AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.5 /5 (sur 194 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Connaissance des arts est un magazine mensuel consacré aux arts et à leur actualité.

Le premier numéro du magazine est publié en 1952 sous le titre Connaisseur, le guide mensuel de l'amateur d'art par le groupe Hachette.

Le mensuel paraît dès le deuxième numéro, avec le titre Connaissance des Arts. Il adopte, sous la direction de Francis Spar, une ligne éditoriale assez large couvrant les arts depuis l'antiquité, l'art moderne, la décoration et la description des objets d'art à toute époque.

Il est racheté en 1975 par la famille Jodidio et sous la direction de Philip Jodidio, s'oriente également vers l'architecture, la muséologie, les grandes collections.

En 1989, paraît le premier « hors-série ». Dans les années 1990, le magazine suit de plus en plus l'art contemporain.

En avril 2000, Connaissance des arts est acquis par le groupe de luxe LVMH (au travers du groupe Les Échos) et, en 2002, Guy Boyer remplace Philip Jodidio.

site:
www.connaissancedesarts.com/‎
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Connaissance des arts   (573)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (380) Voir plus Ajouter une citation
 Connaissance des arts
Bookycooky   21 mai 2019
Connaissance des arts
« Le Japon est le pays des fantômes. Une brume perpétuelle y règne mais c’est une brume lumineuse et j’aurais presque envie de dire numineuse ( du latin nûment signifiant sacré ). »

Paul Claudel, ambassadeur de France au Pays du Soleil-Levant entre 1922 à 1928.
Commenter  J’apprécie          743
 Connaissance des arts
Bookycooky   21 mai 2019
Connaissance des arts
Les plus belles armures ont une aura. On peut les comparer à des sculptures, car au Japon, il n’y a pas de clivage entre l’utile et le beau, le fonctionnel et l’artistique.

( Armures de daimyos- Musée Guimet )
Commenter  J’apprécie          510
dancingbrave   24 avril 2018
Musée Jean Couty de Connaissance des arts
Peintre et chrétien, et non peintre chrétien, c’est cette nécessité intérieure qui lui fait représenter un pain comme un visage. Pour Couty toute réalité charnelle trouve dans l’alchimie de la peinture un moyen de transcendance lui permettant d’exprimer le sens profond de chaque être et de toute chose pour parvenir à ce qu’il appelle « le réel dépassé »
Commenter  J’apprécie          160
Alzie   09 février 2018
Degas Danse Dessin : Hommage à Degas avec Paul Valéry de Connaissance des arts
Le mouvement, au XIXe siècle, c'est le déplacement des corps dans l'espace mais aussi les dernières grandes explorations, l'évolution des espèces, Darwin autant que Bergson, le ballet des cellules et les aventures de la psyché. Degas et Valéry sont pleinement de leur temps, quand bascule le siècle : à la fois admirateurs d'Ingres et de Delacroix et attentifs à la transformation globale du monde. Degas Danse Dessin est une sorte de palimpseste qui se redéfinit sans cesse, une oeuvre en perpétuel mouvement. Le cinéma invente vingt-quatre images par seconde, Valéry et Degas nous livrent quasiment, au fil des pages et du récit, vingt-quatre dessins par seconde. En définitive, cette exposition peut être vue comme un "rush" de ce grand film que livre le siècle.

Marine Kiesel, p. 10



Degas par Valéry, propos recueillis par Valérie Bougault.
Commenter  J’apprécie          140
Mimimelie   14 mai 2014
Connaissance des Arts, n°725 de Connaissance des arts
La vie a pris l’allure d’un poème de Paul Eluard, « tout a la couleur de l’aurore », et le destin s’amuse à ramener sur ces terres Pablo Picasso, l’artiste que me monde entier envie à la France.

Visitant en 1946 avec Françoise Gilot, l’exposition annuelle des potiers de Vallauris, il s’arrête sur le stand de Suzanne et Georges Ramié. On lui tend, par tradition, comme à tout nouveau venu, une boule de terre souple. Il modèle un petit faune et deux taureaux…..

Commenter  J’apprécie          110
Mimimelie   05 octobre 2014
Connaissance des Arts, n°730 de Connaissance des arts
Aujourd’hui, à 70 ans, elle affirme vouloir faire émerger un Gesamt-kunstwerk, une œuvre d’art totale. Dans son atelier blanc méticuleusement rangé de la Moontower Foundation, elle met la dernière main, avec l’aide d’un assistant, à une sculpture motorisée : Between the Knives the emptiness (Entre les couteaux, le vide), qui donne son nom à une exposition à la galerie Lelong à Paris. L’œuvre, constituée de trois couteaux et d’un gros pinceau japonais, fait référence à la notion bouddhiste de vacuité, « le degré le plus élevé de l’énergie » selon Rebecca Horn. Le concept d’énergie est essentiel dans l’œuvre de l’artiste. En 2002, elle avait transformé la piazza del Plebiscito à Naples en un espace traversé par l’énergie magnétique, en plaçant en hauteur des anneaux lumineux exactement au-dessus de crânes en fonte enchâssés dans les pavés, sur le modèle de ceux que l’on trouve dans les catacombes de la ville (Spiriti di Madreperla). « Ainsi, l’énergie négative des crânes s’élève vers la lumière et la mort devient un apaisement », pense-t-elle.



(!! ?)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Alzie   17 février 2018
Jean Fautrier - Connaissance des Arts HS de Connaissance des arts
Dans les années 1930, Fautrier renonce au visage et à la représentation de l'être humain : les sujets deviennent des objets. A travers cette nouvelle thématique, l'artiste met en oeuvre le style qui sera baptisé informel, créant des images-reliefs obtenues à partir d'empâtements et de couches de couleur pétries et labourées. Ce malaxage de la matière donnera lieu à la série des Otages, qui va asseoir définitivement la renommée de Fautrier, consacrée par les écrits d'André Malraux, de Jean Paulhan ou de Francis Ponge. L'histoire est connue : en 1943, inquiété par la Gestapo, le peintre doit fuir Paris et trouve refuge à Chatenay-Malabry, en banlieue parisienne. Marqué par l'Occupation nazie et par les exactions - certaines exécutions de prisonniers, amenés par camion, se déroulent dans un bois tout proche de sa maison -, le peintre, comme d'autres artistes qui ont vécu le traumatisme de la Seconde Guerre Mondiale, cherche à inventer une nouvelle figure humaine. Face à ce que l'écrivain britannique Henry James appelle "l'imaginaire du désastre", Fautrier réalise des corps sans tête, des têtes sans corps. Exécutées de 1943 à 1945, moment de leur exposition à la Galerie Drouin, elles sont la réaction la plus immédiate aux récentes horreurs, à la violence de l'Histoire. Plusieurs tableaux de cette série se nomment Tête d'otages, cette partie du corps qui englobe face et boîte crânienne. La matière de ces petits empâtements plus ou moins blancs aux contours anthropomorphes évoque autant le bas-relief que la peinture. (p. 36)



Itzhak Goldberg - Portraits, visages, têtes
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Alzie   05 mars 2021
Connaissance des Arts, n°801 : Dans le sillage de Signac de Connaissance des arts
Thadée Natanson, le directeur de "La Revue Blanche", surnomme finement Signac "le saint Paul du néo-impressionnisme". Signac, en inlassable propagandiste, va mettre toute son énergie au service de ce corpus théorique. En 1899, son livre "D'Eugène Delacroix au néo-impressionnisme, clair et didactique, témoigne de ses dons de "communicant". La recherche du "maximum de luminosité, de coloration et d'harmonie" a été pressentie par Delacroix, qui conseillait de "bannir toutes les couleurs terreuses" et lançait ce cri :"l'ennemi de toute peinture est le gris". (p.44)



La couleur pure Signac, Valérie Bougault
Commenter  J’apprécie          90
Alzie   21 février 2018
Jean Fautrier - Connaissance des Arts HS de Connaissance des arts
Aucune forme d'art ne peut donner d'émotion s'il ne s'y mêle une part de réel. Si infime qu'elle soit, si impalpable, cette allusion, cette parcelle irréductible est comme la clef de l'oeuvre. Elle la rend lisible ; elle en éclaire le sens, elle ouvre sa réalité profonde, essentielle, à la sensibilité qui est l'intelligence véritable. Jean Fautrier



Maria Magdalena Chansel - Le nu féminin, p. 40
Commenter  J’apprécie          90
Annette55   17 novembre 2021
Delacroix de Connaissance des arts
«  La mer est là , magnifique,

imposante et superbe , avec

ses bruits obstinés .Rumeur

impérieuse et terrible , elle tient

des propos étranges .Les voix

d’un infini sont devant vous.

Rien de la vie humaine » …..
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Naruto (Personnage)

Qui est la fille dont Naruto est amoureux ?

Hinata
Sakura
Ino
Konan

9 questions
151 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur