AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.66 /5 (sur 2378 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Bulawayo, Rhodésie , le 24/08/1948
Biographie :

Alexander (R.A.A.) "Sandy" McCall Smith, CBE, FRSE, est un écrivain et juriste d'origine écossaise.

Benjamin d'une famille de quatre enfants, il est élevé à Bulawayo en Rhodésie (aujourd'hui Zimbabwe) où son père travaille comme procureur. Après ses études au Christian Brothers College, il déménage en Écosse, à l'age de 17 ans, pour étudier à l'Université d'Édimbourg où il obtient son doctorat en droit. Il enseigne ensuite à l'Université Queen's de Belfast.

En 1981, il retourne en Afrique et devient professeur à l'Université du Botswana. Il s'installe à Édimbourg en 1984, où il est professeur de droit appliqué à la médecine à l'université.

Il devint un expert très connu de droit appliqué à la médecine et de bioéthique vers la fin du XXe siècle, et fit partie de comités britanniques et internationaux à ces sujets.

Professeur émérite de l'Université d'Édimbourg, il a été président du Comité d'éthique du British Medical Journal jusqu'en 2002, ainsi que vice-président de la Commission sur la génétique humaine du Royaume-Uni et membre du Comité international de bioéthique à l'UNESCO.

Il est toutefois surtout connu pour ses livres de fiction. Il a écrit trente romans, entre 1980 et 1990.

Alexander McCall Smith est l’auteur de plusieurs séries de romans policiers, la plus connue est "Les enquêtes de Mma Ramotswe" (Ladies' Detective Agency) où il créé le personnage de la première femme détective du Botswana, Mma Precious Ramotswe. "Mma Ramotswe détective" (The N°1 Ladies' Detective Agency), le premier tome, a été publié en 1998.

Il est aussi l'auteur de la série "Le Club des philosophes amateurs" (The Sunday Philosophy Club) dont Isabel Dalhousie est l’héroïne.

Alexander McCall Smith a reçu de nombreux prix et il a été nommé meilleur auteur de l'année par les British Book Awards en 2004. En 2007, il a reçu le titre de commandeur de l'Empire britannique (CBE) pour services rendus à la littérature.
Il est également bassoniste amateur et cofondateur du Really Terrible Orchestra, en 1995.

Père de deux filles, il vit avec sa femme médecin à Édimbourg.

son site : https://www.alexandermccallsmith.co.uk/
Twitter : https://twitter.com/McCallSmith
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Alexandre MacCall Smith au Botswana par Journeyman Pictures


Citations et extraits (699) Voir plus Ajouter une citation
pdemweb1   12 mai 2015
Les lointains tourments de la jeunesse de Alexander McCall Smith
- C'est pour cela que notre mémoire des rêves est si brève : quelques minutes après le réveil, ils disparaissent, comme vous le savez. Inutiles de s'en souvenir puisque ce sont des histoires qui ne sont jamais arrivées.

- Et pourtant si , répliqua Jane. Un rêve est un évènement, si on veut. Ce qui se passe dans votre tête, c'est bien un évènement important.
Commenter  J’apprécie          270
missmolko1   22 juillet 2017
Les larmes de la girafe de Alexander McCall Smith
- Il y a des gens qui ont du mal à donner, déclara-t-elle. Il paraît que cela dépend de la façon dont leur mère les a élevés. J'ai lu beaucoup de choses à ce sujet dans un livre. C'est un docteur qui s'appelle Mr. Freud et qui est très célèbre. Il a écrit beaucoup de livres sur les gens de ce genre.

- Il est de Johannesburg ? demanda Mr. J.L.B. Matekoni.

- Je ne crois pas, non, répondit Mma Potokwane. Le livre vient de Londres. Mais, il est passionnant. Il explique que tous les garçons sont amoureux de leur mère.

- Ça, c'est naturel, fit remarquer Mr. J.L.B. Matekoni. Bien sûr que les garçons aiment leur mère ! Comment pourrait-il en être autrement ?

Mma Potokwane haussa les épaules.

- Je suis d'accord avec toi. Si un garçon aime sa mère, je ne vois pas le problème.

- Mais alors pourquoi ce Mr. Freud se fait-il du souci ? poursuivit Mr. J.L.B. Matekoni. Il devrait plutôt se préoccuper des garçons qui n'aiment pas leur mère !

Mma Potokwane resta un instant pensive.

- C'est vrai. Pourtant, il semblait vraiment très ennuyé par ces garçons-là et je crois qu'il faisait tout pour qu'ils changent.

- C'est ridicule, affirma Mr. J.L.B. Matekoni. Ce monsieur devrait employer son temps de meilleur façon.

- C'est sûr, acquiesça Mma Potokwane. En tout cas, que ce Mr. Freud le veuille ou non, les garçons continueront d'aimer leur mère et c'est très bien comme ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
pdemweb1   25 avril 2015
La douce tranquillité des samedis de Alexander McCall Smith
Page 229

Elle se mit à composer mentalement la lettre qu'elle écrirait à Dove ...

Je vous suis très reconnaissante de m'avoir proposé cet excellent article.

C'est étonnant à quel point ces vieux problèmes gardent aujourd'hui toute leur fraîcheur. C'était du moins mon opinion, mais vous en conviendrez avec Térence : Quot homnines tot sententiae ( Autant d'hommes, autant d'avis). Mes deux lecteurs en ont jugé différemment. Ils déconseillent la publication de votre texte, en citant son absence d'originalité et de pénétration. Malgré ma stupéfaction, je dois me ranger à leur opinion, pour ne pas faire preuve d'injustice envers d'autres articles tout aussi éminents et dignes d'être publiés, mais qui ont été rejetés par nos arbitres. Ces choses sont très subjectives, le fait que vous avez reçu d'autres offres en témoigne. Je vous conseille de les accepter et c'est pourquoi je vous écrit immédiatement après avoir reçu les avis défavorables. Je m'en voudrais de vous faire perdre du temps, dans la mesure où des directeurs de revue attendent avec impatience votre décision. Je me réjouis de la publication de votre manuscrit aux Etats Unis. Vous avez oublié de mentionner de quelles revues il s'agit ; American Philosophical Quaterly ? Ethics ? Sans doute une publication de ce calibre. Quoi qu'il en soit , l'article ne saurait manquer d'attirer l'attention qu'il mérite. Bien à vous

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
pdemweb1   06 février 2013
Miracle à Speedy Motors de Alexander McCall Smith
-Les ancêtres, commença- t-il d'un ton solennel, les ancêtres...

Elle attendit la suite, mais il garda le silence, comme vaincu par la gravité du sujet, ou le poids des ancêtres, peut-être.

-Moi je pense qu'ils sont avec nous, confia -t-elle alors je pense qu'il sont là, tout autour de nous. Ce qu'ils ont fait . Leur voix. Les souvenirs qu'ils nous ont laissé. Tout est là.

Il releva les yeux avec l'air d'un homme à qui l'on vient de révéler une découverte fondamentale, une annonciation.
Commenter  J’apprécie          200
babel95   10 octobre 2015
Le café de luxe pour beaux messieurs de Alexander McCall Smith
- Est-ce que je peux entrer, s’il vous plaît, Mma ? Il fait chaud dehors et j’ai très soif.

Au Botswana, nul ne pouvait tourner le dos à une personne qui formulait une requête aussi directe. Mma Ramotswe le savait. Dire que vous aviez soif revenait à invoquer une règle fondamentale de la morale ancestrale du Botswana : on ne refusait pas de l’eau potable à son prochain. Cela remontait à une époque où l’eau était encore plus précieuse qu’à présent, au temps où, dans le Kalahari, les habitants du désert conservaient le précieux breuvage dans des récipients ensevelis sous terre, des calebasses dissimulées sous le sable. On les sortait et on perçait un trou pour ouvrir l’accès à ce bien propre à sauver des vies. Mais lorsqu’on en buvait une gorgée, il fallait laisser les autres en faire autant. On n’avait pas le choix, c’était comme ça. Et dans les villages qui possédaient des puits, on offrait également à l’étranger de passage de quoi étancher sa soif, car telle était la moralité d’un peuple qui vivait depuis toujours sur une terre aride, au bord d’une immense étendue privée d’eau.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
viou1108   14 août 2014
Chroniques d'Edimbourg - Tomes 1 à 3 de Alexander McCall Smith
Sasha aimait savoir à quoi ressemblait l'écrivain avant de lire un livre. Somerset Maugham, par exemple, lui déplaisait physiquement, aussi n'avait-elle jamais rien lu de lui. Elle n'appréciait pas non plus l'apparence de certaines jeunes femmes écrivains, qui ne semblaient pas prendre la peine de se coiffer. Si elles ne se soucient pas de leurs cheveux, se soucieront-elles de leur prose? se demandait-elle.
Commenter  J’apprécie          190
pdemweb1   08 janvier 2013
Le bon usage des compliments de Alexander McCall Smith
Oui, il faut à l'amour un objet.

Peu importe lequel,

Enfin, j'aimais un moteur de pompe,

Aussi beau que toi.
Commenter  J’apprécie          200
pdemweb1   07 février 2013
Miracle à Speedy Motors de Alexander McCall Smith
Qu'Obed Ramotswe demeure dans les mémoires et que les gens continuent à parler de lui la toucha. On avait pas besoin d'être célèbre pour ne pas être oublié au Botswana ; il y avait dans l'histoire du pays, une place pour chacun d'entre nous.

- C'était un homme très bon, reprit-elle.Il aimait son aimait son pays.

Elle n'avait pas eu l'intention de prononcer une épithaphe, mais elle s'aperçut qu'elle venait précisémentde le faire. Et elle songea : Si ton esprit est quelque part, ce doit être ici, parmi ton bétail, et tu as peut être entendu ce que je viens de dire...
Commenter  J’apprécie          180
missmolko1   16 avril 2017
Les larmes de la girafe de Alexander McCall Smith
- Cela fait des années que je travaille pour ce monsieur, siffla-t-elle. Sept jours sur sept, je travaille, je travaille, je travaille. Je lui fais des bons plats et je nettoie le sol de sa maison. Je m'occupe très bien de lui.

- Ce n'est pas mon avis, Mma, rétorqua Mma Ramotswe avec calme. Si vous le nourrissez aussi bien que vous le dites, pourquoi est-il si maigre ? Quand on prend soin d'un homme, il engraisse. C'est comme avec le bétail. Tout le monde sait cela.
Commenter  J’apprécie          180
pdemweb1   08 janvier 2013
Le bon usage des compliments de Alexander McCall Smith
Puisque Walter avait lui même fait allusion aux tableaux, Isabel se sentit libre d'aller les regarder de plus près. On a un regard étrange avec les possessions des autres. On ne peut pas se permettre à fouiner ostensiblement lorsqu'on entre dans une pièce : inspecter les titres de la bibliothèque ressemble trop à une tentation pour cerner les goûts des occupants
Commenter  J’apprécie          180

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les enquêtes de Mma Ramotswe

Pour commencer, une question facile : dans quel pays vit Mma Ramotswe ?

Congo
Burkina Faso
Botswana
Mali

10 questions
67 lecteurs ont répondu
Thème : Mma Ramotswe détective de Alexander McCall SmithCréer un quiz sur cet auteur

.. ..