Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 229030784X
Éditeur : J'ai Lu (2000)


Note moyenne : 3.79/5 (sur 39 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Un jeune Américain, employé par une compagnie de navigation, loue une chambre dans une famille japonaise. Rien de plus simple, mais cette histoire se passe à Hiroshima. Et, peu à peu, malgré la pudeur, la fierté et le stoïcisme de ses hôtes, Sam découvrira un à un les s... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (7)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Missbouquin, le 10 juillet 2012

    Missbouquin
    Ce court roman retrace la visite au Japon par un Américain, 15 ans après la bombe nucléaire qui s'est abattue sur la ville d'Hiroshima. Ce dernier, naïf, joue le rôle du touriste innocent qui ne comprend pas les secrets recelés dans cette ville meurtrie. Car si elle s'est relevée, tous les habitants cachent des blessures plus ou moins douloureuses.
    De la douleur muette des jeunes filles orphelines qui hébergent l'Américain, à celle physique du mari de la sœur aînée qui se meurt de nombreuses lésions dues à la radioactivité, très vite l'étranger découvre que la ville n'a pas cicatrisé et que les conséquences de la bombe sont encore présentes et terriblement sensibles.
    C'est grâce à ce roman plein de pudeur que j'ai pu moi aussi me rendre compte de l'atrocité de l'histoire de cette ville. Certes je savais que la bombe avait rasé les deux villes d'Hiroshima et Nagasaki, mais je n'ai jamais imaginé l'impact de la radioactivité sur le corps humain, même des décennies plus tard. La bombe atomique n'est en réalité qu'une série de bombes à retardement nichées au creux du cœur et du corps des habitants de ces villes meurtries, des bombes qui explosent plus ou moins vite. Mais qui font des victimes à chaque reprise.
    Ce fut donc un roman extrêmement éclairant, qui m'a suffoqué parfois. Un beau roman car il met à l'honneur la réserve, la pudeur, la combativité des Japonais qui livrent leur combat quotidien contre ce monstre diffus sans que personne n'en sache rien. Un roman incontournable par une Suédoise voyant à travers le monde et dénonçant inlassablement les injustices et les causes méconnues. Il a reçu le prix Albert Schweistzer en 1961.

    Lien : http://missbouquinaix.wordpress.com
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par missmolko1, le 24 février 2011

    missmolko1
    Un livre très émouvant et poétique, ou les personnages, victimes de la bombe tombée sur Hiroshima, font preuve de courage et cachent derrière leurs sourires toute leurs souffrances. Un vrai coup de cœur!!!!

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Henrietta, le 18 novembre 2010

    Henrietta
    J'ai beaucoup aimé ce livre, l'histoire est centrée sur quelques personnages rescapés de la bombe d'Hiroshima, mais elle est commune à tous les survivants de la tragédie et de leur état d'esprit.
    Avec la réserve et la pudeur naturelles des japonais, les rescapés ne veulent pas dévoiler aux étrangers leurs souffrances et leurs craintes liées aux effets atomiques de la bombe, qui 15 ans après cause toujours des dégâts.
    La seule chose de négatif, c'est la fin où on reste sur notre faim, je m'attendais à autre chose, on ne sait pas ce que sont devenus les personnages.
    Sinon c'est un beau livre à lire.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Maphil, le 24 juin 2012

    Maphil
    Une famille japonaise atomisée cache ses déchéances physiques à un jeune étudiant américain qu'elle héberge mais celui-ci découvre petit à petit la vérité. Ainsi apparaît l'émouvant contraste entre l'Américain qui prend conscience d'une certaine responsabilité et la famille japonaise qui n'exprime ni reproche, ni haine, ni désespérance. C'est un récit pathétique, un réquisitoire impitoyable mais tout en nuances. Sous une forme romancée, Edita Morris souligne le drame de la "maladie de la bombe H". Elle dépeint avec beaucoup de sensibilité mais sans lyrisme excessif le stoïcisme et la noblesse d'âme d'une famille japonaise.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Elanor, le 25 août 2012

