AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.85/5 (sur 64 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Denis , le 30/12/1978
Biographie :

Ariane Bilheran est une psychologue et écrivaine française, spécialiste du harcèlement, de la manipulation et de la psychologie du pouvoir.

Ancienne élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, elle a fait des études de lettres classiques, de philosophie et de psychologie clinique.

En philosophie morale et politique, elle a travaillé sur la maladie de civilisation dans l’œuvre de Nietzsche et, en littérature, a étudié l’œuvre de Flaubert et la narration historique.
En psychologie clinique et psychopathologie, elle se professionnalise d'abord dans l'enfance maltraitée, tout en poursuivant ses recherches en psychiatrie sur la psychose adulte, avec une double approche psychanalytique et phénoménologique, son doctorat de psychologie et psychopathologie clinique (université Lyon II) ayant porté sur le vécu du temps dans la psychose. Elle est chargée de cours auprès de l'université Aix-Marseille I et Aix-Marseille III durant plusieurs années.

Ariane Bilheran est spécialisée dans la psychologie du pouvoir : pouvoir juste et pouvoir injuste, autorité, harcèlement, manipulation, emprise, mais aussi augmentation et rayonnement du pouvoir sur soi.

Elle a publié plus d'une vingtaine d'ouvrages en psychologie, et donné de nombreuses conférences au Canada, en Suisse, en Belgique, en Algérie, et bien sûr en France.
Ses travaux sur le harcèlement sont mondialement reconnus et lui ont valu l'inscription au Who's Who Science et Who's Who in the World.

Elle exerce comme psychologue en consultations avec des patients francophones du monde entier via skype, et partage son temps entre l'Amérique du Sud, le Canada et la France.
Ariane Bilheran dirige la société Sémiode : http://www.semiode.com

son site : http://www.etoile-psy.com/
YouTube :
https://www.youtube.com/channel/UCikCehojFg_CI-v3r__hBtg
https://www.youtube.com/playlist?list=PLxjAFWqsrNloNq0oLFNI1AnlJmu9Ndcl4

+ Voir plus
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ariane_Bilheran
Ajouter des informations
Bibliographie de Ariane Bilheran   (24)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

A. Bilheran : le déni sur la sexualisation des enfants - Juillet 2018


Citations et extraits (64) Voir plus Ajouter une citation
Ariane Bilheran
Si vous avez le courage de lire...

Cet été 2021, j’ai eu l’occasion de venir en France, pays dans lequel je n’avais pas mis les pieds depuis plusieurs années. Ce fut l’occasion pour moi de constater une sérieuse dégradation des relations humaines et des valeurs, terreau sans doute fertile pour accueillir la décompensation paranoïaque en cours.
Il me faudrait peut-être d’abord, pour le lecteur non familier de cette terminologie savante, définir clairement ce qu’est une «décompensation». La folie au sens propre est une psychose (caractérisée par le déni de réalité: la réalité telle qu’elle existe est rejetée) qui produit un délire (lequel produit une «néo-réalité» dans le discours, c’est- à-dire une narration, plus ou moins incohérente, qui raconte une autre réalité que celle qui existe). La plupart du temps, la folie est identifiable, parce que la narration se perd dans un temps et un espace qui ne correspondent pas à l’expérience, et forme une mosaïque juxtaposant des propositions grammaticales sans queue ni tête. Les néologismes (nouveaux mots) abondent, et même le non initié est alors capable d’identifier un délire. Lorsque Marion prise d’un délire maniaque confond son transistor avec son chien Médor, et se promène avec le premier en laisse dans Marseille en lui parlant pour qu’il ne se brûle pas avec les pots d’échappement des voitures, il est tout de même visible pour le néophyte que «quelque chose ne tourne pas rond».
Mais la psychose paranoïaque se caractérise quant à elle par un délire qui n’est pas aisément identifiable, car il s’apparente à la raison. Il en prend les habits, l’odeur, la couleur, la saveur, mais il n’est pas rationnel, et encore moins raisonnable. Délire de persécution, il a été dénommé «folie raisonnante» au début du XXe siècle par les psychiatres Sérieux et Capgras, sans néanmoins s’embarrasser du principe de non-contradiction. La réalité est réécrite, mais sous la perspective de l’idéologie: on fera le contraire des idéaux que l’on invoque, et surtout on persécutera des innocents désignés coupables, au nom du «Bien Commun».
La paranoïa fonctionne sur la projection : accuser l’autre de sa propre culpabilité, et en particulier les profils particulièrement innocents, qui sont donc «vierges» pour accueillir une culpabilité supplémentaire. «Quand on veut tuer son chien, on l’accuse d’avoir la rage».
Dans le délire paranoïaque, plus rien n’a de sens, mais tout prétend en avoir. La psychose paranoïaque prétend au contrôle des esprits, en orchestrant un harcèlement des groupes qui les divise en «bons» et «méchants». Les méchants sont ceux qui résistent au harcèlement, ou encore, refusent de rentrer dans la nouvelle réalité délirante, idéologique, proposée par la paranoïa. La paranoïa maîtrise les processus sectaires.
La décompensation est ce moment où le paranoïaque, qu’il soit un individu ou un groupe (car cette «folie raisonnante» est contagieuse), se met à délirer si sévèrement qu’il passe à l’acte. Car si le délire crée une nouvelle réalité pour remplacer l’ancienne, avec la paranoïa, il faut faire advenir cette nouvelle réalité. Le discours est un oracle performatif: il produit seul la réalité. Il n’y a plus de réflexivité avec l’expérience pour créer un chemin de vérité.
La parole délirante est omnipotente et entend bien le démontrer, en marquant la réalité sous le sceau de l’idéologie. Le discours n’est plus un reflet de l’expérience: c’est l’expérience qui doit se conformer au discours. Il y a bien là une négation fondamentale de ce que les psychanalystes appellent le principe de réalité.
Dans un article d’Hannah Arendt intitulé «Les germes de l’internationale fasciste», la philosophe note :
«C’est un aspect trop négligé de la propagande fasciste qu’elle ne se contentait pas de mentir, mais envisageait délibérément de transformer ses mensonges en réalité. Ainsi, Das Schwarze Korps reconnaissait quelques années avant le début de la guerre que les peuples étrangers ne croyaient pas réellement les nazis quand ils prétendaient que tous les Juifs sont des mendiants et des vagabonds qui ne peuvent subsister que comme des parasites sur l’économie des autres nations; mais, prophétisait-il, l’opinion publique étrangère aurait en l’espace de quelques années l’occasion de s’en convaincre, quand les Juifs allemands auraient été poussés hors des frontières précisément comme un tas de mendiants. Personne n’était préparé à ce type de fabrication d’une réalité menteuse. La caractéristique essentielle de la propagande fasciste n’a jamais été ses mensonges, car le mensonge est un caractère à peu près commun de la propagande, partout et en tout temps.
Ce qu’exploitait essentiellement cette propagande, c’était l’antique préjugé occidental qui confond la réalité et la vérité, rendant ainsi «vrai» ce qui ne pouvait jusque-là être donné que comme un mensonge. C’est pour cette raison que toute argumentation contre les fascistes — la prétendue contre-propagande — est si profondément dépourvue de sens: c’est comme si l’on débattait avec un meurtrier potentiel pour savoir si sa future victime est vivante ou morte, en oubliant complètement que l’homme est capable de tuer et que le meurtrier, en tuant la personne en question, peut à tout instant démontrer la justesse de son affirmation.»
En clair, le délire paranoïaque persécute, au nom de ce qu’il prophétise. Et ce qu’il prophétise, il le fait tout simplement advenir.
«Il y aura des quantités de morts!!!», dit-il. Et de fait, à force d’interdire les traitements qui soignent les patients, il est fort probable que ces morts arrivent. De plus, la narration idéologique justifie la persécution par la légitime défense. Avec la paranoïa, il est autorisé de tuer puisque c’était pour se défendre ! Le meurtre est justifié et justifiable, puisqu’il est désormais permis de transgresser, au nom du Bien Commun.
Le moment de la décompensation paranoïaque, c’est-à-dire du déchaînement du délire, est extrêmement violent. Ceux qui côtoient des psychotiques, et en particulier, des paranoïaques, le savent très bien. Les bouffées délirantes procèdent par phases, avec des accalmies.
C’est bien ainsi que l’on peut analyser les persécutions nazies: entre deux rafles, il y avait des assouplissements de mesures. Ça s’enflammait, puis se calmait, avant de s’enflammer à nouveau, exactement sur le mode de la bouffée délirante.
Par exemple, le 16 avril 1944, les 220.000 Juifs de Budapest (représentant 20% de la ville) durent s’installer dans les 1948 «maisons à étoiles jaunes», autorisés à ne sortir que trois heures par jour pour les courses, aller aux bains et aux rendez-vous médicaux. S’ensuivirent la confiscation des œuvres d’art et les expropriations, l’interdiction d’exercer une profession intellectuelle et la suppression de 500.000 volumes d’auteurs juifs. Le 1er mai 1944, le décret du 22 avril est mis en application, stipulant des rations alimentaires inférieures pour les Juifs. Entre le 15 mai et le 9 juillet 1944, Eichmann organisa, avec d’autres décideurs hongrois, la déportation de 437.402 personnes à Auschwitz-Birkenau. Mais en juillet, la décision de déporter tous les Juifs de Hongrie fut brutalement arrêtée. Dans le même temps, le confinement fut légèrement assoupli: les Juifs de Budapest purent sortir de chez eux six heures par jour, mais surtout, fin août 1944, ils furent autorisés à participer à certaines fêtes juives ainsi qu’à travailler. Les déportations reprirent sur le dernier trimestre de l’année 1944.
On voit bien que cela procède par vagues, lesquelles correspondent à des moments collectifs de bouffées délirantes, qui retombent par moments. Et ces vagues vont crescendo jusqu’à terme: soit la paranoïa collective est vaincue par la guerre, soit elle s’autoconsume dans une logique d’autodestruction (Hannah Arendt notait dans le même article d’ailleurs que les Nazis n’en avaient rien eu à faire de la destruction de l’Allemagne qu’ils avaient pourtant tant glorifiée dans l’idéologie dominante). À moins peut-être qu’elle ne rencontre suffisamment de résistance? Nous sommes aujourd’hui encore à la croisée des chemins, et les mois à venir seront déterminants. Il faut et il suffit que les masses cessent de croire dans l’idéologie mensongère.
Le délire paranoïaque occupe tout l’espace psychique, et vous fige dans «le temps des glaciations». Le psychisme, pris au piège dans le non-sens, se réfugie alors dans le clivage qui lui est proposé: désigner un ennemi du malheur est tentant, et facile, surtout que c’est bien ce que fait systématiquement le harceleur. Si cela va mal, ce n’est pas à cause du harceleur, non! C’est à cause de celui qui lui résiste bien entendu! La narration délirante tourne en rond, et capturés dans le tourbillon d’informations reçues chaque jour tous azimuts, où les vents soufflent tous de façon anarchique et contraire, sans plus permettre de distinguer sa route, nous restons sidérés. Car c’est bien d’une tourmente délirante dont il s’agit. Le contrôle est confondu avec la santé; les soins seront désormais refusés à une partie de la population, sur des critères tout à fait clairs: que crèvent ceux qui refusent l’objet fétiche de l’illusion délirante! «Ce qui nous sauvera, c’est le vaccin!» Bien que les discours politico-médiatiques aient annoncé que «le vaccin rendait libre», eh bien ce n’est pas vrai. Des «vaccinés» doivent passer des tests PCR car ils peuvent être contagieux. Quel est donc le sens de séparer dans les classes les enfants «vaccinés» et les enfants «non-vaccinés», comme le propose le ministre de l’Éducation Nationale en France, Jean-Michel Blanquer, si les «vaccinés» peuvent être tout autant contagieux? Tout ceci n’a plus ni queue ni tête!
Le délire paranoïaque cambriole tout l’espace psychique, et empêche tout recul et toute pensée, car il fonctionne de façon frénétique, au moment de la décompensation, par images chocs et passages à l’acte transgressifs.
(suite en commentaire)
Commenter  J’apprécie          336
La corruption du langage constitue le socle fondamental de l’instauration des tyrannies. Mais ce que l’on pensait circonscrit à l’usage d’une sophistique médiatique et politique, on finit par découvrir que cela touche aussi ce que les sciences ont de plus précieux : le langage mathématique.
Commenter  J’apprécie          240
Ainsi, aussi incroyable que cela puisse paraître, toute la “déclaration des droits sexuels” est fondée sur un sophisme manipulant l’opinion publique en ayant faussé le raisonnement logique. [...] Lequel sophisme a pour conséquence d’entraîner un pervertissement des mœurs de la société, et d’encourager à la libre pratique sexuelle des pédophiles. [...] Le simple fait de parler de “droits sexuels”, c’est-à-dire, de “sexualité” pour l’enfant relève d’une transgression psychique majeure.
Commenter  J’apprécie          210
Les choses avaient été calées de longue date, par consentement tacite. Il fallait qu'elle crève, la vieille. L'agonie, la leur comme la sienne, n'avait que trop duré.
Commenter  J’apprécie          200
Au décès de la vieille, il n'y eut point de pleureuses.
Elle avait déjà choisi et payé sa tombe bien avant terme, auprès de l'un des meilleurs marbriers de France : son existence n'avait pas été banale, il en serait de même pour sa pierre tombale. Sur le granit bleu nervuré du Tarn, était ciselée une gravure en or, de style antique, la devise des Girolami-Cortona, "Virtus et Prudentia".
Commenter  J’apprécie          190
Au quotidien, la personne [avec une grande qualité d'âme, une personne solaire]
a un certain détachement avec les situations.

Elle connaît la valeur du temps (...)
et sait que les crises sont plus des étapes de transformation dans un processus au long cours
qu'une fin sans appel et sans issue.

Elle sait, parce qu'elle l'a appris, prendre de la hauteur, prendre de la distance,
prendre le temps de la réflexion, réagir avec mesure et discernement.
Commenter  J’apprécie          161
Souvenez-vous toujours que les rencontres avec lesquelles vous allez nouer des liens sont des miroirs de vous-même. De plus, par votre posture, votre attitude, vos émotions, vous allez "révéler" l'autre, en positif ou en négatif.

Il existe des couples d'amoureux qui s'aident à grandir et à croître vers un épanouissement mutuel. En revanche, il existe aussi des couples qui vont s'entraîner vers le pire !
Commenter  J’apprécie          160
Il est d'anciennes familles nobles qui sonnent comme des fins de race. La noblesse s'y éternise dans une finesse des traits, un timbre de voix, un menton haut perché, une délicatesse des mains, une silhouette consolidée par une gloire de plusieurs siècles. Des distorsions temporelles se repèrent, une difficulté à s'insérer dans le monde moderne, des principes qui n'ont plus cours, des traditions dévêtues de leur sens, et des valeurs d'époques surannées. En particulier, les anciennes noblesses portent en leur sein l'empreinte de ces empires révolus, qui scellaient leur puissance sur des pays conquis et des mondes vaincus. Il règne, dans ces grandes familles, une mélancolie profonde, une tristesse affectant la bile des organes, des humeurs déchirées de joie, de mystère et de désespoir, la nostalgie d'un âge d'or que l'on suppose évanoui, sans se résigner pour autant, dans l'espoir qu'il réapparaisse enfin, au terme de ces temps d'errance. La domination y est une façon d'incarner un monde, un style, une folie du vivant qui ne survit que dans le vibrato de la prédation. Ainsi les nobles d'anciens âges portent encore les signes d'une déviance interne du pouvoir tout en conservant l'âme des justes. C'est dans ce contraste, précisément, qu'erraient les Girolami-Cortona : entre déchéance et idéal. Ainsi en va-t-il des affreuses délices d'une gloire passée.
Commenter  J’apprécie          130
L'identification des êtres bénéfiques requiert une écoute à soi-même. Dans quel état vous sentez-vous lorsque vous êtes en présence de telle ou telle personne ? De manière générale, une telle présence vous accueille tel que vous êtes. Elle ne vous demande rien, n'attend rien de vous, n'en exige rien.

Elle n'est pas intrusive et vous accueille dans un espace bienveillant où vous vous sentez pleinement libre d'être qui vous êtes.

Elle peut vous transmettre de la joie et vous faire ressentir l'importance de votre existence.
Car vous êtes absolument nécessaire à ce monde et vous êtes unique.
Commenter  J’apprécie          130
Revenons à la qualité de présence, qui suppose l'harmonie de l'âme, c'est-à-dire une unité entre le corps et l'âme, ainsi qu'une beauté de l'âme.

Cette harmonie se manifeste par un amour de la vie et se traduit par une façon renouvelée d'apprécier la vie, la découverte d'autres manières pour l'aborder, une plus grande force personnelle et de meilleures relations avec autrui.

Ces personnes qui ont une qualité de présence deviennent douées pour voir le bien pouvant résulter de moments difficiles.

Elles prennent soin de leur corps et de leur esprit, savent gérer leur stress, sourient, s'investissent dans des projets constructifs et apportent un niveau optimal d'énergie et d'enthousiasme à ce qu'elles font. Mais surtout, elles nourrissent leur âme, parfois sans le savoir, en cultivant de belles émotions qui sont essentielles à la richesse psychologique et au bonheur, car elles nous aident à nous connecter avec ce qui nous dépasse.

Cela leur confère une confiance dans la vie avec un but, un sens, des valeurs auxquelles elles tiennent, et des résultats positifs.
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Ariane Bilheran (100)Voir plus

Quiz Voir plus

Quiz Frere de sang

De quoi est soupçonné Brice?

D'avoir braquer une bijouterie
D'avoir commis 5 meurtres
D'avoir commis 6 meurtres

11 questions
225 lecteurs ont répondu
Thème : Frères de sang de Mikaël OllivierCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..