AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.98 /5 (sur 967 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Saint-Mandé, Val-de-Marne , le 24/10/1868
Mort(e) à : Digne-les-Bains, Alpes-de-Haute-Provence , le 08/09/1969
Biographie :

Louise Eugénie Alexandrine Marie David, plus connue sous son nom de plume Alexandra David-Néel, de nationalités française et belge, est une orientaliste, tibétologue, chanteuse d'opéra, journaliste, écrivain et exploratrice française.

Outre sa longévité, son trait de gloire le plus marquant reste d'avoir été, en 1924, la première femme d'origine européenne à séjourner à Lhassa au Tibet, exploit dont la publicité fut soigneusement orchestrée dans les années 1920 et qui contribua fortement à sa renommée, en plus de ses qualités personnelles et de son érudition.

Durant les saisons 1895-1896 et 1896-1897, sous le nom d'Alexandra Myrial, Alexandra David occupe l'emploi de première chanteuse à l'Opéra d'Hanoï (Indochine), interprétant le rôle de Violetta dans "La Traviata". De 1897 à 1900, elle partage la vie du pianiste Jean Haustont, à Paris, et ils écrivent à deux Lidia, drame lyrique en un acte dont Jean Haustont compose la musique et Alexandra le livret.

Le 4 août 1904, à Tunis, elle épouse Philippe Néel, ingénieur en chef des Chemins de fer tunisiens, dont elle était la maîtresse depuis le 15 septembre 1900. Leur vie commune fut parfois orageuse, mais toujours empreinte de respect mutuel. Elle se termine définitivement le 9 août 1911 par son départ pour son troisième voyage en Inde (1911-1925).

Alexandra David-Néel arrive au Sikkim en 1912. Elle se lie d'amitié avec le souverain de cet État de l'Inde, Sidkéong Tulku, et visite de nombreux monastères bouddhistes pour parfaire sa connaissance du bouddhisme. En 1914, elle rencontre dans un de ces monastères le jeune Aphur Yongden dont elle fit par la suite son fils adoptif. Tous deux décident de se retirer dans une caverne en ermitage à plus de 4000 mètres d'altitude, au Nord du Sikkim.

Alexandra et Yongden partent ensuite pour la Corée, puis Pékin en Chine. Leur périple dura plusieurs années et traversa le Gobi, la Mongolie, puis une pause de trois ans au monastère de Kumbum au Tibet, où elle traduit la fameuse Prajnaparamita, avant de repartir déguisés en mendiante et moine pour Lhassa qu'ils atteignent en 1924. Alexandra rencontre Swami Asuri Kapila (Cesar Della Rosa). Ils y séjournèrent deux mois, durant lesquels ils visitèrent la ville sainte et les grands monastères environnants : Drépung, Séra, Ganden, Samye... Mais Alexandra David-Néel est finalement démasquée et dénoncée à Tsarong Shapé (le gouverneur de Lhassa), elle rentre en France.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

5/5 Alexandra David-Néel : Le Tibet tel que je l’ai vu - Entretiens avec Michel Manoll (1954-1955) Alexandra David-Néel 5/5 : Le Tibet tel que je l’ai vu - Entretiens avec Michel Manoll (1954-1955). Montage radiophonique : Harold Portnoy. Série de neuf entretiens diffusés sur la Radiodiffusion-télévision française (RTF) entre 1954 et 1955. Photographie de droite : Alexandra David-Néel et Aphur Yongden, en 1924, devant le palais du Potala. En 1924, Alexandra David-Néel est la première femme à avoir pu entrer dans la ville tibétaine de Lhassa. Son voyage demeurait mystérieux et inconnu du reste du monde. En 1954, trente ans après cet exploit, l’aventurière raconte ce pays tel qu’elle l’a vécu. Elle se confie à l'écrivain Michel Manoll. L'entretien, il est bon de le préciser, débute quatre ans après l'invasion du Tibet par la Chine, soit en 1950. Alexandra David-Néel considère que ces deux peuples voisins « ont toujours eu des relations mais qui, pour des raisons parfois antagonistes, ne les poussent pas à s'embrasser ». La discussion se poursuit autour de ses impressions et analyses sur les différents aspects de la vie tibétaine, la société, la religion, la place des femmes et la littérature. « Il n'est pas nécessaire de rouler sur l'or pour voyager et vivre heureux sur la bienheureuse terre d'Asie. » Louise Eugénie Alexandrine Marie David, plus connue sous le nom d'Alexandra David-Néel, née le 24 octobre 1868 à Saint-Mandé, morte à près de 101 ans le 8 septembre 1969, est une orientaliste, tibétologue, chanteuse d’opéra, journaliste, écrivaine et exploratrice, franc-maçonne et bouddhiste de nationalités française et belge. Elle fut, en 1924, la première femme d'origine européenne à séjourner à Lhassa au Tibet, exploit dont les journaux se firent l'écho un an plus tard et qui contribua fortement à sa renommée, en plus de ses qualités personnelles et de son érudition. 1/5) 1er et 2ème entretien : https://www.youtube.com/watch?v=KOECb.... 2/5) 3ème et 4ème entretien : https://www.youtube.com/watch?v=uVMbj.... 3/5) 5ème et 6ème entretien : https://www.youtube.com/watch?v=mjsJ_.... 4/5) 7ème et 8ème entretien : https://www.youtube.com/watch?v=ciOgl.... 5/5) 9ème et dernier entretien : https://www.youtube.com/watch?v=XJW-Q.... Sources : France Culture et Wikipédia

