AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.12/5 (sur 1267 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 01/09/1925
Biographie :

Madeleine Chapsal est une écrivaine française.

Elle est la petite-fille de l'homme politique Fernand Chapsal et la fille de la couturière Marcelle Chaumont, première d'atelier de la Maison de couture Vionnet ; Madeleine est d'ailleurs la filleule de la couturière Madeleine Vionnet.

À vingt ans, elle est engagée aux "Échos" par son futur beau-père, Émile Servan-Schreiber. Elle interviewe de nombreuses personnalités du monde littéraire et politique. Elle se marie avec Jean-Jacques Servan-Schreiber (JJSS) (1924-2006) en 1947.

Jeune épouse, elle s'embarque dans l'aventure de "L'Express", où elle travaille de 1953 à 1978. À sa table, elle reçoit régulièrement les ténors de la politique comme ceux de l'intelligentsia française.

Après son divorce en 1960, elle suit une thérapie auprès de Françoise Dolto, grâce à qui, elle rencontre un jeune homme de vingt ans son cadet. Ses déboires amoureux la poussent au désespoir et c'est après une tentative de suicide qu'elle écrit son premier roman, "La Maison de Jade" (1986), qui fait un tabac à "Apostrophe", remporte un énorme succès et la fait connaître en tant qu'écrivain.

Dès lors, Madeleine Chapsal ne cesse d'écrire, totalisant jusqu'à quatre titres par an. Elle s'inspire de son quotidien pour écrire des romans dans lesquels beaucoup de femmes déclarent se reconnaître.

En 2004, le superbe succès remporté par "L'Homme de ma vie" a conduit Madeleine Chapsal à consacrer un nouveau livre autobiographique, "Noces avec la vie".

Elle est également l'autrice de nombreux essais, pièces de théâtre et livres pour enfants. Madeleine Chapsal participe aussi à l'écriture de documentaires, notamment en collaboration avec Frédéric Rossif.

Membre du jury du prix Femina depuis 1981, elle en est exclue, en 2006, suite, à ses révélations sur les petits arrangements lors des remises de prix dans son livre sorti en 2005, "Journal d'hier et d'aujourd'hui".

Elle est promue Officier de la Légion d'Honneur en 2008 et à la dignité de grand'croix en 2011.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Madeleine Chapsal   (101)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Pour la 2 édition du jeune salon du livre de l'île de Ré, L'ILE AUX LIVRES, sa marraine Madeleine Chapsal et son parrain Patrick Poivre d'Arvor accueillent 80 auteurs dont Jetsun Pema, la soeur de Sa Sainteté le Dalaï Lama.


Citations et extraits (516) Voir plus Ajouter une citation
Madeleine Chapsal
Lire donne l'occasion d'aménager très tôt sa solitude intérieure. Elle devient alors source de plaisir, de bonheur, de richesse, au lieu d'être vécue comme un cachot, un malheur, une pénitence. Aucun autre instrument éducatif, télévision, conférences, jeux, ne saurait la remplacer, car il n'y a que la lecture où l'on soit seul. Un enfant sachant tirer parti de sa solitude s’accommodera de tout.
(Oser écrire)
Commenter  J’apprécie          1173
Madeleine Chapsal
Ce rapport de passion avec la lecture nous vient de l'enfance et, avec l'âge, y retourne. C'est pourquoi il est si important d'apprendre l'art de lire dès ses jeunes années: pour ne plus jamais, de sa vie entière, être seul.
Je ne suis jamais seule ni totalement abandonnée, du moment qu'il y a des livres. Tous les livres. En somme, vous. Car les livres, ce sont les autres. Présents- absents.

(Oser écrire)
Commenter  J’apprécie          953
Madeleine Chapsal
La lecture est un art et tout le monde n'est pas artiste.

