AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.92 /5 (sur 50 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 26/09/1979
Biographie :

Docteur en histoire, Farid Ameur est un spécialiste de l'histoire contemporaine des États-Unis, et notamment de la guerre civile américaine.

Auteur d'une thèse de doctorat sur "Les Français dans la guerre de Sécession, 1861-1865" soutenue à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne, il s'est essentiellement intéressé à cette période phare de l'histoire contemporaine américaine.

Son travail de doctorat a reçu le prix Jean-Baptiste Duroselle en 2011 récompensant la meilleure thèse en histoire des relations internationales.

C'est dans cette perspective qu'il a également consacré entre autres publications un ouvrage retraçant l'histoire du Ku Klux Klan (2009), ainsi qu'une biographie d'une figure majeure de la résistance indienne, le chef sioux Sitting Bull (2010).

Il a publié de nombreux ouvrages sur la guerre de Sécession, les Indiens d'Amérique et l'épopée du Far West.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

On a demandé à Jean-Claude Zylberstein quel serait le personnage historique qu'il aurait souhaité rencontrer cette semaine ! Et il répond sans hésiter : Sitting Bull, ce héros de la résistance indienne, guerrier, homme-médecine, guide spirituel, et vainqueur de la bataille de Little Big Horn. Il en profite pour faire du livre de Farid Ameur son Conseil TEXTO de la semaine !


Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Farid Ameur
Alfaric   13 juin 2018
Farid Ameur
Assassiné au fait de sa gloire, Abraham Lincoln occupe une place importante dans le panthéon outre-Atlantique. Aujourd’hui encore, le martyr de la sauce de l'Union et de l'abolition de l'esclavage est révéré comme le plus grand président de l'histoire des États-Unis. De son enfance malheureuse dans les prairies du Middle West à son accession à la Maison Blanche, son destin est intimement lié à celui d'une nation divisée, en proie à la terrible expérience de la guerre civile.
Commenter  J’apprécie          320
Farid Ameur
Alfaric   15 juin 2018
Farid Ameur
Parfait modèle du self-made man, exemple type du rêve américain, le seizième président de l'histoire des États-Unis ne s'est jamais plus à évoquer son parcours. L'expérience de la pauvreté, aggravée par des tragédies familiales, n'a cessé de hanter sa mémoire. Elle lui aura cependant légué une force de caractère, à la mesure de son ambition, une nature généreuse et une vision universaliste de l'humanité. Car lors de son passage à la Maison Blanche, marqué par le fléau de la guerre civile (1861-1865), il a su dépassé ses tourments personnels et s'élever à la hauteur de la tâche pour transformer en réalité soin rêve d'une Amérique unie, pacifiée, consciente de sa destinée et enfin débarrassée du fardeau de l’esclavage.
Commenter  J’apprécie          251
Souri7   12 octobre 2016
La guerre de Sécession de Farid Ameur
En réalité, les bouleversements de l’époque ont creusé le fossé. Les Nordistes, eux, sont persuadés de réunir les forces vives de la nation, de représenter la part belle de l’Amérique, celle dont l’âge d’or permettra à la jeune nation de prendre un jour le relais de la vieille Europe. [...]