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (296) Voir plus Ajouter une citation
Alexandra David-Néel
sagesse66   08 septembre 2019
Alexandra David-Néel
Choisissez une étoile, ne la quittez pas des yeux. Elle vous fera avancer loin, sans fatigue et sans peine
Commenter  J’apprécie          855
Alexandra David-Néel
glennherbertgould   05 mai 2017
Alexandra David-Néel
Je suis une sauvage mon bien cher, mets toi cela en tête. Toute la civilisation occidentale me dégoûte. Je n'aime que ma tente, mes chevaux et le désert.





Correspondance avec son mari, Philippe Néel.

Commenter  J’apprécie          473
Alexandra David-Néel
Carosand   03 mars 2014
Alexandra David-Néel
« La vie en agit souvent à l’égard des hommes comme on le fait des animaux. Les tourmentant trop pour qu’ils vivent, et trop peu pour qu’ils meurent. »
Commenter  J’apprécie          470
Florel   10 mars 2011
Journal de voyage, tome 1 : Lettres à son mari, 11-8-1904 / 27-12-1917 de Alexandra David-Néel
Il fait froid et triste quand on demande aux êtres de vous être un soutient, de vous réchauffer, d'alléger le fardeau de misère inhérente à toute existence. Nul d'eux n'a réellement le souci de le faire, nul d'eux ne le peut vraiment. C'est en soi qu'il faut cultiver la flamme qui réchauffe, c'est sur soi qu'il faut s'appuyer.
Commenter  J’apprécie          450
joedi   18 juin 2012
Voyage d'une parisienne à Lhassa : A pied et en mendiant de la Chine à l'Inde à travers le Tibet de Alexandra David-Néel
Pendant des jours, nous marchions dans la demi-obscurité d'épaisses forêts vierges, puis, soudain, une éclairicie nous dévoilait des paysages tels qu'on n'en voit qu'en rêve. Pics aigus pointant haut dans le ciel, torrents glacés, cascades géantes dont les eaux congelées accrochaient des draperies scintillantes aux arêtes des rochers, tout un monde fantastique, d'une blacheur aveuglante, surgissait au-dessus de la ligne sombre tracée par les sapins géants.

Nous regardions cet extraordinaire spectacle, muets, extasiés, prêts à croire que nous avions atteints les limites du monde des humains et nous trouvions au seuil de celui des génies.
Commenter  J’apprécie          370
finitysend   09 novembre 2014
Au coeur des Himalayas : Le Népal de Alexandra David-Néel
Le nom de "vallée de l'ombre qui lui a été donné est pleinement justifié.L'atmosphère y est toute imprégnée de cette terreur sacrée qui émane des lieux où Shiva règne.
Commenter  J’apprécie          350
Florel   10 mars 2011
Journal de voyage, tome 1 : Lettres à son mari, 11-8-1904 / 27-12-1917 de Alexandra David-Néel
Souffrir est absurde et laid. Toute souffrance est un désordre... Mieux vaut s'accommoder des choses, ou les briser que de pleurer à la lune.







Commenter  J’apprécie          330
Florel   10 mars 2011
Journal de voyage, tome 1 : Lettres à son mari, 11-8-1904 / 27-12-1917 de Alexandra David-Néel
" Le jour où l'on renonce à manger du poulet c'est qu'on y tient plus beaucoup ou que l'on préfère à la saveur du poulet, celle des principes au nom desquels on y renonce." Vérité absolue. Et tout l'enseignement du Bouddha est là. Il n'a jamais demandé aux gens [...], de se mutiler moralement ou physiquement par la renonciation. Il leur a simplement dit de regarder, d'analyser, de se rendre compte de la valeur des choses et de se décider ensuite. Le bouddhiste ne renonce qu'à ce à quoi il ne tient plus parce qu'il en a mesuré le vide, le néant.





Commenter  J’apprécie          310
Annette55   24 mai 2020
Voyage d'une parisienne à Lhassa : A pied et en mendiant de la Chine à l'Inde à travers le Tibet de Alexandra David-Néel
«  Celui qui voyage sans rencontrer l’autre ne voyage pas, il se déplace » .
Commenter  J’apprécie          282
Alexandra David-Néel
Piatka   28 octobre 2013
Alexandra David-Néel
A l'origine de toute connaissance, nous rencontrons la curiosité ! Elle est une condition essentielle du progrès.
Commenter  J’apprécie          270

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Alexandra David-Néel (1279)Voir plus


Quiz Voir plus

Voyager en chanson

On commence sans surprise... Voyage voyage - Desireless Sur le Gange ou l'Amazone Chez les blacks, chez les sikhs, chez les jaunes Voyage, voyage .....

Sortir de mon home
Dans tout le royaume
Avec des fantômes
Fuir une heure mes mômes

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : voyages , confinement , chansonCréer un quiz sur cet auteur

.. ..