AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2758007894
Éditeur : Connaissance des arts (23/11/2017)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Le musée d’Orsay consacre une importante exposition rétrospective à Edgar Degas. Présentant ses tableaux, ses pastels et ses sculptures, ce hors-série est une véritable monographie.
Novembre 2017 - 68 pages.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Alzie
  15 février 2018
La lecture de ce hors-série renvoie à une exposition passionnante convoquant le livre et la peinture visible encore quelques jours au musée d'Orsay. Vous ne pourriez la voir qu'en vous plongeant dans ces pages vous goûteriez cependant les envoûtements visuels de son exceptionnel parcours. L'hommage rendu à Degas et à son oeuvre par le musée, cent ans après sa mort, permet d'apprécier ses esquisses, dessins, études, sculptures, peintures et pastels sous le « commentaire » très inspiré de Paul Valéry. C'est en effet son texte « Degas Danse Dessin » qui illustre fort à propos les oeuvres exposées du peintre les rendant d'autant plus vivantes. Des documents d'archives nombreux et étonnants concernant les deux artistes – photos, cahiers de Valéry ou objets plus insolites tel ce praxinoscope prêté par la Cinémathèque ou encore, achevant le parcours, ce film en noir et blanc de Sacha Guitry daté de 1915 qui montre le vieux Degas marchant dans les rues de Paris –, contribuent à rendre ce face-à-face posthume, entre un vieux peintre de redoutable caractère et un tout jeune écrivain qui s'étaient connus en 1896, particulièrement réussi et jouissif.
Avant d'être une exposition, « Degas Danse Dessin » est un livre. Une aventure éditoriale voulue par Ambroise Vollard et documentée dans l'expo ainsi que dans ce Connaissance des arts qui lui est consacrée. D.D.D fut une édition de luxe (1937) tirée à quelques 300 exemplaires dont le texte signé Paul Valéry, qualifié par lui de « monologue », était accompagné de vingt-sept eaux fortes réalisées à partir d'oeuvres du peintre. La genèse du texte, paru longtemps après la mort du peintre, apprend qu'il fut connu par fragments dans diverses publications bien avant 1937 (Valéry s'étant lassé des lenteurs de Vollard s'était tourné ensuite vers Gallimard). On le lit aujourd'hui très facilement. L'une des deux commissaires de l'exposition souligne avec justesse dans la présentation du hors-série combien le livre « ressemble à Degas » par sa forme éclatée et dynamique. Forme « polyphonique », selon son auteur, dont l'exposition retient aussi quelque chose, par la pluridisciplinarité de son intention et les diverses pistes qu'elle ouvre dans ce qui apparaît comme une magnifique conversation entre les arts. Degas/Valéry : le trait de l'un, les lignes de l'autre racontent aussi l'intrusion de la modernité dans la peinture et l'écriture.
Degas (1834-1917), dont on suit les grandes étapes de la création dans ce numéro, né avec les débuts de la photographie et sensible aux avancées de son temps n'a pas craint cette « nouvelle technologie » qu'il aimait pratiquer, reformulant au passage quelques acquis de sa peinture : compositions aux cadrages novateurs, points de vues en surplomb, visions obliques, etc. Rien n'échappait à son oeil exercé captivé par le mouvement. Degas, sur ce sujet toujours selon Valéry, avait eu vent des travaux de Muybridge et de Marey (inventeur de la chronophotographie) qui annonçaient les prémisses du cinéma dans les années 1870. Paul Valéry fit remarquer son talent à surprendre une « mimique » quelque soit le modèle et le support envisagé. Formé par Louis Lamothe, dans le plus pur classicisme, aux leçons de J. D. Ingres, Degas avait conforté sa maîtrise du dessin au cours d'un long voyage en Italie (1856-1859) au contact de ses grands et nombreux prédécesseurs. Copiste infatigable, le dessin était pour lui une discipline exemplaire base de toute sa création.
Parce ce qu'il en possédait la totale maîtrise il en concevait aussi les limites, celles-là mêmes qui le poussèrent à faire évoluer son art dans le sens d'une quête toujours plus libre et audacieuse vers le mouvement et la recherche de cette troisième dimension que le dessin semblait lui refuser. D'esquisses en études et de peintures en sculptures – La petite danseuse de quatorze ans (1880/1881) en serait peut-être la quintessence – jusqu'aux grands pastels bleus de la dernière période et, des coulisses de l'opéra aux champs de courses de Longchamp, c'est cette progression pleine de grâce et d'inspiration ressentie par Valéry que révèle cette lecture à travers une mise en page subtile et lumineuse.
Degas avec des moyens plastiques et Valéry, dont on (re)découvre la profondeur de l'écriture par ses réflexions sur l'art, illustrent à eux deux une modernité qui ne laissa ni l'un ni l'autre indifférent au moment où les arts visuels s'élargissaient à la photographie et au cinéma. Danse, dessin d'un côté, écriture de l'autre, fusionnent dans le vaste et fécond mouvement d'échanges qui font vivre les arts depuis la renaissance. Quand Valéry rencontra Degas il avait décidé d'abandonner ses ambitions littéraires et s'adonnait journellement aux formes plus libres d'écriture qui commençaient à remplir ses innombrables cahiers. S'il avait souhaité écrire sur Degas le refus du peintre l'avait fait provisoirement renoncer… Son regard rétrospectif, sa nature de poète semblent pourtant avoir capté et conservé l'essentiel de celui à qui il rendait hommage en 1937 pour son « éthique du dessin » - la danse et le mouvement comme « religion » – et qui l'avait peut-être impressionné dans sa jeunesse. Les deux artistes nous parlent encore aujourd'hui. Beau tout simplement.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
AlzieAlzie   09 février 2018
Le mouvement, au XIXe siècle, c'est le déplacement des corps dans l'espace mais aussi les dernières grandes explorations, l'évolution des espèces, Darwin autant que Bergson, le ballet des cellules et les aventures de la psyché. Degas et Valéry sont pleinement de leur temps, quand bascule le siècle : à la fois admirateurs d'Ingres et de Delacroix et attentifs à la transformation globale du monde. Degas Danse Dessin est une sorte de palimpseste qui se redéfinit sans cesse, une oeuvre en perpétuel mouvement. Le cinéma invente vingt-quatre images par seconde, Valéry et Degas nous livrent quasiment, au fil des pages et du récit, vingt-quatre dessins par seconde. En définitive, cette exposition peut être vue comme un "rush" de ce grand film que livre le siècle.
Marine Kiesel, p. 10

Degas par Valéry, propos recueillis par Valérie Bougault.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
AlzieAlzie   16 février 2018
Il a compris, l'un des premiers, ce que la photographie pouvait enseigner au peintre, et ce que le peintre devait se garder de lui emprunter. (p. 47)

Degas Danse Dessin, Paul Valéry
Commenter  J’apprécie          80
autres livres classés : esquissesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
560 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre