Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Éditeur : Paris

Note moyenne : 4.33/5 (sur 3 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
dans Atar-Gull, en 1831 (c’étaient ses débuts littéraires bien avant Les Mystères de Paris), avait raconté la formidable vengeance d’un noir esclave de la Jamaïque dont le père a été pendu par son maître, « bon nègre » récompensé pour son dévouement envers lui par un « ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par SZRAMOWO, le 05 janvier 2015

    Alors, elle, promenant son joli doigt blanc sur cette humide rosée... y traçait, rêveuse et souriante, le nom de son Théodrick...
    Un léger frôlement qu'elle entendit du côté de la fenêtre la fit tressaillir... elle tourna vivement la tête... les joues colorées, toute honteuse de se voir peut-être surprise dans ses secrets les plus chers...
    Mais tout à coup ses lèvres pâlirent... elle jeta violemment ses mains en avant... essaya de se lever... mais ne le put...
    Elle retomba sur sa chaise, agitée d'un affreux tremblement...
    La malheureuse enfant venait de voir la tête hideuse d'un monstrueux serpent qui se glissait à travers la jalousie et les persiennes, soulevait le store et s'avançait en rampant...
    Il se cacha un moment dans la caisse de fleurs qui encadrait la fenêtre.
    La disparition momentanée de cet affreux reptile semblait donner des forces à Jenny, elle se précipita vers la porte de la galerie, s' y cramponna, tâcha de l'ouvrir en criant : " Au secours ! ma mère... au secours ! ... un serpent... "
    Impossible...
    Son père, sa mère, son amant tenaient cette porte en dehors, et Jenny entendit la joyeuse voix du bonhomme Wil qui disait :
    " Oui, oui, crie bien, crie bien, ça t'apprendra à avoir peur... petite folle... il ne te mangera pas... sois donc raisonnable... mon dieu ! Que tu es enfant ! - Prends cela sur toi, ma Jenny, dit sa bonne mère... une fois guérie de la peur, c'est pour toujours... allons, sois gentille... "
    Jusqu'à son Théodrick qui ajouta : " C'est moi, ma Jenny, c'est moi qui ai tout fait, et tu me donneras pourtant un beau baiser pour ma peine, car c'est pour ton bien, ange de toute ma vie... "
    Ils croyaient, eux autres, qu' il s'agissait du serpent mort qu'ils avaient mis là pour habituer la pauvre enfant, comme ils disaient...
    Jenny poussa un horrible cri et tomba au pied de la porte...
    Le serpent venait de déborder la caisse, et sa queue était encore au milieu des fleurs, que sa gueule entr'ouverte, qui bavait l'écume, béait sur Jenny.
    Il s'approcha... vit sa femelle morte... écrasée sous la petite table, et poussa un long sifflement sourd et caverneux.
    Il entoura, avec une inconcevable rapidité, les jambes, le corps, les épaules de Jenny, qui s'était évanouie…
    Le col visqueux et froid du reptile se collait sur le sein de la jeune fille.
    Et là, se repliant sur lui-même, il la mordit à la gorge...
    La malheureuse, rappelée à elle par cette atroce blessure, ouvrit les yeux et ne vit que la tête grise, sanglante du serpent et ses yeux, gonflés de rage... qui flamboyaient.
    " Ma mère, ô ma mère ! ... " cria-t-elle d' une voix éteinte et mourante...
    À ce cri de mort, convulsif, râlant, saccadé, un éclat de rire, faible et strident répondit...
    Et l'on put voir l'affreuse figure d'Atar-Gull qui soulevait un coin du store comme avait fait le serpent.
    Il riait, le noir ! ! !
    Jenny ne criait plus... elle était morte...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

> voir toutes (4)

Videos de Eugène Sue

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Eugène Sue


Atar Gull : le choix de François, vendeur à la Fnac Vélizy
Découvrez la BD Atar Gull : le choix de François, libraire à la Fnac Vélizy Atar Gull est le fils du chef d'une tribu africaine, les Petits Namaquas. En guerre avec leurs frères ennemis les Grands Namaquas, les prisonniers sont légions et pour la plupart, revendus à des marchands britanniques peu scrupuleux. Première étape du commerce triangulaire, les esclaves sont ensuite revendus à des marchands européens qui sillonnent l'Atlantique en direction du Brésil, des Antilles ou des Amériques. Décidément Fabien Nury est un féru d'histoire. Après des séries cultes comme Il était une fois France ou La mort de Staline, le voilà embarqué à bord d'un navire négrier probablement au milieu du 19ème siècle. La date n'a que peu d'importance finalement, puisque c'est bien le sujet et son côté "témoignage" qui va nous intéresser. Il choisit de s'inspirer d'un roman de 1831 d'Eugène Sue, et nous propulse au cœur de cette période troublée et indécente de l'histoire humaine.








Sur Amazon
à partir de :
8,57 € (neuf)

   

Faire découvrir Atar-Gull par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz