AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.16 /5 (sur 111 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1947
Biographie :

Télérama est un magazine culturel français à parution hebdomadaire fondé par Georges Montaron. Malgré sa vocation de publier les programmes de télévision, ces programmes ne constituent pas l'essentiel de la pagination de ce magazine, contrairement à ses concurrents français de la presse de télévision : Télé 7 jours, Télé poche, Télé Star, Télé Z, etc. Il appartient au Groupe le Monde.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Télérama   (106)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (225) Voir plus Ajouter une citation
 Télérama
Ziliz   18 décembre 2020
Télérama
■ Les étudiants de plus en plus isolés et confrontés à la pauvreté - article de Michel Bezbakh, publié le 16/12/20

------

Beaucoup ont commencé à décrocher pendant le premier confinement. Un étudiant sur trois est désormais rattrapé par la pauvreté. Syndicats et services sociaux exigent un plan d’ampleur.

------

C’est l’époque où les rêves sont immenses et le passé minuscule, réduit à une poignée d’années d’enfance. Un temps bâti sur les possibles, dopé au carburant de l’insouciance. Pourtant le président l’a dit : « C’est dur d’avoir 20 ans en 2020. » Pour une fois, la jeunesse et le pouvoir sont d’accord. Myriam, 20 ans tout rond, a « l’impression de pleurer toutes les semaines ». Trop longtemps que l’univers de cette étudiante en licence de langues se résume à son petit studio d’une résidence universitaire, à Valence. « Je me lève de mon lit, il y a ma cuisine et ma salle de bains en face de moi. La cabine de douche est cassée, tout comme la tringle au-dessus du placard, qui menace de s’effondrer depuis des mois, aucune nouvelle des réparateurs. Mes divertissements ? Faire mes courses et passer à la laverie. J’accroche des listes de choses à faire sur les murs mais je n’ai aucune motivation, envie de rien. Ce n’est pas dur, c’est épuisant… »

De nombreux étudiants trouvent le second confinement plus pénible encore que le premier. La fermeture des universités est arrivée après quelques semaines de cours, trop tôt pour commencer à nouer des relations ; l’isolement n’en est que plus grand. Jonas a débuté en septembre un master de génie civil au Havre, une ville où il ne connaît personne. « Je sors simplement pour aller chercher de la nourriture et faire des courses indispensables », raconte cet Algérien de 23 ans, en grandes difficultés financières. L’essentiel de son temps, Jonas le passe à son bureau, un manteau sur les épaules car « le chauffage de la résidence universitaire n’est pas allumé en journée », mais tout de même devant un ordinateur, offert par un ami grâce aux cotisations des membres d’une association caritative. « Il est vieux, ça bugge, mais au moins le WiFi fonctionne bien. »

(...)



-----------



>> https://www.telerama.fr/debats-reportages/les-etudiants-de-plus-en-plus-isoles-et-confrontes-a-la-pauvrete
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          235
 Télérama
Ziliz   01 janvier 2021
Télérama
■ Sur YouTube, un court métrage nous plonge dans le portable d’une ado de 15 ans.

Article de Constance Vilanova, publié le 06/06/2020.

-----

'Influenceuse', film de Sandy Lobry, résume à la perfection les effets d’Instagram sur les ados. À diffuser sans modération.

-----

Lola a 15 ans et s’ennuie à mourir pendant ses vacances estivales et s’en contrefiche de la rentrée à venir. Un père absent, une meilleure amie qui la lâche, elle tue son temps à surfer sur Instagram et se passionne pour Miss Billy, une influenceuse qui alimente son profil à grands coups de publications sponsorisées. La collégienne décide de se lancer elle aussi dans la course aux abonnés et sollicite son idole pour quelques conseils, mais la star des réseaux sociaux ne prend même pas la peine de lui répondre.

La comédienne Sandy Lobry, également scénariste de la série France.tv Slash Zérostérone, propose un court métrage immersif depuis le téléphone portable de Lola. L’intrigue avance au fil des messages, des coups de fil en visio et des posts Instagram. Lauréna Thellier (Mental) incarne une Lola impeccable, dont l’addiction à sa propre image glace. Alix Bénézech (Nina) joue avec brio cette Miss Billy nauséabonde au possible. Une pépite sur les ravages d’Instagram, à regarder sur son smartphone.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
 Télérama
Ziliz   17 novembre 2019
Télérama
■ Canular d’Hanouna dans “TPMP” : le CSA va verser 1,1 million d’euros à C8.

Après avoir jugée “illégale” la sanction du CSA contre l'animateur vedette de C8, le Conseil d’État vient de condamner le gendarme du PAF à une lourde amende.



Décidément, le temps de la justice administrative n’est pas celui du temps médiatique. Presque dix-huit mois après avoir jugé « illégale » une sanction du CSA à l’encontre de C8 et de son animateur vedette Cyril Hanouna, le Conseil d’État n’a rendu qu’aujourd’hui sa décision sur une éventuelle indemnisation. Et elle est lourde pour le gendarme du PAF, qui se voit condamner à verser 1,1 million d’euros à la chaîne du groupe Canal+. C’est inédit. Et un peu le monde à l’envers, il faut bien le dire.



Tout ça pour une affaire qui remonte au… 3 novembre 2016. Souvenez-vous, c’est ce jour-là que Cyril Hanouna a la riche idée de faire croire à l’un de ses chroniqueurs, Matthieu Delormeau, qu’il est responsable d’un homicide. Et lui demande de l’aide, voire d’en endosser la responsabilité. La scène est évidemment filmée en caméra cachée, où l’on voit un Delormeau en souffrance et réellement désemparé face à ce « canular ». Tellement drôle. Avant de tout lui révéler le lendemain en direct sur le plateau de 'Touche pas à mon poste'. Sobre et de bon goût. Déjà dans le collimateur pour diverses affaires tout aussi reluisantes (au hasard un canular homophobe ou une agression sexuelle) qui donneront d’ailleurs lieu à d’autres sanctions, C8 est lourdement condamnée en juin 2017 pour les errements de son animateur vedette : le CSA décide de priver de pub l’émission phare de la chaîne Bolloré pendant toute une semaine, lors des directs mais aussi des rediffusions. « En diffusant cette séquence, la société C8 a gravement méconnu son obligation de faire preuve de retenue dans la diffusion d’images susceptibles d’humilier les personnes », jugent les Sages.



Le groupe Canal+ décide alors de porter l’affaire devant le Conseil d’État qui, à la surprise générale, lui donne raison un an plus tard.

Matthieu Delormeau « n’a pas été montré sous un jour dégradant et humiliant » et a aussi « accepté lui-même de commenter la séquence » sur le plateau de l’émission, écrit sans rire la haute juridiction. Jugée « illégale », la sanction du CSA ouvre la voie à une indemnisation de C8, qui estime alors son manque à gagner publicitaire à 4,1 millions d’euros. S’appuyant sur une étude réalisée par un cabinet privé, le Conseil d’État l’a donc corrigée à 1,1 million d’euros, somme qui reste toutefois très importante. « On est dans un État de droit, […] on paiera » a déclaré ce matin sur Europe 1 Roch-Olivier Maistre, le nouveau président du CSA nommé en février dernier, alors que le montant de l’indemnisation commençait à circuler. Un beau trou dans son budget d’un peu moins de 40 millions d’euros. Et une sorte de cadeau d’adieu, ou de bienvenue, c’est selon, laissé par son prédécesseur, Olivier Schrameck, dont il se serait bien passé.

____



article de Richard Sénéjoux, publié le 14/11/2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
 Télérama
Ziliz   23 décembre 2020
Télérama
■ Le jeu Blanc Manger Coco : sous le sapin, un cadavre plus sexiste qu’exquis - article de Maxence Sorel (22/12/2020).

-----

L’HUMEUR DU JOUR – Véritable star des jeux de cartes, écoulé à des millions d’exemplaires, le Blanc Manger Coco risque encore d’occuper une place de choix sur la liste des cadeaux de Noël cette année. Il serait pourtant préférable de réfléchir à des alternatives car dans sa configuration actuelle, il tend, hélas, à favoriser les propos obscènes, misogynes, racistes…

