AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.07/5 (sur 3906 notes)

Nationalité : Japon
Né(e) à : préfecture de Kochi , le 09/06/1972
Biographie :

Ecrivaine japonaise qui remporta le 10e grand prix du roman Dengeki pour écrivains débutants avec "Shio no Machi" : "Wish on My Precious" en 2003, le livre publié l'année suivante. Il est salué pour son histoire d'amour entre une héroïne et un héros séparés par l'âge et le statut social, et pour sa description des structures militaires.

Bien qu'elle soit un auteur de light novels, ses titres suivants sont publiés en édition reliée en compagnie d'ouvrages plus littéraires, son éditeur MediaWorks lui réservant une considération appropriée. "Shio no Machi" est plus tard également publié en édition reliée.

Son light novel "Toshokan Sensō" ("The Library War"), premier tome d'une série de quatre, paraît en 2006. Une adaptation en manga intitulée "Library Wars en est faite.
Son roman, "Au prochain arrêt" ("Hankyū Densha", 2008), est adapté au cinéma en 2011.
"Les Mémoires d’un chat" ("Tabineko Ripôto", 2015), a obtenu un vif succès et a été traduit dans de nombreux pays. Dans "Au revoir les chats !" ("Mitori Neko", 2021), Hiro Arikawa renoue avec l’univers captivant et attachant des "Mémoires d’un chat".

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Hiro Arikawa   (28)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les mémoires d'un chat, de Hiro Arikawa


Citations et extraits (320) Voir plus Ajouter une citation
Un chaton était plus persuasif qu'une épouse menaçante. C'était inévitable en réalité. Comment croire qu'il y avait sur cette terre une femme ou un homme capable de l'emporter sur un chat ?
Commenter  J’apprécie          370
Remarquez, je suis bien bête d'attendre d'un chaton de quelques mois à peine une conversation sérieuse. À cet âge-là, c'est juste bon à manger, courir et s'endormir n'importe où comme une pile épuisée. J'aurais beau lui parler, il suffira qu'un bout de rideau frémisse pour qu'il me laisse tomber et lui saute dessus. Est-ce que j'étais réellement aussi stupide à son âge ? J'étais un petit peu plus intelligent que ça, il me semble. Bah, le développement mental présente des disparités selon les individus, c'est sûr, et je suis un peu injuste de le comparer avec un individu d'une intelligence exceptionnelle comme moi.
Commenter  J’apprécie          454
C'est en énumérant les souvenirs de voyage qu'on se dirige vers le voyage suivant. On pense à ceux qui sont déjà partis, à ceux qui viendront ensuite. Et on se retrouve tous ensemble avec les amis, un jour, au-delà de l'horizon.
Commenter  J’apprécie          422
Un titre récent, paru moins d’un mois plus tôt, dont on avait beaucoup parlé, se trouvait par hasard en rayon. Il s’était senti chanceux en l’apercevant. Il allait s’en emparer quand une main avait devancé la sienne. Irrité, il s’était retourné vers sa propriétaire. Découvrant une jeune femme qui lui plaisait, il avait immédiatement perdu l’envie de lui faire un reproche. Les hommes sont faibles.
Commenter  J’apprécie          353
En fin de compte, Satoru est venu me chercher en escaladant la falaise. Ce qui m'a donné l'occasion de me faire quelques réflexions : la mer, c'est bien, mais de loin. Les fruits de mer, ce n'est pas fait pour que les chats les pêchent eux-mêmes. On attend que les humains le fassent, et on mange quand c'est prêt, c'est plus simple.
Commenter  J’apprécie          320
Je me souviendrai ,toute ma vie.
Les villes où Satoru a grandi,
Les champs où les pousses frémissent,
La mer et son bruit lourd et effroyable,
Le mont Fuji de tout près tout près,
La téle-boîte si agréable pour s'asseoir(...)
Commenter  J’apprécie          300
A propos, j'adore la télé chez ces gens. Pour moi, une télé c'était un machin tout fin comme une planche, mais ici, c'est plutôt une sorte de boîte qui donne envie de monter dessus, légèrement chaude, ça réchauffe le ventre. Pour passer l'hiver, ça doit être bonnard.
Elle est très vieille, m'a dit Mme Momo.
Donc, autrefois, les télés devaient être en forme de boîte. Gros recul technologique, si vous voulez mon avis. Pourquoi avoir modifié un design aussi parfait pour en faire cette chose plate sans aucune utilité ?
D'après Mme Momo, on peut distinguer deux catégories de chats, selon qu'ils ont connu les télés-boîtes ou pas.
Commenter  J’apprécie          280
Il y a ce proverbe qui dit : "L'enfant fait le lien." Pourtant, un enfant sage et pas compliqué comme lui n'avait pas réussi à faire le lien quand c'était nécessaire. Est-ce qu'il n'aurait pas plutôt dû être un vrai gamin immature et piquer sa crise parce qu'il manquait d'amour, pour servir à quelque chose?
Page 119
Commenter  J’apprécie          280
Nous les animaux, quand notre vie est finie, on s'endort là où on est et c'est tout. Les humains, eux, ils se préparent à l'avance un endroit spécial pour reposer après leur mort. Vous parlez d'une nature inquiète et étriquée... S'il faut penser à ce qui vous arrive après la mort, en plus, on ne peut plus trépasser tranquillement, alors!
Commenter  J’apprécie          240
Ce qui m'a donné l'occasion de me faire quelques réflexions : la mer, c'est bien, mais de loin. Les fruits de mer, ce n'est pas fait pour que les chats les pêchent eux-mêmes. On attend que les humains le fassent, et on mange quand c'est prêt, c'est plus simple.
Commenter  J’apprécie          230

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Hiro Arikawa Voir plus

¤¤

{* *}