AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.38 /5 (sur 111 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Mona Azzam est professeur de lettres et passionnée de littérature. Ce premier roman, composé de trente-quatre livres de poème, est une expérience inouïe, le début d'un long poème qui continue à s'écrire, sous d'autres formes.
Professeur de Lettres, l’auteur carnonnaise Mona Azzam publie un nouvel ouvrage intitulé Dans le silence des mots chuchotés. Elle a déjà publié Sur l’oreiller du sable ainsi que plusieurs ouvrages littéraires. De la Côte d’Ivoire où elle est née, à Beyrouth, les mots sont pour Mona Azzam une patrie autre, en perpétuelle récréation. Dans son nouveau livre, paru aux éditions la Trace et préfacé par Jean-Michel Delacomptée, l’auteur propose un recueil de nouvelles à la poésie sensuelle, onérique et envoûtante.
-------------------------------------------------------------------------
Née dans la brousse en Côte d’Ivoire, après une enfance en Afrique, des études littéraires, direction Beyrouth pour exercer le métier d’enseignante en lycée français où elle y résidera pendant une dizaine d’années tout en poursuivant ses études qui s’orienteront vers l’ingénierie de la formation puis de nouveau la littérature.
Au terme de missions de formation au Liban avec L’AUPELF, elle pose ses valises à Montpellier où elle vit depuis 18 ans et où elle fonde Erasme, un organisme de formation linguistique pour adultes pour finir par revenir à ses premières amours, l’enseignement de la littérature.

Cette passionnée de voile et des embruns marins se définit comme une “citoyenne des mots”. Les mots pour elle sont ainsi une patrie sans cesse re-inventée.
Poète d’abord et avant tout, elle se nourrit des écrits de Rimbaud, de Baudelaire et de René Char.
Romancière, les thèmes qui lui sont chers sont en lien avec l’humain, ses rêves, ses obsessions, le temps qui passe, l’absence, le couple.
Mona Azzam qui écrit depuis sa première jeunesse et pour qui l’écriture est vitale, quel que soit le genre, se présente également comme profondément camusienne, tout en étant influencée par l’écriture durassienne.
Dès son jeune âge, les lectures des œuvres de Camus forgent son esprit et la poussent à s’engager dans la vie comme dans la fiction, auprès de de l’humain et à œuvrer pour faire entendre la voix de ceux qui ne sont pas entendus. Quant aux lectures de Duras, elles ont probablement nourri, d’une manière ou d’une autre, sa plume.
(source :
https://portrait-culture-justice.com/2021/05/portrait-du-jour-mona-azzam-la-romanciere-qui-chuchote-a-l-oreille-de
+ Voir plus
Source : Midi Libre
Ajouter des informations
Bibliographie de Mona Azzam   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Editions L'Harmattan


Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
DavidG75   26 mars 2020
Dans le silence des mots chuchotés de Mona Azzam
Ma terre a ce goût sublime d’un soir de pleine nuit givré de sel.

Ronde, elle jaillit de l’abîme, semant la vie et le rire dans une calebasse d’amour.

Ma terre au regard assombri par le désir, sombre le jour, au creux de mes bras, sur un air de Brel.

Soudain, tout redevient magie.

Elle renaît de son sommeil, éparpillant, deci delà, sur mes paupières, une myriade de baisers démultipliés à l’infini.

Et je rêve en m’éveillant ; et je m’éveille en rêvant, au sein d’un éternel faux semblant où vivre est un songe qui ment, aussi gigantesque que les dix-huit montagnes du Man, aussi colossal qu’une trompe d’éléphant.
Commenter  J’apprécie          213
DavidG75   09 août 2020
Ulysse a dit... de Mona Azzam
Il est un pays lointain où j’ai laissé mon âme.

Il est un village surplombant la savane où j’ai semé mon être.

Il est un parfum de goyave où mon cœur rêve au lointain.

Il est un regard éteint qui domine la terre rouge.



Il est une voix qui se fige en écho de l’âme.

Il est un pays lointain où l’on ne sème plus.

Il est un parfum aussi douloureux qu’un drame.

Il est un homme oublié qu’aucune mer ne ceindra.
Commenter  J’apprécie          213
DavidG75   17 août 2020
Sur l'oreiller du sable de Mona Azzam
Avoir six ans à Beyrouth où l’on meurt mille fois en espérant vivre un fragment de secondes.

Survivre, quand bien même tout s’effondre sporadiquement ; quand les morts ne répondent plus ; quand les bombes se déchaînent.

Le temps, lui, s’arrête. Piteusement.



Les heures, fragments morcelés de vie défient les secondes immuables sur l’échiquier intemporel où s’enlisent et s’emmêlent les minutes : méli-mélo a temporel ; méli-mélo sempiternel.



Comment dire l’indicible ?

Les secondes s’évaporent comme une vague de nuées qui se brise à l’aurore en un fragment d’éternité.

