AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.48 /5 (sur 454 notes)

Nationalité : Irlande
Né(e) à : Belfast , le 26/01/1949
Biographie :

Denis Martin MacEoin est un écrivain, journaliste, critique littéraire et universitaire, spécialiste du monde arabe et de l’Islam.

En 1967, il déménage à Dublin, où il obtient son master en littérature anglaise au Trinity College, en 1971. Il se dirige ensuite vers des études islamiques, les langues arabe et persan à l'Université d’Édimbourg et obtient son master en 1975.

Après avoir vécu en Iran où il étudie à l'Université de Chiraz, il intègre le King's College de la prestigieuse Université de Cambridge, en 1975. Il est titulaire d'un doctorat en histoire de l'Islam en 1979. Ses spécialités universitaires sont notamment le Chiisme, le Shaykhisme, le Babisme et le Bahaisme, sur lesquels ses publications sont nombreuses.

Il a enseigné à l'université à Fès au Maroc (1979-1980) et à l'Université de Newcastle upon Tyne (1981-1986). En 1986, il est nommé membre honoraire au centre d'études islamiques et du Moyen-Orient à l'Université de Durham.
Il a été membre de Royal Literary Fund à l'Université de Newcastle de 2005 à 2008

Auteur de plusieurs essais sur le Moyen-Orient, il a publié également de nombreux romans.

En 1984, il écrit, sous le pseudonyme de Daniel Easterman, son premier thriller, "The Last Assassin".

Depuis 1991, il publie des romans fantastiques (histoires de fantôme) sous le pseudonyme de Jonathan Aycliffe.

Il se consacre désormais à la littérature avec un succès qui se confirme de roman en roman et lui vaut d'être reconnu comme un maître du thriller international.

Il est marié avec Beth MacEoin, homéopathe et auteur de plusieurs livres de médecine douce, depuis 1975.
+ Voir plus
Source : www.pocket.fr et Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (135) Voir plus Ajouter une citation
Torellion   10 avril 2016
K de Daniel Easterman
L'obscurité paraissait incommensurable, comme si Dieu, dans un moment de colère, avait dépouillé sa création de tout point de repère et de toute signification.
Commenter  J’apprécie          100
verobleue   12 décembre 2011
Le masque du jaguar de Daniel Easterman
Je suis français, et même les Français ne sont que des êtres humains dans quatre-vingt-dix pour cent des cas.
Commenter  J’apprécie          90
verobleue   07 décembre 2011
Le masque du jaguar de Daniel Easterman
Au moment où Declan entra, Dutheillet dictait une lettre à une ravissante secrétaire qui avait un faux air d'Isabelle Adjani. Declan s'était toujours demandé d'où certaines Françaises tenaient cette beauté qui reléguait les prétendues top-models au statut de souillons.
Commenter  J’apprécie          80
verobleue   05 décembre 2011
Le masque du jaguar de Daniel Easterman
Les Françaisl'agacaient avec leur phobie des étrangers. Il se rappela ce que son père, qui n'avait jamais renié son engagement au sein du Sinn Fein, lui avait déclaré bien des années plus tôt. " C'est comme ça, Declan : les Anglais ont conquis un empire, et persuadé tous ceux qui y vivaient que la chose la plus géniale qui pouvait leur arriver, c'était d'être gouverné par des Anglais. Les Français , eux aussi, avaient leur propre empire, et ils ont persuadés tous ceux qui y vivaient que la chose la plus géniale qui pouvait leur arriver, c'était de devenir français."
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   30 juin 2015
La nuit de l'apocalypse de Daniel Easterman
Il y aura toujours du chagrin, pour Hamid ou pour quelqu’un d’autre. Qu’ils t’aiment ou non, tu ressentiras toujours une sorte de souffrance. Ce qui compte c’est de tenir ces chagrins bien séparés les uns des autres, de ne pas les laisser former une masse compacte, si lourde que tu ne pourrais plus la porter.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   08 janvier 2016
Le nom de la bête de Daniel Easterman
Une épidémie de peste peut être dévastatrice. Et s’il s’agit d’un virus mutant, rien ne pourra l’enrayer
Commenter  J’apprécie          70
mariechrist67   05 décembre 2019
Minuit en plein jour de Daniel Easterman
Il faisait un froid glacial, et sur les montagnes un brouillard épais enveloppait toute chose, créant l'illusion d'un monde sans hauts sommes ni grandes profondeurs. De tous côtés, sombre repaire de fantômes, la forêt grimpait à l'assaut du brouillard.
Commenter  J’apprécie          61
Torellion   11 avril 2016
K de Daniel Easterman
Larry loomis n'arrivait pas à trouver une position confortable. Sa femme racontait partout qu'il était un martyr des hemorroides. Il la suppliait d'arrêter, mais elle continuait, comme si l'idée d'avoir épousé un martyr, quel qu'il soit, réparait la gêne qu'elle pouvait lui causer.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaoui   07 janvier 2016
Le Septième sanctuaire de Daniel Easterman
Il était sûr que Qasim était un penseur, un écrivain, pas un tueur. La pensée et les mots lui servaient d’armes, plutôt que les bombes.
Commenter  J’apprécie          50
pit31   12 février 2019
Minuit en plein jour de Daniel Easterman
Le paysage offrait un tableau des plus sereins. Le vent du nord, résigné, s'était incliné devant le soleil ardent et avait laissé la place à une douce brise. En cette fin d'été, l'herbe ressemblait à la paille sèche, et partout les hommes songeaient que cette chaleur inhabituelle allait prochainement disparaître, ce qui leur permettrait de reprendre le cours de leur vie et de leurs amours. On les es voyait partout rassemblés, inertes et rêveurs : des vieillards, des garçons, et quelques hommes qui auraient dû être au travail. Pourquoi rester au bureau alors qu'on pouvait se retrouver dans la campagne, en communion avec la nature, pour pique-niquer, s'allonger contre l'écorce rugueuse d'un vieux chêne et regarder le ciel, réfléchir à la vie ou à rien du tout.

De petits nuages dérivaient dans l'azur comme des morceaux de coton. Au loin, juste au-dessus de la base américaine, de longs panaches de fumée s'étiraient régulièrement, tricotant le ciel et la terre à la commissure parfaite de l'horizon. Les avions volaient si haut que l'on n'entendait aucun bruit. De temps à autre, l'un d'eux s'élevait du terrain, à plusieurs kilomètres de là, crachant du feu par l'arrière, avant de s'engloutir dans l'autre monde, au-delà des nuages.

La petite fille s'appelait Polly. Elle avait les cheveux bouclés et brillants, les yeux aussi verts que la haie au pied de laquelle elle était assise, et sa robe neuve était constellée de tache d'herbe et de mûres. Ce jour-là, elle avait cinq ans, et elle était venu jouer avec ses poupées dans le champ de Hoggart avant le début de sa fête d'anniversaire. Elle était un peu inquiète, car tous les enfants seraient là - sauf les grands, bien sûr - et il y en aurait plein qu'elle ne connaissait pas, surtout les garçons de Holmeford, qu'elle avait vus courir après les filles de CE2, le mercredi après-midi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur