AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.53 /5 (sur 285 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Annonay , le 29/12/1946
Biographie :

Jacques André Bertrand est né le 29 décembre 1946 à Annonay (Ardèche). Après avoir découvert, à l'âge de dix ans et demi, qu'il pouvait toucher et faire rire son entourage en racontant sur un cahier d'écolier l'opération qu'il venait de subir au genou, Jacques A. Bertrand décide, explique-t-il, de devenir poète, "nouvelliste, romancier, chroniqueur - écrivain en tout cas" .

Il est diplômé de l’Ecole Supérieure de journalisme de Lille (43ème promotion). Il s’est plus tard initié aux civilisations japonaises et mongoles à l’Institut des langues orientales.

Journaliste de 1969 à 1983, il a collaboré à Télérama, Chef de service de (1972 – 1979), au Nouvel Observateur, à Paris Hebdo, au Monde de la musique… (Pilote, Club- Inter, Les Nouvelles Littéraires, Le Matin, l’Autre Journal, Grands Reportages, Géo… l’ont également publié.)
Il a été le co-auteur du texte de présentation de "Julos Beaucarne" (Seghers, Poésie et chanson, 1977.)

À partir de 1983, il s’est consacré à la littérature, alternant recueils de nouvelles, chroniques d’humeur et d’humour et romans. "Je voudrais parler au directeur" - roman (B. Barrault: 1990). Prix Thyde-Monnier de la Société des Gens de Lettres (1990), sélection du Prix du Livre Inter.
"Higelin, Higelin - récit-portrait du chanteur Jacques" Higelin (B. Barrault: 1991). "Le pas du loup" - roman (Julliard). Prix de Flore 95. "Derniers camps de base avant les sommets" (Julliard 2002) "Les autres, c'est rien que des sales types" (Julliard, 2009) Grand Prix de l’humour noir. "Comment j'ai mangé mon estomac" (Julliard, 2014)

Contributions : Des Papous dans la tête – l’anthologie (Gallimard – 2004) Dictionnaire des Papous (Gallimard)

Il a aussi écrit pour la télévision et le spectacle.