    Elanor
    Avec un emploi du temps assez chargé, j'ai pu terminer "Les Fleurs d'Hiroshima" d'Edita Morris. C'est un livre simple à lire et chargé en émotions malgré sa petite taille (126 pages).
    C'est un livre qui m'a troublé, je ne l'imaginais pas ainsi, c'est une histoire triste mais en même temps c'est un très beau livre, on entre dans le quotidien de ces rescapés japonais, on découvre toute la douleur qu'ils tentent de cacher pour continuer à vivre.
    On découvre tout ça, à travers les yeux de Sam, un jeune américain employé dans une compagnie de navigation. Au fur et à mesure de l'histoire, on voit sent sa façon de voir les choses changer. Il devient moins naïf, plus proche de cette famille chez qui il avait loué cette chambre au lieu d'aller à l'hôtel. L'histoire d'Hiroshima ainsi que les vérités qu'il apprendra tout au long de l'histoire vont le changer radicalement. Il deviendra un soutien, un ami, un confident pour ces personnes qui ont des difficultés à vivre dans cette horrible douleur.
    Si vous n'avez pas lu "Les Fleurs d'Hiroshima" je vous le conseille, ce livre mérite d'être lu et connu.


    Lien : http://mes-grimoires.blogspot.fr/2012/08/les-fleurs-dhiroshima-dedit..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (16)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Malahide75, le 07 mai 2013

    Oh § Il y a des années que je n'ai pas couru ainsi. Je vole littéralement dans notre rue sans lumière et je traverse le terrain vague où chaque matin j'amène mes vieilles amies, Nakano-san et Tamura-san. Le vent a défait mes cheveux qui me balayent le visage et m'aveuglent. Je poursuis ma course, à bout de souffle à chaque pas, courant toujours...
    ... Et, brusquement, j'ai l'impression de ne plus être seule, que partout autour de moi, il y a des fantômes. Il y a quinze ans, je courais ainsi dans les rues au milieu de la foule éperdue, et pendant quinze ans, ils ont continué à courir dans ma tête. Cette nuit, ils me poursuivent avec leurs visages carbonisés, avec des lambeaux de chair arrachés de leurs épaules. Je les reconnais. Ce sont eux que je vois dans mon cauchemar. Cette fille au visage rongé par les flammes, cet homme qui porte sa femme morte sur son dos, ils couraient avec moi ce jour-là. Ici, c'est un groupe d'écoliers écroulés, les uns sur les autres, tous morts. Là, c'est un chien, les pattes prises dans l'asphalte fondu. C'est ce qui nous attend tous si nous ne courons pas assez vite. Vite, vite, ou nous serons rôtis vivants. Il faut aussi que je retrouve maman. Loin devant moi, j'aperçois la ligne noire du fleuve et des ombres qui plongent dans ses eaux. Comme des torches vivantes, les cheveux en flammes, les femmes s’élancent du rivage en grappes serrées. Est-ce que maman est parmi elles ? Où est maman ? Où est-elle ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par missmolko1, le 24 février 2011

    - Est-ce que beaucoup de jeunes filles au Japon s'appellent Ohatsu?
    Petite sœur lui explique alors la légende d'une jeune fille d'autrefois, appelée Ohatsu, qui se donna la mort par désespoir d'amour. A cause de ce geste romantique, elle est honorée depuis des siècles.
    - Se tuer par amour ! Eh bien alors, c'est bien japonais, ça ! s'exclame l'américain. Petite Ohatsu, est-ce que vous feriez ça ? Est-ce que vous vous tueriez par amour ?
    - Oh ! oui, bien sûr, bien sûr ! s'écrie ma petite sœur avec passion.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par missmolko1, le 23 février 2011

    Ils sont peu nombreux, les soixante-dix-mille cent cinquante morts d'Hiroshima, au regard des trente-huit millions et quelques centaines des milliers de morts présumés de la Dernière Guerre mondiale. Mais comme les carbonisés d'Oradour, comme les fusillés de Châteaubriant ou de Philippeville, ils pèsent plus lourd que tous les autres dans la conscience criminelle des hommes. Certains ont été punis. D'autres le seront encore.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Missbouquin, le 13 juin 2012

    Vingt mille personnes reposent au fond du fleuve. Comme maman, elles se sont précipitées en flammes dans les eaux. Les gens viennent aujourd'hui déposer des fleurs à la surface de la rivière. C'est la seule tombe qu'ils peuvent fleurir.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Henrietta, le 18 novembre 2010

    Sur un long rouleau de parchemin déroulé contre le mur, Maedasan a peint des brassées de fleurs rares et inscrit cette ancienne pensée japonaise :
    Cultive les fleurs de ton esprit
    Et le monde en sera parfumé.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
2,85 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Fleurs d'Hiroshima par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (81)

> voir plus

Quiz