AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.97 /5 (sur 1480 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : La Bouille, Seine-Maritime , le 20/05/1830
Mort(e) à : Fontenay-sous-Bois , le 18/07/1907
Biographie :

Hector-Henri Malot dit Hector Malot est un romancier français.

Il fait ses études au lycée Corneille de Rouen. Ensuite il entreprend des études de droit tout en travaillant pour son père, qui est notaire, et commence à écrire.

En 1855, abandonnant ses études de droit, il s'installe à Paris et tente de faire représenter une première pièce, en vain. Pour assurer sa subsistance, il publie quelques articles. Il se retire chez ses parents et entreprend l'écriture de la trilogie "Les victimes d'amour". Le premier volume, "Les amants", publié en 1859 connaît un grand succès.

En 1864, il fait construire à Fontenay-sous-Bois un chalet qu'il habitera jusqu'à sa mort. En 1867, il épouse Anna Dariès. Leur fille, Lucie, naît en 1868. En 1880, Anna décède. Hector Malot se remarie l'année suivante avec Marthe Oudinot de la Faverie, jeune femme alors âgée de 31 ans, avec laquelle il accomplit de nombreux voyages.

Malot n'est pas attiré par les salons littéraires, mais n'hésite pas à s'impliquer localement. Il est conseiller municipal de 1867 à 1885.

En 1878, Hector Malot fait paraître son œuvre la plus célèbre : "Sans famille". En 1893, un an après l'écriture de "En Famille", naît sa petite-fille Perrine (son prénom est celui de l'héroïne du roman).

En 1894, Hector Malot fait paraître son dernier roman "Amours de vieux". Il décide de mettre un terme à sa carrière littéraire et de se retirer dans sa demeure de Fontenay-sous-Bois où il planifie de nouveaux voyages. Toutefois, il publie, deux ans plus tard, un ouvrage autobiographique, "Le roman de mes romans".

Hector Malot a écrit plus d'une soixantaine de romans pour enfants et pour adultes. Son œuvre s'inscrit dans la veine réaliste.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'écrivain Michel Bussi explique le titre de son roman "Sang famille", depuis la référence au roman d'Hector Malot à la symbolique du sang. En savoir plus sur le livre "Sang famille" : https://bit.ly/2HM6K04 « Tel un soleil brutal, la lumière du phare des Enchaînés inonde la pièce. Une seconde à peine. Puis l?obscurité reprend le dessus, simplement percée du halo des lampes torches. Je vais mourir ici. C?est une certitude. Une seule question me hante, la dernière : jusqu?où sont-ils prêts à aller pour me faire avouer ? A fouiller ma mémoire, comme s?ils pouvaient en arracher les souvenirs qu?ils convoitent ? Tout est allé si vite, à peine quatre jours. Je n?étais alors qu?un adolescent parmi d?autres. Un orphelin. C'est du moins ce qu'on avait toujours voulu me faire croire? »

+ Lire la suite

Citations et extraits (215) Voir plus Ajouter une citation
antoinefacebook   07 septembre 2012
Sans famille de Hector Malot
C’est difficile de lire ? demandai-je à Vitalis, après avoir marché assez longtemps en réfléchissant.

– C’est difficile pour ceux qui ont la tête dure, et plus difficile encore pour ceux qui ont mauvaise volonté.
Commenter  J’apprécie          480
KahlanAmnell   05 mai 2014
Sans famille de Hector Malot
Tu as le coeur gros, continua Vitalis, je comprends cela et ne t'en veux pas. Tu peux pleurer librement si tu en as envie. Seulement tâche de sentir que ce n'est pas pour ton malheur que je t'emmène. Que serais-tu devenu? Tu aurais été très probablement à l'hospice. Les gens qui t'ont élevé ne sont pas tes père et mère. Ta maman, comme tu dis, a été bonne pour toi et tu l'aimes, tu es désolé de la quitter, tout cela est bien ; mais fais réflexion qu'elle n'aurait pas pu te garder malgré son mari. Ce mari, de son côté, n'est peut-être pas aussi dur que tu crois. Il n'a pas de quoi vivre ; il est estropié ; il ne peut plus travailler, et il calcule qu'il ne peut pas se laisser mourir de faim pour te nourrir. Comprends aujourd'hui, mon garçon, que la vie est trop souvent une bataille dans laquelle on ne fait pas ce qu'on veut.
Commenter  J’apprécie          381
antoinefacebook   11 septembre 2012
Sans famille de Hector Malot
Dans la vie j’avais un but : être utile et faire plaisir à ceux que j’aimais et qui m’aimaient.
Commenter  J’apprécie          360
Hector Malot
deidamie   29 décembre 2018
Hector Malot
Dans la vie j'avais un but: être utile et faire plaisir à ceux que j'aimais et qui m'aimaient.
Commenter  J’apprécie          350
antoinefacebook   06 septembre 2012
Sans famille de Hector Malot
Quand tout va bien, on suit son chemin sans trop penser à ceux qui vous accompagnent, mais quand tout va mal, quand on se sent dans une mauvaise voie, [...] on a besoin de s’appuyer sur ceux qui vous entourent et on est heureux de les trouver près de soi.
Commenter  J’apprécie          310
antoinefacebook   07 septembre 2012
Sans famille de Hector Malot
...la vie est trop souvent une bataille dans laquelle on ne fait pas ce qu’on veut.
Commenter  J’apprécie          300
Pixie-Flore   05 janvier 2015
Sans famille de Hector Malot
Ah ! que le langage des lèvres est peu de chose comparé à celui des yeux ! que les mots sont froids et vides comparés aux regards !
Commenter  J’apprécie          292
denis76   02 avril 2018
Sans famille de Hector Malot
REMI :



-- Elle n'était pas toute seule, mère Barberin. Il y avait avec elle un père Barberin qui était le maître de la maison, et qui l'avait bien prouvé en me vendant un jour quarante francs à un vieux musicien.
Commenter  J’apprécie          280
KahlanAmnell   06 mai 2014
Sans famille de Hector Malot
[...] la moquerie peut avoir du bon pour réformer un caractère vicieux, mais lorsqu'elle s'adresse à l'ignorance, elle est une marque de sottise chez celui qui l'emploie.
Commenter  J’apprécie          270
denis76   01 avril 2018
Sans famille de Hector Malot
Les circonstances peuvent tourner les opinions et les sentiments de certains hommes.
Commenter  J’apprécie          270

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Enigme [5] (actualité brûlante)

En 1985, les éditions Bernard Barrault publiaient "37,2° le matin" de Philippe Djian. L'auteur y dénonçait avec clairvoyance (et 35 ans d'avance !) les méfaits du réchauffement climatique.

c'est vrai
c'est faux
et vous trouvez ça drôle ?
Depuis, Djian est mon auteur de SF préféré !

1 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , humourCréer un quiz sur cet auteur