AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.68 /5 (sur 374 notes)

Nationalité : Guinée
Né(e) à : Kouroussa,Haute-Guinée , le 01/01/1928
Mort(e) à : Dakar , le 04/02/1980
Biographie :

Camara Laye est un écrivain guinéen d'expression française.

Après des études à l'école française, Camara Laye part à Conakry, la capitale, poursuivre sa scolarité. Titulaire d'un CAP de mécanicien, il tente, sans succès, de devenir ingénieur en France.

C'est alors que Camara Laye, qui traverse une période de désarroi, publie L'enfant noir, son premier roman, en 1953 et, un an plus tard, Le regard du roi.

En 1956, à l'époque où la Guinée s'apprête à devenir indépendante, il retourne à Conakry et, jusqu'en 1963, occupe des fonctions importantes au ministère de l'information, avant de s'exiler définitivement au Sénégal devant la dérive dictatoriale du régime d'Ahmed Sékou Touré qu'il dénoncera en 1966 dans Dramouss, son dernier roman.

Il est également l'auteur du Maître de la parole, un recueil de contes griots qui retracent la genèse du Mali.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=59559&motExact=0&motcle=&mode=AND AUTOUR DE L'ENFANT NOIR DE CAMARA LAYE Un monde à découvrir Elsie Augustave, Irène Assiba d'Almeida Harmattan Guinée Guinée Conakry Ce livre a été conçu pour accompagner la lecture de ce chef-d'oeuvre de la littérature africaine. Il met l'accent sur la langue, la culture et l'analyse littéraire et contient divers travaux dirigés pour améliorer et enrichir l'expression écrite. L'expression orale permettra l'organisation des idées et le développement du sens critique. Des questions d'analyse stimulent la compréhension lexicale, syntaxique, stylistique et culturelle, et encouragent une lecture active et attentive de l'autobiographie de Camara Laye. Née en Haïti, Elsie AUGUSTAVE, diplômée en études de littérature et en langues étrangères aux Etats-Unis, a travaillé en tant que chorégraphe et professeure de danse à Kinshasa. Après une longue carrière de professeure de français et d'espagnol aux Etats-Unis, elle se consacre désormais à l'écriture. D'origine béninoise, Irène ASSIBA D'ALMEIDA est professeure émérite de lettres africaines et d'études féminines à l'université d'Arizona. Broché - format : 13,5 x 21,5 cm ISBN : 978-2-343-14745-1 ? 20 avril 2018 ? 220 pages
+ Lire la suite
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
latrace   19 août 2010
L'Enfant noir de Camara Laye
En décembre, tout est en fleur et tout sent bon; tout est jeune; le printemps semble s'unir à l'été, et la campagne, longtemps gorgée d'eau, longtemps accablée de nuées maussades, partout prend sa revanche, éclate; jamais le ciel n'est plus clair, plus resplendissant; les oiseaux chantent, ils sont ivres; la joie est partout, partout elle explose et dans chaque coeur retentit.
Commenter  J’apprécie          2741
SZRAMOWO   28 janvier 2016
A ma mère de Camara Laye
Femme noire, femme africaine,

Ô toi ma mère, je pense à toi...

Ô Daman, ô ma Mère,

Toi qui me portas sur le dos,

Toi qui m'allaitas, toi que gouvernas mes premiers pas,

Toi qui la première m'ouvris les yeux aux prodiges de la terre,

Je pense à toi.



Ô toi Daman, Ô ma mère,

Toi qui essuyas mes larmes,

Toi qui me réjouissais le cœur,

Toi qui, patiemment, supportais mes caprices,

Comme j'aimerais encore être près de toi,

Etre enfant près de toi !



Femme simple, femme de la résignation,

Ô toi ma mère, je pense à toi.

Ô Daman, Daman de la grande famille des forgerons,

Ma pensée toujours se tourne vers toi,

La tienne à chaque pas m'accompagne,

Ô Daman, ma mère,

Comme j'aimerais encore être dans ta chaleur,

Etre enfant près de toi...



Femme noire, femme africaine,

Ô toi ma mère,

Merci, merci pour tout ce que tu fis pour moi,

Ton fils si loin, si près de toi.

