AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.12 /5 (sur 1700 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) à : Grand Lancy , le 06/03/1929
Mort(e) à : Genève , le 17/02/1998
Biographie :

Nicolas Bouvier est un écrivain, photographe, iconographe et voyageur suisse.

Issu d'un milieu protestant, rigoriste mais éclairé - son père est bibliothécaire, Nicolas Bouvier est dès l'âge de 6 ans un grand lecteur de Jules Verne, de Stevenson, de Jack London et d'Henry Michaux. Après ses deux licences à l'université de Genève, en droit et en lettres, il part pour son premier voyage au long cours, qui durera... quatre années. Il découvre la Yougoslavie, le Japon, l'Afghanistan, le Pakistan, l'Inde et Ceylan. Père fondateur du 'travel writing' moderne, il a face au voyage une attitude particulière : un mélange de farfelu, d'hédonisme, un mépris du confort et de sa santé. Chasseur d'images depuis la commande relative aux maladies oculaires faite par l'OMS en 1950, il publie surtout des récits de voyage, dont les plus célèbres sont 'L' Usage du monde' (1963) et 'Le Poisson-scorpion' (1982) qui a reçu le Prix Alpes-Jura et Prix de la Critique, ainsi qu'un recueil de poésie, 'Le Dehors et le dedans'. Mais grâce à ses nombreux voyages, il comble son plus grand désir : aller à la rencontre de l'autre. Il exerce aussi, pour pouvoir vivre, le métier d'iconographe, avant de s'éteindre, victime d'un cancer.
Il est inhumé à Cologny.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Grande soirée d?ouverture de la 16e édition du festival Lettres du monde intitulée L?usage du monde. Que nous disent les auteurs étrangers de nous-mêmes ? Que nous disent les auteurs français du monde ? Conversation sans frontières avec quatre écrivains qui nous offrent leur imaginaire pour questionner et réenchanter la vie. L?usage du monde avec Sylvie GERMAIN, Patrick CHAMOISEAU, Giancarlo DE CATALDO, Tommy ORANGE et son éditeur Francis GEFFARD. Soirée animée par Marie-Madeleine Rigopoulos, journaliste littéraire et Philippe-Jean Catinchi, le Monde. Interprètes : Christel Sabathier (Italie) et Francis Geffard (États-Unis). « Au point du jour, nous nous sommes retrouvés à la sortie de la ville avec quantité d?inconnus qui nous connaissaient ? c?est ça « être étranger. »L?usage du monde (1963), Nicolas Bouvier, éd. Payot, 2001
+ Lire la suite
Podcasts (19) Voir tous


Citations et extraits (558) Voir plus Ajouter une citation
Mistralain   12 juin 2010
L'usage du monde de Nicolas Bouvier
Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu'il se suffit à lui même. On croit qu'on va faire un voyage mais bientôt c'est le voyage qui vous fait ou vous défait.
Commenter  J’apprécie          1270
peto   25 mars 2008
L'usage du monde de Nicolas Bouvier
Ce jour-là, j'ai bien cru tenir quelque chose et que ma vie s'en trouverait changée.

Mais rien de cette nature n'est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, devant cette espèce d'insuffisance centre de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement, est peut-être notre moteur le plus sûr.
Commenter  J’apprécie          1030
lexote   05 juin 2010
L'usage du monde de Nicolas Bouvier
J’aurai longtemps vécu sans savoir grand-chose de la haine. Aujourd’hui j’ai la haine des mouches. Y penser seulement me met les larmes aux yeux. Une vie entièrement consacrée à leur nuire m’apparaîtrait comme un très beau destin. Aux mouches d’Asie s’entend, car, qui n’a pas quitté l’Europe n’a pas voix au chapitre. La mouche d’Europe s’en tient aux vitres, au sirop, à l’ombre des corridors. Parfois même elle s’égare sur une fleur. Elle n’est plus que l’ombre d’elle-même, exorcisée, autant dire innocente. Celle d’Asie, gâtée par l’abondance de ce qui meurt et l’abandon de ce qui vit, est d’une impudence sinistre. Endurante, acharnée, escarbille d’un affreux matériau, elle se lève matines et le monde est à elle. Le jour venu, plus de sommeil possible. Au moindre instant de repos, elle vous prend pour un cheval crevé, elle attaque ses morceaux favoris : commissures des lèvres, conjonctives, tympan. Vous trouve-t-elle endormi? elle s’aventure, s’affole et va finir par exploser d’une manière bien à elle dans les muqueuses les plus sensibles des naseaux, vous jetant sur vos pieds au bord de la nausée. Mais s’il y a plaie, ulcère, boutonnière de chair mal fermée, peut-être pourrez-vous tout de même vous assoupir un peu, car elle ira là, au plus pressé, et il faut voir quelle immobilité grisée remplace son odieuse agitation. On peut alors l’observer à son aise : aucune allure évidemment, mal carénée, et mieux vaut passer sous silence son vol rompu, erratique, absurde, bien fait pour tourmenter les nerfs – le moustique, dont on se passerait volontiers, est un artiste en comparaison.



Cafards, rats, corbeaux, vautours de quinze kilos qui n’auraient pas le cran de tuer une caille; il existe un entre-monde charognard, tout dans les gris, les bruns mâchés, besogneux au couleurs minables, aux livrées subalternes, toujours prêts à aider au passage. Ces domestiques ont pourtant leurs points faibles – le rat craint la lumière, le cafard est timoré, le vautour ne tiendrait pas dans le creux de la main – et c’est sans peine que la mouche en remontre à cette piétaille. Rien ne l’arrête, et je suis persuadé qu’en passant l’Ether au tamis on y trouverait encore quelques mouches.



Partout où la vie cède, reflue, la voilà qui s’affaire en orbes mesquines, prêchant le Moins – finissons-en…renonçons à ces palpitations dérisoires, laissons faire le gros soleil – avec son dévouement d’infirmière et ses maudites toilettes de pattes.



L’homme est trop exigeant: il rêve d’une mort élue, achevée, personnelle, profil complémentaire du profil de sa vie. Il y a travaille et parfois il l’obtient. La mouche d’Asie n’entre pas dans ces distinctions-là. Pour cette salope, mort ou vivant c’est bien pareil et il suffit de voir le sommeil des enfants du Bazar (sommeil de massacrés sous les essaims noirs et tranquilles) pour comprendre qu’elle confond tout à plaisir, en parfaite servante de l’informe.



Les anciens, qui y voyaient clair, l’ont toujours considérée comme engendrée par le Malin. Elle en a tous les attributs : la trompeuse insignifiance, l’ubiquité, la prolifération foudraoyante, et plus de fidélité qu’un dogue (beaucoup vous auront lâché qu’elle sera encore là).



Les mouches avaient leurs dieux : Baal-Zeboub (Belzébuth) en Syrie, Melkart en Phénicie, Zeus Apomyios d’Elide, auxquels on sacrifiait, en les priant bien fort d’aller paître plus loin leurs infects troupeaux. Le Moyen-Age les croyait nées de la crotte, ressuscitées de la cendre, et les voyait sortir de la bouche du pécheur. Du haut de sa chaire, saint Bernard de Clairvaux les foudroyait par grappes avant de célébrer l’office. Luther lui-même assure, dans une de ses lettres, que le Diable lui envoie ses mouches qui “ "conchient son papier” ".



Aux grandes époques de l’empire chinois, on a légiféré contre les mouches, et je suis bien certain que tous les Etats vigoureux se sont, d’une manière et de l’autre, occupés de cet ennemi. On se moque à bon droit – et aussi parce que c’est la mode – de l’hygiène maladive des Américains. N’empêche que, le jour où avec une esquadrille lestée de bombes DDT ils ont occis d’un seul coup les mouches de la ville d’Athènes, leurs avions naviguaient exactement dans les sillage de saint Georges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          560
GabySensei   11 juillet 2011
Chronique japonaise de Nicolas Bouvier
Si l'on ne peut plus guère progresser aujourd'hui dans l'art de se détruire, il y a encore du chemin à faire dans l'art de se comprendre.

(P 113)
Commenter  J’apprécie          460
Piatka   26 septembre 2018
Iles où le vent nous mène de Nicolas Bouvier
INFINIE LITANIE DES ÎLES



Île tranchée comme un cou du corps du monde

Île comme un rond de fumée dans l’air du large

Île finie dont on fait

infiniment le tour

Île au goût de goutte solidifiée

Île niveau de terre en mer

Île dont le pluriel est archipel

le synonyme bulle et bateau l’antonyme

île sinueux trait fermé, île paume ouverte

Île en fin de course et de compte

Île en escale sur une ligne de vie

Île oasis, île ghetto, île carrefour,

Île prison aux barreaux de noyade

Île assassinée par un pont

Île endormie qui se réveille lagune

Île née pour porter un seul arbre

Île perdue par distraction

Île en allée en îlots sous la pression du feu

Île évaporée qui renaît dans les larmes

Île comme un lit, île sous la paupière

Île enfantine à dessin

il n’y a dans l’île qu’un trésor c’est l’île.



CONSTANTIN KAÏTERIS, terres séparées
Commenter  J’apprécie          420
fanfanouche24   05 décembre 2013
Routes et déroutes de Nicolas Bouvier
Depuis la toute petite enfance, j'ai une fringale de connaissances disparates et un peu tsiganes. Je chéris ce qu'on appelle la culture générale et je bricole de petits morceaux de savoir comme on ramasserait les morceaux épars d'une mosaïque détruite, partout où je peux, sans esprit de système. Et je vois ces choses se mettre en place, d'une façon mystérieuse, comme à l'intérieur d'une sphère où tout conspirerait à achever une sorte d'ensemble harmonique, polyphonique. Encore maintenant, à chaque fois que je peux glaner un petit truc, à gauche ou à droite, je suis content comme un gamin qui va marauder des œufs dans des nids de passereaux. La seule chose qui me fasse accepter l'idée de vieillir, c'est de compléter cette mosaïque encore lacunaire. (p. 55)
Commenter  J’apprécie          422
brigittelascombe   24 août 2011
Chronique japonaise de Nicolas Bouvier
Mais c'est le propre des longs voyages que d'en ramener tout autre chose que ce que l'on allait y chercher.
Commenter  J’apprécie          400
meyeleb   14 mai 2012
Oeuvres complètes de Nicolas Bouvier
Pour les vagabonds de l'écriture, voyager, c'est retrouver par déracinement, disponibilité, risques, dénuement, l'accès à ces lieux privilégiés où les choses les plus humbles retrouvent leur existence plénière et souveraine.
Commenter  J’apprécie          380
fanfanouche24   02 juillet 2020
La guerre à huit ans de Nicolas Bouvier
L'enfance est un état de convoitise et de peur où tout ce qui arrive pour la première fois, cadeau ou blessure, laisse une marque indélébile. (p; 12)
Commenter  J’apprécie          200
Renod   02 juin 2016
L'usage du monde de Nicolas Bouvier
La nuit était presque tombée, le ciel s’était couvert. Comme je me levais pour voir par la fenêtre si l’averse menaçait, le vieux M…, qui a poussé très loin l’art de vivre tranquille, me retint gentiment par la manche… « s’il pleut, le chat rentrera. »
Commenter  J’apprécie          370

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

L'usage du monde - Nicolas Bouvier

En juin 1953 débute l’aventure. Nicolas et Thierry partent-ils à pied, en voiture ou à dos d’âne ?

à pied
en voiture
à dos d’âne

10 questions
108 lecteurs ont répondu
Thème : L'usage du monde de Nicolas BouvierCréer un quiz sur cet auteur

.. ..