AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.66/5 (sur 2231 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Brevin-les-Pins , le 14/12/1957
Biographie :

Patrick Deville est un écrivain français.

Il suit des études de littérature française et comparée à Nantes où il obtient deux Maîtrises. À 23 ans, il devient attaché culturel dans le Golfe Persique. Deux ans plus tard, il est titulaire du CAPES de philosophie et enseigne à l'étranger. Il débute alors une série de nombreux voyages qui le mènent à séjourner longuement en Algérie, au Nigeria, au Maroc, à La Havane...

Taraudé par son projet d'écriture, Deville regagne périodiquement la France pour publier son premier roman, "Cordon bleu", qui paraît aux Éditions de Minuit en 1987. Paru un an plus tard, "Longue vue", son premier succès, est traduit dans une dizaine de langues.

Remarqué par la critique universitaire pour son approche du minimaliste, Deville poursuit ses voyages en France et ses séjours à l'étranger, au gré de résidences d'écrivain. Il s'investit dans l'organisation d'événements littéraires et, parallèlement, publie "Le feu d'artifice" (1992), "La femme parfaite" (1995), "Ces deux-là" (2000) aux Éditions de Minuit.

En 2001, de retour sur la côte atlantique, il déploie toute son énergie à la direction de la MEET (Maison des Écrivains Étrangers et des Traducteurs), située à Saint-Nazaire, au sein de laquelle, passionné par l'Amérique du Sud, il a créé un Prix littéraire latino-américain.

En 2011, la rédaction du magazine Lire élit "Kampuchéa" meilleur roman français de l'année.
En 2012, son roman historique "Peste et Choléra", qui se penche sur la vie du bactériologiste Alexandre Yersin, est l'un des plus en vue de la rentrée littéraire retenu dans pratiquement toutes les listes finales des prix français. Il reçoit en août le prix du roman Fnac, le 5 novembre le prix Femina ainsi qu'en décembre le prix des prix littéraire.

En 2014, il publie "Viva" aux éditions du Seuil, roman dans lequel il fait se croiser entre autres Léon Trotski, Frida Kahlo et Malcolm Lowry et en 2017, il publie une grande fresque romanesque "Taba-Taba".

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Patrick Deville   (31)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rentrée littéraire - "Samsara" de Patrick Deville - éditions du Seuil Les deux héros de ce « roman sans fiction » semblent avoir vécu plusieurs existences. le jeune avocat londonien Mohandas Gandhi en redingote noire et chapeau haut-de-forme devint l'infatigable marcheur vêtu de drap blanc, tandis que Pandurang Khankhoje, lui aussi militant indépendantiste indien, bourlingua un peu partout dans le monde, du Japon à la Californie, combattant révolutionnaire au Moyen-Orient pendant la Première Guerre mondiale, par la suite exilé au Mexique et proche de la petite bande de Diego Rivera et de Frida Kahlo. Il deviendra alors un scientifique célèbre, mènera des recherches en agronomie comme Alexandre Yersin, le personnage principal de Peste & Choléra venu en Inde lors de la grande épidémie de peste. Le « samsara » définit la grande roue des vies successives à travers la réincarnation. Et c'est bien dans une grande roue que nous entraîne Patrick Deville dans ce nouveau roman, vaste fresque peinte tambour battant, sur un rythme haletant, de l'Inde coloniale puis indépendante, à travers les deux figures fil rouge de Gandhi le pacifiste, et plus encore de Khankhoje le révolutionnaire cosmopolite. C'est pendant une autre épidémie, récente, que le narrateur parcourt un pays devenu le plus peuplé du monde, depuis les contreforts de l'Himalaya jusqu'à la pointe extrême du sous-continent, à Kanyakumari au sud du Tamil Nadu. Il rencontre des historiens et des géographes, des écrivains et des étudiants, et grâce à eux essaie de comprendre un peu l'histoire des bouleversements souvent terribles qui se sont enchaînés, depuis l'installation du Raj britannique à Calcutta dans les années 1860 jusqu'à nos jours.

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (564) Voir plus Ajouter une citation
Yersin est un homme seul. Il sait que rien de grand jamais ne s'est fait dans la multitude. Il déteste le groupe, dans lequel l'intelligence est inversement proportionnelle au nombre des membres qui le composent. Le génie est toujours seul. Le conseil atteint à la lucidité du hamster. Le stade à la perspicacité de la paramécie.
Commenter  J’apprécie          410
… l’autre grande escroquerie, mais davantage locale, étant le redoutable système concurrentiel et violent des multiples églises évangélistes comme celles qui soutenaient la candidature de Javier Bolsonaro au Brésil, se disputant l’âme et l’argent des fidèles pratiquant la spéculation immobilière jusqu’au meurtre.
Commenter  J’apprécie          400
Certains Indiens voient dans les étoiles les feux allumés par les hommes restés prisonniers là-haut, quand eux sont bien à l’abri en bas, chez Pachamama, la Terre mère.
Commenter  J’apprécie          400
Que peut-on demander de plus à un fils que d’être un jour pardonné, ne serait-ce que de lui avoir infligé l’existence sans le consulter ?
Commenter  J’apprécie          400
On confond souvent, tant qu'on n'attrape ni l'une ni l'autre, la peste avec la lèpre. La grande peste du Moyen Âge, la peste noire, c'est vingt-cinq millions de morts qu'il faut rapporter à la démographie. La moitié de la population de l'Europe est décimée. Aucune guerre encore n'a jamais causé une telle hécatombe. L'ampleur du fléau est métaphysique, elle dit le courroux divin, le Châtiment.
Commenter  J’apprécie          361
Les Indiens étaient torse nu, colorés et emplumés, le visage peint au rocou. Les Indiennes aussi, mais elles portaient des soutiens-gorge blancs, résultat d’une honte inculquée par l’Église peut-être, plutôt que par décence, ou volonté de ne pas trop exciter les soldats, et je songeais que l’effet était inverse, de les voir ainsi en petite tenue.
Commenter  J’apprécie          360
… les ethnologues ne sauront jamais comment vivent les Indiens quand ils ne doivent pas subir la présence de l’un d’eux pendant des semaines dans leur village, assis devant sa hutte à remplir sans cesse ses carnets, alors qu’ils ignorent l’existence même de l’écriture.
Commenter  J’apprécie          340
L’idée peu à peu se répandait que ces animaux non-humains étaient des « êtres vivants doués de sensibilité », léger progrès que les éleveurs de bétail, et peut-être même les paisibles pêcheurs à la ligne, voyaient déjà, cependant, d’un œil suspicieux
Commenter  J’apprécie          330
Patrick Deville
Depuis Pura Vida, en 2004, j’aime bien décrire mes livres comme des «romans d’aventure sans fiction». Car, à part dans la forme ou la langue, je n’invente rien.

(Interview pour le MagPlus des Pays de la Loire, Janvier 2013)

Commenter  J’apprécie          330
Ces contrées amazoniennes depuis l’époque du caoutchouc, avaient reçu le pire de l’Europe, et sans son humanisme en contrepartie. La disparition des peuples, du paysage et des animaux, l’enlaidissement, avilissent. La laideur induit la soumission et la veulerie, facilite une parodie de démocratie : partout sur les murs d’Iquitos, se voyaient les pictogrammes peints appelant les analphabètes à voter en cochant sur le bulletin un cheval ou un coq.
Commenter  J’apprécie          310

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Patrick Deville (2683)Voir plus

Quiz Voir plus

gilgamesh

qui est gilgamesh ?

UN PAYSAN
UN ROI
UN ENFANT
UN CHIEN

4 questions
141 lecteurs ont répondu
Thème : Gilgamesh, roi d'Ourouk de Robert SilverbergCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..