AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.59 /5 (sur 1059 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tulle , 1948
Biographie :

Gilbert Bordes est un écrivain populaire après avoir été instituteur puis journaliste, notamment chroniqueur pour RTL.
Il occupe une place éminente parmi les romanciers populaires.
Il a été lauréat du Prix de la Maison de la Presse et du prix RTL grand public.
Il est membre de l'école de Brive etit entre ses étangs de Corrèze et son jardin d’Étampes.
Homme double, il pratique deux métiers d’apparence très différents et qui pourtant se rejoignent par bien des aspects. il continue d’écrire des romans et construit des instruments destinés à donner du bonheur à ceux qui les jouent.

Source : Editeur
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Mai 1944. Jérémie, Rachel et Éloïse doivent quitter la ferme où ils se cachaient depuis plusieurs mois. La milice est à leurs trousses : ils sont juifs, et leur père est un savant dont les connaissances pourraient être capitales pour les nazis. Marguerite, une jeune boiteuse, et Paul, orphelin de fraîche date, les rejoignent avec chacun sa motivation, plus ou moins avouable. Commence alors pour les cinq fuyards une aventure dont aucun ne sortira indemne. Ils décident de suivre le cours de la Loire, avec l?espoir de rejoindre l?océan et d?embarquer pour l?Amérique. Mais les méandres sont nombreux. Et périlleux. Entre trahisons, dénonciations, fausses amitiés et bombardements, ils ne renonceront jamais à leur quête de liberté. Dix ans après Les Enfants de l?hiver, Gilbert Bordes nous fait vivre une incroyable épopée. Un grand roman d?aventures et d?initiation dans une des périodes les plus sombres de notre histoire.
+ Lire la suite

Citations et extraits (249) Voir plus Ajouter une citation
carre   12 janvier 2017
La nuit des hulottes de Gilbert Bordes
L'amour entre un homme et une femme, c'est si rare qu'il ne faut pas le gaspiller. Ca vient quand tu l'attends pas parce que tu le portes en toi, une petite graine d'amour qui va, tout d'un coup, germer et grandir. Mais ça meurt aussi ...
Commenter  J’apprécie          320
araucaria   15 juin 2015
Un violon sur la mer de Gilbert Bordes
Noël arriva. Soeur Jeanne proposa à Yann et Elisabeth de les marier aux premiers jours du printemps.

- D'ici là, seuls les imbéciles diront que vous vivez dans le péché, annonça la religieuse. Dieu ne condamne pas ceux qui s'aiment.
Commenter  J’apprécie          300
RChris   07 novembre 2018
Le porteur de destins de Gilbert Bordes
A cette époque, les hommes ne s'occupaient pas plus des enfants de la maison que des poules ou des lapins. C'était le travail des femmes, et personne n'aurait osé faire le moindre projet pour un fils avant qu'il ait dépassé dix ou onze ans. Les croutes de lait, le croup, la rougeole, les diarrhées, le mal de ventre et toutes sortes de maladies ne manquaient pas pour vider les maisons souvent trop pleines.
Commenter  J’apprécie          270
LydiaB   11 juillet 2014
Juste un coin de ciel bleu de Gilbert Bordes
- J'ai repéré une cave où l'on va pouvoir goûter le vin et en acheter un carton. J'ai bavardé avec un employé. Il paraît que le fils de la maison était journaliste au Monde et qu'il a laissé tout tomber pour prendre la succession de son père !



- Il a bien fait ! Le vin, c'est plus important que tout ce qu'on peut raconter dans un journal !
Commenter  J’apprécie          270
araucaria   15 juin 2015
Un violon sur la mer de Gilbert Bordes
Ils étaient des terre-neuvas, des marins tellement différents des autres! Ils ne partaient pas vers un port, mais vers l'océan, pour n'accoster nulle part. Ils allaient vivre plusieurs mois confinés dans ce bateau qui serait à la fois leur prison et leur liberté. Ils étaient fiers. L'océan, le vent, les nuages, voilà leurs alliés et leurs pires ennemis. Ils savaient que des tempêtes les attendaient, que le bateau pouvait chavirer sous la force d'une énorme vague ou se briser contre un iceberg, mais ils acceptaient ce risque, leur véritable vie était là-bas.
Commenter  J’apprécie          240
Cricri124   17 avril 2017
Le chant du papillon de Gilbert Bordes
— C’est quoi, communiste ? demanda Arnaud, qui avait déjà entendu ce mot toutefois obscur.

— Je sais pas, répondit Lilly. Ici, beaucoup de gens sont communistes. Je sais que Paul crache par terre quand il passe à côté du curé ou de M. Charron.

Arnaud aurait bien voulu être communiste pour avoir le droit de cracher chaque fois qu’il en avait envie.
Commenter  J’apprécie          230
Cricri124   30 avril 2017
Le chant du papillon de Gilbert Bordes
Du regard, Marguerite Bussières examinait le gamin de la tête aux pieds comme un marchand de bestiaux l’aurait fait avec une vache.

— On se connaît pas. C’est comme ça ! Suis-moi.

Arnaud emboîta le pas à Marguerite.

— Mais qu’est-ce que tu as à la jambe droite ? demanda la femme en se tournant vers le garçon qui peinait à la suivre.

Arnaud baissa la tête, honteux.

— C’est un pied bot, madame.

— Un pied bot ! Où es-tu allé chercher ça ? Et puis ne m’appelle pas madame, je suis ta grand-mère.

— Et comment je dois vous appeler ?

— Ça n’a pas d’importance.
Commenter  J’apprécie          220
araucaria   11 juin 2015
Un violon sur la mer de Gilbert Bordes
Ouest de Terre-Neuve, sur le Grand Banc, septembre 1869

- Barre à tribord, on va abattre!

Eric Beaurelec, "le Vieux" comme on l'appelait, malgré son jeune âge, sur le Beau René, se tenait près du bastingage dans le vent de suet, ce dangereux vent du sud qui soufflait de plus en plus fort. La tête enfoncée dans les épaules, trempé jusqu'aux os, il défiait l'océan.
Commenter  J’apprécie          220
carre   13 janvier 2017
La nuit des hulottes de Gilbert Bordes
Les objets ont souvent plus de présence que les êtres.
Commenter  J’apprécie          200
araucaria   13 juin 2015
Un violon sur la mer de Gilbert Bordes
Antonio n'avait plus l'espoir que ses affaires s'arrangent. Sa vie était finie, il pouvait mourir d'un instant à l'autre, cela n'avait pas d'importance. Mais il voulait que ses enfants retournent en Italie et y vivent correctement. S'il avait été seul, il se serait rendu depuis longtemps à la justice de son pays. Sans Nicolo, sans Francesca, il aurait laissé salir son nom.
Commenter  J’apprécie          170

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le parler des Ardennes

Ce n'est pas sur Babelio que je rencontrerai un dabaud

un poète
un amateur de bons livres
un gars un peu sot
un esprit curieux

18 questions
7 lecteurs ont répondu
Thèmes : Régionalismes , Français (langue) , patoisCréer un quiz sur cet auteur