AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.41 /5 (sur 139 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 1er déc. 1953
Biographie :

Il est le fils de deux personnalités de la télévision française (Georges de Caunes et Jacqueline Joubert) et il est le père de la comédienne Emma de Caunes.

Il commence sa carrière d'homme public à la fin des années 1970 en tant que créateur et animateur de Chorus. Quasi seul à cette époque à défendre le rock à la télé publique, il organise et retransmet de vrais concerts de rock filmés à l'Empire.

Il écrit, sous le pseudonyme de Paul Persavon, avec l'aide de Jean-Luc Azoulay plusieurs génériques de dessins animés d'Antenne 2.

Sa passion pour le rock l'amène à produire et à présenter l'émission "Houba-Houba" pour Les Enfants du rock ainsi que "Rapido". Cette émission initialement diffusée sur TF1 en 1987, propose notamment des performances d'artistes en live. Mais d'une heure, la chaîne nouvellement privatisée, réduit la durée à trente minutes.

Antoine De Caunes intègre assez rapidement les contraintes qui lui sont imposées, change le style de son émission, qui émigre sur Canal Plus.

C'est ainsi qu'il se crée un personnage d'animateur au ton ironique et au débit ultra-rapide. Il a également présenté et produit ces émissions en Grande-Bretagne en version anglaise.

Antoine de Caunes anime de 1984 à1987 une émission radio nommée "Marlboro Music". Cette émission était enregistrée dans les studios de JMS Productions à Paris avec des reportages enregistrés aux États-Unis. Antoine de Caunes se déplaçait ainsi toutes les semaines de ville en ville, faisant découvrir à la vieille Europe le son des différentes villes des États-Unis.

Antoine de Caunes participe ensuite aux débuts de l'aventure Canal+. Il joue un rôle d'humoriste dans l'émission "Nulle part ailleurs" de 1987 à 1995, avec l'aide des auteurs Albert Algoud (introduction) et Laurent Chalumeau (sketches de fin). Il y a été le trublion qui animait la venue de l'invité, plus calmement interviewé par le présentateur Philippe Gildas. De Caunes faisait l'introduction de l'émission, posait des questions comiques au milieu. Le public attendait surtout le final pendant lequel Antoine de Caunes, souvent accompagné de José Garcia, tous deux déguisés, concluait l'heure d'émission.

Dans le même temps, à partir de 1993, il anime avec le créateur de mode Jean-Paul Gaultier puis seul une émission burlesque sur une chaîne britannique. Il quitte l'émission "Nulle part ailleurs" pour se lancer dans le cinéma à travers cet art.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Le groupe Magma sur la scène du Théâtre de l'Empire à Paris www.ina.fr Sur la scène du Théâtre de l'Empire, à Paris, le groupe MAGMA interprète "Hhai" et "On a dit que Magma était mort". Ces deux morceaux sont entrecoupés d'une interview, menée par Antoine de CAUNES, de Christian VANDER, batteur et leader du groupe. Catégorie People et blogs Licence Licence YouTube standard
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Antoine de Caunes
carre   06 septembre 2013
Antoine de Caunes
« Contrairement à l'immense majorité des intellectuels, le riz, pour être cultivé, exige une certaine chaleur. »

Commenter  J’apprécie          280
fichetoux   04 juillet 2013
Petit dictionnaire amoureux du rock de Antoine de Caunes
A cheval sur deux générations, j'observe avec amusement-et parfois consternation-que la tendance s'est littéralement inversée entre la mienne et celle qui a suivi. Nos pères détestaient le rock-ce qui nous donnait une raison supplémentaire pour l'aimer-tandis que nos fils l'adorent. Pour la première fois depuis longtemps, et je laisse le soin aux spécialistes de dater ça au carbone 14, nous aimons la même musique. Est-ce une bonne nouvelle, ou au contraire le signe que c'est la fin des haricots ?
Commenter  J’apprécie          151
cecilit   19 mai 2019
Dictionnaire amoureux du Rock de Antoine de Caunes
En ce matin de novembre, alors que la pluie balaie le jardin des Tuileries sous un ciel de plomb, comme pour pleurer les morts récentes de Francis Girod , Philippe Noiret et Robert Altman, je maraude en librairie, rue de Rivoli, fidèle au précepte de Philippe Djian selon lequel lorsqu'on va mal, c'est le libraire qu'il faut préférer au pharmacien.
Commenter  J’apprécie          100
volubilae   22 janvier 2017
Dictionnaire amoureux du Rock de Antoine de Caunes
C'est du reste en causant peine de cœur que je repensais à cette balade figurant sur "Noise" {...} : "Fuck U", au moment où c'est Craig Walker qui tenait le micro. De tous les textes d'Archive, majoritairement guillerets comme une procession de la Toussaint, celui-ci, en particulier, a toujours fait ma joie. On appellera ça une ballade déchirante dans tous les sens du terme, puisque le narrateur, le cœur brisé, explique à la responsable de ses tourments l'estime qu'il lui porte avec une crudité peu commune dans les chansons d'amour - même malheureuses - et le plaisir qu'il prendrait à la déchirer en confettis en lui présentant l'addition.
Commenter  J’apprécie          90
cecilit   21 mai 2019
Dictionnaire amoureux du Rock de Antoine de Caunes
J'attaque donc l'interview par cette question cruciale, à laquelle la France entiere attend une réponse :

- Alors, tu fais du rock ou de la variété ?

