AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.98 /5 (sur 379 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Caen , 1976
Biographie :

Alexandra Koszelyk est une est écrivaine et professeure de Lettres Classiques.

Diplômée à l'Université de Caen Normandie, elle travaille à Saint-Germain-en-Laye depuis 2011.
Elle enseigne, en collège, le français, le latin et le grec ancien. Elle est aussi formatrice Erasmus en Patrimoine et Jardins.

"À crier dans les ruines" (2019) est son premier roman, publié aux Forges du Vulcain, puis Points pour le format poche.

Elle est l’un des quatre lauréats des Talents Cultura 2019 et a remporté le Prix de la librairie Saint Pierre à Senlis, de la librairie Mérignac Mondésir , le Prix Infiniment Quiberon, et le Prix Totem des Lycéens.

Finaliste du Prix du jeune mousquetaire, de celui de Palissy, et du prix Libraires en Seine, le roman concourt pour le prix des lycéens de la région Île de France 2020.
Le format poche est sélectionné pour le prix du meilleur roman Points

page Facebook : https://www.facebook.com/AlexandraKzk
Twitter : https://twitter.com/alexandrakzyk
+ Voir plus
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandra_Koszelyk
Ajouter des informations
Bibliographie de Alexandra Koszelyk   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Selectionnée pour le Prix Libraires en Seine 2020 pour son premier roman "A crier dans les ruines", éditins Aux forges de Vulcain, Alexandra Koszelyk est allée à la rencontre des lecteurs des libraires en Seine. Retour en images sur sa soirée à la librairie l'Amandier à Puteaux le 3 mars, quelques jours avant le confinement. Une soirée littéraire pleine de rires et de bonne humeur!!!


Citations et extraits (164) Voir plus Ajouter une citation
Cancie   13 février 2020
À crier dans les ruines de Alexandra Koszelyk
C'est le nouvel eldorado des animaux. Quel paradoxe ! des scientifiques ont même démontré que la radioactivité serait moins néfaste pour les animaux que l'agriculture, la chasse ou encore la déforestation. L'animal se débrouille mieux sans l'homme.
Commenter  J’apprécie          462
Ladybirdy   06 octobre 2020
À crier dans les ruines de Alexandra Koszelyk
Les radiations sont là, elles ont la force d’une armée de l’ombre insidieuse : aucun radar militaire ne peut les détecter.

Elle recouvrent les arbres, les fleurs et les routes. Elle momifient la nature et l’ankylosent. Sous leur joug, la nature devient impotente. Elle ne sera bientôt plus qu’un squelette vide de ses viscères. Elle chancelle, elle voudrait trouver un refuge, mais chaque parcelle de vie s’ensevelit irrémédiablement sous une Parque qui coupe ses vaisseaux de sève un à un. Son agonie commence. À côté de cette parade, les trompettes de l’Apocalypse sont des flutiaux aigrelets, et les Cavaliers de la Mort d’inoffensifs chevaux d’un manège pour enfants. C’en est fini pour elle, elle n’a plus qu’à ajuster avec dignité son masque funéraire. Les feuilles des arbres se teintent d’un rouge sombre et ploient sous le poids de la gravité, les rameaux se courbent comme des vieillards qui ont trop vécu.
Commenter  J’apprécie          352
Cancie   09 février 2020
À crier dans les ruines de Alexandra Koszelyk
Quelques téméraires décideraient de rester cachés dans cette forêt à l'agonie, et de crever sur leur terre, car cette amputation était inconcevable pour eux. Certains seraient débusqués par les militaires et renvoyés immédiatement dans un car. Ils devaient quitter la Zone. les expulsés seraient relogés pour la plupart dans des appartements de fortune à la périphérie de Kiev. Pendant trois jours, sur les routes, des cars bondés d'exilés répondraient à la régularité métronomique des convois militaires.
Commenter  J’apprécie          350
Cancie   07 février 2020
À crier dans les ruines de Alexandra Koszelyk
Pripiat défie les lois, la vie s'étale malgré la ruine, et appose un pansement providentiel. Les arbres clament leur regain, même si l'agitation tragique du passé bruit encore sur chacune de leurs ramifications. Chaque feuille projette son éventail de couleurs, dans lequel se reflète l'incendie qui a dévoré cette région un certain 26 avril 1986.
Commenter  J’apprécie          340
Cancie   13 février 2020
À crier dans les ruines de Alexandra Koszelyk
"En 1986, il y a eu une autre catastrophe : l'explosion de Challenger. Il paraît que cela a fait perdre vingt ans au programme spatial international. Tout ça pour sept morts. Et Tchernobyl ? Combien de morts ? Combien d'années cela a-t-il fait perdre ? Aucune. Dans le monde, les réacteurs nucléaires ont continué de proliférer, comme si tout le monde avait détourné le regard. Comme si notre ville avait été enfouie sous le tapis. L'humanité ne peut pas gérer ce genre de vérité. Voilà la vraie raison. tout cela nous dépasse."
Commenter  J’apprécie          322
Cancie   12 février 2020
À crier dans les ruines de Alexandra Koszelyk
Nous n'avons aucun signe extérieur de maladie, aucun bouton, et pourtant, les autres ont peur. On les entend chuchoter derrière nous. Ça me met en colère. on nous rend honteux d'avoir survécu.
Commenter  J’apprécie          330
Cancie   08 février 2020
À crier dans les ruines de Alexandra Koszelyk
Dans le centre de Priapat, rien n'a encore changé. les autorités n'ont prévenu personne. Moscou vient d'être mis au courant, mais rien ne filtre. Tout est sous contrôle. Deux mondes disjoints cohabitent déjà.
Commenter  J’apprécie          310
Cancie   10 février 2020
À crier dans les ruines de Alexandra Koszelyk
Autour d'elle, il n'y avait que des adultes évanescents ; son père était un mur, sa grand-mère pleurait et sa mère s'était occidentalisée : ses nouvelles amies l'appelaient Nathalie. Natalia faisait partie du passé. Un H s'était inséré, telle la hache qui fend la bûche, et le A prononcé bouche ouverte avait été remplacé par un E fantôme. Deux lettres pour tout changer.
Commenter  J’apprécie          303
Cancie   11 février 2020
À crier dans les ruines de Alexandra Koszelyk
Les livres n'étaient pas seulement des outils pour apprendre le français ou pour s'évader ; ils comblaient cette absence qui la dévorait et étaient un pont de papier entre les rives de ses deux vies. la lueur d'une bougie blèche au fond d'une caverne.
Commenter  J’apprécie          300
Cancie   07 février 2020
À crier dans les ruines de Alexandra Koszelyk
Un hoquet sort de la bouche de Léna. Sa terre est devenue une simple attraction touristique. Sa ville natale est un cimetière dont le sol subit chaque jour les semelles des touristes. Ils écrasent une terre irradiée, calcinée par le feu.
Commenter  J’apprécie          300

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Qui est cet écrivain français célèbre ?

Le début de son prénom : c'est ce qui reste du café après infusion de celui-ci

Lie
Gouttes
Marc

5 questions
117 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..