-----

Dans le Paris des années folles, un groupe d’écrivains surréalistes, sous l’impulsion de Jacques Prévert et Yves Tanguy, inventa les règles d’un jeu d’écriture collectif. Le principe : chaque participant écrivait à tour de rôle une partie d’une phrase, dans l’ordre sujet-verbe-complément, sans savoir ce que le précédent avait inscrit. Il en résulta cette phrase : « Le cadavre – exquis - boira - le vin - nouveau ». Le cadavre exquis venait ainsi de naître. Près d’un siècle plus tard, on pourrait se réjouir de voir un jeu directement inspiré du cadavre exquis s’imposer dans les salons français. Lancé en 2014 et vendu à un million cinq cent mille exemplaires depuis, le Blanc Manger Coco reprend en grande partie les codes pensés par les surréalistes. Il s’agit ici de compléter la phrase à trous d’un maître du jeu à l’aide de propositions notées sur des cartes, ce dernier décidant quel joueur a composé la plus « drôle ». Sauf que la plus drôle s’avère souvent être la pire…

Sous prétexte de politiquement incorrect, ce sont la culture du viol, la misogynie ou encore le racisme qui sont mis en avant dans la plupart des combinaisons possibles. 'Une main au cul près de la photocopieuse', 'Un plan cul fiable', 'Ebola', 'Une fille qui fait plus que ses 15 ans' ou 'Un noir, une pute, un belge ou un homo', voilà quelques-unes des propositions idiotes et obscènes qui permettent de compléter les phrases et ainsi de remporter une partie. On nous rétorquera évidemment la célèbre maxime de Desproges, mais il serait peut-être temps de se renouveler, non ? Alors que viols, agressions sexuelles, discriminations raciales et sexuelles ne cessent d’augmenter, il n’est pas nécessaire de faire appel au pire de ce que peut contenir l’esprit humain pour s’amuser ! Il suffit de revenir à l’esprit d’origine du cadavre exquis, surréaliste et simplement absurde.



-----



>> https://www.telerama.fr/debats-reportages/le-jeu-blanc-manger-coco-sous-le-sapin-un-cadavre-plus-sexiste-quexquis...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
Nastasia-B   13 octobre 2012
Télérama hors-série. Vermeer de Télérama
Hopper peint des ouvreuses de cinéma, des serveurs de café désœuvrés, des femmes solitaires devant des livres ouverts ou des fenêtres vides. On l'a longtemps traité d'illustrateur. C'est l'un des plus beaux peintres de notre temps, qui sait faire palpiter dans un blues léger les aplats de couleur, le rayon de lumière traversant une fenêtre, la pâleur d'un homme qui n'attend rien. La jeune fille qui feuillette la page blanche d'un magazine chez Hopper est sœur de la servante qui tient la lettre chez Vermeer. L'attente ou l'ennui y forment, d'un tableau l'autre, de subtiles correspondances.
Commenter  J’apprécie          140
 Télérama
Ziliz   16 février 2020
Télérama
■ Corinne Masiero tacle « les bourgeois hétéros catholiques blancs de droite » des César.

Difficile d’échapper au coup de théâtre qui a secoué le cinéma français il y a quelques jours. Critiquée par de nombreux artistes qui jugeaient son fonctionnement trop opaque et regrettaient notamment son manque de parité et de renouvellement, la direction de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma a démissionné collectivement. Comme de nombreux artistes, Corinne Masiero espère « du changement et de la transparence » après cette crise inédite. « Il faut réparer l’institution », a-t-elle d’ailleurs clamé auprès de Télérama.

Féministe et militante, la comédienne qui incarne Capitaine Marleau à la télévision, et qui s’est fait remarquer dans plusieurs longs métrages parmi lesquels 'Les Invisibles' de Louis-Julien Petit, aimerait que les femmes prennent le pouvoir au sein de l’Académie des César. « On ne peut pas juste changer de mecs et laisser faire que ça recommence. Pourquoi ne pas constituer un nouveau conseil d'administration avec uniquement des gonzesses, et pas toutes blanches ni âgée de 25 à 36 ans ? », propose-t-elle ainsi.