(Oser écrire)
Commenter  J’apprécie          912
Madeleine Chapsal
Lire donne l'occasion très tôt d'aménager sa solitude intérieure. Elle devient alors source de plaisir, de bonheur, de richesse, au lieu d'être vécue comme un cachot, un malheur, une pénitence.
Commenter  J’apprécie          640
Madeleine Chapsal
C'est pour faire exister ce qui n'existe pas qu'il faut sans cesse de nouveaux écrivains !
Commenter  J’apprécie          550
Le poignant, ce sont les choses qu'on fait pour la dernière fois, sans savoir que c'est la dernière.On s'habitue si bien au bonheur de se répéter !
"Encore", disait Lacan, c'est le mot de l'amour.
Commenter  J’apprécie          484
Encore une journée de plein soleil !
Camille reçoit ce grand beau temps comme un cadeau, une grâce que consent quelqu'un de haut placé à ce petit bout d'humanité, dont elle fait partie, en vacances de juillet sur la côte atlantique. Dans le Midi, où elle a vécu autrefois, le soleil est considéré comme un dû et peut briller trois semaines de suite sans qu'on y prête attention. On se contente de reconnaître sa perpétuité, le matin, en s'en plaignant presque : « Ah, ce soleil. À peine levé, il vous brûle déjà... »
Alors qu'ici, à Ré, on s'enthousiasme et se passe la nouvelle : « Tu as vu, il fait beau ! » Et de former en chœur des projets pour la journée afin d'en profiter le plus possible : plage, nage, vélo, petits verres pris sur les terrasses, dans les jardins, avant le retour des nuages, de la fraîcheur, de la pluie qui obligera à changer de programme... En revanche, sur la côte dite d'Azur, on fait tous les jours les mêmes choses : bronzette, apéritif, parties de boules, danse à la belle étoile sur des planches montées à même le sable. On y fait aussi l'amour.
Camille ne peut s'empêcher de comparer les deux régions liées à deux époques de sa vie. Pourtant, elle aime être ici, dans la maison basse léguée à Pierre par ses parents, avec cette cour-jardin plantée de roses trémières, de rosiers grimpants, de lauriers roses - que de rose ! -, de chèvrefeuille, de clématites, avec un solanum, un olivier, tout ce qui peut croître dans un aussi petit espace clos de murs, protégé des regards et du vent.
Les enfants adorent sans vraiment savoir pourquoi : dès qu'on franchit le pont en voiture - et cela, depuis tout petits -, ils changent de comportement, se redressent sur les banquettes, demandent qu'on baisse les vitres pour respirer le « bon air », celui qui sent le varech, les pins ; en fait, la liberté.
Pour répondre à l'excitation des petits - et à celle du chien lorsqu'ils en avaient encore un -, ils s'arrêtent à la première plage, celle de Rivedoux, et tous se précipitent jusqu'à l'eau, saisis par le ravissement, quelle que soit la marée : « C'est merveilleux, tu as vu : la mer est haute ! » Ou : « Quelle étendue, c'est prodigieux quand la mer est basse... »
« À croire, se dit Camille en achevant de préparer le melon, les jus de fruits, le café, le pain grillé du petit déjeuner qu'ils prendront dehors, dès qu'ils daigneront se réveiller, que la mer n'est jamais moyenne... Elle ne sait qu'être excessive, comme tout ici ! »
Ainsi cette comédie, parfois dramatique, qu'ils improvisent tous les étés, dans ce lieu comparable à une scène, avec son groupe d'acteurs-spectateurs, les mêmes d'une année sur l'autre, des habitués quittés en septembre, retrouvés en juillet dix mois plus tard. Tout de suite avides - cela se voit à leur regard - de savoir ce que sont devenus « les autres ». Ceux qui ne sont pas eux...
Camille s'y prépare, soigne sa tenue, son look, trouve des prétextes satisfaisants pour expliquer pourquoi elle a grossi, maigri, modifié sa couleur de cheveux (pour l'instant, elle est noir de jais, avec une coupe à la Louise Brooks), pourquoi Pierre n'arrive qu'à la fin du mois, pourquoi Anna fait la tête - la « gueule », plutôt : à cause d'une amourette ratée -, enfin bref, qu'elle-même a tant de soucis pour « ouvrir » la maison que non, elle n'est pas encore assez libre pour accepter le verre, le café, le dîner...
En somme, elle se place d'entrée de jeu sur la défensive. Passant parfois à l'attaque... Posant à son tour aux curieux des questions pointues, presque agressives... C'est sa façon de retourner l'arme - verbale - vers l'assaillant. Combat perpétuel, quelque peu lassant en vacances, mais seule façon de protéger son intimité.
Qu'est devenu le bon temps de sa jeunesse ? Quand elle n'était rien ni personne, juste une ombre presque invisible aux autres, elle pouvait alors les observer à loisir en se disant : « Jamais je ne serai comme eux ! »
Hélas, la seule façon d'échapper à l'âge adulte et à ses inévitables mutations, c'est de mourir avant d'y atteindre. Ce qu'a fait son jeune frère, et aussi Bertrand, son premier flirt, l'homme de son premier baiser, tard donné, à dix-sept ans. (Jusque-là elle s'était refusée aux caresses.)
Commenter  J’apprécie          350
L'art de vivre seule ne faisait pas alors partie de l'éducation des filles. Aucun livre, aucun manuel n'en soufflait mot. On tâchait d'enseigner la manière d'attirer un homme, de se marier, d'élever ses enfants, de conserver son époux, mais celui d'être seule, non ! (p.91)
Commenter  J’apprécie          370
Je t'ai aimé
à te donner ma vie
et puis c'est toi
qui m'a donné la tienne.

Tu pars avant moi.

Je n'ai pas eu
à souhaiter le bonheur
tu l'as semé tous les jours
sous mes pas

Tu pars avant moi

Rien n'a jamais
pu séparer nos cœurs
je courais de joie
devant toi

Tu pars avant moi

Nous avons eu
qu'un seul amour pour deux
un seul langage
pour se dire qu'on s'aimait

tu pars sans moi

Il est si fort
ce jour de ma douleur
que je voudrais
pour ne pas le connaître
avoir vécu toute ma vie
sans toi
oui mon amour
sans toi
Commenter  J’apprécie          353
Frédéric Rossif- la passion, c'est la plus énorme et la plus extraordinaire qualité de souffrance que les hommes aient créée. Et c'est le seul élément, la seule fièvre, la seule maladie, la seule affection volcanique qui rende même les avares prodigues ! (p.39)
Commenter  J’apprécie          260

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Madeleine Chapsal (1902)Voir plus

Quiz Voir plus

Rhinocéros de Ionesco

Qui prononce la première réplique de l'oeuvre?

Jean
L'épicière
Bérenger
La serveuse

10 questions
255 lecteurs ont répondu
Thème : Eugène IonescoCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..