AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.56 /5 (sur 126 notes)

Nationalité : Japon
Né(e) à : Tōkai (préfecture d'Aichi) , le 02/09/1977
Biographie :

Fuminori Nakamura est né le 02 septembre 1977 dans la préfecture d'Aichi. Il est diplômé en sciences sociales appliquées de l'université de Fukushima.

Il débute sa carrière d'écrivain en 2002 avec Jû (Un pistolet), couronné du prix Shinchôsha des jeunes auteurs, et reçoit en 2004 le Prix Noma des jeunes auteurs pour Shakô (Obscurcissement), avant d'obtenir en 2005 le prix Akutagawa pour Tsuchi no naka no kodomo (L'Enfant dans la terre). Enfin, en 2010, il est récompensé du prestigieux prix Kenzaburo Oe des mains mêmes de l'auteur nobélisé pour Pickpocket.

En se focalisant sur des personnages soit nés, soit poussés dans la pauvreté, Fuminori Nakamura, fortement influencé par les œuvres de Kafka, Camus et Dostoïevski, souligne d'une lumière très crue les aspects souvent négligés du Japon contemporain.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Fuminori Nakamura   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Payot - Marque Page - Fuminori Nakamura - Revolver


Citations et extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
le_Bison   07 février 2015
Revolver de Fuminori Nakamura
J'ai écrasé ma cigarette et me suis dirigé vers la cuisine où la fille était en train de préparer la café. Je l'ai enlacée par derrière et, en m'appliquant à faire preuve de muflerie, je lui ai peloté les seins tout en l'embrassant dans le cou. J'ai agi ainsi afin qu'elle me prenne pour un sale type intéressé uniquement par le cul mais à la réflexion, c'est bien ce que j'étais, ça m'a fait sourire.
Commenter  J’apprécie          220
le_Bison   03 février 2015
Revolver de Fuminori Nakamura
Mon arme était belle et je n'avais pas besoin de la nettoyer mais j'en avais envie. Ce geste me semblait propice à établir une communication plus étroite avec elle.
Commenter  J’apprécie          155
LilyK   13 juin 2021
Pickpocket de Fuminori Nakamura
Moi, je pense au fait que je vais mourir, je réfléchis à ce qu'a été mon existence jusqu'à ce jour. En fourrant mes doigts dans les poches d'autrui, j'ai tourné le dos à tout, j'ai tout rejeté, j'ai rejeté la collectivité, j'ai rejeté ce qui est sain et lumineux. J'ai érigé des murs autour de moi et vécu comme tapi dans les interstices sombres de la vie. Mais, pour une raison inconnue, je souhaite malgré tout rester ici encore un peu.
Commenter  J’apprécie          10
kuroineko   29 décembre 2017
Revolver de Fuminori Nakamura
De la même façon que certains éprouvent de la joie à peindre des tableaux ou à composer de la musique, de la même façon que d'autres deviennent dépendants du travail ou d'une femme, d'une drogue ou d'unr religion, j'ai trouvé quelque chose qui me captive. Dans mon cas, il s'agit d'une arme, voilà tout. Je ne suis pas bizarre. C'est ce que je me suis dit.
Commenter  J’apprécie          130
le_Bison   11 février 2015
Revolver de Fuminori Nakamura
Mon intérêt résidait uniquement dans l’excitation liée à l’acte de détruire la vie, et dans le caractère inhabituel qu’il revêtait. Davantage que le résultat c’était le processus, davantage que les images sanguinolentes c’était la tension qu’elles faisaient surgir en moi, qui m’intéressait.
Commenter  J’apprécie          132
le_Bison   17 février 2015
Revolver de Fuminori Nakamura
J’ai pensé que je n’étais plus le même qu’avant. J’avais découvert et savouré une extase qu’on pouvait qualifier de suprême. J’éprouvais de la gratitude pour l’arme qui me l’avait donnée, je ferais n’importe quoi pour la renouveler. Je me suis dit que cette sensation, c’était certainement ça, l’amour. Quand je serais de retour à la maison, j’astiquerais soigneusement l’arme, je voulais vite le faire. La joie qui enflait spontanément me rassasiait, je me sentais prêt à m’ouvrir au monde entier. J’ai pensé que j’étais heureux et que cela durerait jusqu’à ma mort.
Commenter  J’apprécie          120
missmolko1   01 février 2019
L'hiver dernier, je me suis séparé de toi de Fuminori Nakamura
- C’est bien vous qui les avez tuées… n’est-ce pas ?

Malgré mon affirmation, l’homme reste de marbre. Dans son survêtement noir, il se tient avachi, comme vautré sur sa chaise. Sans la plaque de plexiglas transparent entre nous, ressentirais-je de la peur ? Il a les joues creuses, les yeux légèrement enfoncés dans les orbites.

- Cela m’intrigue depuis le début… Pourquoi, après avoir tué Akiko… avez-vous…

- Pas si vite.

L’homme intervient. Son visage est toujours vide d’expression. Il ne semble ni triste, ni en colère. Il est simplement fatigué. Voilà longtemps qu’il est épuisé.

- Et si, au contraire, c’était moi qui t’interrogeais ?
Commenter  J’apprécie          110
colimasson   10 décembre 2015
Revolver de Fuminori Nakamura
Je ne m’appesantis presque jamais sur mes actes passés. Le bien, le mal, ce qui en découle, je n’ai pas tellement l’habitude d’y réfléchir. Mais la façon dont je me suis conduit ce jour-là m’inspire une joie proche de la gratitude. Si j’étais bêtement rentré chez moi, je n’aurais pas aujourd’hui une arme entre les mains. Inversement, quand je pense que je pourrais ne pas l’avoir, une crainte diffuse s’empare de moi. Puisque avant ça je n’en possédais pas, peut-être ai-je tort de penser ainsi.
Commenter  J’apprécie          100
Osmanthe   08 août 2016
Pickpocket de Fuminori Nakamura
Un événement minime pour le haut de la hiérarchie peut être une question de vie ou de mort pour ceux qui sont en bas. Le monde fonctionne ainsi.
Commenter  J’apprécie          100
Osmanthe   04 août 2016
Pickpocket de Fuminori Nakamura
J'ai érigé des murs autour de moi et vécu comme tapi dans les interstices sombres de la vie.
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

La guerre 39-45 en littérature

De la guerre, il connaîtra tout : les privations, les humiliations, la peur dans le ghetto de Varsovie, l'horreur absolue du camp nazi de Treblinka, dont il parvient à s'échapper... Il s'engagera ensuite dans l'Armée rouge, puis partira aux Etats-Unis... Lorsque la paix reviendra, il reconstruira sa vie dans le sud de la France, mais un incendie décimera ceux qui lui sont le plus chers. Ce récit autobiographique, traduit dans plus de vingt langues, a été adapté au cinéma par Robert Enrico en 1983.

Le jour le plus long de Cornelius Ryan
Le Journal d'Anne Frank
L'Armée des ombres de Joseph Kessel
L'Ami retrouvé de Fred Uhlman
Un sac de billes de Joseph Joffo
Au nom de tous les miens de Martin Gray
Le Pont de la rivière Kwaï de Pierre Boulle
Inconnu à cette adresse de Kathrine Kressman Taylor
Si c'est un homme de Primo Levi
Mémoires de nos pères de James Bradley
Les bienveillantes de Jonathan Littell
La Mort est mon métier de Robert Merle

12 questions
602 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , guerre mondiale , seconde guerre mondiale , roman historique , conflits du 20ème siècle , nazisme , camps de concentration , guerre du pacifiqueCréer un quiz sur cet auteur