Johnny me fixe quelques instants, Va-t-il me répondre ? Et si oui, quand ? Il se décide :

- Humm... il faut remettre les pendules en place.

J'attends la fin de la phrase. Rien ne vient. Il me fixe. Un loup un peu las, et un peu là. Je l'encourage.

- Tu veux dire à l'heure ?

Il hausse les epaules et fait la moue pour bien montrer qu'il trouve que je chipote et dit :

- Oui, OK, si tu veux : à leur place.
Commenter  J’apprécie          70
SZRAMOWO   09 décembre 2014
Magma de Antoine de Caunes
Et l'occasion arrive. Début 1969. Laurent Thibault, bassiste et chef d'orchestre, contacte Christian pour une tournée de casinos, avec, entre autres, Francis Moze à l'orgue et Zabu au chant. Il s'agit de jouer, dans des casinos français, une musique douce qui aide à digérer les multiples bulles de champagne. Comme on peut s'en douter, la tournée vire rapidement au délire. Aucun musicien ne supporte de jouer devant les faces emplâtrées qui s'offrent des rêves pétillants, avec, pour fond sonore et exotique, un ensemble de musiciens polis et réservés.

Pris d'une folie commune, ils se mettent à jouer des morceaux de Pharoah Sanders, et Christian improvise sur les mélodies en hurlant sa rage, ce qui a pour effet de le mettre littéralement en transes. Zabu déclare devant la

galerie de momies qu'ils jouent en mémoire des musiciens tués par l'incompréhension, et insulte l'assistance chamarrée en des termes admirablement bolcheviques. Comme une femme prise de douleurs avant d'accoucher, Christian hurle des imprécations jusqu'à ce qu'un mot le délivre. Ce mot, c'est "Kobaïa", qui lui inspire immédiatement une composition dont les premières moutures sont jouées dans un autre casino. "On ne crée pas

une musique, on la retrouve", dira plus tard Klaus. De "Kobaïa" naît l'idée d'un groupe qu'il décide de monter avec Laurent Thibault, sitôt rentré à Paris. Le premier Magma (inspiré de Nogma) est créé. Vander choisit ce mot pour le sentiment de puissance irrésistible qu'il évoque. En réalité, le nom original, "Uniweria Zekt Magma Composedra Arguezdra", témoigne mieux, dès le départ, du souci d'un langage autre, non usé, et prêt à exprimer dans sa pureté nouvelle des concepts depuis longtemps abîmés (sombrés) dans le langage habituel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cecilit   29 mai 2019
Dictionnaire amoureux du Rock de Antoine de Caunes
On peut rationaliser tant qu'on veut, souligner la cohérence du projet, la qualité des morceaux, l'excellence de la production, l'atout majeur de "London Calling ", d'autant plus évident avec le recul, c'est que, comme tous les disques phares qui balisent l'océan rock, il résume à lui seul un moment capital de l'histoire. Soit l'Angleterre de Margaret Tatcher, brutale, cynique, injuste, glacialement libérale.



(The Clash)
Commenter  J’apprécie          50
cecilit   29 mai 2019
Dictionnaire amoureux du Rock de Antoine de Caunes
Je m'offusque , comme dirait Max.
Commenter  J’apprécie          70
gege255   17 août 2013
Petit dictionnaire amoureux du rock de Antoine de Caunes
PAUL McCARTNEY : Vous vous rendez au Palais [Buckingham], et Sa Majesté vous y attend. La reine d'Angleterre, mon petit bonhomme, comme je vous le dis. Vous vous agenouillez, elle attrape cette grosse épée, et là, il faut lui faire une confiance aveugle. Tout peut arriver. Elle peut très bien vous avouer brutalement qu'elle ne vous a jamais aimé, et vous décapiter en invoquant la maladresse. Elle ne l'a pas fait. Elle soulève l'épée, la pose sur vous et vous déclare Sir Paul.
Commenter  J’apprécie          40
lehibook   21 décembre 2019
Dictionnaire amoureux du Rock de Antoine de Caunes
Richard dit qu'une musique doit faire pleurer , danser, boire,baiser, pu importe ,qu'elle doit déclencher quelque chose.Sinon, elle ne sert à rien, c'est de la merde , et elle se dilue dans le bruit de fond de l'époque , cette espèce de tout-à-l'égout sonore que déversent radios,magasins , restaurants, parkings et ascenseur,pour faire du bruit , pour empêcher le silence.
Commenter  J’apprécie          40
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Antoine de Caunes (236)Voir plus


Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
35 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..