Commenter  J’apprécie          2514
latrace   19 août 2010
L'Enfant noir de Camara Laye
A la nuit tombante, mon oncle Lansana rentrait des champs. Il m’accueillait à sa manière, qui était timide. Il parlait peu. A travailler dans les champs à la longueur de la journée, on devient facilement silencieux; on remue toutes sortes de pensées, on en fait le tour et interminablement on recommence, car les pensées ne se laissent jamais tout à fait pénétrer; ce mutisme des choses, des raisons profondes des choses, conduit au silence; mais il suffit que ces choses aient été évoquées et leur impénétrabilité reconnue, il en demeure un reflet dans les yeux: le regard de mon oncle Lansana était singulièrement perçant, lorsqu’il se posait; de fait, il se posait peu: il demeurait tout fixé sur ce rêve intérieur poursuivi sans fin sans les champs.
Commenter  J’apprécie          1940
Eska   03 avril 2012
Le maître de la parole de Camara Laye
Nos hommes politiques d'aujourd'hui, à l'exception de quelques-uns, sont-ils de grands hommes? C'est douteux: ils font de la politique une entreprise sanglante. Ils affament nos peuples, exilent nos cadres, sèment la mort!
Commenter  J’apprécie          1130
Jcequejelis   09 décembre 2011
L'Enfant noir de Camara Laye
C'est cette année-là, cette première année-là puisque la précédente ne comptait plus, que je nouai amitié avec Marie.

Quand il m'arrive de penser à cette amitié, et j'y pense souvent, j'y rêve souvent - j'y rêve toujours ! -, il me semble qu'il n'y eu rien, dans le cours de ces années, qui la surpassât, rien, dans ces année d'exil, qui me tint le coeur plus au chaud. Et ce n'était pas, je l'ai dit, que je manquais d'affection ; mes tantes, mes oncles me portèrent alors une entière affection ; mais j'étais dans cet âge où le coeur n'est satisfait qu'il n'ait trouvé un objet à chérir et ou il ne tolère de l'inventer qu'en l'absence de toute contrainte, hormis la sienne, plus puissante, plus impérieuse que toutes. Mais n'est-on pas toujours un peu dans cet âge, n'est-on pas toujours un peu dévoré par cette fringale? Oui, a-t-on jamais le coeur vraiment paisible.



164 – [Press Pocket n° 1249, p.182]
Commenter  J’apprécie          1060
Missbouquin   27 avril 2012
L'Enfant noir de Camara Laye
" la coutume ressortit à une foncière indépendance, à une fierté innée ; on ne brime que celui qui veut bien se laisser brimer, et les femmes se laissent très peu brimer"
Commenter  J’apprécie          831
coca   04 avril 2014
L'Enfant noir de Camara Laye
- Chaque matin, avant d'entrer en classe, tu prendras une petite gorgée de cette bouteille.

- Est-ce l'eau destinée à développer l'intelligence ? dis-je.

- Celle-là même ! Et il n'en peut exister de plus efficace : elle vient de Kankan !

J'avais déjà bu de cette eau : mon professeur m'en avait fait boire, quand j'avais passé mon certificat d'études. C'est une eau magique qui a nombre de pouvoirs et en particulier celui de développer le cerveau.
Commenter  J’apprécie          741
LiliGalipette   13 avril 2012
L'Enfant noir de Camara Laye
« Il fallait que le désir d’apprendre fût chevillé au corps, pour résister à semblable traitement. » (p. 85)
Commenter  J’apprécie          670
LiliGalipette   13 avril 2012
L'Enfant noir de Camara Laye
« Des hommes ! Oui, nous étions enfin des hommes, mais le prix en était élevé ! » (p. 142)
Commenter  J’apprécie          520
LiliGalipette   13 avril 2012
L'Enfant noir de Camara Laye
« Toujours, je l’ai vu intransigeant dans son respect des rites. » (p. 33)
Commenter  J’apprécie          480
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-45761

Quel est le nom de ce pays constitué de la grande île africaine séparée du continent par le canal de Mozambique?

Zanzibar
Madagascar
Sainte-Hélène

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : afrique , îles , géographieCréer un quiz sur cet auteur
.. ..