AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations de Edmund Burke (21)


Edmund Burke
gouelan   17 mars 2016
Edmund Burke
Tout ce qu'il faut pour que le mal triomphe,
c'est que les braves gens ne fassent rien.
Commenter  J’apprécie          370
Edmund Burke
Alfaric   27 novembre 2017
Edmund Burke
Les guerres sont toujours justes pour ceux qui en ont la nécessité.
Commenter  J’apprécie          260
Edmund Burke
nico60   14 octobre 2016
Edmund Burke
la seule chose qui permet au mal de triompher
est l'inaction des hommes de bien
Commenter  J’apprécie          250
Edmund Burke
Fifrildi   27 juillet 2017
Edmund Burke
Quand les méchants s'allient, les bons doivent s'associer : autrement ils tomberont un par un, sacrifiés sans regret, dans une lutte implacable.
Commenter  J’apprécie          240
ElGatoMalo   17 février 2017
Recherche philosophique sur l'origine de nos idées du sublime et du beau de Edmund Burke
L’architecture affecte par les lois de la nature et par la loi de la raison. De cette dernière dérivent les règles de la proportion, d’après lesquelles un ouvrage est loué ou censuré, en tout, ou en partie, selon qu’il répond ou ne répond pas à la fin pour laquelle il a été fait. Mais pour les mots, il me semble qu’ils nous affectent d’une manière bien différente de celle dont nous sommes affectés soit par les objets naturels, soit par la peinture, ou par l’architecture ; cependant les mots ont autant de pouvoir, et quelquefois plus de pouvoir qu’aucun de ces objets pour exciter des idées du beau et des idées du sublime [...]
Commenter  J’apprécie          90
ElGatoMalo   15 février 2017
Recherche philosophique sur l'origine de nos idées du sublime et du beau de Edmund Burke
Le noir n’est qu’une obscurité partielle ; par conséquent quelques-uns de ses pouvoirs lui viennent du voisinage et du mélange des corps colorés. Dans sa propre nature il ne peut être considéré comme une couleur. Les corps noirs ne réfléchissant point de rayons, ou du moins n’en réfléchissant que très-peu par rapport à la vue, ne sont qu’autant d’espaces vides dispersés parmi les objets que nous voyons. Lors que l’œil se porte sur un de ces vides, après avoir été tenu dans un certain degré de tension par le jeu des couleurs environnantes, il tombe soudain dans un relâchement, d’où il sort aussitôt par un effort convulsif.
Commenter  J’apprécie          80
ElGatoMalo   18 février 2017
Recherche philosophique sur l'origine de nos idées du sublime et du beau de Edmund Burke
II est de fait que la poésie et l’éloquence ne réussissent pas dans les descriptions exactes aussi bien que la peinture : leur art est d’émouvoir plutôt par la sympathie que par l’imitation ; plutôt de frapper l’âme de l’orateur et des auditeurs par l’effet des choses, que de leur présenter une idée claire des choses mêmes. C’est en cela qu’elles ont le pouvoir le plus étendu et le succès le plus certain.
Commenter  J’apprécie          70
ElGatoMalo   24 janvier 2017
Recherche philosophique sur l'origine de nos idées du sublime et du beau de Edmund Burke
Dans le matin de la vie, lorsque les sens, tendres encore, ne sont pas usés, que l’homme entier est éveillé de toutes parts, que le frais vernis de la nouveauté brille sur tous les objets qui nous environnent, quelles sont vives alors nos sensations, mais combien les jugemens que nous formons des choses sont faux et inexacts ! Je désespère de recevoir jamais des plus excellentes productions du génie, le même degré de plaisir que me firent éprouver à cet âge des ouvrages que mon jugement regarde aujourd’hui comme frivoles et dignes de mépris.
Commenter  J’apprécie          50
liberliger   14 octobre 2012
Réflexions sur la Révolution de France de Edmund Burke
Mais le temps des chevaliers est révolu. Lui a succédé celui des sophistes, des économistes et des calculateurs.
Commenter  J’apprécie          50
ElGatoMalo   14 janvier 2017
Recherche philosophique sur l'origine de nos idées du sublime et du beau de Edmund Burke
Burke s’était imbu de tous les préjugés des Romains à l’égard du commerce. Pour lui les mots de ''marchand'' et de ''voleur'' étaient presque synonymes ; et jamais il ne put séparer l’idée du commerce de celles d’exclusion, de monopole et d’avarice.

« Ne me parlez point de la libéralité ni du patriotisme d’un marchand, s’écria-t-il une fois dans la chambre des communes ; un marchand ne connaît d’autre Dieu que l’or, d’autre patrie que sa correspondance, d’autre autel que son bureau, d’autre bible que son livre de compte, d’autre église que la bourse ; et il n’a de foi qu’en son banquier. »
Commenter  J’apprécie          40
ElGatoMalo   29 octobre 2016
Recherche philosophique sur l'origine de nos idées du sublime et du beau de Edmund Burke
Tout ce qui est propre à exciter les idées de la douleur et du danger ; c’est-à-dire, tout ce qui est en quelque sorte terrible, tout ce qui traite d’objets terribles, tout ce qui agit d’une manière analogue à la terreur, est une source du sublime ; ou, si l’on veut, peut susciter la plus forte émotion que l’âme soit capable de sentir. Je dis la plus forte émotion, parce que je suis convaincu que les idées de la douleur sont plus puissantes que celles qui viennent du plaisir.
Commenter  J’apprécie          40
Edmund Burke
zazimuth   06 mars 2011
Edmund Burke
On n'envisage pas l'avenir et la postérité sans jeter un regard en arrière à ses ancêtres.

Commenter  J’apprécie          40
hupomnemata   12 janvier 2019
Recherche philosophique sur l'origine de nos idées du sublime et du beau de Edmund Burke
Le bruit des grandes cataractes, le mugissement des tempêtes, le tonnerre, l'artillerie portent dans l'âme une sensation grande et terrible, quoiqu'assurément personne n'ait jamais remarqué ni délicatesse ni artifice, dans ces sortes de musique. Les acclamations d'une multitude ont un effet semblable ; et par la seule force du son, étonnent et confondent tellement l'imagination, que dans cette fluctuation, dans ce désordre de l'âme, les esprits les plus fermes peuvent à peine s'empêcher d'être entraînés, et de se joindre au cri commun et à la commune résolution de la foule.
Commenter  J’apprécie          32
ElGatoMalo   28 octobre 2016
Recherche philosophique sur l'origine de nos idées du sublime et du beau de Edmund Burke
Il peut sembler, au premier coup d’œil, que nous différons beaucoup les uns des autres dans nos raisonnemens, et non moins dans nos plaisirs : mais, malgré cette différence, que je crois plus apparente que réelle, il est probable que les types de la raison et du goût sont les mêmes pour tout le genre humain ; car, s’il n’existait pas quelques principes de jugement ainsi que de sentiment communs à tous les hommes, leur raison ni leurs passions ne présenteraient aucun lien assez fort pour maintenir le commerce ordinaire de la vie.
Commenter  J’apprécie          30
lilianelafond   11 décembre 2017
Réflexions sur la Révolution de France de Edmund Burke
Un Etat qui n'a pas les moyens d'effectuer des changements n'a pas les moyens de se maintenir.
Commenter  J’apprécie          20
Medulla   26 février 2019
Recherche philosophique sur l'origine de nos idées du sublime et du beau de Edmund Burke
L'étonnement est l'effet du sublime à son plus haut degré ; les effets inférieurs en sont l'admiration, la vénération et le respect.
Commenter  J’apprécie          10
Medulla   26 février 2019
Recherche philosophique sur l'origine de nos idées du sublime et du beau de Edmund Burke
Tout ce qui est propre à susciter d'une manière quelconque les idées de douleur et de danger, c'est-à-dire tout ce qui est d'une manière terrible, tout ce qui traite d'objets terribles ou agit de façon analogue à la terreur, est source du sublime, c'est-à-dire capable de produire la plus forte émotion que l'esprit soit capable de ressentir.
Commenter  J’apprécie          10
Edmund Burke
dido600   24 janvier 2019
Edmund Burke
«Un État qui n'a pas les moyens d'effectuer les changements n'a pas les moyens de se maintenir»
Commenter  J’apprécie          10
Edmund Burke
dido600   10 mai 2018
Edmund Burke
"Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien."
Commenter  J’apprécie          10
sld09   10 septembre 2017
Appel des Whigs modernes aux Whigs anciens de Edmund Burke
En réalité, le pouvoir arbitraire a tellement le goût dépravé du vulgaire qu'à peu près toutes les discussions relatives à la société ne concernent pas la manière dont le pouvoir doit être exercé, mais dans quelles mains il doit être placé.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..