AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9781543035988
131 pages
Éditeur : (19/02/2017)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :

Les Girolami-Cortona relèvent de ces anciennes grandes familles de la noblesse italienne puis corse.

Le décès de la matriarche augure l'accomplissement de malédictions sur plusieurs générations. La guerre fratricide de succession commence. Plusieurs testaments sont découverts, sur des supports variés (papier, courriel, vidéo, SMS?), laissant entrevoir préférences, vengeances, lacunes et rancunes.

Dans l'un d'entre eux, au trav... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
araucaria
  20 septembre 2017
Je découvrais cette auteure, écrivain mais aussi psychologue clinicienne et docteure en psychopathologie. Dans ce roman, pure fiction, elle évoque la Corse, mais aussi des secrets de famille inavouables et difficiles à porter, au travers d'une sinistre affaire d'héritage au sein de la grande famille Girolami-Cortona, de souche italienne mais corse depuis plusieurs générations.
Il est mentionné sur la quatrième de couverture : "Les secrets de famille les plus enfouis resurgissent, entraînant chaque descendant au coeur d'un parcours initiatique..." Je crois que cette affirmation est en dessous de la vérité, car chaque protagoniste vit une véritable descente aux enfers.
Un livre assez atroce dans le sens où il donne une mauvaise image des familles, et plus encore semble-t-il des familles corses, où "il aurait pour toutes des fantômes dans les placards!"
Je reste dubitative quant aux affaires de détournements frauduleux d'héritages, car il me semble qu'il existe des lois et que les notaires les appliquent. Sinon le livre est intéressant et rempli de rebondissements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
araucariaaraucaria   15 septembre 2017
Il est d'anciennes familles nobles qui sonnent comme des fins de race. La noblesse s'y éternise dans une finesse des traits, un timbre de voix, un menton haut perché, une délicatesse des mains, une silhouette consolidée par une gloire de plusieurs siècles. Des distorsions temporelles se repèrent, une difficulté à s'insérer dans le monde moderne, des principes qui n'ont plus cours, des traditions dévêtues de leur sens, et des valeurs d'époques surannées. En particulier, les anciennes noblesses portent en leur sein l'empreinte de ces empires révolus, qui scellaient leur puissance sur des pays conquis et des mondes vaincus. Il règne, dans ces grandes familles, une mélancolie profonde, une tristesse affectant la bile des organes, des humeurs déchirées de joie, de mystère et de désespoir, la nostalgie d'un âge d'or que l'on suppose évanoui, sans se résigner pour autant, dans l'espoir qu'il réapparaisse enfin, au terme de ces temps d'errance. La domination y est une façon d'incarner un monde, un style, une folie du vivant qui ne survit que dans le vibrato de la prédation. Ainsi les nobles d'anciens âges portent encore les signes d'une déviance interne du pouvoir tout en conservant l'âme des justes. C'est dans ce contraste, précisément, qu'erraient les Girolami-Cortona : entre déchéance et idéal. Ainsi en va-t-il des affreuses délices d'une gloire passée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
araucariaaraucaria   21 juin 2017
Au décès de la vieille, il n'y eut point de pleureuses.
Elle avait déjà choisi et payé sa tombe bien avant terme, auprès de l'un des meilleurs marbriers de France : son existence n'avait pas été banale, il en serait de même pour sa pierre tombale. Sur le granit bleu nervuré du Tarn, était ciselée une gravure en or, de style antique, la devise des Girolami-Cortona, "Virtus et Prudentia".
Commenter  J’apprécie          180
araucariaaraucaria   10 septembre 2017
Les choses avaient été calées de longue date, par consentement tacite. Il fallait qu'elle crève, la vieille. L'agonie, la leur comme la sienne, n'avait que trop duré.
Commenter  J’apprécie          200

Lire un extrait
Videos de Ariane Bilheran (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ariane Bilheran
A. Bilheran : le déni sur la sexualisation des enfants - Juillet 2018
autres livres classés : Corse (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pastiches poétiques 2

Ceux qui pieusement / Ceux qui dévotieusement / Ceux qui Petit Père des peuples / Ceux qui plus-valuent / Ceux qui kolkhoze toujours / Ceux qui chantent et qui déchantent / Ceux qui anathèment Ceux qui rénégatent / Tous ceux-là et beaucoup d'autres se bousculaient se dépêchaient car c'était un grand jour de fête à La Courneuve

Samuel Beckett ( Foirades )
Jacques Prévert ( La Fête de l'Huma )
Georges Fourest ( Horace )
Charles Baudelaire ( Spleen )
Victor Hugo ( Booz insomnieux )
Jean de la Fontaine ( Le Singe le Perroquet )
Pierre Corneille (Tite et Bérénice)
Nostradamus ( Centuries)
François Villon ( Ballade des Étoiles du temps jadis )
Rutebeuf ( La Griesche d'Hiver )

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre