AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.5 /5 (sur 13 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 05/06/1944
Biographie :

Jean-Claude Lefebvre est médecin généraliste, spécialisé en traumatologie.

Aîné de cinq enfants, il vit avec ses frères et sœurs, une enfance insouciante à Menton où ses parents se sont installés dès 1949. Il y découvrira la Méditerranée mais aussi l'arrière pays et ses montagnes.

Docteur en médecine, après ses études à Lyon, cet adepte des disciplines alpines, exerce seize ans en station de sports d'hiver, dans la région de Barcelonnette et s'intègre au milieu montagnard.

En 1989, il quitte la vallée de l'Ubaye pour un cabinet de spécialiste à Grasse et va découvrir les Hautes Vallées de la Roya, de La Vésubie mais surtout de la Tinée.

Père de 4 enfants, maintenant adultes, il garde avec eux des liens très forts. L'envie d'écrire, qui date de son adolescence s'exacerbe avec l'âge, mais ce n'est qu'à 57 ans qu'il trouve les conditions d'environnement et le temps pour oser un premier livre, "Barnabé et le vieux fou" (2003).

Jean-Claude Lefebvre a découvert à 69 ans, l’âge de sa retraite, l’aventure humanitaire. Pour sa première mission, il est allé en Syrie au moment où MSF, après avoir monté en juin 2012 un premier hôpital dans la région d’Idlib, ouvrait dans la région d’Alep un nouvel hôpital comprenant une salle d’opération, une maternité et un dispensaire. Il y est resté jusqu’en 2014. Depuis cette première mission en Syrie, il s’est rendu en Centrafrique et en Libye.

Après "Barnabé et le vieux Fou" et "Ils m'appelaient Doctor John" (2015), Jean-Claude Lefebvre revient dans ses montagnes pour se mettre dans la peau de Simple d'esprit "Le Fada de Bousieyas" (2018) dont les idées frissonnent dans la tête comme les petites pensées sauvages au vent des alpages.
+ Voir plus
Source : amazon
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Jean-Claude Lefebvre
Yaena   23 septembre 2018
Jean-Claude Lefebvre
Les heures étaient comptées avant que le gel ne survienne. Personne ne prenait le temps de respirer les vapeurs de la terre fumante, ouverte dans son ventre par les labours avant le grand sommeil d'hiver.
Commenter  J’apprécie          200
Yaena   23 septembre 2018
Simple d'esprit : Le fada de Bousieyas de Jean-Claude Lefebvre
Nous sommes arrivés chez nous avec la lune. Elle posait plein de poissons d'argent sur les champs de neige et la forêt se découpait en ombres chinoises, dans un silence juste froissé par le glissement des skis.
Commenter  J’apprécie          130
Symphonie   21 septembre 2020
Simple d'esprit : Le fada de Bousieyas de Jean-Claude Lefebvre
Nous, les simples d'esprit, les gens vivent à côté de nos visages déformés, de nos sourires figés comme des grimaces, mais jamais ils ne se demandent si on est heureux ou dans le chagrin, parce que chez nous ça se voit mal, alors ils nous mettent l'étiquette " d'imbécile heureux toujou coutent..."
Commenter  J’apprécie          80
Yaena   23 septembre 2018
Simple d'esprit : Le fada de Bousieyas de Jean-Claude Lefebvre
Dans notre herbe, que broutent les moutons, poussent des gentianes bleues comme la nuit, des arnicas et des boutons d'or plus jaunes que le soleil et de petites pensées sauvages blanches et mauves qui frissonnent au vent comme les idées dans ma tête.
Commenter  J’apprécie          70
Symphonie   21 septembre 2020
Simple d'esprit : Le fada de Bousieyas de Jean-Claude Lefebvre
Chez nous, il y a de la tendresse, bien plus qu'avec des mots, quand : l'échine courbatue et " lou magou " ( lou magou, pioche à deux dents ) sur l'épaule au soir de la récolte d'un sac de pomme de terre, un couple se prend la main pour regarder le ciel où le disque d'or plonge dans une mer pourpre. Et quand à la veillée, bien protégé du gel qui fait gémir dehors le vieux toit de bardeau, autour de l'Ancien, chacun tend son oreille pour ne rien oublier de la voix chevrotante qui craque avec le feu. Alors, dansent les ombres , au rythme des légendes, pendant qu'un nourrisson tète le sein de sa mère.
Commenter  J’apprécie          50
nathavh   08 novembre 2018
Simple d'esprit : Le fada de Bousieyas de Jean-Claude Lefebvre
Le mariage, c'est une histoire d'amour, pas de différence, il faut deux êtres qui s'aiment... S'ils s'aiment, ils n'ont pas besoin d'être pareils. Un garçon et une fille ce n'est pas parce qu'ils sont différents de ceux qui les entourent qu'ils ne peuvent pas s'aimer, se marier et être heureux. Le mariage c'est comme une soupe de légumes à laquelle tu ajoutes de l'huile d'olive. L'huile et la soupe sont différentes, la preuve, c'est que, l'huile flotte sur la soupe et comme cela ce n'est pas particulièrement bon. Par contre si tu brasses les deux ça devient goûteux, mais si tu veux que ça le reste, il faut continuer à brasser jusqu'à la dernière cuillerée. Le mariage c'est pareil, ce n'est pas la différence qui emporte, c'est d'entretenir jusqu'au bout.

Commenter  J’apprécie          30
zazimuth   18 octobre 2018
Simple d'esprit : Le fada de Bousieyas de Jean-Claude Lefebvre
Et puis la neige est arrivée et ce fut pire encore. L'hiver, le paysan a moins de travail. On reste chez soi. J'étais déjà Fada, j'ai cru devenir fou jusqu'à l'envie de mourir, que tout s'arrête enfin. J'ai arpenté la montagne sur mes skis, partant des jours entiers, sans souci du risque d'avalanche, indifférent à la beauté glacée des paysages, juste pour "tuer la journée" et revenir épuisé dans l'espoir d'un peu de sommeil. (p.135)
Commenter  J’apprécie          20
nathavh   08 novembre 2018
Simple d'esprit : Le fada de Bousieyas de Jean-Claude Lefebvre
- Les gens, ne sont pas tous gentils, ils n'aiment pas que l'on soit DIFFÈRENT ni que l'on ne pense pas comme eux. Toi, tu es DIFFÈRENT, plus doux et tes idées dans ta tête ne suivent pas le même chemin, alors ils ne peuvent pas te comprendre. Aussi quand quelqu'un te traite de Fada, de simple d'esprit, t'insulte ou te dit quelque chose que tu ne comprends pas, souris, es ben mieil. (c'est bien mieux)

- Mais je n'ai pas envie de sourire quand ils sont méchants !

- C'est pour cela qu'il faut sourire, m'a t-elle répondu, s'ils voient qu'ils te mettent en colère, que leurs paroles te blessent, ils continueront et ce sera pire. Alors que, si tu leur souris, s'ils te croient toujours content, ils se lasseront rapidement et te laisseront tranquille. Souviens-toi de cela et souris.

... je suis devenu aux yeux des autres "un Bouan fada toujours counten", le simple d'esprit pour qu'ils me laissent la paix.
Commenter  J’apprécie          10
zazimuth   18 octobre 2018
Simple d'esprit : Le fada de Bousieyas de Jean-Claude Lefebvre
je lui ai demandé : "tu sais comment ça fait d'être amoureux ?" Le regard fixé sur le Ténibre, il a laissé passer un moment de silence puis il a marmonné "ça met du miel à l'intérieur, mais quand il n'y a plus de miel, il reste les abeilles qui te mangent le coeur... Fais attention petit". (p.99)
Commenter  J’apprécie          10
Tatty   29 septembre 2018
Simple d'esprit : Le fada de Bousieyas de Jean-Claude Lefebvre
Ce fut quelquefois difficile, mais j’ai bien suivi son conseil, et comme il s’est révélé qu’elle avait raison, je suis devenu aux yeux des autres un « buon fada, toujours counten », « le simple d’esprit au sourire » pour qu’ils me laissent en paix.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Le carcan d'une rose

Quel âge à Perrine, au début du livre?

12 ans
16 ans
17 ans
14 ans

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : amours impossibles , amour , romanceCréer un quiz sur cet auteur