Elle en profite pour tacler l’ancienne direction et son manque de diversité. « Il faut plus de diversité, pour être plus représentatif du métier et de la société. Ce n’est pas des bourgeois hétéros catholiques blancs de droite qui ont, seuls, le droit de dire ce qu’il faut récompenser en France. (...) On a une richesse culturelle de dingue en France, il faut en tenir compte. Pourquoi ne pas constituer une direction de l'Académie pour seulement un, deux, ou trois ans, et en changer ensuite les membres ? »



- Clara Kolodny -
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          116
raynald66   28 septembre 2014
Telerama HS 189H Marguerite Duras de Télérama
Je ne peux pas penser à mon enfance sans penser à l'eau. Mon pays natal c'et une patrie d'eaux. Celle des lacs, des torrents qui descendaient de la montagne, celle des rizières, celle terreuse des rivières de plaine dans lesquelles on s'abritait pendant les orages. La pluie faisait mal tellement elle était drue.
Commenter  J’apprécie          100
Nastasia-B   04 janvier 2013
Télérama hors-série. Vermeer de Télérama
Depuis que j'ai vu au musée de La Haye une vue de Delft, j'ai su que j'avais vu le plus beau tableau du monde. Dans Du Côté De Chez Swann, je n'ai pu m'empêcher de faire travailler Swann à une étude sur Ver Meer.

MARCEL PROUST
Commenter  J’apprécie          100
tamara29   03 août 2020
Télérama [HS n° 192, novembre 2014] L'art contemporain, origines, acteurs et enjeux de Télérama
En 1964, Marcel Duchamp, lors d'un entretien avec le critique d'art Otto Hahn, revient sur les enjeux du ready-made :

''Le danger, c'est la délectation artistique. Mais on peut faire avaler n'importe quoi aux gens ; c'est ce qui est arrivé. Pourtant, j'attirais l'attention des gens sur le fait que l'art est un mirage. Un mirage, exactement comme dans le désert, l'oasis qui apparaît. C'est très beau jusqu'au moment où l'on crève de soif, évidemment. Mais, on ne crève pas de soif dans le domaine de l'art. Le mirage est solide.''
Commenter  J’apprécie          80
 Télérama
Ziliz   13 mars 2021
Télérama
■ César 2021 : Albert Dupontel et “Adieu les cons”, grands triomphateurs d’une soirée très politique - Marie Sauvion, 13/03/2021

-----

Le film d’Albert Dupontel rafle sept César, au détriment d’Emmanuel Mouret et François Ozon. Laure Calamy et Sami Bouajila sont sacrés meilleurs acteurs. Mais l’édition 2021 restera marquée par le strip-tease punk de Corinne Masiero...

-----

Dans un film, ça s’appelle un « money shot ». Un plan qui tue. L’image que l’on retiendra de la 46e cérémonie des César, pas de doute, c’est celle de Corinne Masiero nue sur la scène de l’Olympia. Il était 23h05 ce vendredi 12 mars et la comédienne, venue remettre le César des meilleurs costumes, a ôté sa robe tâchée de (faux) sang, « celle de Carrie au bal du diable », pour apparaître dans sa tenue de naissance. Sur ses seins, des mots tracés au feutre noir : « No culture ». Cul nu et culottée. Le pompon punk d’une soirée étrange, grinçante, sympa, longuette, masquée, ponctuée de discours militants, de beaux extraits de films, de musique aussi (...).

-----

Attendus avec curiosité, ces César régénérés après l’angoisse de l’édition 2020 furent à la fois ceux de la réconciliation et du manque. De la gravité et des blagues graveleuses. Il faut s’appeler Marina Foïs pour survivre à ce cocktail chic et trivial, et assortir une robe pailletée à un sac-à-crotte. Son sachet jaune à la main – il était censé contenir un « cadeau » oublié par le chien de Florence Foresti l’an passé –, la maîtresse de cérémonie s’est tirée comme une cheffe d’un exercice à la limite de l’absurde : animer la « grande fête du cinéma français » à l’heure où le cinéma français a tout sauf le cœur à rire. « Pourquoi faire les César ? On a réfléchi et on n’a pas trouvé mais c’est pour ça qu’on s’est dit que c’était essentiel », a résumé l’actrice au début du direct, avant de complimenter Roselyne Bachelot pour la sortie de son nouveau livre, Ma vie en rose, « 18 euros sur Amazon », et de la remercier pour… sa recette de pâtes au gorgonzola.

(...)



-----



la séquence avec Corinne Masiero ici :

https://www.youtube.com/watch?v=kquD2uP_FFg
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Titre avec nuit, retrouvez l'auteur

"Nuit" est un roman policier avec le héros récurrent de l'auteur Martin Servaz. Indice glacé

René Barjavel
Louis-Ferdinand Céline
Yasmina Khadra
Bernard Minier
Delphine de Vigan

15 questions
62 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans français contemporains , romans policiers et polars , nuit , humourCréer un quiz sur cet auteur