AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.9 /5 (sur 364 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : château d'Hautefort, Dordogne , le 29/11/1836
Mort(e) à : Montignac , le 06/05/1907
Biographie :

Eugène Le Roy est un écrivain.

Issu d’une famille modeste, il arrête ses études à 15 ans, pour s’engager dans l’armée, en 1855. Cassé de son grade de brigadier pour indiscipline, il démissionne au bout de cinq ans.
Reçu au concours des contributions directes, Eugène Le Roy devient alors aide-percepteur à Périgueux. En 1871, il rejoint la perception de Montignac.

Le 14 juin 1877, à la grande indignation de la bonne société, le futur écrivain épouse civilement sa compagne Marie Peyronnet, dont il a déjà un fils de trois ans, reconnu lors de sa naissance en 1874. En 1878 il est admis à la loge maçonnique Les Amis Persévérants et l'Étoile de Vesone Réunis à l'Orient de Périgueux.

À partir de ce moment, Eugène Le Roy écrit dans les journaux locaux, "Le Réveil de la Dordogne" notamment, des articles républicains, laïcs ou anticléricaux. "Le moulin du Frau", sa première œuvre romanesque (1890) est une véritable leçon de radicalisme sous la troisième République.

De 1891 à 1901, Eugène Le Roy rédige un volumineux manuscrit (1086 pages) intitulé "Études critiques sur le christianisme". Il entreprend en 1894 la rédaction de "Mademoiselle de la Ralphie" qu'il achève en 1902.

En 1899, il publie "Jacquou le croquant", qui constitue l’une des ses plus importantes œuvres. C’est l’histoire d’un jeune paysan orphelin qui s’insurge contre les injustices. Un feuilleton télévisé à succès en sera tiré en 1969.

Eugène Le Roy prend sa retraite à Montignac. Quelques années avant sa mort, en 1904, il refuse la légion d’honneur.

+ Voir plus
Source : livres.fluctuat.net
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo

Métayers des Nansac
Feuilleton en 6 épisodes fidèlement adapté par Stellio LORENZI du roman d'Eugène LE ROY, qui raconte la vie d'un paysan, Jacquou, entre 1819 et 1830, et montre à travers lui la misérable existence de la paysannerie en Périgord sous la Restauration, encore sous le joug des seigneurs.Jacquou a sept ans et ses parents sont métayers du Comte de Nansac. Celui-ci, ainsi que Laborie, son...

Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
BVIALLET   14 avril 2012
Jacquou le Croquant de Eugène Le Roy
Liberté et pain cuit sont les premiers des biens. Manger le pain pétri par sa ménagère et fait avec le blé qu’on a semé ; goûter le fruit de l’arbre qu’on a greffé, boire le vin de la vigne qu’on a plantée ; vivre au milieu de la Nature qui nous rappelle sans cesse au calme et à la modération des désirs, loin des villes où ce qu’on appelle le bonheur est artificiel- le sage n’en demande pas plus.
Commenter  J’apprécie          160
meyeleb   27 août 2011
Jacquou le Croquant de Eugène Le Roy
Et puis j’aimais ma forêt, malgré sa mauvaise renommée. J’aimais ces immenses massifs de bois qui suivaient les mouvements du terrain, recouvrant le pays d’un manteau vert en été, et, à l’automne se colorant de teintes variées selon les espèces : jaunes, vert-pâle, rousses, feuille-morte, sur lesquelles piquait le rouge vif des cerisiers sauvages, et ressortait le vert sombre de quelques bouquets de pins épars. J’aimais aussi ces combes herbeuses fouillées par le groin des sangliers ; ces plateaux pierreux, parsemés de bruyères roses, de genêts et d’ajoncs aux fleurs d’or ; ces vastes étendues de hautes brandes où se flâtraient les bêtes chassées ; ces petites clairières sur une butte, où, dans le sol ingrat, foisonnaient la lavande, le thym, l’immortelle, le serpolet, la marjolaine, dont le parfum me montait aux narines, lorsque j’y passais mon fusil sur l’épaule, un peu mal accoutré sans doute, mais libre et fier comme un sauvage que j’étais.
Commenter  J’apprécie          140
Nostradamus27   29 décembre 2017
Jacquou le Croquant de Eugène Le Roy
Il y en a qui ont besoin de la société des autres, qui veulent se mêler à la foule, à qui il faut des voisinages, des nouvelles, des échanges de platusseries ou plats propos ; moi pas, il me paraît que c'est un malheur que de ne pas savoir vivre seul.



Les hommes rassemblés valent moins qu'isolés. Il en est du moral comme du physique, les grandes réunions humaines sont malsaines pour l'esprit et le cœur, comme pour le corps.
Commenter  J’apprécie          120
templiers   02 mars 2009
Jacquou le Croquant de Eugène Le Roy
* « Mon existence n'a point été sans peine, mais elle s'est écoulée du moins sans regrets et surtout sans remords, ce qui n'est pas peu de chose. »

* « L’égoïsme m’indigne, la méchanceté m’exaspère, l’injustice me révolte, la misère me saigne le cœur. »

* « Mes bonshommes sont des personnages, non d'imagination, mais d'observation. »

Eugène Le Roy
Commenter  J’apprécie          110
Orphea   16 décembre 2019
Jacquou le Croquant de Eugène Le Roy
Et, en m'en allant, je passai près d'une tombe brisée par le temps, rongée par les pluies, le soleil et les gelées d'hiver, effritée, réduite en gravats, prête à disparaître, et je me dis combien c'était chose vaine que de chercher à perpétuer la mémoire des morts. La pierre dure plus longtemps qu’une croix de bois, mais le temps, qui détruit tout, la détruit aussi ; et puis, que fait cela à celui qui est dessous ? Ne faut-il pas enfin que le souvenir du défunt se perde dans cette mer immense et sans rives des millions de milliard d'êtres humains disparus depuis les premiers âges ? Dès lors, l’abandon à la nature qui recouvre tout de son manteau vert vaut mieux que ces tombeaux où la vanité des héritiers se cache sous le prétexte d'honorer les défunts.
Commenter  J’apprécie          100
Nostradamus27   16 mars 2018
Jacquou le Croquant de Eugène Le Roy
Arrivé à la tuilière lorsque j'aperçus cette masure et ce châlit sur lequel il ne restait plus que la paillasse et une méchante couette, je m'assis sur le banc et me mis à pleurer en songeant à ma mère écrasée là-bas sous six pieds de terre et en me voyant tout seul au monde.
Commenter  J’apprécie          110
Orphea   27 novembre 2019
Jacquou le Croquant de Eugène Le Roy
Pourquoi, là-haut, tant de bonnes choses, plus que de besoin, et chez nous de mauvaises miques froides de la veille ? Dans ma tête d'enfant, la question ne se posait pas bien clairement ; mais, tout de même, il me semblait qu'il y avait là quelque chose qui n'était pas bien arrangé.
Commenter  J’apprécie          90
ChristianAttard   10 octobre 2018
Jacquou le Croquant de Eugène Le Roy
L’avant-veille de la Toussaint, le maire fit appeler ma mère, et lui dit brutalement devant le curé, qui était avec lui sur la place de l’église :



— Ton homme est mort là-bas, il y eut hier quinze jours ; tu peux lui faire dire des messes.



— Les pauvres gens n’en ont pas besoin, repartit ma mère : ils font leur enfer en ce monde.
Commenter  J’apprécie          80
ChristianAttard   15 octobre 2018
Jacquou le Croquant de Eugène Le Roy
Dieu nous garde d’un et cætera de notaire,

Et d’un quiproquo d’apothicaire !
Commenter  J’apprécie          90
ChristianAttard   12 novembre 2018
Jacquou le Croquant de Eugène Le Roy
Les jeunes médecins font les cimetières bossus.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..