AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.44 /5 (sur 86 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Montgeron , le 2 juillet 1944
Biographie :

Gérard Glatt est né à Montgeron, quelques semaines avant la Libération de Paris. Ses premiers souvenirs sont de l’été 47, sur la côte normande. Ses premières frayeurs aussi : le bruit de la mer, son va et vient agressif quand elle s’écrase sur les récifs. Mais, pour étrange que ce soit, ses premiers bon-heurs, c’est la maladie qui les lui offre, à l’âge de sept ans, quand une mauvaise pleurésie le cloue au lit. Il découvre la lecture, et cette collection fameuse du « Petit Livre d’Or ». Tous les deux jours, sa mère lui en achète un qu’il dévore aussitôt. Le vendredi soir, c’est au tour de son père de lui en ap-porter un, plus épais, une histoire véritable, avec de longs chapitres. Il dé-couvre alors Le Dernier des Mohicans, Guillaume Tell, L’île au Trésor, Robin des Bois et bien d’autres chefs-d’œuvre.

Il effectue ses études secondaires à Paris où il a notamment comme professeurs l'écrivain Jean Markale, spécialiste de la littérature celtique, puis René Khawam, orientaliste, traducteur des Mille et Une Nuits. En terminales, il rencontre Roger Vrigny, l'année où celui-ci reçoit le prix Femina, et Jacques Brenner, alors éditeur chez Julliard.

Quelques années plus tard, après de fastidieuses études de droit, il entre dans l'administration des Finances où il fait connaissance de l'écrivain Pierre Silvain. En 1977, son premier roman, Holçarté, est publié chez Calmann-Lévy où il retrouve Roger Vrigny, devenu directeur littéraire. En 1981, aux éditions Hachette, sortent les Contes du Pays basque, un ouvrage destiné aux adolescents et, en 1994, au Livre de Poche Jeunesse, 3 contes du Pays Basque. Au cours de cette période, il a quitté l'administration pour prendre la direction d'un Cabinet de conseils en commerce extérieur. Quelques vingt-cinq ans plus tard, il cofonde et dirige pendant une dizaine d’années une société de marketing direct sur l’Internet.

Aujourd'hui, Gérard Glatt s'est retiré pour ne plus se consacrer qu'à l'écriture. Il partage son temps entre l'Ile de France, qu'il n'a que rarement quittée, et la Bretagne : Rueil-Malmaison, où il a élu domicile depuis plus de vingt-cinq ans, et Cancale, dont il affectionne les hauteurs, au-dessus du port de la Houle.

Gérard Glatt est membre de la Société des Gens de Lettres de France. Il est membre également de la Maison des Écrivains et de la Littérature.
+ Voir plus
Source : www.gerard-glatt.net
Ajouter des informations
Bibliographie de Gérard Glatt   (17)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
gouelan   22 janvier 2016
Retour à Belle Etoile de Gérard Glatt
- Vous ne croyez pas que c'était utile ? avait répondu Jules. Ces murs envahis par la misère, ça me faisait quelque chose. Ils sont trop beaux, ils en ont trop vu pour rester cachés...

- Les vieux, pourtant, on les mettrait bien parfois sous des draps pour ne plus les voir, avait grommelé Ferdinand, sans bien savoir s'il s'adressait à Jules ou à lui-même. On les voudrait plutôt enfermés dans des placards plutôt que vif-argent dans nos rues.L'amour des vieilles pierres, c'est ça ? Tu penses pas plutôt qu'on devrait commencer par aimer les gens ?
Commenter  J’apprécie          230
gouelan   26 janvier 2016
Retour à Belle Etoile de Gérard Glatt
Parce que son humeur de chaque jour avait changé presque aussitôt, était redevenue ce qu’elle était auparavant, quand ils traçaient, lui et Ferdinand, le sentier qui descendait jusqu’à la Dore. Une humeur sans ennui. Courageuse et chantante.
Commenter  J’apprécie          200
hcdahlem   22 novembre 2020
Tête de paille de Gérard Glatt
Mais c’est vrai que la méchanceté est profondément ancrée en l’être humain. Sans elle, il aurait disparu depuis longtemps. Pourtant, il n’y a pas de gloire à en tirer… De Daniel, parce qu’il n’est pas normal, on n’en veut pas dans les parages. Et Daniel, quoi de plus naturel, ressentait cela comme une injustice. Tout est fait pour qu’il soit malheureux. Moquerie permanente, autant des gamins que des parents. Je les ai vus, et j’en ai autant souffert que Daniel, même si ça n’a pas été de la même façon, que ce soit à La Norville, à Vaison-la-Romaine, en Alsace ou partout ailleurs où nous avons séjourné avec lui, sauf à Chauchoine, c’est exact – moqueries des gamins, dis-je, que les parents, dans notre dos, ne manquaient pas d’encourager… p. 187
Commenter  J’apprécie          170
lecassin   22 janvier 2016
Retour à Belle Etoile de Gérard Glatt
Certains s'étaient souvent demandé, du vivant du père de Cécile, quelle frénésie avait bien pu le pousser, au fil du temps, à acquérir toutes ces parcelles de terre, ou de bois, ou de rien du tout, vu qu'il avait même acheté des ruines, des toitures écroulées, des murs effondrés, un peu comme on ramasse tout ce qui traîne, y compris les mégots, de crainte que d'autres n'y trouvent un attrait.
Commenter  J’apprécie          170
gouelan   26 janvier 2016
Retour à Belle Etoile de Gérard Glatt
- Tu sais ce que c’est la science…

La réponse de Cécile n’avait pas tardé :

- Elle fabrique les bombes et les mauvaises nouvelles. Une sentence, docteur, que vous m’avez dite un jour.

- Tu as raison, je crois bien qu’elle est de moi. Et je crois bien qu’elle n’est pas si fausse.

Commenter  J’apprécie          150
jeunejane   29 janvier 2016
Retour à Belle Etoile de Gérard Glatt
Jules partit le lendemain, 23 novembre 43, caché à l'arrière d'une fourgonnette. Méconnaissable, les cheveux en broussaille...

- Le père Renard est prévenu. Tu coucheras chez eux, sûrement. Ensuite, tu te rendras à Belle Etoile. Mais là, c'est un peu chez toi, si j'ai bien compris. J'espère qu'on ne t'a rien cassé.
Commenter  J’apprécie          140
gouelan   25 janvier 2016
Retour à Belle Etoile de Gérard Glatt
- ... Et puis cette fiche cauchemarde elle va bien finir un jour.

La "cauchemarde" c'était la guerre.

- Si j'étais curé, c'est comme ça que je l'aurais baptisée, expliqua l'instituteur en riant.

- Pourquoi pas ? fit Jules, en riant lui aussi.
Commenter  J’apprécie          140
lecassin   16 février 2016
Retour à Belle Etoile de Gérard Glatt
Etrangement, bien que l’été fût encore là pour plus de deux semaines, on s’était mis aux travaux de l’automne. Un peu comme si on prenait de l’avance sur le temps. Un temps qui, dans l’inconscient de chacun, n’allait pas manquer de manquer.
Commenter  J’apprécie          140
hcdahlem   07 février 2018
Et le ciel se refuse à pleurer... de Gérard Glatt
Ce 17 août, après l’avoir un tant soit peu arrangée robe et savates, cheveux aussi -, Tronchet avait soulevé Germaine, et, tout en ayant soin d’éviter les ornières du chemin, il avait entrepris de la ramener à la ferme, le regard porté loin devant, jusqu’où, semblait-il, l’horizon se heurtait aux montagnes. Son regard, que pas une larme ne troublait, ne ñxait rien de précis, hormis ce que sa mémoire fidèle à quelques instants de sa vie lui avait alors imposé. Tel ce joyeux rire, le rire d’Antoine, le fils qu’il avait eu de Germaine, le rire aigrelet, déjà très lointain d’un enfant heureux d’apporter avec lui, comme un trésor entre ses mains, ce que sa maîtresse, un jour, lui avait appris à l’école. Cette phrase que Victor Hugo avait écrite cent quatre vingt-onze années plus tôt, en août 1825 : «La vallée de Sallanches est un théâtre; la vallée de Servoz est un tombeau; la vallée de Chamonix est un temple... », comme lui et Adèle, son épouse, accompagnés de leur petite Léopoldine, alors âgée de un an, voyageaient à travers les Alpes. « La vallée de Sallanches est un théâtre... » Antoine l’avait répétée à ses parents, lors du repas du soir, tandis que sa mère s’occupait à remplir son assiette. Tronchet, en l’écoutant, avait tenté un léger sourire. Ce que Hugo avait écrit était si vrai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Crazynath   31 janvier 2016
Retour à Belle Etoile de Gérard Glatt
Et bientôt, la cuisine fut plongée dans le noir complet. Un noir de circonstance, sans lune dehors, sans étoiles, sans nuages. Ni vent. Ni pluie. Un noir ou rien ne bruissait. Et dans lequel les chouettes n'osaient s'enfoncer de peur que le froissement de leurs ailes ne leur attire des ennuis. Un noir de nuit, où l'on n'y voyait goutte.
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4041 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur cet auteur