AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.08 /5 (sur 33 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Bad Kösen , le 13/10/1866
Mort(e) à : Knonau , le 11/06/1934
Biographie :

Walter Georg Groddeck, né le 13 octobre 1866 à Bad Kösen (sur la Saale) et mort le 11 juin 1934 à Knonau, près de Zurich, est un médecin et psychothérapeute allemand.

D'abord élève de l’École régionale de Pforta, Groddeck entreprend des études de médecine.

En 1900, Groddeck découvre Baden-Baden et y soigne en utilisant hydrothérapie, régime, massages et entretiens dans une clinique nommée sanatarium.

Entre 1916 et 1919, il présente aux patients soignés dans son établissement de Baden-Baden, 115 conférences devenues célèbres et publiées sous le titre « Conférences psychanalytiques à l’usage des malades, prononcées au sanatorium de Baden-Baden. »

En 1934, il rejoint la Suisse, où il meurt la même année.

Il est le premier "psychosomaticien" qui ait intégré la psychanalyse à cette discipline.

En 1921, il publie le Livre du ça, dans lequel il reprend certains concepts analytiques et introduit un concept du ça que Freud modifiera par la suite, écrivant, en réponse, Le Moi et le Ça. Pour Groddeck, toute maladie organique est en fait psychosomatique.

Vers la fin de sa vie, beaucoup de ses collègues et admirateurs le prièrent de créer une école pour promouvoir ses idées.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
PiertyM   15 février 2015
Le livre du ça de Georg Groddeck
Le désir refoulé se manifeste dans la maladie.



Commenter  J’apprécie          210
steka   14 décembre 2012
La Maladie, l'art et le symbole de Georg Groddeck
Je ne me sens ni la compétence ni l'envie de débattre de l'excellence ou de la médiocrité éthique de l'égoïsme, mais comme médecin, je dois dire qu'il est effarant de constater combien peu les gens s'occupent d'eux-mêmes; et je ne fais pas exception des prétendus égoïstes et égocentriques ; ceux-là, précisément, s'occupent le moins d’eux-mêmes. Leur vie a coutume d'être une fuite constante devant eux-mêmes. On a peut-être raison de supposer qu'ils servent leur moi - ce qu'ils estiment être leur moi - , mais en vérité, le soin du moi résulte de la crainte qu'ils ont de leur "soi", car ils se détournent de leur "soi", de leur âme intime.
Commenter  J’apprécie          110
colimasson   19 avril 2013
Le livre du ça de Georg Groddeck
La nature donne à l'enfant des frères, des soeurs et des compagnons de jeux pour qu'il apprenne la sexualité à leur contact.
Commenter  J’apprécie          90
steka   06 février 2015
Conférences psychanalytiques, tome 3 de Georg Groddeck
Les êtres humains n'ont aucun soupçon d'eux-mêmes et ne voient pas les choses les plus simples en eux et en autrui. Nous n'apprenons plus à comprendre les choses à partir d'elles-mêmes. On nous désapprend artificiellement à véritablement voir, entendre et sentir, de sorte que nous ne sommes finalement plus rien d'autre que des poupées qui sont remontées et qui jacassent.

Tout en nous est devenu machinal; mais ce qui devrait être compris, ce qui est dedans l'être humain, ça nous échappe.
Commenter  J’apprécie          60
steka   20 février 2013
Le livre du ça de Georg Groddeck
On ne perçoit dans le monde environnant que ce qu'on est soi-même, on se "projette" sans cesse dans chaque objet.
Commenter  J’apprécie          70
Caliban   11 juin 2017
La Maladie, l'art et le symbole de Georg Groddeck
L'opinion d'après laquelle un individu, une fois qu'il a brutalement été disséqué en sexe, aspire à une nouvelle unification, a beaucoup qui parle en sa faveur . La pulsion des deux sexes l'un vers l'autre s'y trouve éclairée; l'aspiration à la réunification de deux segments, femme et enfant, d'un monde individuel rendrait les importants souhaits d'inceste entre fils et mère indépendants des évènements après la naissance et leur donnerait le caractère d'une inéluctable nécessité humaine ; et lespassions homosexuelles seraient ramenées, elles aussi, à une sorte de fond originel . On se trouverait devant la possibilité de concevoir la vie comme dépendante de la pulsion d'unification d'une trinité disséquée . Le concept individu, dans on action, s'étendrait ainsi à toutes les relations de l'homme avec l'homme et même, à toutes les relations de l'homme avec le monde dans son ensemble . Nous n'aurions jamais un homme et un non-homme, mais toujours et seulement, un homme-dieu, un homme-table, unhomme-jour,un homme-monde, nous n'aurions pas un sujet et un objet, mais un être nouveau :un sujet-objet . De mon point de vue de médecin, je souligne que cette nouvelle formation d'un nouvel individu médecin-malade est l'axeautour duquel tourne le traitement . Je laisse au lecteur le soin d'en faire l'application au problème du libre arbitre et de la néccessité ; mais je voudrais relever que les rapports entre individu et sexe deviennent plus clairs aussitôt qu'on y fait intervenir la question du libre arbitre . En fait, je ne connais pas d'autre voie pour s'attaquer au phénomène du tout dans la partie et de la partie dans le tout .

Chapitre:Du vivre et du mourir (Von Leben und Sterben )

Chapitre extrait du dernier ouvrage "post-analytique de Groddeck, "L'être humain comme symbole" (Der Mensch als Symbol ) Internationaler Psychoanalytischer Verlag, Vienne 1933, pages 142-162 .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
steka   24 décembre 2012
La Maladie, l'art et le symbole de Georg Groddeck
Nous ne parvenons plus à distinguer clairement la signification des mots, ils glissent les uns dans les autres, ils n'ont plus ni sève ni énergie. (..) Nous exagérons nos désignations. Parce que les mots sont creux et n'ont plus de résonance, c'est la phrase qui doit résonner. Notez donc combien notre parole use de superlatifs. (...) On voit où cela nous mène. Tout d'abord, à réfléchir faussement, puis de plus en plus, à voir et à entendre faussement.
Commenter  J’apprécie          50
steka   20 février 2013
Le livre du ça de Georg Groddeck
Les profondeurs de l'âme, dans lesquelles reposent les complexes refoulés, se trahissent par les résistances. Pour qui s'occupe du Ça, il est deux choses desquelles on doit tenir compte : le transfert et les résistances. Et pour qui traite les malades, qu'il soit chirurgien, accoucheur ou médecin de médecine générale, il ne pourra vraiment venir en aide au patient que s'il réussit à utiliser les transferts du malade et à réduire les résistances.
Commenter  J’apprécie          50
steka   20 février 2013
Le livre du ça de Georg Groddeck
Quelle entreprise difficile que de parler du Ça ! On pince une corde au hasard et, au lieu d'un son, il en retentit plusieurs dont les sonorités se mêlent, puis se taisent, à moins qu'elles n'en réveillent d'autres, toujours nouvelles, jusqu'à ce que se produise un tohu-bohu invraisemblable où se perd le bredouillement de la parole.
Commenter  J’apprécie          50
steka   15 novembre 2012
Conférences psychanalytiques à l'usage des malades prononcées au sanatorium de Baden-Baden de Georg Groddeck
DIX-SEPTIÈME CONFÉRENCE

Quand le cerveau associe très vivement, il n'y a plus que deux solutions. Ou bien on ne se gêne pas et on saute d'une pensée à l'autre, comme je le fais; ou bien, si on ne peut pas le faire et si la fantaisie ne peut pas poursuivre le rêve jusqu'au bout, il n'y a pas d'autres solutions que d'ériger des murs, d'une manière ou d'une autre, par le travail, par une activité mécanique, par des considérations philosophiques, etc.;(...) Et si ces associations sont très désagréables, il ne reste pas d'autre issue que de devenir malade; c'est le dernier moyen, et ce moyen est efficace.On devient vide, on limite son activité, parce que toute pensée, tout entretien, toute parole suscite de nouvelles associations qui doivent être repoussées.
Commenter  J’apprécie          40
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..