AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.8 /5 (sur 59 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New York , le 16/10/1888
Mort(e) à : Boston , le 27/11/1953
Biographie :

Eugene Gladstone O'Neill est un dramaturge américain.

Il suit pendant ses années d’enfance son père James O'Neill, un acteur américain d'origine irlandaise, lors de ses tournées théâtrales. Il étudie ensuite à l’université de Princeton de 1906 à 1907, avant d'occuper un poste d'employé dans sa ville natale.

De 1909 à 1912, il prospecte des gisements aurifères au Honduras, occupe le poste de directeur adjoint et d’acteur dans la compagnie de son père, sillonne les mers comme marin jusqu'en Amérique du Sud et en Afrique du Sud, puis il collabore à un journal de New London (Connecticut).

Ayant contracté la tuberculose (sous une forme bénigne toutefois), il séjourne en 1912 dans un sanatorium où il écrit ses premières pièces de théâtre ; il décide alors d'entrer à l’université Harvard pour suivre les cours d'écriture théâtrale dispensés par un grand spécialiste de l'art dramatique, George Pierce Baker.

Plus que n'importe quel autre dramaturge, O'Neill a introduit dans le théâtre américain un réalisme dramatique initié par Anton Tchekhov, Henrik Ibsen, et August Strindberg.

Généralement ses écrits impliquent des personnages vivant en marge de la société, luttant pour maintenir leurs espoirs et aspirations, mais glissant finalement dans la désillusion et le désespoir. O'Neill explore les aspects les plus sombres de la condition humaine.

Il reçut le prix Nobel de littérature en 1936 et le prix Pulitzer quatre fois : en 1920 pour "Derrière l’horizon", en 1922 pour "Anna Christie", en 1928 pour "L'Étrange intermède" et en 1957 (à titre posthume) pour "Le Long Voyage vers la nuit". Ses autres pièces les plus connues sont "Désir sous les ormes", "Le deuil sied à Électre", et sa seule comédie "Ah, Solitude !".

Après avoir souffert de multiples problèmes de santé (alcoolisme y compris) pendant plusieurs années, O'Neill a finalement fait face à la maladie de Parkinson, dont les tremblements dans les mains lui ont rendu impossible l'écriture pendant les dix dernières années de sa vie. Il a essayé la dictée, mais s'est trouvé incapable de composer de cette façon.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
The Iceman Cometh, film réalisé par John Frankenheimer en 1973, d'après une pièce de théâtre écrite par Eugene O'Neill en 1939. Bande-annonce
Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
Eugene O'Neill
Nastasia-B   11 février 2014
Eugene O'Neill
Qui aurait envie de voir la vie telle qu'elle est s'il pouvait faire autrement ?



LONG VOYAGE DU JOUR À LA NUIT.
Commenter  J’apprécie          502
Eugene O'Neill
gouelan   16 novembre 2014
Eugene O'Neill
"Il n'y a ni présent ni futur, il n'y a que l'étérnel recommencement du passé."
Commenter  J’apprécie          400
Eugene O'Neill
Eve-Yeshe   17 septembre 2019
Eugene O'Neill
Il n’y a ni présent ni futur, il n’y a que l’éternel recommencement du passé. dans « une lune pour les déshérités »
Commenter  J’apprécie          363
Nastasia-B   07 février 2014
Long voyage du jour à la nuit de Eugene O'Neill
JAMIE : Qu'est-ce que l'homme sans un bon vieil amour de femme ? Une nom de Dieu de coquille vide.



Acte IV.
Commenter  J’apprécie          340
Nastasia-B   10 février 2014
Long voyage du jour à la nuit de Eugene O'Neill
MARY : Oh, ne dis pas ça. Mon bébé ! Tu me fais affreusement mal !

EDMUND : Désolé, maman. C'est toi qui en as parlé. Écoute, maman. Je vais te le dire, que tu aies ou non envie de l'entendre. Il faut que je parte en sanatorium.

MARY : Que tu partes ? Non ! Je ne te laisserai pas ! Comment le docteur Hardy peut-il conseiller de telles choses sans même me consulter ! Comment ton père peut-il le laisser faire ! Et de quel droit ? Tu es mon bébé à moi !



Acte III.
Commenter  J’apprécie          300
Nastasia-B   29 janvier 2014
Long voyage du jour à la nuit de Eugene O'Neill
TYRONE : Pardon pour le retard. Le capitaine Turner s'est arrêté parler et quand il est parti à discuter, celui-là, plus moyen de s'en dépêtrer.

JAMIE : Tu veux dire quand il est parti à écouter.



Acte II, Scène 1.
Commenter  J’apprécie          290
Nastasia-B   19 février 2014
Long voyage du jour à la nuit de Eugene O'Neill
EDMUND : J'étais de quart à l'aube dans la hune. Mer calme, cette fois-là. Juste une houle de fond paresseuse et un roulis très lent, comme somnolent. Les passagers dormaient, personne de l'équipage en vue. Pas un bruit fait par l'homme. La fumée noire s'épandant hors des cheminées à l'arrière, tout en bas. Rêver, oublier le quart, se sentir seul, au-dessus de tout, isolé, à regarder l'aube grimper comme un rêve peint sur le ciel et la mer dormant ensemble. Et là, le moment d'extase et de liberté est venu. La paix, la fin de la quête, le havre dernier, la joie d'être part d'un accomplissement bien au-delà des craintes, des espoirs, des rêves des hommes, si pitoyables, si sordides, si cupides !



Acte IV.
Commenter  J’apprécie          270
Nastasia-B   07 février 2014
Long voyage du jour à la nuit de Eugene O'Neill
JAMIE : Alors je ferais mieux d'aller en ville avec Edmund. Les mauvaises nouvelles, en plus de ce qui est arrivé à maman, ça pourrait lui faire un choc.

TYRONE : Oui, vas-y avec lui, Jamie. Soutiens-le, si tu peux. Si tu peux sans y voir un prétexte pour aller te saouler !

JAMIE : Avec quel argent ? Aux dernières nouvelles, la gnôle, ça se vend toujours, ça se donne pas.



Acte II, Scène 2.
Commenter  J’apprécie          240
Nastasia-B   06 février 2014
Long voyage du jour à la nuit de Eugene O'Neill
MARY : Pourquoi est-ce que tu n'allumes pas, James ? Il commence à faire sombre. Je sais que tu détestes ça, mais Edmund t'a démontré que ça ne coûte pas grand-chose, une ampoule qui brûle. Ça n'a pas de sens, de laisser la peur de l'hospice te rendre pingre à ce point.

TYRONE : Je n'ai jamais dit qu'une ampoule coûtait cher. C'est de les laisser allumées, une ici, et une là, qui fait des rentes à la Compagnie d'Électricité.



Acte III.
Commenter  J’apprécie          200
Nastasia-B   09 février 2014
Long voyage du jour à la nuit de Eugene O'Neill
MARY : Comment pourrais-tu me croire... quand je ne me crois pas moi-même ? Je suis devenue si menteuse. Au temps jadis, jamais je n'aurais dit un mensonge. À présent, je suis obligée de mentir, surtout à moi-même. Mais comment peux-tu y comprendre quelque chose quand je n'y arrive pas moi-même. Je n'y ai jamais rien compris, à part qu'un jour il y a bien longtemps j'ai découvert que je ne pouvais plus dire que mon âme était à moi.



Acte II, Scène 2.
Commenter  J’apprécie          190
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



.. ..