AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.14 /5 (sur 231 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1987
Biographie :

Céline Lapertot est professeur de français à Schiltigheim (2018) en Alsace. Elle n’a pas cessé d’écrire depuis l’âge de 9 ans.

Après "Et je prendrai tout ce qu’il a à prendr"e et "Des femmes qui dansent sous les bombes" - plébiscités aussi bien par les lecteurs que par les médias tels que Télérama ou Le Nouvel Observateur -, "Ne préfère pas le sang à l’eau", son nouveau roman, a paru le 11 janvier 2018.

Source : Viviane Hamy
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Podcasts (1)

Citations et extraits (113) Voir plus Ajouter une citation
AudreyT   25 octobre 2015
Et je prendrai tout ce qu'il y a à prendre de Céline Lapertot
Je suis ce que j'ai fait, je suis née quand j'ai tué.
Commenter  J’apprécie          230
AudreyT   26 octobre 2015
Et je prendrai tout ce qu'il y a à prendre de Céline Lapertot
Donnez-moi autre chose que de la souffrance.
Commenter  J’apprécie          220
Annette55   22 janvier 2017
Des femmes qui dansent sous les bombes de Céline Lapertot
"Quiconque étouffe mes mots, je le tue."

"L'ami aime en tout temps; dans le malheur il devient frère".
Commenter  J’apprécie          160
mumuboc   18 octobre 2018
Des femmes qui dansent sous les bombes de Céline Lapertot
La haine exige tellement moins de force que le pardon. (p159) 
Commenter  J’apprécie          151
rosulien   22 novembre 2018
Ne préfère pas le sang à l'eau de Céline Lapertot
On est aveugle à la beauté quand on la côtoie tous les jours
Commenter  J’apprécie          140
mumuboc   18 novembre 2018
Et je prendrai tout ce qu'il y a à prendre de Céline Lapertot
Ce qu'il ignore, mon père, c'est que désespérée, je ne le suis pas. (p115)
Commenter  J’apprécie          120
Litteraflure   20 juin 2019
Ce qui est monstrueux est normal de Céline Lapertot
L’enfant devenue grande a souvent mal au ventre. Des kystes gros comme des œufs de caille sur les ovaires. Il n’y a pas de hasard dans la vie, elle a trop lu Racine et Pascal pour croire encore que les aléas de l’existence ne sont qu’un dé que l’on jette en bas de l’escalier. Le ventre, c’est par là que tout passe, la vie, comme la petite mort qu’on t’inflige à coup de caresses que tu n’as même pas demandées.
Commenter  J’apprécie          100
Saiwhisper   27 janvier 2018
Ne préfère pas le sang à l'eau de Céline Lapertot
L'eau, ce ruisseau indispensable au paisible écoulement de nos jours. L'eau, ce diamant précieux et vital, qu'on s'arrache des mains comme des chiffonniers. On fait bêtement couler le sang pour ce qui relie la totalité de l'humanité. Ce trésor qui nous abreuve et qui nous lave, cette eau qu'on laisse couler sous la douche quand on se perd dans nos pensées, on chie dedans quand d'autres sont à genoux pour lécher le fond des mares. Ils se prosternent devant leurs trois ou quatre gouttes de pluie, quelques fois dans l'année. Papa l'avait dit, quand nous sommes arrivés : "Ne préfère pas le sang à l'eau. La vie, c'est gratuit. Ne fais pas couler le sang pour ce qui appartient à l'humanité.".
Commenter  J’apprécie          80
Saiwhisper   26 janvier 2018
Ne préfère pas le sang à l'eau de Céline Lapertot
A quoi pense Tristan à présent qu’il écrit seul, dehors, et qu’il bombarde de lettres anonymes les foyers de la ville tout entière. A quoi pense-t-il maintenant qu’il sait que même les actes les plus minuscules ont d’immenses conséquences, qu’écrire, pour nos dirigeants, c’est comme tuer. Je n’ai jamais posé des bombes, je n’ai jamais tiré de rafales, je n’ai jamais lancé de pavés ni brûlé de voitures. D’autres l’ont fait et j’ai fini par y être mêlé. Dans ce pays qui s’étend sur une longue nuit, j’ai simplement écrit. Je n’ai rien fait si ce n’est écrire. Mais plaquer des mots sur la haine est une action comme un autre, et dans un pays où la loi du plus fort est toujours la meilleure, on arrête et punit de la même manière l’homme qui écrit et l’homme qui sabote. On meurt pour des idées, voilà ce que j’ai dit à Tristan lorsqu’il a souhaité nous rejoindre. Fais attention à ce que tu écris, on en meurt.
Commenter  J’apprécie          70
mumuboc   07 août 2018
Ne préfère pas le sang à l'eau de Céline Lapertot
Alors oui, les livres, ces garnisons de mots qui nous préservent du vide, à l'heure où tant de faux prophètes brûlent les pensées qui les dérangent et attaquent au disque à découper les sites les plus anciens de l'humanité. (p43)
Commenter  J’apprécie          80
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
37 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur