AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.9/5 (sur 83 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Villeneuve-Saint-Georges , le 11/11/1937
Biographie :

André Brugiroux (né le 11 novembre 1937 à Villeneuve-Saint-Georges) est un globe-trotter et écrivain français qui a visité tous les pays et territoires du monde entre 1955 et 2005, le dernier étant le Mustang. . Il s'est également donné pour mission de faire connaître la foi bahá'íe à travers la planète.

Né à Villeneuve-Saint-Georges d’un père ouvrier à la SNCF et d’une mère comptable, il a passé son enfance à Brunoy, dans le sud de la Seine-et-Oise.
Sa mère lui a donné involontairement le goût de l’évasion et lui a fourni la clé de sa débrouillardise future en l’inscrivant aux boy-scouts. Le totem que lui donnèrent ceux-ci lui va comme un gant : « fouine babillarde »
Son enfance a été marquée par la guerre et son tour du monde a eu pour finalité de savoir si la paix sera possible un jour. La terre n’est qu’un seul pays, titre de son premier livre ainsi que de son film, est la conclusion et l’idée maîtresse de son premier périple qui a duré 18 ans sans rentrer (de 1955 à 1973), et au cours desquels il a parcouru 400 000 km en stop avec un dollar par jour à travers 135 pays sur tous les continents.
Parti en 1955, à l’âge de 17 ans, avec un diplôme de l’École hôtelière de Paris et 10 francs en poche, il a d’abord travaillé 7 ans en Europe pour apprendre des langues tout en faisant des petits boulots. Entre ses séjours en Espagne et en Allemagne fédérale, il a dû effectuer son service militaire au Congo (1958 et 1959).
Ensuite, après avoir économisé 3 ans en travaillant comme traducteur au Canada (de 1965 à 1967), il a pu visiter la planète durant 6 ans sans travailler. Il s’est déplacé uniquement en stop (avion – bateau – voilier), en ne dépensant en moyenne qu’un dollar par jour.
Lors de son périple, il a été incarcéré sept fois, a failli se faire tuer plusieurs fois, a été déporté, volé… Il a vécu chez le docteur Schweitzer à Lambaréné et les hippies de San Francisco, chez les coupeurs de tête à Bornéo, les bonzes à Bangkok, il a pu étudier dans une école de yoga en Inde et travailler dans un kibboutz en Israël, il a aussi connu le trafic de pierres précieuses à Ceylan, les camps de réfugiés au Cambodge, etc.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de André Brugiroux   (8)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo

André Brugiroux
Jacques CHANCEL s'entretient avec André BRUGIROUX, écrivain, voyageur pourquoi il a fait le tour du monde, sa quête spirituelle, a visité 135 pays, les langues qu'il a apprises, explique les deux périodes de son voyage, son livre La Terre n'est qu'un seul pays, raconte ses aventures de voyage en stop, a abandonné l'idée de créer une famille. A fait de la prison, ce que lui a appris le...

