Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Laurence Viallet (Traducteur)

ISBN : 2714442420
Éditeur : Belfond (2006)


Note moyenne : 3.27/5 (sur 30 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
New York, des années 1960 aux années 1990. Après avoir usé ses talents dans nombre de petits
boulots, Frank McCourt se décide à utiliser son diplôme d'enseignant. Premier poste : un lycée
technique de Staten Island. Premiers élèves : des fauves. Face à ces... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par feebourbonnaise, le 03 juin 2008

    feebourbonnaise
    Ce titre est le dernier volet d'une trilogie autobiographique de l'auteur. Ce jeune prof Irlandais dans le New York des années 1960 témoigne de ses débuts dans l'enseignement. Il nous amène à réfléchir sur l'éducation au sens large du terme. Il nous donne une véritable leçon d'enseignement, une leçon de vie, de tolérance, de confiance, de respect, d'humilité, d'espoir... L'enseignement d'une matière (l'anglais dans ce cas présent) ce n'est pas seulement enseigner les règles élémentaires de grammaire ou de conjugaison. Il faut savoir capter l'attention de ses élèves, les intéresser, leur ouvrir l'esprit, leur donner envie d'apprendre, sans tomber dans les clichés, sans en faire trop, sans les juger. le principal n'est pas la façon dont les élèves apprennent de leur professeur mais ce qu'ils apprennent. Franck McCourt est un professeur qui n'a pas peur de se montrer tel qu'il est, un homme avec ses qualités, ses défauts, son passé, sa vulnérabilité. Au niveau de la mise en forme, par contre, je n'ai pas trouvé le texte assez aéré, notamment les passages de dialogues ou de citations. Tout est intégré au récit, c'est dommâge. J'aurai apprécié quelques guillemets et retours à la ligne ou des tirets. Mais dans l'ensemble, c'est un livre qui m'a beaucoup plu, je vous le recommande.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

  • Par keisha, le 15 janvier 2009

    keisha
    Après les cendres d'angela où il racontait son enfance en Irlande et C'est comment l'Amérique, Franck McCourt choisit de nous parler de ses expériences de professeur dans plusieurs établissements New Yorkais de 1958 à ... la retraite !
    Professeur atypique, qui apprend sur le terrain.
    "Joey est la grande gueule. Il en existe une dans chaque classe aux côtés du geignard, du clown, du gnangan, de la reine de beauté, du volontaire pour tout, du sportif, de l'intellectuel, du fifils à sa maman, du mystique, de la chochotte, de l'amoureux, du critique, du pauvre type, du fanatique religieux qui voit le péché partout, du maussade qui s'assied dans le fond en fixant son pupitre, du ravi, du saint qui voit le bien en toute créature. C'est le boulot de la grande gueule de poser des questions, n'importe quoi du moment que le professeur s'éloigne du cours rébarbatif."
    Il commence à raconter en cours son enfance pauvre en Irlande, ses petits boulots à New York surs les docks.
    Réaction d'un parent :
    "Ces mômes n'ont pas besoin de connaître la vie de leurs profs. Moi, j'étais chez les soeurs. Elles refusaient même de vous donner l'heure. (...) Concentrez-vous sur l'orthographe et les mots, Monsieur McCurd, et les parents de ce lycée vous en seront reconnaissants. Laissez tomber les histoires. Si on en veut, des histoires, on a le programme télé ou le Reader's Digest, à la maison."
    Fatigué des faux mots d'excuses fort imaginatifs, il demande à ses élèves d'en inventer pour différents personnages ...
    Très facile à lire, laissant surtout place à l'humour mais parfois à l'émotion, ce livre n'est pas qu'un n-ième témoignage de prof, mais aussi une plongée dans la vie des new yorkais de toutes classes sociales. le langage est parfois grossier, il m'a fallu quelques pages pour m'y habituer. L'auteur a plus de questions que de réponses. Il est souvent caustique et manie l'autodérision.
    "Mais, mémé, il est irlandais, le prof.
    Ah ouais ? Eh ben, c'est les pires, toujours en train de raconter des histoires et de chanter des chansons qui parlent de machins verts, ou de gens qui se font tirer dessus ou finissent pendus."
    Finalement j'ai bien aimé, et puis le premier tome surtout m'avait frappé à l'époque de sa lecture.


    Lien : http://en-lisant-en-voyageant.over-blog.com/article-24949051.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

  • Par Carolinealais, le 29 août 2014

    Carolinealais
    Excellent

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par UglyBetty, le 24 juin 2012

    UglyBetty
    Teacher Man, narre les défis que comporte le fait d'être un jeune prof inexpérimenté qui doit enseigner la littérature à des élèves pas franchement réceptifs. Pas facile de capter l'attention d'une classe lorsqu'on n'a pas forcément envie d'user d'une autorité qui nous a laissé tant de mauvais souvenirs. Alors il use de psychologie,il ruse, il invente sa propre pédagogie, pour communiquer… tous les profs devraient le lire…
    Teacher man est le 3ème volet de la trilogie de McCourt,après C'est comment l'Amérique et les cendres d'angela.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par bdelhausse, le 23 août 2013

    bdelhausse
    Frank Mc Court finit sa trilogie en mode très mineur. Très égocentrique, ce roman est tout au plus un recueil de souvenirs personnels et ne témoigne plus vraiment d'une communauté ou d'une époque. Décevant.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par UglyBetty, le 24 juin 2012

    Si j’avais quelques connaissances sur Sigmund Freud et la psychanalyse, je pourrais attribuer tous mes problèmes à mon enfance malheureuse en Irlande. Cette enfance malheureuse m’a ôté tout amour-propre, m’a incité à m’apitoyer sur mon sort, a paralysé mes émotions, m’a rendu grincheux, envieux et irrespectueux de l’autorité, a retardé mon développement, a inhibé mes relations avec le sexe opposé, m’a empêché de m’élever dans le monde et m’a rendu inapte, ou presque, à la société humaine. Le fait que je me sois débrouillé pour devenir prof et le rester est un miracle...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Frank McCourt

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Frank McCourt

Nulle part ailleurs - Canal+ Nagi et Jennifer Kouassi avec Franck McCourt pour la présentation de son livre : "C'est comment l'Amérique ?"











Sur Amazon
à partir de :
8,50 € (neuf)
1,98 € (occasion)

   

Faire découvrir Teacher Man : Un jeune prof à New York par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez les éditions Belfond

> voir plus

Lecteurs (73)

> voir plus

Quiz