AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.62 /5 (sur 473 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 24/09/1933
Mort(e) le : 13/02/2015
Biographie :

Geneviève Dormann est une journaliste et une écrivaine.

Elle est la fille de Maurice Dormann, un ministre des anciens combattants sous la troisième République, mort en 1947, qui était aussi journaliste et imprimeur.

À dix-sept ans, elle épouse le peintre Philippe Lejeune. Cinq ans et trois filles plus tard, elle se remarie (pour cinq ans aussi) avec le scénariste Jean-Loup Dabadie, dont elle a une autre fille.

En 1959, Geneviève débute une carrière dans le journalisme. Sa plume, sa verve et son insolence lui ouvrent les portes du Nouveau Candide, Marie-Claire, le Figaro Littéraire. La même année, elle publie La Fanfaronne, son premier roman.

Geneviève Dormann a beau haïr les distinctions, - en 1972 elle refuse d'être faite chevalier des Arts et des Lettres - elle se résout pourtant à en accepter quelques unes.

En 1975, son cinquième roman, Le Bateau du courrier obtient le prix des Deux Magots. En 1983, Le Roman de Sophie Trébuchet décroche le Kleber Haedens.

En 1989, elle publie Le Bal du dodo, récompensé par le Grand prix du roman de l'Académie française.

Son caractère trempé, son goût de l'aventure et des voyages (Indochine, Ile Maurice, etc.), son esprit provocant, souvent à contre-courant des modes idéologiques, se retrouvent dans ses romans.

Elle laisse derrière elle une dizaine d'ouvrages, romans, essais littéraires, biographies et une adaptation cinématographique du livre de Marguerite Yourcenar, Le Coup de grâce.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
L'INA vous revend des vidéos que vous avez déjà payées avec la redevance télé pour... ça: https://www.huffingtonpost.fr/2018/08/30/agnes-saal-ex-patronne-de-lina-condamnee-pour-des-frais-de-taxi-a-un-nouveau-poste-au-ministere-de-la-culture_a_23512576/ PRIVILEGIEZ YOUTUBE!

Citations et extraits (92) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienne   21 août 2015
Le bal du dodo de Geneviève Dormann
Il lui arrivait parfois de se heurter aux portes closes lorsqu'elle y venait en dehors des heures d'office et elle en éprouvait un véritable désespoir. Comment peut-on fermer les portes d'une église au nez de l'angoisse qui vient s'y réfugier ? Un curé à qui elle avait posé la question avait regardé d'un air soupçonneux cette jeune fille qui ne ressemblait guère à ses ouailles habituelles. Il avait parlé de précautions nécessaires, de surveillance difficile, d'heures d'ouverture, Une réponse de gardien de musée.
Commenter  J’apprécie          190
araucaria   09 juillet 2016
Le bateau du courrier de Geneviève Dormann
Il était habillé, comme la première fois, d'un chandail blanc à col roulé. Un de ces chandails à côtes torsadées, en laine brute qu'en Irlande tricotent les femmes des marins, avec un dessin propre à chaque famille et qui sert à identifier les corps des hommes noyés, que la mer rejette. Un losange, une natte, un point de riz, la tricoteuse en larmes se penche vers la grève et reconnait les mailles qu'elle a alignées pendant des soirées d'hiver pour son Duncan O'Brian. Il n'y a pas de doute : les losanges sont au O'Brian, depuis tant et tant d'années. Si seulement le tricot avait eu les dessins ovales des Kennedy, elle aurait espéré encore que Ducan avait abordé un pays lointain après le naufrage et reviendrait un jour.
Commenter  J’apprécie          180
Geneviève Dormann
DocIdoine   16 mars 2019
Geneviève Dormann
Les féministes sont tellement insupportables qu'elles sont arrivées à rendre misogynes jusqu'aux femmes elles-mêmes.
Commenter  J’apprécie          190
Ode   30 août 2012
Le roman de Sophie Trébuchet de Geneviève Dormann
Un père disparu dont le corps n'a pas été retrouvé met longtemps à mourir. Longtemps Sophie Trébuchet espérera voir revenir le marin tant aimé. Puis, les années passant, elle abandonnera son image aux vagues. On lui dira qu'il a donné sa vie pour le Roi, pour la France. Elle se persuadera qu'il a glissé, un soir, dans une mer sans fond, par une nuit sans lune... C'est une fin habituelle pour les hommes de son pays.
Commenter  J’apprécie          170
ladesiderienne   15 avril 2014
Fleur de péché de Geneviève Dormann
Mais pas de danger qu'elle s'effondre ni même qu'elle se mette à pleurer ici, en pleine esplanade. Elle n'a pas été élevée dans ces idées-là. La grand'mère Martha était implacable à ce sujet : "On ne pleure pas n'importe où. Si tu as envie de pleurer, va aux cabinets." Elle y est souvent allée. En trente-deux ans, Verena Wäber a sangloté dans d'innombrables chiottes. Elle a connu les chagrins puants des cabinets de pensionnats, les chagrins chics des restaurants de luxe aux discrètes chasses d'eau azurées, elle a eu des chagrins campagnards, à la turque, et des chagrins cosmopolites d'aéroports que l'on paie modestement, à la sortie, par un penny ou un pfenning ou une roupie. De toute façon, le chagrin, c'est de la merde, pas autre chose. Pas mettre le pied dedans. Donc, Verena attendra pour pleurer. Si elle pleure.
Commenter  J’apprécie          160
ladesiderienne   16 avril 2014
Fleur de péché de Geneviève Dormann
Ma grand'mère Martha ressemblait à ces femmes inaltérables dont les traits romains et la charpente solide ont toujours inspiré les sculpteurs pour symboliser les institutions et les grandes idées. Les ans et les coups du sort n'avaient pas altéré sa haute stature qui semblait devoir toujours dominer les pusillanimités en tout genre de cette vallée de larmes.

Le nez droit, la natte épaisse qui couronnait sa tête aux traits réguliers, la musculature puissante de son corps, on les trouvait, de pierre ou de bronze, sur les monuments et dans les squares. Martha Eschenbrenner aurait très bien pu brandir une palme de la main droite en soutenant un poilu défaillant de la main gauche. Ou cracher de l'eau, toute nue, au milieu d'un bassin, parmi des chevaux cabrés.
Commenter  J’apprécie          150
Mimeko   21 août 2018
Le roman de Sophie Trébuchet de Geneviève Dormann
Depuis qu'elle est au monde, elle est confrontée à la mort. Les êtres qu'elle aime sont morts ou disparus : sa mère quand elle était enfant, puis son père. Volatilisée cette jeune tante Louise qui était pour elle comme une sœur élue. Et ses amis, ses cousins tous ceux-là, guillotinés à Nantes ou abattus dans les bois de Vendée. Ce n'est pas pour rien que la tête de Mlle de la Biliais tourbillonne dans ses cauchemars. De cette funèbre jeunesse, Sophie a tiré une certaine dureté (qu'on lui reprochera) et la conviction viscérale que la vie est fragile, si brève et qu'il convient d'y faire honneur durant qu'il en est temps. Et qu'il ne faut pas perdre une minute d'un bonheur menacé à si courte échéance. L'avenir ne la démentira pas.
Commenter  J’apprécie          150
Patroth   05 juillet 2020
le chemin des dames de Geneviève Dormann
Ce qui fait l'intérêt du Chemin des dames, c'est premièrement l'autorité du style et c'est deuxièmement la même chose. La rapidité, le raccourci. On a affaire à la postérité de Morand, à l'école de Nimier. A beaucoup de parti pris. A un cynisme qui exagère, mais qui, en même temps, purifie. A un humour qui fait du bien. A un mariage assez curieux de romantisme et de lucidité. Un certain goût des "enfants tristes", du plaisir d'être malheureux ; un besoin d'absolu qui se venge de son échec par l'ironie, la poésie, la sincérité agressive. Une férocité, une tendresse. Une générosité cachée. Un grand dégoût de la platitude. Un document sur une époque, sur un milieu et sur une mode du sentiment. Alexandre Vialatte .
Commenter  J’apprécie          00
ladesiderienne   16 avril 2014
Fleur de péché de Geneviève Dormann
En grandissant, Matthias est devenu très bizarre. Long, mince et mou. A seize ans, on aurait dit qu'il avait du mal à porter sa carcasse. Il ne s'asseyait pas mais s'alanguissait, se renversait sur les fauteuils, les tables ou même par terre. Un garçon liquide.
Commenter  J’apprécie          140
ladesiderienne   19 août 2015
Le bal du dodo de Geneviève Dormann
Même si cela ne s'avoue guère, la femme qui épouse le fils qu'on préfère est toujours, pour sa mère une ennemie. Menteuse est celle qui dira le contraire. Normal : on abandonne pas de gaieté de cœur à une autre femelle un homme qu'on a tenu dans son ventre. C'est aussi pourquoi les jeunes filles préfèrent épouser des orphelins.

Ce qui agaçait Mme de Carnoët, c'était d'avoir été mise au pied du mur dans cette affaire, de n'avoir pas vu venir 'l'ennemie", de ne pas avoir eu la possibilité de la choisir comme un moindre mal. Qu'elle fût anglaise ne faisait qu'ajouter à l'inimitié viscérale de Françoise de Carnoët, une notion de fatalité historique. Ainsi Albion continuait à s'acharner sur la France. Non contente de lui avoir empoisonné l'existence depuis la nuit des temps, d'avoir brûlé Jeanne D'Arc, coulé ses bateaux, débarqué au Cap Malheureux pour voler l'Isle de France, voici qu'elle posait sa patte avide sur Yves de Carnoët. Et impossible, désormais, de clamer fièrement que jamais sang britannique ne s'était mêlé à celui de la famille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..