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
L'affection présente un danger certain pour celui qui veut toujours aller plus loin.
Commenter  J’apprécie          120
La minute qui compte dans le désert pour votre bourlingueur, c'est celle de la première gorgée de thé après une journée éprouvante de piste. De ce thé brûlant avalé assis sur le sable chaud en écoutant crépiter un feu d'épineux. Minute rédemptrice. (p.240). extrait du carnet de route du 5 mars 1979.
Commenter  J’apprécie          70
L’Inde démunie est une cour des Miracles portée à la puissance 10, et Calcutta est la capitale de cette diaspora des oubliés de la création. Comme il est difficile de demander à un pays, où un dixième de la population vit, couche et meurt dans la rue, d’ouvrir ses portes à l’étranger de passage, je me retrouve à plusieurs reprises dans l’obligation de dormir moi-même sur le trottoir, au milieu de familles entières dont certaines, complètement nues, n’ont même pas un reste de haillon pour protéger leur intimité, rien que la crasse.
Commenter  J’apprécie          20
Alors, je me jette dans la gueule du loup et passe au Cambodge.
Là, tout n'est que chaos et larmes.
Tous ceux qui ont 16 ans révolus circulent avec une arme. Et s'en servent !
Persécutions, vengeances personnelles, massacres, les horreurs de la guerre se repaissent ici comme ailleurs de la bêtise humaine, et les corps gonflés glissent à n'en plus finir sur le Mékong.
Commenter  J’apprécie          20
... je m'installe quelque temps à San Francisco, où je vis parmi les hippies pour découvrir qui ils sont vraiment.
Non sans une certaine appréhension d'ailleurs, car ils sont alors présentés par la presse américaine unanime comme de dangereux trouble-fêtes. Allons donc ! Ce sont juste des boulons à tête ronde dans un monde exclusivement formaté pour des boulons à tête carrée, à qui toute réflexion sur le fonctionnement de la machine infernale chère à Charlie Chaplin semble interdite.
- Moi, je ne peux pas me perdre, me lance un jour l'un de ces chevelus du Haight-Ashbury, parce que je ne sais pas où je vais ! (p.106-107)
(propos recueillis en 1969)
Commenter  J’apprécie          10
Djibouti (…) : Après qu’on a excisé les fillettes d’un coup d'ongle, on leur suture les lèvres portées à vif avec des aiguilles d’acacia afin qu’en cicatrisant elles se soudent (ne laissant qu’une petite ouverture pour que l’urine et les menstruations puissent s’écouler). Tout ceci sans la moindre anesthésie, bien sûr. Au mariage, un coup de silex ou de couteau pour rouvrir, et la mariée est prête ! Bonjour l’amour. À chaque accouchement, il faut rouvrir également. Une femme peut ainsi subir plusieurs ré-infibulations et dés-infibulations au cours de sa vie.
Commenter  J’apprécie          10
Oh ! Naturellement, j’ai beau être Scorpion et considérer la vie comme un champ de bataille et chacun des défis proposés par le quotidien comme autant de combats à gagner, il m’arrive de toucher mes limites et de craquer. Au moins dans ma tête. En relisant le journal de bord que je rédigeais scrupuleusement, chaque jour qu’a duré mon premier périple en stop de six ans, j’ai remarqué que le mot « dur » y apparaissait beaucoup plus souvent que je ne l’aurais imaginé, surtout à la fin, après la dysenterie.
Commenter  J’apprécie          10
Le stop, c’est de la tauromachie, de la pêche au gros, du zen, de la psychologie appliquée, de l’art. Le stop est la Voie royale du voyageur, une voie initiatique mêlant la méditation à l’action la plus déterminée. Car le paradoxe du stop est qu’il vous rend à la fois complètement libre (besoin de rien pour le pratiquer) et totalement dépendant : l’exacte condition humaine.
Commenter  J’apprécie          10
Je fixais dans les yeux, souriant pour inspirer confiance, chacun des conducteurs qui me dépassait. Je savais qu’on allait me prendre mais ignorais quand. Il n’y a vraiment pas de loi. Pour être plus précis, au terme de six années de pratique, j’avais découvert deux principes qui régissent l’auto-stop : le point stratégique et savoir attendre.
Commenter  J’apprécie          10
L’Inde, une autre dimension. Elle vous saisit à la gorge. Chaque seconde, le sublime côtoie le sordide et cette terre par excellence des paradoxes est capable de marier à la spiritualité et l’analyse de la conscience les plus hautes une indifférence absolue pour le malheur d’autrui.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de André Brugiroux (135)Voir plus

Quiz Voir plus

Quelle partie du corps ?

Kiev, 1919. La ville est tombée aux mains des bolcheviks en février et le nouveau pouvoir s'y met en place tant bien que mal alors que la guerre civile fait rage : la région est en proie à des combats opposant les troupes de l'indépendantiste ukrainien Petlioura, l'armée blanche de Denikine, les anarchistes de Makhno. ... de Kiev (Andreï Kourkov)

La tête
Le pied
L'oreille

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..