ses coups de coeur, ses coups de colêre après Dieu et les hommes, mais aussi les mauvais coups du destin...Mais c'est un petit garçon très courageux et débrouillard que l'on découvre et on s'attache à lui, à son histoire...on a l'impression comme lui d'avoir faim, froid, peur...L'écriture est fluide et vraie, on ne lit pas cette histoire, on la vit en même temps que le petit Franck et sa famille. C'est un beau livre, une très belle histoire même si elle est souvent très triste, très dure. On sourit aussi, car elle raconte finalement la vie, avec ses larmes, ses rires, ses peurs et ses rêves. Il y a aussi beaucoup d'optimisme et de joie de vivre dans les pages de ce livre. C'est aussi une belle leçon de vie que nous donne finalement l'auteur. Même si la route est difficile, longue, semée d'embûches...le principal c'est d'arriver à destination et de garder ses rêves intacts!
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          190
Aelinel
Aelinel09 juin 2015
  • Livres 4.00/5
J'ai découvert cet ouvrage grâce à une amie Babeliote dont la critique alléchante m'avait donné envie de me plonger dedans. Tant qu'à faire, j'ai emprunté en même temps à la bibliothèque l'adaptation cinématographique. Et bien, je n'ai pas été déçue ! Les deux supports m'ont beaucoup plu.

Commençons par le roman de Frank McCOURT : il s'agit d'une biographie de l'auteur sur son enfance en Irlande de ses cinq à ses dix-neuf ans. Il narre ses effroyables conditions de vie entre le froid, l'humidité, la faim et le chômage.
Tout d'abord, je commencerai sur une note négative. Je n'ai absolument pas aimé le style d'écriture de l'auteur. Je l'ai trouvé immature. Au départ, je pensais qu'il s'en servait pour décrire les sentiments d'un petit garçon de 5 ans et que le style se sophistiquerait au fur et à mesure qu'il grandirait. Que nenni ! L'écriture est restée la même d'un bout à l'autre du roman, jusqu'à ses dix-neuf ans. J'ai trouvé cela dommage. Néanmoins, l'auteur prend beaucoup de recul et j'ai beaucoup apprécié l'humour qui ponctue son récit.

Je suis également stupéfaite des nombreux détails qui fourmillent dans la biographie : l'auteur a bien retranscrit son enfance. En même temps, vu ce qu'il a subi, je pense que cela doit marquer à vie. Je ne me suis pas ennuyée : il m'a beaucoup fait réagir, ce qui est bon signe. J'étais révoltée contre l'attitude du père qui contraignait sa famille à la pauvreté à cause de son addiction à l'alcool et de son égoïsme. Et j'étais d'autant plus indignée avec l'Eglise qui maintenait la société des années 40 et 50 dans une ignorance superstitieuse et une culpabilité latente qui devait sacrément vous pourrir la vie !

Si comme moi, vous avez aimé le roman, je vous conseille aussi le film éponyme. En effet, l'adaptation cinématographique est très réussie : je l'ai trouvée très fidèle au roman. le choix des acteurs et leur interprétation était parfaite.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          186
sylou83
sylou8304 août 2012
  • Livres 5.00/5
Poignant, vrai, grandiose ! la revanche d'un déshérité
Commenter    J’apprécie          161
EosMayonnaise
EosMayonnaise31 mars 2015
  • Livres 5.00/5
J'ai bien mis un bon mois pour terminer ce livre, mais je ne l'ai pas quitté depuis deux jours que le petit Frankie (il aura toujours 15 ans pour moi, paix à l'âme de ce grand monsieur) me manque déjà.

Il est éprouvant ce livre, vraiment très éprouvant. Ne le lisez surtout pas si vous voulez qu'on vous vende du rêve sur l'Irlande. Je l'ai un peu étudié à la fac, je savais qu'ils ont vécu dans une misère noire et que l'Europe les a sauvés... mais je ne pensais pas que la misère était aussi noire.
C'est assez drôle de voir ces gens si chrétiens dans un pays complètement abandonné de Dieu (même s'ils répètent assez souvent cette phrase).
Tout semble noir et sale. On a faim, le régime alimentaire se réduit à un morceau de pain rassis et d'innombrables tasses de thé dont les feuilles sont réutilisées des dizaines de fois.
Pas même une bûche pour allumer le feu, des vêtements toujours humides, l'obligation d'aller mendier au pied de toutes les oeuvres de charité.
J'ai fait un break, ça m'a détruit le moral, je ne pouvais plus avancer.

Et puis au bout de quelques jours je me suis rendu compte que ça me manquait, que Frank et sa famille me manquaient, ses bêtises et ses expressions qui me faisaient exploser de rire (j'ai l'impression que la traduction a tenté d'être vraiment au plus proche du texte, et quand je vois le travail que ça a du être, vraiment je vous tire mon chapeau!)...

On quitte notre jeune ami à son arrivée en Amérique pour une nouvelle vie... il va vraiment falloir que je me procure les deux autres tomes des mémoires de Frank McCourt.

C'est un livre que je ne risque pas d'oublier. Tant par la douleur qu'on y ressent que par les fous-rires qu'il m'a déclenchés. Un grand moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          132





Quiz Voir plus

Ecrivains américains

Il sait que Paris est une fête, mais se demande Pour qui sonne le glas ?

J. Dos Passos
E. Hemingway
F. Scott Fitzgerald

10 questions
290 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature américaine , roman américainCréer un quiz sur ce livre