AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.61/5 (sur 10776 notes)

Nationalité : Finlande
Né(e) à : Kittilä, Laponie , le 20/04/1942
Mort(e) à : Espoo , le 15/10/2018
Biographie :

Arto Paasilinna est écrivain, journaliste et poète finlandais.

Il est né dans un camion, en plein exode face aux forces soviétiques, durant la Guerre de Continuation ; sa famille, fuyant les combats, est chassée vers la Norvège, puis la Suède et la Laponie finlandaise. Dès l'âge de treize ans, il exerce divers métiers, dont ceux de bûcheron et d'ouvrier agricole, pratiquant les métiers du bois et de la terre nécessaires pour reconstruire la Laponie dévastée par la Seconde Guerre Mondiale.

À vingt ans, il décide de reprendre ses études afin de devenir journaliste et s'inscrit à l’École supérieure d’éducation populaire de Laponie (1962-1963). Il entre ensuite, comme journaliste-stagiaire, au quotidien régional "Lapin Kansa" (Le peuple lapon). Il collabore de 1963 à 1988 à divers journaux et revues littéraires.

Il publie son premier ouvrage de non-fiction, "Ikä-Alpi, chasseur d'ours" ("Karhunkaataja Ikä-Alpi"), en 1964 et son premier roman, "Operaatio Finlandia", en 1972.

Auteur de 35 œuvres traduites dans des dizaines de langues, il a vendu huit millions de livres en plus d’un demi-siècle de carrière. Il est devenu célèbre dans le monde entier grâce à son roman désabusé "Le lièvre de Vatanen" ("Jäniksen vuosi", 1975).

Ses récits tragi-comiques de la vie dans le Grand Nord content d’improbables aventures vécues par un géomètre sénile et son compagnon de voyage ("La cavale du géomètre"/"Elämä lyhyt, Rytkönen pitkä", 1991), une vieille femme escroquée par son vaurien de neveu ("La douce empoisonneuse"/"Suloinen myrkynkeittäjä", 1988) ou encore un journaliste désabusé qui adopte un jeune lièvre à la patte cassée ("Le lièvre de Vatanen").

Sous sa plume souvent décalée, suicide, vieillesse, désespoir ou morne quotidien participent d’un réjouissant tableau du genre humain.

Arto Paasilinna a aussi écrit pour le cinéma, la radio et la télévision ; il s'intéresse aux arts graphiques et a écrit des poèmes.

Il décède à 76 ans dans une maison de repos à Espoo.

Il a été marié à Terttu Annikki Paasilinna, née Kasper. Il a deux fils : Jyrki Petteri (1964) et Janne (1967). Son frère Reino Paasilinna a été député européen pour le Parti social-démocrate de 1996 à 2009.
+ Voir plus
Source : http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2018/10/mort-de-l-ecrivain-finlandais-arto-paasilinna.htm
Ajouter des informations
Bibliographie de Arto Paasilinna   (25)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Futuropolis commence son année anniversaire avec un florilège de titres qui nous valent le retour de Nicolas Dumontheuil dans l'univers d'Arto Paasilinna et celui de Shaolin Cowboy pour un tome 4 inattendu ! Les documents graphiques seront également à l'honneur pour raconter la paléontologie et le voyage zapatiste en Europe. de quoi rêver, de quoi s'envoler, de quoi réfléchir : tout l'esprit de Futuropolis !


Citations et extraits (772) Voir plus Ajouter une citation
Quand la faillite entre par la porte, l'amour vole par la fenêtre.
Commenter  J’apprécie          600
Page 92
L'industriel promit que sa société lui trouverait un vrai logement aussitôt que ses problèmes cardiaques auraient été diagnostiqués et traités.
Evelina : -c'est désespérant . Devoir demander l'aumône à son patron.-
L'atmosphère n'étaient pas très gaie. Rauno Rämerkorpi réclame deux verres et fit sauter le bouchon de la bouteille de champagne. N'était-il pas temps de prendre un petit rafraîchissement ?
Il  avait retenu de ses difficiles années de jeunesse que les déshérités possédaient un sens de l'honneur particulièrement développé. Plus les gens sont pauvres, plus ils sont susceptibles, comme le montrait  la réaction de la soudeuse. Les riches n'accordent pas autant de valeur à l'argent que les démunis. Il devait faire preuve de tact s'il voulait aider la jeune femme à s'en sortir.
Commenter  J’apprécie          451
Le journal se portait bien, mais l'information n'était pas divulguée, elle était diluée, camouflée, transformée en un divertissement superficiel. Foutu métier.
Commenter  J’apprécie          464
"Tout à fait entre nous, je vous recommande d'envisager l'achat d'un gilet pare-balles. Je suis allé au Macabraguay il y a quelques années, et à l'époque, en tout cas, vu la situation, j'ai été content de m'en sortir vivant. Pardonnez-moi, mais si vous voulez mon avis, ce pays est une hémorroïde saignante dans le trou du cul de la terre."
Commenter  J’apprécie          440
Inutile de pousser la chansonnette sur le thème " les anges existent-ils?" Que ceux qui n'y croient pas en débattent avec les prêtes et le prélats, qui se comptent dans la chrétienté par dizaines ou centaines de milliers. Des hommes bien payés et bien nourris auxquels s'ajoutent de nos jours, dans les pays nordiques, une poignées de femmes. C'est à eux qu'il faut demander si les anges existent et combien mesurent leurs ailes. Les serviteurs de l'Eglise répondront à coup sûr à l'affirmative à la première question, mais sont incapables de se prononcer sur la deuxième
Page 19
Commenter  J’apprécie          423
"Comme vous le savez surement, la graisse de baleine entres dans la nourriture des chiens et des chats des familles bourgeoises du monde entier, comme celle des renards bleus élevés pour leur fourrure. Le spectacle de mille manteaux de renard bleu sur le dos de pouffiasses capitalistes vaut-il celui d'une seule baleine bleue prolétairement libre ?"
Commenter  J’apprécie          410
Le plus grave dans la vie c'est la mort , mais ce n'est quand même pas si grave . ( Maxime Populaire ).
Commenter  J’apprécie          411
Le reste du groupe, par contre, commençait à douter de l'utilité d'un suicide collectif. Les uns après les autres, plusieurs des désespérés s'étaient aperçus que le monde était tout compte fait un endroit agréable et que les problèmes qui leur avaient paru insurmontables dans leur mère patrie paraissaient minimes vus de l'autre extrémité de l'Europe. Le long voyage en compagnie de camarades d'infortune leur avait redonné envie de vivre. Le sentiment d'une même appartenance avait consolidé leur confiance en soi et sortir de leur univers étriqué leur avait ouvert de nouveaux horizons. Ils avaient pris goût à la vie.
Commenter  J’apprécie          390
«La vodka, j'ai appris à la supporter, mais les Russes, jamais.»
Commenter  J’apprécie          392
( Kake est un petit délinquant )

Il aurait été équitable, selon Kake, d'indexer la durée des peines pour crimes de sang sur le nombre d'années qu'il restait au défunt.
Autrement dit, si l'on mettait fin aux jours d'un bébé qui aurait pu vivre encore soixante-dix ans, une condamnation à dix ans de taule, si ce n'est plus, paraissait raisonnable.
Si on zigouillait un vieux birbe, par contre, une amende aurait dû suffire, car le dommage n'était pas bien grand.
Commenter  J’apprécie          360

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Arto Paasilinna Voir plus

Quiz Voir plus

La douce empoisonneuse, de Arto Paasilina

Quel animal de compagnie avait Linnea ?

un chien
un chat
un hamster

14 questions
93 lecteurs ont répondu
Thème : La Douce empoisonneuse de Arto PaasilinnaCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..