AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.66 /5 (sur 2692 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Caroline Quine (nom original : Carolyn Keene) est le nom de plume de plusieurs auteurs sous lequel sont publiées les séries policières américaines pour la jeunesse Alice (nom original : Nancy Drew) et Une enquête des sœurs Parker (titre original : The Dana Girls).

En France, ces deux séries ont paru chez Hachette dans les collections Bibliothèque verte et Idéal-Bibliothèque. Depuis 2011, la série Alice est publiée dans la Bibliothèque rose.

ORIGINE
Edward Stratemeyer (1862-1930), patron de la société Stratemeyer Syndicate, embauchait des écrivains pour rédiger des romans sur demande. Il leur fournissait les grandes lignes de l'intrigue principale puis vendait les romans finis à des maisons d'édition. En cela, Edward Stratemeyer était pionnier.

Les rédacteurs n'étaient au départ payés que 125 dollars par livre, et un contrat les obligeait à renoncer à tous droits sur leur travail et à garder secrètes leur collaboration et leur identité.

LES VÉRITABLES AUTEURS D'ALICE
Dans les années 1980, grâce aux pressions de millions de fans qui cherchaient, depuis des dizaines d’années, à percer «le mystère Carolyn Keene,» le Stratemeyer Syndicate finit par céder et révèle au public la véritable identité des auteurs : c'est Mildred Wirt Benson (1905-2002), jeune femme de vingt-quatre ans, qui a écrit vingt-huit des trente premiers titres de la série. Puis Harriet Adams (1892-1981), la propre fille d'Edward Stratemeyer, a pris la relève. Depuis la mort de cette dernière en 1981, bien d'autres «ghostwriters» (écrivains fantômes) ont pris part à l'écriture de la série Nancy Drew, parmi lesquels : James Duncan Lawrence, Nancy Axelrod, Priscilla Doll, Charles Strong, Alma Sasse, Wilhelmina Rankin, George Waller Jr., Margaret Scherf, et Susan Wittig Albert.

LES VÉRITABLES AUTEURS D'UNE ENQUÊTE DES SOEURS PARKER
Leslie McFarlane (1902-1977) a écrit les quatre premiers volumes des Sœurs Parker en 1934 et 1935. L'écriture en a été, par la suite, reprise par Mildred Wirt Benson (onze titres) et Harriet Adams. Une enquête des soeurs Parker est une version féminisée de la série à succès pour garçons Les Frères Hardy (nom original : The Hardy Boys), série américaine publiée en France dans la collection Lecture et Loisir des éditions Librairie Charpentier.
+ Voir plus
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Caroline_Quine
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (143) Voir plus Ajouter une citation
rulhe   27 novembre 2017
Alice et l'architecte diabolique de Caroline Quine
- je suis désolé pour l,oncle

bob, dit ned j'ai l,impression qu'il a été un peu grossier envers toi.

Alice haussa les épaules.

- apparemment, c'est pas une famille heureuse.m.

Franklin est un homme sévère, laura est anxieuse,

et sa soeur Lisa semble en

vouloir a la terre entière.

quand a Christopher toomey , je me demande encore quelle place il occupe dans le tableau.
Commenter  J’apprécie          150
rulhe   11 décembre 2017
Alice chez les stars de Caroline Quine
- allons chercher un taxi!

s, ecria Alice.

- on ne pourrait pas prendre un bus, par hasard? demanda bess.

- ce sera trop lent! ne me dit pas que tu as peur, juste a cause de ce qui s'est passé l, autre jour.

- en plein dans le mille.

- tu sais ce qu'on dit , quand on tombe de cheval , il faut remonter en selle.

- bonne idée, riposta bess.

je vais louer un cheval...et je vous retrouve.

Alice sorti a moitié du taxi

et tira fortement le bras de

bess. une fois son amie dans la voiture, elle claqua

la portière.
Commenter  J’apprécie          130
rulhe   20 novembre 2017
Alice et les plumes de paon de Caroline Quine
- si la charité vient à manquer, a quoi sert tout le reste.
Commenter  J’apprécie          150
NicolasFJ   13 juillet 2012
Alice détective de Caroline Quine
" J'ai l'impression qu'il entre dans ton idée une bonne dose de malice, répondit-il. Mais je ne vois pas pourquoi l'affaire ne se dénouerait pas ainsi que tu le suggères... Tu auras cette satisfaction, mon petit, et bien mieux : je te promets que si les Topham doivent recevoir le coup de grâce, cela se passera en ta présence ! "
Commenter  J’apprécie          100
MCG-Juliette   11 avril 2013
Alice et le vison de Caroline Quine
J'ai une torche sur moi, dit Alice. Je vais faire le signal S.O.S. Trois courts, trois longs, trois courts. C'est bien cela ?

- Oui.

Tout en progressant, Alice répéta plusieurs fois le signal. Leurs pas se faisaient plus lourds, plus lents, l'espoir d'être secourus commençait à les abandonner
Commenter  J’apprécie          90
lovelybook   16 septembre 2014
Alice et les faux-monnayeurs de Caroline Quine
Mme Bran se joignit au petit groupe. Ses yeux se mouillèrent de larmes lorsqu'elle raconta à M. Roy les exploits de sa fille et des amies de celle-ci.

- Elles ont été admirables, conclut-elle. Lorsqu'elles sont arrivées ici, tout allait mal, et voyez maintenant mon domaine : jamais il n'a été aussi beau, ni mes finances florissantes.

- Je suis fier de toi, Alice, dit M. Roy. Non seulement tu as aidé Mme Barn et Milly à sortir d'une passe difficile mais tu as permis d'arrêter des faux-monnayeurs.
Commenter  J’apprécie          80
MCG-Juliette   11 avril 2013
Alice au manoir hanté de Caroline Quine
L'après-midi était déjà très avancé, des ombres commençaient à envahir coins et recoins. A l'approche de la nuit, l'atmosphère devenait de plus en plus fantastique.

Le dîner fut un peu guindé. Rosemary et Alice tentèrent d'animer la conversation, mais ce fut sans succès. Chacune percevait une tension dans l'air.

Après le dîner, les deux vieilles demoiselles et Alice s'installèrent au salon. Rosemary s'assit au piano et voulut jouer ; Alice remarqua que ses mains tremblaient. Au bout de quelques minutes, elle referma le clavier.

Floretta se dominait encore moins que sa soeur. Assise, raide sur le divan, les mains crispées, elle promenait d'un bout à l'autre de la pièce un regard inquiet, comme si elle cherchait quelqu'un.
Commenter  J’apprécie          70
rulhe   22 septembre 2017
Alice et le cheval volé de Caroline Quine
- tu sais se qu'on dit Alice qui vole un boeuf, vole un oeuf, alors un cheval de

course.
Commenter  J’apprécie          90
MCG-Juliette   14 avril 2013
Alice et l'ombre chinoise de Caroline Quine
J'ai même effectué quelques travaux au manoir, et je m'en suis mordu les doigts. A l'heure actuelle, il faudrait m'y trainer de force.

- Ah ! pourquoi ?

- Parce qu'au cours de ces travaux, je suis tombé malade. Grâce à ma robuste constitution je m'en suis tiré avec deux jours de lit ; mais j'ai laissé l'ouvrage en plan.

- Vous avez établi un lien entre votre présence dans le manoir et la maladie qui vous a frappé ? demanda Alice.

- Ouais ! Tous les membres de la famille sont morts d'un mal incurable. Toute personne dotée d'un grain de bon sens n'hésiterait pas à faire un détour de plusieurs kilomètres plutôt que de passer près de ce manoir maudit.

- Et pourtant, il est habité en ce moment... par un homme à la barbe rousse, dont j'ignore le nom.

- Pas possible : s'exclama le maçon, incrédule. Faut-il qu'il y ait des fous dans le monde !
Commenter  J’apprécie          60
MCG-Juliette   11 avril 2013
Alice détective de Caroline Quine
De chaque côté de la route, les champs s'étendaient maintenant à perte de vue, et Alice se réjouissait de ce spectacle. Elle aimait profondément ce pays où elle était née et où elle avait toujours vécu, à l'exception des vacances qu'elle passait depuis son enfance en Louisiane, chez ses grands-parents maternels, et d'un séjour de trois mois qu'elle avait fait en France l'année précédente.

La famille Beauchamp avait en effet conservé des attaches dans sa patrie d'origine : en Touraine, vivaient encore les descendants d'une branche cadette. Ceux-ci avaient accueilli Alice à bras ouverts, et la jeune fille ne pouvait songer sans émotions à ces parents lointains qui avaient voulu lui faire connaître le pays de sa mère sous ses plus beaux aspects. Elle avait vu Paris, Versailles, visité la Bretagne, la Provence et plus belle encore peut-être que celles-ci, cette chère Touraine, avec ses douces eaux, ses horizons nacrés et ses châteaux de contes de fées. Alice en avait gardé la nostalgie. -Je retournerai là-bas un jour...- se sisait-elle.

Mais en vrai fille du Missouri qu'elle était, elle n'en admirait pas moins sa terre natale. Elle s'enorgueillissait de son sol fertile, de ses champs de coton et de maïs, de ses grasses prairies où galopaient les plus beaux chevaux des Etats-Unis. Elle aimait contempler ces plaines immenses où le vent creusait l'herbe ondoyante de longues vagues qui semblaient courir jusqu'aux collines moutonnant à l'horizon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Alice et les chats persans

comment s'appelle la dame propriétaire des chats?

Mademoiselle Arnold
Agnès
Marion

3 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Caroline QuineCréer un quiz sur cet auteur

.. ..