AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.96 /5 (sur 96 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 11/07/1907
Mort(e) à : Grenoble , le 18/02/1992
Biographie :

Paul Gayet-Tancrède alias Samivel , est un écrivain, poète, graphiste, aquarelliste, cinéaste, photographe, explorateur et conférencier.

Il finit ses études au lycée de Chambéry, où il a comme professeur d'histoire et de géographie, M. Petiot alias Daniel-Rops, avec lequel il conservera de bonnes relations.

Il a emprunté son pseudonyme à une lecture de son enfance, les Aventures de Mr Pickwick de Dickens.

Sa carrière d'imagier débute en 1928 par une collaboration à des revues d'alpinisme, dont La Vie alpine, puis naît le précieux Sur les planches et Sous l'œil des choucas où se retrouvent la montagne et l'humour.

Après la Seconde Guerre mondiale, il collabore aux Nouvelles Littéraires. Il y écrira des articles et des nouvelles. Il en illustrera la première page avec des dessins très humoristiques sur les arts et les lettres.

Samivel participera à de nombreuses expéditions. En 1948, il accompagne notamment Paul-Emile Victor à la première expédition française au Groënland.

L'écrivain marquera une prédilection particulière pour les Nouvelles : Contes à pics, Contes des brillantes montagnes avant la nuit et Il y aura de l'eau pour les cygnes. Un roman, toujours d'actualité, Le Fou d'Edenberg lui vaut d'être nominé pour le prix Goncourt.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Samivel   (32)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo

Samivel
- SAMIVEL : l'origine de son pseudonyme ; ses débuts de dessinateur, d'illustrateur de livres pour enfants et d'écrivain ; ses intentions dans son livre "L'Oeil émerveillé" ; ses études ; remarques sur la beauté ; son goût pour la montagne ; pourquoi il habite la province ; ses voyages : Groënland, Islande, Egypte, ses conférences pour "Connaissance du monde" ; son recueil de nouvelles...
Podcasts (1)


Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
Junie   20 septembre 2014
Contes à pic de Samivel
Maintenant il n'y avait plus personne sur la Montagne d'Armance, sinon les marmottes qui rentraient en hâte leurs dernières bottées de foin. Puis un matin, sans crier gare, le petit lac se couvrit d'une peau de glace et l'herbe rousse fut pleine de minuscules cadavres de criquets raidis, les pattes en l'air. Les jours suivants, les choucas tinrent des assemblées jacassantes sur les cailloux dela moraine, et leurs grandes compagnies noires s'envolèrent en bloc, firent des cercles, plongèrent vers la vallée. Enfin la neige se mit un soir à tomber.
Commenter  J’apprécie          170
gavarneur   31 juillet 2018
Goupil de Samivel
Pinte -« Sacripant ! Je t'y prends ! Misérable ! Me voler mon petit poussin, si mignon, si joli, si tendre ! Oh fripouille, on devrait te pendre ! »

Renard - « Dame Pinte, ma mie, c'est un malentendu, je vous assure, un tout petit malentendu (aïe!)... et de mon côté je vous jure que je n'y pense déjà plus (aïe!) »

Pinte -«Hors d'ici, canaille ! Ou , foi de Pinte, tu es mort !»
Commenter  J’apprécie          171
gavarneur   13 mai 2017
L'amateur d'abîmes de Samivel
Ce jour-là fut la journée-des-nuages.

Nous grimpions une pente éblouissante qui soudain fléchit sous nos pas et mourut dans une apothéose d'azur et de blancheur. Nous sûmes seulement que nous avions cessé de monter parce que nous commencions à descendre, mais le sommet lui-même demeura invisible.

Je m'arrêtai. La corde détendue replia mollement sur elle-même trois anneaux silencieux. Trois piolets vinrent en vibrant se ficher côte à côte, et, culbutant leur charge avec de gros soupirs de délivrance, trois garçons se laissèrent choir à leur tour, étirèrent voluptueusement leurs membres sur la neige dure et lisse, miraculeuse oasis d'horizontalité au milieu de ces abîmes et de ces hérissements.

Page 165
Commenter  J’apprécie          150
Junie   31 août 2014
Bonshommes de neige de Samivel
Complètement dégoûtés du métropolitain, de l'existentialisme, du parlementialisme, du totalitarisme, des sulfamides, de la démocratie, du progrès atomique, des robots, des assurances sociales et du quatrième top, Samovar et Baculot s'enfoncent dans les neigeuses solitudes afin de se retrouver eux-mêmes.
Commenter  J’apprécie          150
gavarneur   10 mai 2017
L'amateur d'abîmes de Samivel
Je ne sais pas si les gens heureux n'ont pas de chemise. Mais à coup sûr ils sont dépourvus de montre. Et notre civilisation périra d'un excès de montres : il n'en faut plus douter.

Au fait... Quelle heure est-il ?

Naturellement, Alain n'en a pas la moindre idée. Ce garçon n'a aucune tête et laisse régulièrement son chronomètre dans la vallée.

Amis ! Emportez toujours une montre. Les barbares seuls n'ont pas de montre. Je n'ai pas bonne opinion d'un homme sans montre. Un homme sans montre ne mérite aucun crédit.