Face à ces prétentions, les Sudistes n’en chérissent pas moins leur Dixieland. De George Washington à Andrew Jackson en passant par Thomas Jefferson, ils s’enorgueillissent d’avoir donné à la jeune nation ses plus grands hommes politiques. Un chroniqueur exprime avec cynisme le sentiment qui prévaut chez les Méridionaux : « Le Nordiste produit de l’argent pour que le Sudiste le dépense. » Convaincus de la supériorité de leur civilisation, ils dénigrent le « culte du dollar » et le capitalisme marchand du Nord. Les plus extrémistes soutiennent qu’ils sont les nobles héritiers des « cavaliers », les derniers partisans des Stuarts, tandis que les Yankees sont les descendants des « Têtes rondes », ces cromwelliens qui ont pour ancêtres les populations primitives de l’Angleterre. En fait, le Sud a de plus en plus le sentiment de former un autre peuple au sein de la nation. Il commence à se demander si son avenir ne réside pas en dehors des États-Unis, d’autant que le débat sur l’esclavage met littéralement le feu aux poudres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Souri7   12 octobre 2016
La guerre de Sécession de Farid Ameur
Pour des raisons climatiques d’abord, tout oppose le Nord et le Sud des États-Unis. Dans la partie septentrionale, le courant froid du Labrador n’offre que des richesses agricoles limitées, du moins en Nouvelle-Angleterre. Aussi ses habitants se prêtent-ils davantage aux activités marchandes et industrielles, d’autant que l’arrivée très massive d’immigrants sur son sol satisfait aux besoins de la main-d’œuvre. Inversement, les États du Sud bénéficient d’un climat plus propice. La chaleur méridionale permet aux Sudistes de s’adonner dans une très large mesure aux cultures intensives de coton, du tabac, de la canne à sucre. Le recours aux esclaves noirs pour accomplir les travaux agricoles et domestiques n’y est certes pas généralisé, mais il reste néanmoins le contraste le plus saisissant entre le « Dixieland » et le « pays yankee ».
Commenter  J’apprécie          70
Souri7   12 octobre 2016
La guerre de Sécession de Farid Ameur
Au sortir de quatre années de lutte fratricide, les États-Unis présentent l’aspect d’un pays marqué et endeuillé. Certes, l’Union a été préservée et les esclaves ont été libérés. Mais, avec la disparition de Lincoln, la Reconstruction s’annonce une tâche pour le moins ardue. Des deux côtés, les rancœurs et les passions ont du mal à s’éteindre. Aussi, les années qui suivent sont particulièrement troublées, surtout dans les États du Sud ruinés, avilis et soumis à la loi des vainqueurs.
Commenter  J’apprécie          70
Souri7   12 octobre 2016
La guerre de Sécession de Farid Ameur
Aujourd’hui, pour les spécialistes de cette guerre, la question ne fait plus de mystère. À leurs yeux, la lutte américaine, à la charnière entre les guerres de l’époque napoléonienne et les grands affrontements du xxe siècle, constitue un tournant décisif dans l’évolution des conceptions militaires et doit donc être considérée comme la première guerre moderne de l’histoire.
Commenter  J’apprécie          70
Souri7   12 octobre 2016
La guerre de Sécession de Farid Ameur
[...]l’unanimité du pays se reconstruit peu à peu au détriment des Noirs, devenus des citoyens de seconde zone.[...]L’esclavage a cédé la place à la discrimination.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaoui   02 février 2015
Le Ku Klux Klan de Farid Ameur
Des masques doivent préserver l’identité de chacun durant les apparitions publiques. Bien qu’il constitue une société secrète, le Ku Klux Klan n’entend pas en effet évoluer en vase clos. Pour imposer son style et accroître sa renommée, il lui est impératif de garder une certaine visibilité aux yeux du voisinage. Le mystère n’en sera que plus grand.
Commenter  J’apprécie          60
Wendat69   09 novembre 2018
Héros et légendes du Far West de Farid Ameur
Esprit superstitieux, Boone croit en sa bonne étoile. "Je me sens parfois comme une feuille sur un torrent, déclare-t-il un jour. Elle peut tournoyer, tourbillonner et se retourner, mais elle va toujours de l'avant..."
Commenter  J’apprécie          50
raynald66   23 mai 2017
La guerre de Sécession de Farid Ameur
En avril 1865, après 4 années de lutte fratricide, la victoire totale du Nord a non seulement sauvé l'Union mais lui a,

en outre, donné un caractère indestructible.

Des cendres de la confédération et de la civilisation esclavagiste du sud est né à jamais un pays uni et conscient de sa destinée. Aussi, en consacrant définitivement l'unité de la nation américaine, cette guerre marque de façon certaine la première étape vers son émergence au rang de superpuissance
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-50171

Madame de Chaville appela : – Placide ! – Madame ? – Vous pouvez desservir. – Bien, madame. Et Mme de Chaville alla rejoindre ses invités. Resté seul, le fidèle serviteur Placide grommela l’inévitable « Ça n’est pas trop tôt, j’ai cru qu’ils n’en finiraient pas ! ». Puis il parut hésiter entre un verre de fine champagne et un autre de chartreuse.

Alphonse Allais
Amédée Achard

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thèmes : couple , littérature française , guerreCréer un quiz sur cet auteur

.. ..