AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2010196708
Éditeur : Hachette Jeunesse (01/06/1992)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 212 notes)
Résumé :
La pierre magique de Thibault a été volée et apposée sur le front de la jeune fille qu'il aime. Or ceci peut la tuer. Thibault n'a que peu de temps pour retrouver la fée Hadelize, qui, seule, peut la sauver. Mais de terribles épreuves attendent Thibault...
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (52) Voir plus Ajouter une critique
Andarta
  25 octobre 2012
Voici un ouvrage pour la jeunesse idéal pour faire découvrir le Moyen Age et ses codes sociaux à de jeunes lecteurs sans les ennuyer. Tout y est : chevalerie, héroïsme, quête, amour, traîtrise, intrigue, fantaisie et accomplissement de soi. de plus, Odile Weulersse est généralement bien appréciée de ce public particulier avec un style aisé et naturel. le récit se fait au présent ce qui supprime aussi la barrière du passé simple qui peut parfois rebuter ceux qui le considèrent encore comme un ennemi personnel…
L'histoire en elle-même est classique : un jeune chevalier fraîchement adoubé tombe amoureux de la fille d'un grand seigneur mais il est trop pauvre pour prétendre l'épouser. A l'occasion d'un tournoi, ce dernier apprend qu'un complot menace sa belle et il fera tout pour la sauver, combattant pour elle, risquant son honneur et subissant bien des épreuves avant d'enfin parvenir à ses fins.
Pour les enseignants qui cherchent une alternative au sempiternel Chrétien de Troyes dès qu'on aborde les romans de la chevalerie, ce livre est idéal. L'auteur s'est attachée à rendre une atmosphère médiévale des plus réussies tout en gardant un discours rappelant l'ancien français dans ses dialogues afin d'ajouter à la couleur locale. Si les aventures de Thibault sont évidemment le sujet principal, elle nous expose aussi par petites touches la vie du peuple, des serviteurs, des marchands, des nobles, rendant l'ensemble encore plus vivant…
J'ai donc trouvé ce petit livre bien sympathique et sans prétention, l'idéal en substitution ou complément du Chevalier à la charrette ou du Chevalier au lion…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
AudreyT
  13 novembre 2018
**,*
Thibaut de Sauvigny est un jeune écuyer qui rêve d'aventures. Quand il sauve Eléonore, la fille du conte de Blois, il ne sait pas que c'est le début de sa nouvelle vie... Ordonné chevalier, il quitte son seigneur Foulque dont il ne partage pas les valeurs, et part pour Blois, retrouver la fille dont il est tombé amoureux. Accompagné de Barnabé, son écuyer, et de Torticolis, son jongleur, il va vite devoir faire face à la vie difficile des chevaliers : courage, force, mais aussi tromperie et mensonge seront son lot quotidien...
Lu avec mon fils dans le cadre d'une lecture d'école, j'ai été très déçue par cet ouvrage... L'écriture est simple, fluide, on y apprend beaucoup de choses sur la vie au XIIIème siècle, mais j'ai trouvé les personnages beaucoup trop caricaturaux. Thibaut est un chevalier totalement naïf, qui a confiance en tout le monde et qui voit le bien partout. Barnabé est un écuyer qui ne partage pas les valeurs de la chevalerie et qui cherche juste à faire fortune. Eléonore est une jeune fille amoureuse, prête à s'évanouir au moindre obstacle...
Ce n'est donc pas une lecture que je recommande, même si mon fils a eu l'air de plutôt l'apprécier...
Lien : https://lire-et-vous.fr/2018..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
lilice_brocolis
  04 mai 2015
Contexte de lecture :
Ce livre a été lu pour le challenge variété catégorie "un livre que vous auriez dû lire à l'école. Je devais lire ce livre en 5ème, et c'est un des deux livres obligatoire que j'ai snobé après quelques pages, avec les confessions de Rousseau. J4ai vraiment detsté ce dernier, dont je n'ai jamais pu dépasser 20 pages (je déteste les livres qui étalkent la suffisance de l'auteur), du coup à moi le chevalier au bouclier vert !
Mon avis en 5ème :
Lorsque j'en avais lu le début et des extraits en cinquième je me souviens vaguement que j'avais trouvé ça vraiment pas palpitant et trop "bébé" (j'étais un peu vexée que l'on me fasse lire quelque chose de plus jeunesse que ce que je lisais habituellement). Il faut dire que je lisais beaucoup à l'époque.