Nous finissons par apprendre qu'il est midi. Il pleut toujours. Nous déjeunons. Il pleut encore. Alors nous plions bagage et mettons le cap sur la vallée.
Commenter  J’apprécie          147
 Samivel
PASCALINE80   02 octobre 2022
Samivel
Commandements de Samivel



Le Parc National protège contre l'ignorance et le vandalisme

des biens et des beautés qui appartiennent à tous.



Les défenseurs de la vie sont les amis du Parc National.

Les amis du progrès et de la paix sont les amis du Parc.

Les sportifs, les artistes et les savants sont les amis du Parc.



Voici l'espace. Voici l'air pur. Voici le silence.

Le royaume des aurores intactes et des bêtes naïves.

Tout ce qui vous manque dans les villes

Est ici réservé pour votre joie.



Eaux libres. Hommes libres.

Ici commence le pays de la liberté.

La liberté de se bien conduire.



Les inconscients ne respectent pas la nature.

Ils croient se grandir en la polluant

Et ne savent même pas qu'elle se venge.

Puisez dans le trésor des hauteurs

Mais qu'il brille après vous pour tous les autres.



La faiblesse a peur des grands espaces.

La sottise a peur du silence.

Ouvrez vos yeux et vos oreilles. Fermez vos transistors.



Pas de bruit. Pas de cris. Pas de moteurs. Pas de klaxons.

Ecoutez les musiques de la montagne.



Les vraies merveilles ne coutent pas un centime.

La marche nettoie la cervelle et rend gai.

Enterrez vos soucis et vos boîtes de conserves.



Un visiteur intelligent ne laisse aucune trace de son passage.

Ni inscriptions. Ni destructions. Ni désordre. Ni déchets.

Les papiers gras sont la carte de visite des mufles.



Récoltez de beaux souvenirs mais ne cueillez pas les fleurs.

N'arrachez surtout pas les plantes, il pousserait des pierres.

Il faut beaucoup de brins d'herbes pour tisser un homme.



Ravageurs de forêts : mauvais citoyens.

Qui détruit le nid vide le ciel. rend la terre stérile.

Ennemi des bêtes : Ennemi de la vie : Ennemi de l'avenir.



Oiseaux, marmottes, hermines, chamois, bouquetins,

Et tout ce petit peuple de poil et de plume

Ont désormais besoin de vous pour survivre.

Déclarez la paix aux animaux timides.

Ne les troublez pas dans leurs affaires

Afin que les printemps futurs réjouissent encore vos enfants.



Défense ici de chasser, sauf aux images.

N'allumez pas de feu au hasard. Ne campez pas n'importe où.

Certains gestes irréfléchis peuvent tout compromettre.



Le Parc National c'est le jardin des Français.

Et c'est aussi votre héritage personnel.

Acceptez consciemment, de bon coeur, ses disciplines,

Et gardez-le vous même contre le vandalisme et l'ignorance.

























+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
coco4649   30 novembre 2017
Contes à pic de Samivel
 

 

Dans le couloir où l'ombre froide plus lourde cent fois

que le plus lourd bloc, on nous a posé sur la pente roide de

bric et de broc.
Commenter  J’apprécie          130
 Samivel
PASCALINE80   02 octobre 2022
Samivel
J'ai juste envie d'un peu de douceur pour commencer cet automne entouré de grisaille :



Quand automne en saison revient



Quand automne en saison revient

La forêt met sa robe rousse

Et les glands tombent sur la mousse

Où dansent les petits lapins.

Les souris font de grands festins

Pendant que les champignons poussent.

Ah ! que la vie est douce, douce,

Quand automne en saison revient.
Commenter  J’apprécie          113
Sylvipilit   21 septembre 2019
Contes à pic de Samivel
L'homme, ses expériences d'homme, ses déceptions, ses haines, ses ambitions, ses amours, ses appétits, ses rides furent abandonnés en tas vers l'altitude 8 000, et il resta l'enfant. L'être qu'il avait été, que nous avons tous été vers cinq ans. Celui qui jouait avec le Monde, et que le Monde n'osait tromper. Et devant cet Enfant sans mémoire et sans craintes, toutes choses s'aplanirent, furent aplanies au vrai sens du mot.
Commenter  J’apprécie          100
gavarneur   11 mai 2017
L'amateur d'abîmes de Samivel
Il pleut. Il pleut. Il pleut. Des lambeaux de coton remontent à grande vitesse le large courant du fleuve de glace où nous trébuchons parmi les blocs glissants et les mamelons vert bouteille. La pluie frappe de plein fouet le visage ruisselant, colle aux genoux le pantalon de gros drap, tandis que les feutres trempés dégorgent agréablement les gouttières sur les épaules et dans le cou. Ce sont les situations intermédiaires qui sont les plus détestables, mais à partir d'un certain stade d'humidification et quand le bain total s'est révélé définitivement obligatoire, on recouvre une admirable sérénité d'esprit et l'on patauge au hasard des lieux avec le superbe mépris de Gulliver franchissant les océans de Lilliput.

Au Montenvers, nous somme rincés à fond. Mieux vaut poursuivre la descente à pied, plutôt que d'attendre un funiculaire problématique. Nous dévalons alors dans le brouillard et la forêt luisante d'eau. Personne d'autre qu'un écureuil fort crotté, et tout en bas, dans un pré, une petite fille nattée sous un immense parapluie rouge, qui monte bravement la garde auprès d'une vache à la clarine mélancolique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura