AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.78 /5 (sur 255 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 14/05/1905
Mort(e) à : Paris , le 17/10/1983
Biographie :

Raymond Claude Ferdinand Aron est un philosophe, sociologue, politologue, historien et journaliste français.

Issu d'une famille juive et d'un milieu aisé, il est élève en khâgne au lycée Condorcet (Paris) d'octobre 1922 à 1924, date à laquelle il est reçu à l'École normale supérieure, rue d'Ulm. Ses camarades sont alors Paul Nizan, Georges Canguilhem et Jean-Paul Sartre. En 1928, il est reçu 1er à l'agrégation de philosophie. Aron se rend à partir de 1930 en Allemagne où il étudie un an à l'université de Cologne, puis de 1931 à 1933 à Berlin, où il est pensionnaire de l'Institut français créé en 1930 et fréquente l'université de Berlin.
Il revient en France en 1933 et publie "La sociologie allemande contemporaine" où il introduit l'idée-nouvelle-de la relativité et d'indéterminisme en sociologie, en 1935. En 1938, il obtient son doctorat ès-Lettres avec une thèse intitulée "Introduction à la philosophie de l'histoire". En 1940, il rejoint Londres où il reste jusqu'en 1945. Engagé dans les Forces françaises libres, il devient rédacteur de La France Libre.

Une fois la guerre achevée, il s'installe à Paris et devient professeur à l'École nationale d'administration de Paris entre 1945 et 1947. Puis, de 1948 à 1954, il est professeur à l'Institut d'études politiques de Paris. Il est chargé d'enseignement dès 1955 puis, à partir de 1958, professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de l'université de Paris ; directeur d'études à l'École pratique des hautes études de 1960 à 1983 ; professeur au Collège de France titulaire de la chaire "Sociologie de la civilisation moderne" de 1970 à 1978.

Il devient, lors de la montée des totalitarismes, un ardent promoteur du libéralisme, à contre-courant d'un milieu intellectuel pacifiste et de gauche alors dominant. Il dénonce ainsi, dans son ouvrage "L'Opium des intellectuels" (1955), l'aveuglement et la bienveillance des intellectuels à l'égard des régimes communistes.
Pendant trente ans, il est éditorialiste au quotidien Le Figaro. Durant ses dernières années, il travaille à L'Express. Grâce à des compétences et des centres d'intérêt multiples-en économie, sociologie, philosophie, géopolitique-il se distingue et acquiert une grande réputation auprès des intellectuels. Ses convictions libérales et atlantistes lui attirent de nombreuses critiques, venant des partisans de la gauche, comme de ceux de la droite.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (123) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

5/5 Cours de Monsieur le Professeur Raymond Aron : Philosophie et Histoire. Première diffusion le 20/01/1964 sur Radio Sorbonne. Toute cette première semaine des "Conférences du soir" est consacrée à des cours donnés par Raymond Aron à ses étudiants de la Sorbonne, fin 1963 et début 1964 : les 5 premiers d’une série qui allait se poursuivre au cours de l’année universitaire, série intitulée "Philosophie et Histoire". S’intéresser en historien à ce que « jamais on ne verra deux fois » et, en philosophe, à « ce qui est par essence valable universellement », était au cœur de la réflexion de Raymond Aron. Thèmes : Idées| Histoire| Philosophie| Raymond Aron Source : France Culture

+ Lire la suite
Podcasts (6) Voir tous


Citations et extraits (146) Voir plus Ajouter une citation
Raymond Aron
palamede   13 avril 2017
Raymond Aron
Le choix en politique n'est pas entre le bien et le mal, mais entre le préférable et le détestable.
Commenter  J’apprécie          733
Raymond Aron
lecassin   27 décembre 2016
Raymond Aron
Les hommes font l'histoire mais ils ne savent pas l'histoire qu'ils font.
Commenter  J’apprécie          450
lecassin   26 juillet 2012
Essai sur les libertés de Raymond Aron
L'égalitarisme doctrinaire s'efforce vainement de contraindre la nature, biologique et sociale, et il ne parvient pas à l'égalité mais à la tyrannie.
Commenter  J’apprécie          340
Raymond Aron
kuroineko   25 mai 2017
Raymond Aron
La reconnaissance de l'humanité en tout homme a pour conséquence immédiate la reconnaissance de la pluralité humaine. L'homme est l'être qui parle mais il y a des milliers de langues. Quiconque oublie un des deux termes retombe dans la barbarie.
Commenter  J’apprécie          290
candlemas   29 août 2018
Démocratie et totalitarisme de Raymond Aron
Les partis sont des groupements volontaires plus ou moins organisés, qui prétendent, au nom d’une certaine conception de l’intérêt commun et de la société, assurer seuls ou en coalition, les fonctions de gouvernement
Commenter  J’apprécie          232
Luniver   21 août 2012
Le spectateur engagé : entretiens avec Jean-Louis Missika et Dominique Wolton de Raymond Aron
L'ignorance et la bêtise sont des facteurs considérables de l'Histoire.
Commenter  J’apprécie          240
hupomnemata   28 septembre 2014
Une histoire du XXe siècle tome 1 : Tome 1 de Raymond Aron
"J'ai fait voir comment chez les nations démocratiques, en temps de paix, la carrière militaire était peu honorée et mal suivie. Cette défaveur publique est un poids qui pèse sur l'esprit de l'armée... Lorsque le guerre, en se prolongeant, a enfin arraché tous les citoyens à leurs travaux paisibles et fait échouer leurs petites entreprises, il arrive que les mêmes passions qui leur faisaient attacher tant de prix à la paix se tournent vers les armes. La guerre, après avoir détruit toutes les industrie, devient elle-même la grande et unique industrie, et c'est vers elle seule que se dirigent alors de toutes parts les ardents et ambitieux désirs que l'égalité a fait naître." La guerre froide a, en une certaine mesure, créé, à l'intérieur des États-Unis, l'équivalent moderne de ce que Tocqueville jugeait inévitable en temps de guerre : la concentration sur les choses militaires des passions populaire. Il subsiste une différence majeure : les fabrications de guerre bien plus que la guerre deviennent la grande industrie. Dans les États-Unis tels qu'ils sont, la permanence d'un vaste appareil de combat, disponible en permanence, devait produire ce que le président Eisenhower appela le complexe militaire-industriel (cf. note 55).



note 55 : Dans son message d'adieu à la nation, le 16 janvier 1961, le président Eisenhower met en garde ses concitoyens contre l'influence croissante du complexe militaro-industriel engendré par la guerre froide : " Notre organisation militaire actuelle a peu à voir avec ce que mes prédécesseurs ont connu. Nous avons été amenés à mettre en place une industrie permanente d'armements d'une vaste ampleur. Cette conjonction d'une immense institution militaire avec une grande industrie d'armements est un fait nouveau dans l'histoire américaine. Son influence en tous domaines, économique, politique, même moral, s'est abattue sur chaque municipalité, sur chaque État, sur chaque département de l'administration fédérale. Dans l'exercice du pouvoir, nous devons empêcher que s'impose cette influence sans garde-fou, qu'elle soit consciente ou non, de la part du complexe militaro-industriel. La possibilité d'ascension funeste d'un pouvoir envahissant existe et demeurera."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
candlemas   25 mars 2018
Démocratie et totalitarisme de Raymond Aron
J'ai déjà eu l'occasion de manifester mon admiration pour Raymond Aron et son analyse pertinente de nos sociétés contemporaines, à la fois comme philosophie, politologue et sociologue. Qu'on adhère ou non à ses engagements politiques, sa connaissance très fine de Marx, Weber, Sartre ou Clausewitz, alliée à une vision pluridisciplinaire, lui permettent de rester pertinent en 2017. Il y a notamment beaucoup à tirer de cette réflexion de 1958-1959, remaniée en 1965, en appliquant à notre contexte politique, économique, social et institutionnel actuel (Cf à ce propos l'excellent article de Libé : http://www.liberation.fr/debats/2017/07/02/raymond-aron-avait-raison-helas_1581053 ).



La première partie de l'ouvrage reprend une définition de concepts-clés, à commencer par les différents sens de la politique, ainsi que la mise en perspective du lien entre la superstructure que constituent les régimes institutionnels et l'infrastructure économique et sociale, cela dans une perspective historique.



Elle se conclut par un dégagement des principes essentiels, au sens de Montesquieu, du régime démocratique et du régime totalitaire. Le premier se caractériserait par le respect de la légalité et l'esprit de compromis, perdant son essence s'il ne parvient pas à se maintenir entre ces deux principes, basculant soit dans la corruption, soit dans la démagogie, soit dans les deux. Le second repose sur la foi dans le partie, sur la domination idéologique par un parti se disant révolutionnaire. L'ordre social y est alors fondé sur le sentiment d'impuissance des masses, la croyance en un grand dessein, et la peur imposée aux opposants. Aron nuance toutefois le propos en affichant les biais, variantes, espaces d'interprétation possibles entre les régimes réels et ces "modèles".



Les deux chapitres suivant reprennent de manière dialectique oppositions et spécificités de chaque régime, à partir de l'observation sociologique des régimes existants au début des années 60. Quel dommage que R. Aron ne soit plus là pour analyser avec autant de finesse les spécificités et déviances de la Russie de Poutine, de la Chine de XI Jiping, de l'Amérique de Trump ou de la France de Macron, ou des phénonèmes comme l'Etat Islamique.



Il en résulte que l'analyse de R. Aron dans cet ouvrage mériterait une actualisation. De nombreux commentaires et nombre d'explications sont toujours utiles au lecteur pour interpréter l'actualité, mais le système aronien tel que posé est un peu daté. En outre, cet ouvrage présuppose d'avoir intégré -ce qui n'était pas on cas quand je l'ai lu- les fondements de sa pensée. Aussi, il me semble utile au lecteur de lire d'abord son ouvrage sur les Etapes de la Pensée Sociologique, avant celui-ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
Raymond Aron
dido600   16 février 2017
Raymond Aron
"L'homme est un être raisonnable, mais les hommes le sont-ils ?"
Commenter  J’apprécie          162
hupomnemata   28 septembre 2014
Une histoire du XXe siècle tome 1 : Tome 1 de Raymond Aron
Nul besoin même d'insister sur le dépérissement des idéologies : la querelle entre l'Union soviétique et la Chine populaire a aussi des causes et une dimension idéologiques. Le schisme à l'intérieur du monde qui se réclame du marxisme-léninisme confirme l'expérience historique : l'amitié entre États socialiste ne résiste pas plus à l'usure du temps et à la divergence des intérêts que l'amitié entre les États chrétiens. Les interprétations contradictoires de la foi commune servent au moins d'arme diplomatique, à supposer qu'elles n'allument pas les passions.
Commenter  J’apprécie          131

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Aron ! Aron ! Petit Patapon !

Raymond Aron moque les compagnons de route du Parti communiste, notamment Sartre et le groupe des Temps modernes, en signifiant que comme le peuple dont l'opium est la religion selon Saint Marx, qu'eux aussi ont leur opium, ...?...

L'opium des Intellos
L'opium des intellectuels
L'opium des Mandarins
L'opium des Mandarines

10 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Raymond AronCréer un quiz sur cet auteur

.. ..