AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.57 /5 (sur 597 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Charleville-Mézières , le 06/08/1953
Biographie :

Françoise Bourdon est une romancière française.

Originaire des Ardennes, elle a dès l’enfance le goût de l’écriture et rédige son premier roman à l’âge de dix ans.

Professeur de droit et d’économie, elle décide, après dix-sept ans d’enseignement, de se consacrer exclusivement à sa passion de l’écriture.

Journaliste depuis 1993, elle publie régulièrement des nouvelles dans plusieurs revues. Elle collabore à la revue "Les Veillées des Chaumières", notamment dans la rubrique le billet de Françoise mais surtout dans la série "La maison de Valentine".

"Les Dames du Sud", son premier roman, paraît en 1986 chez RTL Editions. En 2001, elle publie aux Presses de la Cité "La Forge au loup", en mémoire de son grand-père, engagé volontaire en 1915, à dix-sept ans. Pour la première fois, elle écrit sur sa région natale, les Ardennes. Le livre rencontre un grand succès auprès des critiques et du public.

À ses débuts, Françoise Bourdon s'est beaucoup inspirée de sa région natale, de "La Forge au loup" jusqu'aux "Tisserands de la Licorne" (2005). Puis c'est en Provence, sa terre d'adoption, qu'elle a poursuivi son œuvre. Tous ses romans connaissent un grand succès critique et public.

"La Maison du Cap" (2017) est son douzième roman aux Presses de la Cité.

Elle vit à Nyons (26).

+ Voir plus
Source : http://www.pressesdelacite.com/
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (244) Voir plus Ajouter une citation
Chrichrilecture   07 janvier 2017
Retour au pays bleu de Françoise Bourdon
Tout au long de l’été, le fruit se gorge de soleil et change de couleur, explique-t-elle. Il vire du vert au brun foncé. C’est ce que les anciens nommaient la véraison. Il faut récolter les olives au juste moment, ni trop tôt ni trop tard, avant que la coloration noire ne touche le noyau, pour que l’huile exprime tous les aromes du fruit. Tout à l’heure, je te là ferait gouter sur du pain frais grillé, dont la croute a été frottée avec une gousse d’ail. C’était le repas de midi, autrefois. Du pain et de l’huile, un peu de fromage de chèvre… On commence à redécouvrir notre huile de la vallée de la Durance et c’est tant mieux.
Commenter  J’apprécie          180
Gaoulette   27 septembre 2018
La cour aux paons de Françoise Bourdon
Nous sommes plus fortes que les hommes, mais ils ne l’ont pas encore compris. Nous n’avons pas de temps à perdre au café ou au jeu de boules. Nous avançons, toujours, avec l’entêtement des mules.
Commenter  J’apprécie          150
oran   23 mai 2018
Les chemins de Garance de Françoise Bourdon
Madeleine avait aussi confectionné du nougat selon la recette de son époux. Elle avait mis à cuire sur feu doux dans une bassine un kilo de miel, y avait ajouté un kilo d’amandes. Quand celles-ci avaient commencé à pétiller, elle avait retiré sa bassine du feu gout en continuant de remuer l’appareil avec une cuillère en bois puis l’avait versé dans un cadre en bois au fond tapissé de papier hostie. Elle l’avait recouvert de ce même papier et avait posé une planche dessus- avec un poids. Elle l’avait laissé refroidir totalement avant de le démouler.
Commenter  J’apprécie          124
Chrichrilecture   19 décembre 2016
Retour au pays bleu de Françoise Bourdon
Il lui manquait un doigt a la main droite. Un accident fréquent à l’époque où il avait commencé à travailler. Il n’avait alors que douze ans et venait de passer le certificat. Les gamins étaient fiers d’aller travailler à la fabrique et rapporter leur première paie. C’était pour eux une sorte de promotion sociale. La Boulonnerie rythmait la vie du bourg. Le jour où elle avait définitivement fermé, Charles Parizel avait arboré un brassard noir.

Je porte le deuil de toute une vie de labeur, avait-il expliqué à son fils.

Commenter  J’apprécie          120
alain-puel   24 mai 2012
La Forge au Loup de Françoise Bourdon
Le ciel, couleur d'ardoise, était traversé de longues écharpes clairs.La brume voilait le vallon. Les arbres dénudés avaient le ton passé des clichés sépia d'avant guerre.
Commenter  J’apprécie          130
domdu84   12 novembre 2011
La Nuit de l'Amandier de Françoise Bourdon
1917



Le givre craquait sous les pas d’Anna. Le ciel, d’un bleu de vitrail, aurait voulu faire croire que l’hiver était déjà passé. Pourtant, les fleurs rose et blanc, brûlées par le gel, dispersées parle vent, témoignaient de l’âpreté du

climat.

« Il faut que je vous dise enfin la vérité, Anna », avait écrit Martin et, au fond de son lit, elle avait eu la tentation de froisser la lettre et de la jeter dans la cheminée. Le vent hurlait, secouait les portes, menaçait d’arracher les volets, et Anna pensait que ce n’était rien, comparé aux bombardements qui pouvaient durer plus de trente heures. Il le lui avait écrit. L’enfer à M.H. Elle avait cherché dans sa mémoire. Chaque jour, elle se précipitait sur le journal afin de lire les comptes-rendus des batailles mais, bien sûr, elle ne pouvait pas retenir tous les noms. Armand s’était moqué d’elle, d’ailleurs, à ce propos, et lui avait suggéré de se procurer une carte d’état-major.

M.H. .. Que pouvaient signifier ces deux initiales '?

Cet endroit se trouvait-il du côté de Verdun, ou bien du

Chemin des Dames ? Elle avait frissonne. Si elle pensait
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
andreepierrette   05 janvier 2016
La Figuière en héritage de Françoise Bourdon
page 22 : - Ne fais pas ta fière, lui ordonne alors la femme. Tout le monde ici sait d'où tu viens.
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienne   23 décembre 2015
Le bois de lune de Françoise Bourdon
Elle tendit la main, comme pour lui ébouriffer les cheveux, avant de suspendre son geste.

- Clément, mon garçon... j'aimerais tant que tu traces ton chemin dans la vie. Le bonheur.. mon Dieu ! ce n'est pas une idée pour nous. Mais toi, si tu le veux vraiment...

Elle savait à peine lire et écrire mais lui avait enseigné l'essentiel. L'amour de sa forêt, de la vie, une certaine opiniâtreté, assorti d'un réel courage, physique et moral.
Commenter  J’apprécie          70
BVIALLET   06 octobre 2012
La Nuit de l'Amandier de Françoise Bourdon
Parce que vous croyez encore à tous leurs beaux discours ? Tant d'hommes sont morts, pour quelques mètres de terre... Je suis certain que, dans plus de cinquante ans, on retrouvera encore des cadavres. Les pauvres diables n'en peuvent plus, et moi non plus. La paix, voilà à quoi j'aspire. J'ai essayé de sauver sa jambe, reprit-il. Ai-je eu raison ? Recommandez bien à l'infirmière de le surveiller. S'il passe la nuit, il aura peut-être une chance de s'en tirer.

Le blessé reprenait lentement conscience. Sa tête et sa jambe le faisaient horriblement souffrir.

Je vais mourir, pensa-t-il.

Il n'avait qu'une hâte, sentir à nouveau le parfum des amandes grillées.
Commenter  J’apprécie          60
Marigold   20 août 2015
La Nuit de l'Amandier de Françoise Bourdon
Aimé lui avait raconté un soir que chaque attaque, du gel, du vent ou de la grêle, laissait des traces sur le bois pourtant rugueux et épais de l'amandier. Il en allait de même pour Anna. p.130
Commenter  J’apprécie          70
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

M. et Mme Titegoutte ont une fille...

M. et Mme Titegoutte ont trois filles. L'ainée se prénomme :

Aline
Amandine

3 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : humour , détente , jeux de langage , terroir , campagneCréer un quiz sur cet auteur
.. ..