L'intrigue était très classique et rappelle un peu le type d'histoire d'album pour enfants ou de j'aime lire avec les épreuves qui se suivent et des personages résumé à un trait de caractère. Mais sur 250 pages. (Parce que comme on l'étudiait en classe j'aib vaguement dû suivre des bouts de l'histoire)
En plus, j'avais déjà lu les pilleurs de sarcophage du même auteur en 6ème (qui ne m'a pas laissé grand souvenir, ni en bien ni en mal) et je trouvais ça nul de lire deux fois le même auteur pour l'école qui étais sensé nous ouvrir à différente chose. Bref, en bonne ado, tout étais nul.
Bon, heureusement après on avait lu Sherlock Holmes et j'avais arreter de bouder.
Critique d'aujourd'hui :
Ben, je n'aime toujours pas et je suis finalement assez d'accord avec moi-même s'il y a 15ans.
Le style est plat, avec des phrases de constructions assez pauvres - ça c'est probablement normal pour la cible - mais avec beaucoup de vocabulaire difficile, notamment spécifique au Moyen-Âge mais pas seulement. Des notes de bas de pages en expliquent une partie.
Les personages ne m'ont pas convaincus du tout : on a le héros gai et généreux, la jeune fille magnifique, le musicien qui voit dans les coeurs des gens, l'écuyer avare, la méchante jalouse et sans pitié, le comte lache, la servante dévouée,... Là où le bas blesse c'est qu'aucun des personage n'a de nuance par rapport à son trait principal. Pas de dilemne, pas de conflit, pas d'évolution, pas de tentations.
Donc, on introduit sommairement des personages puis on décrit une succession de faits. La première chose qui m'a manqué c'est le manque de motivation : les péripéties se suivent sans véritables liens pendant la première moitié du livre. du coup, globalement il y a peu de suspens et d'envie de savoir la suite. On ne se demande pas trop comment tout va se dénouer vu que rien n'est vraiment nouer. Ca fini par changer un peu sur la seconde partie.
Point de vue motivation des personages, c'est très creux : le chevalier aime la demoiselle et ils vont chercher à se marier dans l'honneur. C'est tout. C'est très caricaturé, et franchement lourd par moment.
Un point positif tout de même : l'aperçu sur l'époque entre Blois et Paris est plutôt sympa. Mais d'après moi un peu gaché par les éléments fantastiques introduits (et qui sont au final bien peu importants pour l'histoire) qui pourraient faire peser un doute sur le réalisme d'autres détails.
Bref, je me suis vraiment ennuyée lors de cette relecture. Peut-être parce que j'ai passé l'âge. En tout cas j'ai trouvé ça beaucoup trop long pour ce que c'est.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Momiji
  06 avril 2014
J'ai déjà pu vous dire à quel point Odile Weulersse avait conquis mon coeur d'enfant, passionnée par l'Histoire, lorsque j'ai écrit une critique sur le Messager d'Athènes. Devenue une jeune adulte, je retrouve cette atmosphère que j'avais tant chérie dans ce livre. L'auteur a un don incontestable pour nous transporter à une époque et nous immerger dans son ambiance. Ici, au Moyen-Âge, dans ce siècle de la féodalité, de la chevalerie, où la prospérité et le renouveau culturel en font, à mon sens, l'un des siècles de cette période les plus intéressants à étudier.
Le talent remarquable d'Odile Weulersse réside en sa capacité à nous faire découvrir la vie quotidienne de différentes classes sociales de l'époque, au travers d'une intrigue intéressante, dynamique, qui retient notre attention jusqu'au bout. Avec une écriture concise mais généreuse en même temps, tous les pans de la société sont décrits, sans jamais nous noyer sous une masse de détails dont on ne retiendrait rien.
Au contraire, avec simplicité et efficacité, on apprend le déroulé d'une cérémonie d'adoubement, les relations seigneur-vassal, l'organisation de la vie religieuse, les horaires de prière du clergé… On s'imprègne également des us et coutumes de ce siècle, qu'il s'agisse des vêtements que l'on portait, de ce qu'on mangeait, de ce qu'on récoltait, de la vie des châteaux, de leur défense, les tournois et j'en passe. Une carte en deuxième de couverture permet de bien comprendre comment sont composés les territoires, bien loin des frontières de notre métropole aujourd'hui. Des illustrations viennent accompagner le récit et soutiennent le propos, notamment quand il s'agit de se représenter l'accoutrement d'un chevalier.
Par ailleurs, l'auteur permet une certaine compréhension des moeurs de ce siècle, ce qui à mon sens est très précieux : amour courtois, troubadours et ménestrels, l'ost, la peur du Diable, des sorciers, sens exacerbé de l'honneur (ou pas) entre autres… Et au-delà de cette approche des moeurs sont abordés intelligemment les grands rouages qui composent l'Histoire de cette époque : croisades en Terre Sainte, rôle de Paris, intérêt pour les grands marchés et foires qui apportent des saveurs, tissus et odeurs exotiques, etc. Enfin, le vocabulaire du Moyen-Âge est présent et expliqué quand cela est nécessaire, ce qui est très appréciable non seulement pour vivre le récit, mais aussi pour en ressortir enrichi !
Vous l'aurez compris, Odile Weulersse valorise ici une période historique qui est souvent teintée d'une auréole sombre et qui pourtant mérite largement d'être connue et appréciée à bien des égards. Abordable dès l'âge de 9 ans, l'ouvrage joint l'utile à l'agréable. Il saura ravir les plus jeunes et rafraîchir votre mémoire si vous ne distinguez plus le heaume du haubert !
Lien : http://labiblidemomiji.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Dionysos89
  12 mars 2012
Ce Chevalier au bouclier vert ne paye, à première vue, pas de mine, et pourtant il constitue à mon goût un excellent roman historique à destination de la jeunesse. Tout est stéréotypé, certes : l'adoubement, l'amour courtois, les forêts inquiétantes, etc. mais l'ensemble ne vise pas l'érudition de toute façon, l'important est que le tout sonne juste, et finalement c'est réussi. À conseiller aux jeunes apprentis historiens, férus de chevalerie et de sorcière à verrue !
Commenter  J’apprécie          181
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
AndartaAndarta   25 octobre 2012
– Vous n’allez pas me le prendre ! se lamente Barnabé qui devient blanc comme un céleri.
– Que ferais-tu de tant d’or ? Cela t’empêcherait de dormir. D’ailleurs l’argent est fait pour être dépensé. Je ferai construire une église pour remercier Dieu de tous Ses bienfaits. Nous y élèverons un tombeau pour Raoul, le vaillant comte de Blois. Je vais, de ce pas, l’annoncer à monsieur le curé. »
Barnabé hoche la tête d’un air consterné, les yeux embués de larmes. Torticolis, en quelques cabrioles, s’approche de lui.
« Tu n’es pas fait, Barnabé, pour la chevalerie. Je l’ai lu dans tes yeux depuis longtemps.
– Je sais bien que toutes ces histoires d’honneur et de générosité sont dépourvues de bon sens. Mais si je m’en vais, qui protégera mon maître quand il est tout joyeux ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
CollegeUgineCollegeUgine   09 janvier 2015
Le chevalier Thibaut de Sauvigny est amoureux d'une princesse du nom d’Éléonore. Rosamonde, la sœur d’Éléonore, est folle de jalousie car elle aime Thibaut. Elle veut donc tuer Éléonore en volant une pierre maléfique à Thibaut. Cette pierre donne une maladie mortelle à ceux qui la touchent. Éléonore, souffrante, doit se faire soigner. Le chevalier Thibaut de Sauvigny part avec son écuyer Barnabé et son jongleur Torticolis trouver la fée Hadeliz, qui est la seul à pouvoir guérir Éléonore...

J'ai bien aimé ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AndartaAndarta   25 octobre 2012
Eléonore se lève brusquement.
« J’ai froid. Rentrons, Finette. »
Thibault reste abasourdi de ce départ soudain. Le beau château de pierre, le verger bien jardiné, les champs qui s’étendent alentour, le ciel bleu, le clair soleil, tout lui paraît sinistre et gris. Il s’assied, accablé, regardant fixement ses pieds, lorsqu’une voix gaie se fait entendre :
« On vous attendra demain, à la même heure, dans le verger. S’il advenait quelque chose d’imprévu et que nous ne puissions point venir, nous attacherons à la fenêtre une écharpe grise. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PetiteNoisettePetiteNoisette   08 septembre 2011
Parce que tu crois que l'amour, c'est sourire, chanter, mettre des belles robes, sourire encore. Moi, je sais que l'amour, c'est être capable de vendre son âme au Diable.
Commenter  J’apprécie          190
olivberneolivberne   26 mars 2014
" Tu es un fourbe, félon, traître, un infâme qui n'a pas de parole.
- Oh! La parole, répond Eustache d'un air négligent, c'est là l'affaire de gentilhomme. Moi, je suis étudiant. "
Commenter  J’apprécie          70
Video de Odile Weulersse (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Odile Weulersse
Odile Weulersse présente La poudre d'amour de Louis XIV Odile Weulersse présente La poudre d'amour de Louis XIV, son nouveau roman à paraître chez Pocket Jeunesse
autres livres classés : moyen-âgeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Le chevalier au bouclier vert

A quelle époque se situe l'action du roman?

X ème siècle.
XI ème siècle.
XII ème siècle.
XIII ème siècle.

30 questions
162 lecteurs ont répondu
Thème : Le Chevalier au bouclier vert de Odile WeulersseCréer un quiz sur ce livre