AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.6 /5 (sur 20 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bruxelles , le 20 02 1951
Biographie :

Jacques Richard est un auteur franco-belge.
Il vit à Bruxelles.
Il est peintre, écrivain et enseignant.
Il a publié plusieurs romans et recueils de nouvelles en France et en Belgique, dont "Le carré des Allemands", "Petit traître" (finaliste du Prix Rossel), "l femme qui chante". etc.





Source : Site de l'auteur
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
motspourmots   16 avril 2016
Le Carré des Allemands de Jacques Richard
Toute ma vie est passée. Et elle était entre les parenthèses de ça. Derrière la vitre de ça. De ces récits inavouables. De cette histoire irracontable, même par moi qui n'y étais pas. L'histoire d'un de ces paumés, revenus étrangers, cabossés comme tous les autres, comme ce chat, c'est l'histoire tout court. Peut-être pas tout à fait vraie, mais pas fausse non plus. C'est tuer des gens. Broyer des vies. Le crime était collectif, mais chacun l'a commis seul. Chacun s'est retrouvé seul avant, pendant, après. Tout seul avec ce qui s'est passé, tout seul devant l'horreur. On est aussi seul quand on la commet que quand on la subit.

Histoire d'un criminel de guerre.
Commenter  J’apprécie          40
jg69   10 juin 2016
Le Carré des Allemands de Jacques Richard
Couvrez-moi des regrets de ceux qui n'ont rien fait. Recouvrez-moi de noir. Redonnez-moi la nuit. Il n'y a pas de soleil pour les gens comme moi. Que personne ne me sache ni ne voie qui je suis.
Commenter  J’apprécie          30
Tlivrestarts   14 décembre 2016
Le Carré des Allemands de Jacques Richard
Nous sommes dans un jeu de miroirs, de fragments où personne ne se voit tout entier. Mais à tenir les autres à distance, c’est moi-même que j’enferme. Les autres sont mes barreaux. P 15
Commenter  J’apprécie          20
JacquesRichard   20 novembre 2019
La femme qui chante de Jacques Richard
Elle lui prend les mains. Ils épellent en silence les façons d’entrecroiser leurs vingt doigts, de se saisir réciproquement par le pouce, de garder l’autre vivant dans le creux de la paume, d’attraper le geste discret qui passe au milieu de l’air froid de la pièce où le chauffage commence à peine à faire craquer le bois du plancher, de capturer en plein vol l’aile fraîche et bleutée pour la tenir dans le souffle tiède de leurs lèvres.

Elle s’assied et ses doigts se serrent, se crispent, se ferment d’autant plus qu’ils veulent s’échapper, s’évader et au moment où la grille des siens à lui s’ouvrent, c’est elle qui le garde, s’accroche et lui renvoie la pression où il l’a maintenue. Leurs mains entrelacées chuchotent ainsi, fiévreusement, des quarts d’heure entiers et quand elles finissent par demeurer inertes, on dirait qu’elles ne sont muettes que pour reprendre haleine avant une nouvelle joute.
Commenter  J’apprécie          00
Virginie_Vertigo   12 juin 2016
Le Carré des Allemands de Jacques Richard
Tous les moi que je suis, enchâssés l'un dans l'autre depuis le tout premier. Toutes mes innocences dès le premier mensonge. Chacune enchevêtrée à chacune des autres. Tous les mensonges enchevêtrés d'innocence. Toutes les innocences érodées de mensonges, usées, flétries, et toujours aussi nues, fragiles, vraies, les mains croisées sur la poitrine frêle. Tous les moi ingénus, transparents, obscurs, anciens, impurs, intacts. Ils sont tous là. Tout le temps, tous les jours. Chacun parle, chantonne, ment, crie, joue, triche à son tour et simultanément. L'adulte qui est en moi en sait plus sur l'innocence que l'enfant qu'il sera jusqu'à la fin. Et l'enfant sait tout du mensonge, et d'abord de celui qu'il se fait, depuis le début, à lui-même, de celui qu'il est. L'enfant sait tout du mal.
Commenter  J’apprécie          00
jg69   10 juin 2016
Le Carré des Allemands de Jacques Richard
Et s’il revenait, il faudrait qu’il m’embrasse, me serre dans ses bras. Ou alors qu’il m’achève.
Commenter  J’apprécie          20
jg69   10 juin 2016
Le Carré des Allemands de Jacques Richard
La mienne bien serrée sur la crosse guillochée et le canon pointé au sortir de la manche, nu et vrai comme un corps. Extraordinaire sentiment de force, de puissance. De beauté. Non, mieux encore : d’appartenance. De connivence.
Commenter  J’apprécie          10
jg69   10 juin 2016
Le Carré des Allemands de Jacques Richard
La faute du père, tu sais, ça écrase le fils. Le fils reprend la faute et la fuite du père. C'est un fardeau commun, pas tout à fait secret, un fardeau de famille.
Commenter  J’apprécie          10
jg69   10 juin 2016
Le Carré des Allemands de Jacques Richard
Je recomposais le devenir de sa peau. Je lui inventais un âge mur et nous trouvais des connivences, des complicités de silence. Je l'entendais ne rien me dire.
Commenter  J’apprécie          10
jg69   10 juin 2016
Le Carré des Allemands de Jacques Richard
S'il en revenait il faudrait que je meure ou bien que je le tue.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

La rivière à l'envers tome 1

Qui est le héros (ou l'héroïne) ?

Hannah
Tomek
Marie
Bastibalagom

11 questions
358 lecteurs ont répondu
Thème : La Rivière à l'envers, tome 1 : Tomek de Jean-Claude MourlevatCréer un quiz sur cet auteur

.. ..