Ma mère n’étant plus, je n’étais plus.

Beyrouth n’était plus qu’une scène où se jouaient les scénarios les plus macabres qui soient. [...]



Semblable à un pantin désarticulé,

divisée de toutes parts,

Beyrouth perdait son souffle, rejetée,

par des hommes qui ne la courtisaient plus.
Commenter  J’apprécie          191
DavidG75   09 août 2020
Ulysse a dit... de Mona Azzam
En chacun de nous, sommeille un Ulysse dont la voix fait encore écho, par-delà l’immensité des océans. Par-delà les contingences temporelles. Un Ulysse inoublié ; inoubliable. Un héros qui du héros, n’a nulle autre prétention si ce n’est celle de dire. Afin que résonne en nous tel un fracas de vague l’essentiel
Commenter  J’apprécie          180
DavidG75   10 août 2020
Ulysse a dit... de Mona Azzam
Ceci n’est pas un mythe homérien.

Ceci est une danse primitive, danse des mots nus et envoûtés, danse des rimes écumeuses du chant Un.

Ceci est un refrain percutant et dérouté.

Ceci est la voix de Maïmouna qui se lève, porteuse d’embruns, une voix frêle qui essaime et hèle, sans relâche et rebelle, l’inconnu égaré et le passeur de sel.

Ceci est la voix d’Ulysse. Qui vibre et tournoie au rythme épique. Une voix qui s’insurge, vibrante d’émoi et qui s’élance, en cri : le cri du griot.
Commenter  J’apprécie          170
Patrijob   25 janvier 2022
Amine de Mona Azzam
Je n'ai pas oublié que rien n'est absolument noir; rien n'est absolument blanc. Je n'ai pas oublié, qu'entre le noir et le blanc, il y a des nuances, ni tout à fait grises, ni tout à fait pâles. Il y a des nuances qu'il nous appartient de teinter, à notre guise. Et librement. Surtout librement.

C'est ainsi que l'on exprime sa liberté, ses choix. C'est ainsi que le prisme se pare de couleurs, les retient. Ces couleurs que l'on s'attache à vouloir apposer sur la toile de nos actes.
Commenter  J’apprécie          140
hcdahlem   14 février 2022
Amine de Mona Azzam
Maya, 10 décembre 1995

Premier jour d’école pour le nouvel arrivant.

Un petit de dix ans, en provenance du Sahel et qui vient s’ajouter à mes vingt-trois élèves de 6ème.

Tremblotant malgré la chaleur diffusée par le radiateur en classe, je l’observe qui hésite tandis que les autres élèves s’installent dans un brouhaha de chaises tirées. Il attend que je lui indique sa place, le jeune Amine, dont j’ai juste été informée de l’arrivée, le matin même.

— Bonjour Amine, je suis Madame Maya, votre professeur de français. Bienvenue parmi nous.

Les élèves l’observent avec une forte curiosité.

Sa voix qui répond “bonjour” n’est qu’un murmure, à peine perceptible.

— Amine, vous vous installerez sur la table de devant, à côté de Théo. Théo, tu lui fais de la place?
Commenter  J’apprécie          120
DavidG75   20 novembre 2022
Nomades de Mona Azzam
J'ai la mémoire des figues de barbarie dressées à perte de vue et des scorpions qui susurrent des mots dans le désert.

J'ai la mémoire des étendues infinies de sable qui ondulent quand rôde le vent.

Je suis Adama, le Peul et le nomade. Je porte en moi la mémoire de chaque ondulation de dune éternellement recommencée.

J'ai la mémoire des brûlures aux pieds au contact du sable brûlant, sous le soleil rude de midi ; et des lèvres desséchées offertes en sacrifice au zénith irradiant que la salive ne suffit pas à humecter. J'ai la mémoire du sable qui crisse entre les dents et du thé brûlant qui s'infiltre dans le corps.

J'ai la mémoire des yeux nimbés d'étoiles et de la fraîcheur des nuits sans bruit.

Je plonge mes yeux dans les yeux noir charbon de ma mère. J'y trouve Adama. Je m'y retrouve. Et j'ai soudain la mémoire des mots, lus, écrits. Des mots qui ne me parlent que du Sahara.
Commenter  J’apprécie          100
marlene50   03 septembre 2022
Ulysse a dit... de Mona Azzam
Il savait que parfois, les cieux se troublent et retiennent prisonnier un goëland dont le rire égaré résonne, silencieux. Et dans ce silence ombrageux, le mot, écho d'antan se fige, victime malgré lui des tourbillons de l'existence.
Commenter  J’apprécie          110
DavidG75   20 décembre 2021
Amine de Mona Azzam
Lire, écrire, exister.
Commenter  J’apprécie          130

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Les héros de BD

Héros plutôt destiné aux enfants créé par Zep :

Titou
Titeuf
Titi

12 questions
797 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , héros masculinCréer un quiz sur cet auteur