Récompensé en 2015 par le prix Alexandre Vialatte

+ Voir plus
Source : babelio
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Seule la lecture de Jacques A. Bertrand peut rendre l'homme meilleur et plus heureux », écrivait Jérôme Garcin dans L'Obs. À cet effet, les éditions Julliard ont le plaisir de rééditer le premier livre de cet auteur indispensable. • • • Publié en 1984, Chronique de la vie continue, dont le titre est déjà en soi tout un programme, est le premier livreécrit par Jacques A. Bertrand. le style et l'humour inimitables de ce « funambule plein de grâce qui rit au bord desgouffres et voit dans la légèreté une indispensable politesse à rendre à l'existence » (Gérard Pussey, Elle), s'y expriment dès les premières lignes. On constatera avec bonheur, en lisant ce texte, que tout véritable écrivain,comme le dit l'adage, passe sa vie à écrire le même livre. On ne sera donc pas surpris de retrouver dans cette chronique empreinte d'ironie douce des personnages et des lieux familiers tels que le Christ, Bouddha, des papillons et des rapaces, des mariés, beaucoup de gens comme ci ou comme ça, un homme insignifiant, et une certaine quantité d'entrecôtes-frites, arrosées de vin léger, dégustées en solitaire dans la fumée des brasseries. Chaque idée, chaque association de mots, chaque phrase écrite par Jacques A. Bertrand atteint l'esprit du lecteurcomme un caillou jeté dans une mare. Un choc d'abord quand les mots atteignent votre entendement, puis des vibrations jouissives qui se propagent dans votre cerveau comme les ronds dans l'eau après l'impact du caillou. Trente-cinq ans plus tard, conforté par la vingtaine d'ouvrages publiés depuis par Jacques A. Bertrand, l'effet est toujours aussi spectaculaire. • • • « Tout écrivain, même de septième ou de huitième ordre, a d'abord été un lecteur. Je peux dire qu'au sommet de ma forme je suis davantage lecteur qu'écrivain : je n'écris pas, je lis ce que j'écris », dit de lui- même Jacques A. Bertrand. Depuis Tristesse de la Balance et autres signes en 1983, il a publié de nombreux ouvrages dont le Pas du loup, Derniers camps de base avant les sommets, L'Angleterre ferme à cinq heures,La Course du chevau-léger, J'aime pas les autres, Les Sales Bêtes, Les autres, c'est rien que des sales types,Comment j'ai mangé mon estomac, Brève histoire des choses, Biographies non autorisées et Quelques conseils pour venir au monde.
+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (162) Voir plus Ajouter une citation
marina53   23 juin 2014
Comment j'ai mangé mon estomac de Jacques André Bertrand
Les gens qui se croient supérieurs aux autres et le leur font sentir. Bêtise: si vous prenez les autres pour des cons et qu'ils s'en aperçoivent, c'est qu'ils ne sont pas aussi cons que vous le pensez, et que vous l'êtes peut-être davantage que vous ne le croyez.
Commenter  J’apprécie          626
carre   03 mars 2014
Comment j'ai mangé mon estomac de Jacques André Bertrand
S'il y a une maladie plus répandue sur toute la planète que la peste, le choléra, la fièvre jaune, la malaria et le sida réunis, c'est bien la bêtise. On désespère d'en découvrir un jour un vaccin. Par ailleurs, on peut parier qu'elle ne sera jamais interdite.
Commenter  J’apprécie          570
carre   02 mars 2014
Comment j'ai mangé mon estomac de Jacques André Bertrand
Mais que savons nous du temps ?Qu'il passe, qu'on ne le voit pas passer, que nous passons. Tout découverte laisse entrevoir des abîmes.
Commenter  J’apprécie          470
marina53   20 juin 2014
Comment j'ai mangé mon estomac de Jacques André Bertrand
Nous vivons la plupart du temps sans y penser. Un jour, on finit par se retourner et on découvre avec le plus grand étonnement qu'on a déroulé sous nos pas un immense tapis d'événements, des plus essentiels aux plus insignifiants.
Commenter  J’apprécie          430
marina53   20 juin 2014
Comment j'ai mangé mon estomac de Jacques André Bertrand
Les gens n'aiment pas trop que vous soyez malade. Ils sont bien assez malades eux-mêmes – et, s'ils ne le sont pas, ils ne vont pas tarder à l'être. Ils sont également accablés de soucis divers et d'abord du souci des soucis prévisibles.

Dans ce sens, quand la Maladie se déclare, c'est un souci en moins.
Commenter  J’apprécie          410
marina53   05 février 2014
Les autres, c'est rien que des sales types de Jacques André Bertrand
Heureux celui qui a appris à rire de lui-même: il n'a pas fini de s'amuser.
Commenter  J’apprécie          383
marina53   08 août 2013
J'aime pas les autres de Jacques André Bertrand
Lorsqu'il était sommé de remplir des imprimés administratifs, Francis Blanche répondait: "Né: Oui. Situation de famille: compliquée."
Commenter  J’apprécie          371
Dionysos89   12 mai 2014
Comment j'ai mangé mon estomac de Jacques André Bertrand
Nul poète, à ma connaissance, n’a chanté le pylore. On peut le déplorer. Si d’un côté certains ne respectent plus rien, d’un autre l’idée s’impose peu à peu que tout est respectable. Lully avait bien composé pour la fistule de Louis XIV un motet qui, fredonné plus tard à Londres par Haydn, aurait inspiré le God save the King.



Commenter  J’apprécie          330
Jacques André Bertrand
Nastie92   25 juillet 2019
Jacques André Bertrand
Ce qui est embêtant dans le bruit, c'est surtout le bruit que font les autres.

(La Grande Librairie, 23 avril 2015)
Commenter  J’apprécie          332
marina53   26 juin 2014
Comment j'ai mangé mon estomac de Jacques André Bertrand
Si quelqu'un me tendait la première pierre, je n'hésiterais pas à la jeter. Mais sur qui?

Grace Paley
Commenter  J’apprécie          300
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Jacques André Bertrand (346)Voir plus


Quiz Voir plus

De quoi briller en société... 🌞⭐️

Avoir de l'avance au gâteau :

avoir les dents du haut proéminentes
avoir les oreilles décollées

12 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : expressions françaises , vocabulaire , humour , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur