AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.62 /5 (sur 13 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Le professeur Christian Perronne est un spécialiste des maladies infectieuses et tropicales.
Il est aussi le président de la CSMT (Commission Spécialisée Maladies Transmissibles) et de la sous-section du CNU (Conseil National des Universités), ainsi que de la Fédération française d’infectiologie (FFI) depuis 2010.
Chargé de cours sur les maladies infectieuses et tropicales à l’université de Versailles-Saint-Quentin.
Chef de service en infectiologie de l’hôpital universitaire Raymond Poincaré de Garches. Membre à part entière de l’Organisation Mondiale de la Santé, il codirige un groupe de travail sur la politique vaccinale dans la zone Europe depuis 2009.

Source : http://www.maladie-lyme-traitements.com/professeur-perrone.html
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Sud Radio - 16 juin 2020 Pr Perronne, auteur de “Il y a t-il une erreur qu’ILS n’ont pas commise” au micro d'André Bercoff sur Sud Radio Pr Perronne : "Ceux qui critiquent le protocole Raoult malgré les preuves sont achetés par les labos"

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
9illes   03 juillet 2020
Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise ?: Covid-19 : l'union sacrée de l'incompétence et l'arrogance de Christian Perronne
Il fallait par une longue, très longue procédure vérifier que la lance à incendie était homologuée avant de se risquer à combattre les flammes.
Commenter  J’apprécie          00
Papyrusdunil   29 juin 2020
Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise ?: Covid-19 : l'union sacrée de l'incompétence et l'arrogance de Christian Perronne
Autre illustration des demandes folles faites aux médecins aujourd'hui, concernant l'éthique: Le 19 mars dernier, Emmanuel Hirsch, professeur d'éthique médicale à l'Université Paris-Saclay, écrit dans une lettre publiée dans Médiapart:

"La hiérarchisation des choix doit être faite selon des protocoles. Cela permet de neutraliser la responsabilité: le soignant a ainsi moins le sentiment d'assumer personnellement une décision à impact vital." Phrase écrite en pleine crise du coronavirus, je le rappelle.

...

Avec des collègues, nous décidons de lui répondre.Je ne vais pas retranscrire ici toute la lettre, juste dire que nous nous sommes radicalement opposés à sa proposition et dit que nous voulions "assumer notre responsabilité de traiter chaque malade qui nous accorde sa confiance au mieux des connaissances médicales les plus récentes". Nous avons ajouté qu'"aucun médecin ne peut accepter de traiter un patient qui lui accorde sa confiance selon des normes étrangères à sa seule conscience.

De même il n'est pas possible de nous interdire l'utilisation de médicaments potentiellement efficaces dans un contexte d'urgence absolue". La lettre s'achève en lui disant, enfin, qu'à nos yeux"la responsabilité médicale est assurée par le médecin, elle ne se délègue pas".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Papyrusdunil   29 juin 2020
Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise ?: Covid-19 : l'union sacrée de l'incompétence et l'arrogance de Christian Perronne
maintenant qu'on sait que les ministres détruisent activement l'hôpital public, mettons le zoom sur les médecins généralistes. Enfin, leur "élite".

Et voyons comment ils s'allient à l'Etat pour achever le travail de destruction de l''hôpital. Très récemment, le Conseil national des généralistes enseignants (CGNE) dont le chef de file, le Pr Pierre Louis Drouais, siège à la Haute Autorité de santé (Quelle récompense!) et dans le conseil scientifique Covid-19 de l'Elysée (Quel hasard!) a poursuivi cette politique néfaste envers l'hôpital public et surtout les centres hospitalo-universitaires. En effet, le CGNE a supprimé du jour au lendemain sans aucune concertation, les postes d'internes de médecine générale de la plupart des services hospitaliers. Pour ne les mettre que dans les cabinets de médecine générale. Cette décision a mis à genoux de nombreuses équipes hospitalières. Et plus grave encore, nos futurs généralistes n'ont pratiquement plus de formation ni d'exercice à l'hôpital avant d'être lâchés dans la nature pour s'installer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Papyrusdunil   29 juin 2020
Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise ?: Covid-19 : l'union sacrée de l'incompétence et l'arrogance de Christian Perronne
Enfin le troisième élément sur lequel se fonde la décision médicale, est le choix du malade. Un médecin digne de ce nom, respectant le serment d’Hyppocrate, doit expliquer à son patient les forces ou les faiblesses des publications scientifiques, lui parler de son expérience et de celle de ses confrères. Ensuite, il doit lui exposer avec rigueur et honnêteté, les différentes solutions proposées. En dernier ressort, c'est au malade de décider quel traitement il va prendre. Dans l'art de la médecine, l'éthique, la déontologie, est cruciale.

Quand je suis face à un patient et que le choix de la prise en charge est délicat, je me dis toujours: " Et si c'était pour moi ou ma famille, que ferai-je?" Cela m'a toujours guidé.
Commenter  J’apprécie          10
Papyrusdunil   29 juin 2020
Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise ?: Covid-19 : l'union sacrée de l'incompétence et l'arrogance de Christian Perronne
En tant que chef de pôle, on m'a demandé de suivre une formation de management, réalisée par des profs de HEC, la célèbre école de commerce. J'ai participé à plusieurs sessions avec une vingtaine de chefs de service. Les profs avaient pour mission de reformater nos cerveaux malades de médecins. Ce n'était pas dit comme ça, mais c'était clairement ça. Il fallait oublier l'art de soigner ou la compassion, vieilles balivernes, mais apprendre la conquête de part de marché face aux cliniques privées. On nous faisait faire des jeux de rôle, où l'un jouait le directeur d'hôpital, l'autre le directeur de ARS, l'autre le chef de service mauvais élève.
Commenter  J’apprécie          10
Papyrusdunil   29 juin 2020
Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise ?: Covid-19 : l'union sacrée de l'incompétence et l'arrogance de Christian Perronne
Chaque service était censé produire des points d'activité qui devraient être récompensés par une augmentation du budget. Quand on a expliqué à nos profs que, si on augmentait notre activité, on coûtait trop cher à la sécu, du coup celle-ci, via l'ONDAM (Objectif National de Dépenses d'assurance Maladie), réduisait automatiquement le prix du point, ils n'en ont pas cru leurs oreilles.
Commenter  J’apprécie          10
Mademoisellegrenadiine   26 février 2017
La vérité sur la maladie de Lyme de Christian Perronne
De quel droit tant de médecins ignares déclarent-ils avec aplomb à leur malade " Les symptômes que vous me décrivez sont impossibles ! ". Certains médecins devraient relire Le Petit Prince de Saint-Exupéry et ces paroles que l'auteur prête au renard. "On ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux."
Commenter  J’apprécie          130
talou61   23 juin 2020
Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise ?: Covid-19 : l'union sacrée de l'incompétence et l'arrogance de Christian Perronne
Mais au fil des semaines, il est devenu difficile de cacher l'incompétence, la dissimulation et l'inaction de ceux qui prétendent nous gouverner.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

A chacun sa spécialité

Rhumatologue

Rhumes
Rhumatismes

10 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , médecine , spécialitésCréer un quiz sur cet auteur