AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330084448
320 pages
Éditeur : Actes Sud (07/06/2017)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 254 notes)
Résumé :
Un changement dans la vie de Satoru fait qu'il doit se séparer de Nana, son chat adoré. Débute alors une série de voyages chez des amis d’enfance, aux quatre coins du Japon, pour lui trouver un nouveau foyer. Mais le rusé matou, narrateur de ce savoureux roman, ne l’entend pas de cette oreille : il fera tout pour rester avec Satoru et prolonger l’aventure.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (93) Voir plus Ajouter une critique
sabine59
  03 août 2017

Ouah! le chat de la couverture me faisait déjà de l'oeil, avec son air filou! Cependant, j'ai hésité : un énième livre dont le narrateur est un chat? J'en avais lu des bons et des moins bons. Mais je n'ai pas résisté longtemps! Et comme j'ai bien fait: original, prenant, humoristique et très émouvant, un livre -coup de coeur et un véritable coup de foudre pour Nana, le chat ( oui, pour la petite histoire ce mot veut dire sept car sa queue vue d'en haut forme ce chiffre) et Satoru, son maître ...
Original, car ce roman n'est pas qu'un récit fait par un animal, il mêle différents points de vue. C'est assez déconcertant d'ailleurs car sur une même page, on peut passer d' une narration à la première personne ( Nana) à un point de vue omniscient puis à une focalisation interne de l'un des autres personnages. Mais on s'y fait très vite. Original aussi dans sa structure: chaque partie porte le ou les prénoms d'amis auxquels Satoru va rendre visite , pour faire adopter son chat qu'il ne peut plus garder.
Prenant, car à travers l'histoire, c'est le Japon contemporain que nous décrit l'auteure, entre traditions et modernité, où par exemple certains enfants sont appelés " enfants avec clé" car ils sont délaissés par leurs parents, trop pris par leur travail et se retrouvent seuls dans un appartement dont on leur laisse la clé... Intrigant également car on se demande pourquoi Satoru doit se séparer de son chat.
Humoristique : il a son franc-parler, Nana, le chat errant recueilli par Satoru! Et il égratigne par ses remarques pertinentes notre monde humain! J'ai adoré sa vision féline des gens et des choses.
Très émouvant quand on devine petit à petit la raison pour laquelle Satoru entreprend tous ces voyages . C'est un personnage magnifique, qu'on aimerait avoir pour ami. Souriant, généreux,ouvert aux autres, alors qu'il a connu bien des chagrins déjà ...
Chats, Japon, voyages révélateurs, un chaleureux rayon d'humour et un grand vent d'émotion, vous êtes convaincus, non ? En tout cas , je l'espère, ce livre mérite d'être connu! Parole de Nana!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8916
fertiti65
  24 juin 2020
Que d'aventures dans ce joli road-movie nippon. Cela faisait fort longtemps que je voulais lire ce roman et je n'ai pas été déçue. Tout d'abord, la magnifique couverture m'a attiré : un joli minois de chat, j'aime les animaux...Puis le résumé m'a indiqué qu'un chat de gouttière au franc-parler et rompu au langage humain rodait dans les parking de Tokyo...Malheureusement pour lui il se fait renverser par une voiture et se fait une fracture ouverte. Satoru, un jeune garçon, le nourrit régulièrement, et quand ce chat errant émet de forts miaulements à cause de la douleur, le prend sous son toit pour le soigner. Cinq ans plus tard, Satoru a décidé de se séparer de Nana (qui veut dire 7 en japonais à cause de la forme de sa queue) pour des circonstances imprévues. Il envoie des mails à quelques camarades qui veulent bien l'adopter. C'est l'occasion de relater les relations qu'il a eu avec ses quelques rencontres importantes à ses yeux. Certains l'ont connu enfant, d'autres adolescent et d'autres encore étudiant. Je ne vous en dirait pas plus sur ces circonstances imprévues...
Il ne m'en faut pas plus pour noter ce livre et l'emprunter plus tard à la mediatheque.
Un livre doux, tendre, drôle et triste à la fois. Une véritable cure de bonheur et de bienfaits. L'écriture est très agréable. Je ne peux que vous le conseiller
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          652
Valmyvoyou_lit
  06 août 2017
Attention, pépite! Encore un énorme coup de coeur pour moi. Encore un livre refermé avec des sanglots.
Non, je ne suis pas dithyrambique sur tous les livres, contrairement à ce que pourraient faire croire mes dernières critiques. L'explication est beaucoup plus simple : ma pile de lectures de vacances est composée de livres que j'avais vraiment envie de lire et pour lesquels, j'avais lu des critiques qui me donnaient absolument envie de les dévorer.
Revenons à Les mémoires d'un chat. Après avoir lu deux pages, je savais déjà qu'il me plairait. Au départ, c'est un chat errant qui s'exprime. C'est plein d'humour. Lorsqu'il est renversé par une voiture, il demande de l'aide à Satoru, un jeune homme hyper sympathique, qui aime et comprend très bien les chats. Ce félin, à qui Satoru donne le nom de Nana, finit par se laisser adopter. Cette partie est pleine de tendresse.
Ensuite, nous suivons ce nouveau "couple" dans le voyage qu'ils entreprennent dans le passé de Satoru. Ce dernier, pour une raison que nous ne connaissons pas, doit se séparer de Nana et veut lui trouver le foyer qui lui conviendra.
Par petites touches, l'auteur nous donne des pistes sur les motifs de cette séparation forcée. Cette découverte se fait petit à petit, en douceur, pour finir de façon exponentielle.
J'ai beaucoup ri, j'ai été très attendrie, je me suis attachée aux personnages. J'ai été prise dans le cocon que Hiro Arikawa a tissé autour de moi. Au fil du livre, l'émotion a été de plus en plus forte pour finir par les vannes lâchées au niveau des larmes.
Ce livre, en ce qui me concerne, est une merveille. J'imagine très bien un film. Je me suis vraiment représenté les scènes, je les ai vécues. D'ailleurs, ce qui m'a fait sourire, c'est que j'ai une représentation imaginée de Satoru qui ne correspond pas à son physique. C'est la magie de la lecture.
https://www.facebook.com/Valmyvoyou/
Lien : https://www.facebook.com/Val..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6113
isabelleisapure
  12 avril 2018
Il y a quelques temps que ce gentil matou me faisait de l'oeil sur la couverture de ce livre.
J'ai fini par craquer, persuadée qu'avec une bouille pareille, il me ferait passer un bon moment. Bien m'en a pris, car j'ai adoré cette lecture, dévorée en compagnie de mon « félin d'amour » à moi.
Tout n'a pas toujours été rose dans la vie de Nana, oh, il ne se plaignait pas, habitué à sa vie de chat errant, il en appréciait la liberté, Jusqu'au jour où il a été renversé par une voiture et blessé à la patte, ce qui lui a permis de rencontrer l'humain de sa vie en la personne de Satoru, gentil garçon, dingue de chats.
Une cohabitation intelligente et harmonieuse s'installe, chacun respectueux de l'autre.
Lorsque Satoru se trouve dans l'obligation de se séparer de Nana, il cherche la meilleure solution pour son compagnon, envoyant des mails à ses meilleurs amis, il prend la route pour présenter le matou à ses futurs « parents ».
D'une ville à l'autre, d'une rencontre à l'autre… Ce livre offre une belle galerie de portraits. Les retrouvailles entre Satoru et ses amis sont l'occasion de découvrir ce passé qui les lie. La découverte et le sauvetage d'un chat, le décès des parents de Satoru, les amours de jeunesse, l'amitié…
L'auteur prend le parti de changer de narrateur au fil des chapitres et lorsque Nana prend la parole, j'ai souri souvent devant sa lucidité teintée d'impertinence en me demandant :
Et si mon chat pouvait parler !!! ???
Sous des dehors légers, « Les mémoires d'un chat » est un profond et superbe roman sur l'amitié, la richesse des relations humaines, l'évolution des individus au fil de la vie ainsi que celle des rapports entre les êtres humains et nos amis les animaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
Josephine2
  29 avril 2018
Quand je choisi un livre, quelquefois, j'aime avoir la certitude d'aimer le livre, j'achète sur les conseils de Babelio, de la radio et de mes amis, ou d'un auteur que j'ai déjà lu, d'autres fois, j'aime me laisser surprendre. Cela a été le cas de ce premier roman de Hiro Arikawa. C'est vrai que la 1ère de couverture m'a fait un peu craquer et la 4ème aussi.
Ceux qui ont aimé « le ruban » de Ito Ogawa vont adorer ce livre. C'est également dans la même veine que Yôko Ogawa.
Les écrivains japonais ont le chique pour, par petites touches, nous atteindre jusqu'au coeur. On ne les voit pas venir. Mais au final, je vous défie de ne pas pleurer en refermant les dernières pages de ce livre.
Ne croyez pas que cela est dû uniquement parce que cela parle d'un chat. Non, non ! C'est très subtil et très pudique. L'auteur vous fait traverser le Japon en compagnie de Satoru et de son chat, « Nana ». A travers ces deux personnages, on va faire la connaissance des amis de Satoru et surtout de l'esprit japonais.
Je ne vais pas vous dévoiler l'histoire. Si vous voulez vivre des émotions intenses et être surpris, alors lisez Hiro Arikawa.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          403

Citations et extraits (74) Voir plus Ajouter une citation
fertiti65fertiti65   23 juin 2020
Un immense bateau blanc, grand comme un immeuble, était amarré au quai.
Satoru restait la bouche grande ouverte sur le devant. Il m'a expliqué qu'on allait monter par là, sans même descendre de voiture.
Le bateau avalait toute une quantité de voitures, et ne coulait pas. Il n'y a pas à dire, les humains fabriquent des trucs incroyables.
D'ailleurs, qui a eu cette idée de faire flotter des morceaux de fer aussi énormes ? Celui qui a inventé ça devait être un peu fou. Le bon sens voudrait que les objets lourds coulent. Les animaux ne vont jamais contre le bon sens, il n'y a que les humains. Ce sont des animaux spéciaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
fertiti65fertiti65   23 juin 2020
Ce qui m'a donné l'occasion de me faire quelques réflexions : la mer, c'est bien, mais de loin. Les fruits de mer, ce n'est pas fait pour que les chats les pêchent eux-mêmes. On attend que les humains le fassent, et on mange quand c'est prêt, c'est plus simple.
Commenter  J’apprécie          200
fertiti65fertiti65   23 juin 2020
Un après-midi, pendant la classe, Yoshiminé avait regardé par hasard dans la cour en se disant qu'il faisait chaud, et avait vu le miroitement de la chaleur au-dessus du sol. La météo n'allait pas tarder à annoncer le début officiel de la canicule...
Commenter  J’apprécie          90
blandine5674blandine5674   20 mai 2019
A propos, j'adore la télé chez ces gens. Pour moi, une télé c'était un machin tout fin comme une planche, mais ici, c'est plutôt une sorte de boîte qui donne envie de monter dessus, légèrement chaude, ça réchauffe le ventre. Pour passer l'hiver, ça doit être bonnard.
Elle est très vieille, m'a dit Mme Momo.
Donc, autrefois, les télés devaient être en forme de boîte. Gros recul technologique, si vous voulez mon avis. Pourquoi avoir modifié un design aussi parfait pour en faire cette chose plate sans aucune utilité ?
D'après Mme Momo, on peut distinguer deux catégories de chats, selon qu'ils ont connu les télés-boîtes ou pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
GuylaineGuylaine   05 juin 2018
En fin de compte, Satoru est venu me chercher en escaladant la falaise. Ce qui m'a donné l'occasion de me faire quelques réflexions : la mer, c'est bien, mais de loin. Les fruits de mer, ce n'est pas fait pour que les chats les pêchent eux-mêmes. On attend que les humains le fassent, et on mange quand c'est prêt, c'est plus simple.
Commenter  J’apprécie          240

Videos de Hiro Arikawa (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hiro Arikawa
Les mémoires d'un chat, de Hiro Arikawa
autres livres classés : chatsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox