AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.94 /5 (sur 236 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Sardaigne, Italie , 1956
Biographie :

Francesco Pittau est un auteur et illustrateur.

Peintre et graveur de formation, il a fait ses études aux Beaux-Arts de Mons. Il fut directeur de collection aux éditions Belem et se consacre aujourd’hui à l’écriture pour la littérature jeunesse.

Il écrit depuis 1990 des histoires que sa compagne Bernadette Gervais, diplômée aussi des Beaux-Arts de Mons, illustre souvent. Ensemble, ils ont réalisé pas loin d’une centaine de livres, des livres drôles, des livres-objets, toujours inventifs et parfaitement adaptés aux enfants.

Parmi eux, "Axinamu" (2008) et "Oxiseau" (2010) qui ont rencontré un grand succès en France et dans tous les pays où ils ont été traduits (Allemagne, Espagne, Pays-Bas, États-Unis).

Poète pour la jeunesse et pour les adultes, il devient aussi l’illustrateur de ses livres.

Il vit dans la région de Bruxelles.

son blog : http://maplumesurlacommode.blogspot.com/

+ Voir plus
Source : Ricochet
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

C'est dégoûtant - Album paru en 2001 aux éditions Seuil jeunesse par Francesco Pittau


Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
milamirage   11 octobre 2012
Le pays gris de Francesco Pittau
Quand l'éléphant

a mal aux dents...

la souris

a mal aussi.

Quand la souris

a des soucis...

l'éléphant

est rongé de tourments !

C'est pour ça

que la souris et l'éléphant

vivent dans la même maison grise

depuis tout le temps !
Commenter  J’apprécie          230
Nastasia-B   22 mai 2014
Les contraires de Francesco Pittau
à poils — à plumes

[...]

gourmand — frugal

[...]

frais — pourri
Commenter  J’apprécie          140
milamirage   13 octobre 2012
Le pays gris de Francesco Pittau
Mais les autres animaux

se fichent de sa défense abîmée.

Ils ne veulent que s'amuser.

Et l'éléphant est malheureux !

Il pense à son amie la souris

qui avait toujours mal aux dents

en même temps que lui...
Commenter  J’apprécie          110
milamirage   12 octobre 2012
Le pays gris de Francesco Pittau
Et après des jours et des nuits

l'éléphant arrive

dans un pays où tout est coloré !

Un pays sans souris !

Dans ce pays lointain

il y a des vaches, des papillons

des cochons, des tigres, des renards...

Et toute la journée ils font les idiots !
Commenter  J’apprécie          90
AnnadeSandre   07 mai 2015
Tête-dure de Francesco Pittau
Tête-Dure sait que le pire va survenir. L’Indien est d’ores et déjà condamné. C’est sûr, comme eux et deux font quatre. Le destin est en marche. Inutile d’espérer échapper à son destin. (…) Tête-Dure attend l’inattendu. Il pense à contrecarrer le destin. Il pense à changer le cours de l’action, mais il sent confusément que ce n’est pas bien, qu’il faut laisser le ruisseau couler dans son sens naturel. Alors, il pose l’Indien sur le sol et, d’un doigt assuré, il le pousse vers l’ombre de la chaise. Y a pas de vautours dans les environs. Y en a jamais eu. Un pigeon, peut-être. Ou un canari. Ou un moineau. Un de ceux qui sautillent sur le trottoir, de pavé en pavé, entre les feuilles mortes. Un cloc sourd retentit. L’Indien n’a pas le temps de réagir qu’un autre coup de feu, pan ! claque, suivi d’un autre, et d’un autre encore. Puis le silence, plus épais que tout à l’heure, retombe comme une couverture de laine. Il pourrait remplir une bouche, ce silence, tant il est épais et solide. Tête-Dure soupire. Il aurait pu changer le cours des choses, mais il ne l’a pas fait. Il attrape le soldat (qui est dissimulé derrière un pied de la chaise), le lève à hauteur de ses yeux et l’examine avec une moue de mépris.



Pourquoi faut-il que le soldat gagne à chaque fois ? Pourquoi faut-il toujours que ce soit ce soldat si propre, si sûr de lui, si arrogant, qui sorte vainqueur. Tête-Dure le déteste. Alors, saisi d’une rage brutale, il jette au loin le soldat, qui rebondit sur le revêtement avec de petits clic-clic-clic qui se mêlent à un autre clic – celui du bouton de la radio, suivi presque aussitôt d’une voix tonitruante surprise au milieu d’une phrase.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AnnadeSandre   07 mai 2015
Tête-dure de Francesco Pittau
PAPA a enfilé sa veste en cuir, puis il a refermé bruyamment la porte sur le champ de bataille. Son pas a tiqueté dans l’escalier.



Maman n’a pas bougé ; elle est encore affalée sur le balatum (elle ne pleure plus) et elle crache un mot, comme un bout de tendon : – Salaud…, d’une voix qui va s’affaiblissant.



Tête-Dure est immobile comme un caillou. Il est aussi comme un insecte qui attend le soleil. Il est comme un jouet en bois. Il est comme une goutte de cire froide sur la nappe en tissu. Il ne bouge pas. Il ne peut pas bouger. La lumière du jour glisse doucement sur le sol, sans heurt, irréelle et nette. Il s’entend respirer et son coeur est une bouchée de silence.



Mais Maman le rappelle d’un reniflement à la réalité. Il ne rêve pas. Le regard de Maman est une aiguille de haine dirigée vers l’intérieur de sa tête, puis vers lui, mais cela il l’imagine. Il comprend qu’elle ne le voit pas. Il a gardé le camion serré sur sa poitrine ; ses mains transpirent sur le métal et le coin du pare-chocs lui fait mal.



Maman rabat sa jupe sur ses cuisses et, avec des gestes cassés, elle se remet debout.



On voit qu’elle ne veut plus pleurer, ni maudire, ni se lamenter.



Elle évite de regarder en direction de Tête-Dure, qui sent le nœud de sa gorge descendre lentement jusqu’à l’aine. Puis s’effiler, puis se dissoudre.



Puisant au robinet près de la fenêtre de la rue, Maman se passe de l’eau froide sur les paupières et sur le front, et un peu sur les joues. Il lui faut un temps fou pour faire ça. Elle a l’air vieille soudain, courbée sur l’évier en grosse faïence ; elle souffle en animal fatigué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
letilleul   01 septembre 2019
Thomas et la jupe de Francesco Pittau
Thomas n’a pas beaucoup d’amis.

Il n’en a même pas du tout.

Et les trois garçons qui pourraient être

Ses amis sont toujours en train

De jouer au ballon.

Thomas n’aime pas jouer au ballon.
Commenter  J’apprécie          70
NicolasFJ   01 juin 2012
Prout ! de Francesco Pittau
Même quand il dort, le petit éléphant pète.

Il pète si fort, prouuuuuuuuuuuuuttttttt que le drap s'envole au plafond.
Commenter  J’apprécie          70
ptitemarjo   22 mars 2015
Quand je serai grand de Francesco Pittau
Quand je serai grand... ça ne me fera rien d'avaler de la moutarde.

... je pourrai manger autant de glaces que je veux.

... j'aurai plein de hamsters.
Commenter  J’apprécie          60
AnnadeSandre   07 mai 2015
Tête-dure de Francesco Pittau
Tête-Dure se frotte les yeux. Il s’ennuie un peu. Il regarde les pieds de Papa. Papa porte de fines chaussures noires, luisantes comme deux morceaux de glace. Papa est délicat des pieds ; il souffre de toutes sortes d’excroissances cornées et il passe un temps fou, le soir, à les soigner. Il dit qu’il a des oignons, des yeux-de-perdrix, ou d’autres choses avec des noms bizarres. À l’aide de petits ciseaux pointus, il taille dans tout ça et il gémit quand il va trop profond dans la chair, et pour amoindrir la douleur, il aspire une grosse goulée d’air, puis il jure, il maudit la Sainte Vierge et tous les saints. Il leur promet les feux de l’Enfer et une vie dissolue.



Il s’emporte, gueule qu’on ne vend que des chaussures d’une qualité de merde. Il hurle qu’il souffre le martyre, que tous les marchands de chaussures sont des escrocs capitalistes à la solde des Juifs. C’est pour cette raison qu’il fuit leurs boutiques lumineuses et feutrées pour parcourir sous un ciel gris les marchés à la recherche des chaussures qui apporteront enfin un peu de réconfort à ses pieds malmenés. Jamais il n’a trouvé cette paire de chaussures salvatrices, mais il ne perd pas l’espoir de mettre la main dessus. Et quand il ne parle pas des douleurs causées par les chaussures, il parle des Dégâts du Monde, des Forces Souterraines qui dominent le Monde, des Puissances Occultes qui travaillent à la destruction de ce qui constitue son Monde à lui. – Ces salauds d’Américains ! Ces saloperies de Capitalistes !



Ces Juifs ! Ils vont nous tuer ! Kennedy va déclarer la guerre et c’est encore « les Innocents » qui vont payer ! Tas de saloperies ! »



Papa a une voix qui résonne et qui fait mal aux oreilles quand la colère le prend, une voix rocailleuse, une voix qui exagère parfois les sifflantes, qui chuinte. Une voix que Tête-Dure reconnaîtrait sans hésiter même au milieu d’une foule qui jacasse, simplement parce que Papa farcit son français de mots italiens dont les accents toniques sont comme des ponctuations dans la monotonie du français.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Titres gruyère (2)

La ...... au bois dormant

Séduisante
Belle
Princesse
Magnifique

18 questions
75 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature jeunesse , contes , titresCréer un quiz sur cet auteur

.. ..