AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.59 /5 (sur 28 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 03/01/1941
Biographie :

Jean-Claude Milner est un linguiste, philosophe et essayiste.

Il est né d'un père immigré juif de Lituanie et d'une mère alsacienne de tradition protestante. Après des études en khâgne au lycée Henri-IV, il entre à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm en 1960, où il suit l'enseignement de Louis Althusser.

Affilié au mouvement maoïste de la Gauche prolétarienne de 1968 à 1971, il côtoie alors Benny Lévy, dont il suivra, longtemps après, l'évolution politique.

Il a été directeur du Collège international de philosophie de 1998 à 2001. Il a fondé et dirigé la collection « Philia », aux Éditions Verdier, de 1999 à 2004.

Jean-Claude Milner a effectué une partie de ses études aux États-Unis, se formant au Massachusetts Institute of Technology à la linguistique chomskienne ; on lui doit la traduction française en 1971 des Aspects de la théorie syntaxique de Noam Chomsky.

Sa carrière académique s'est déroulée à l'Université Paris VII où il a enseigné la linguistique dans le département de linguistique créé sous l'impulsion d'Antoine Culioli, son directeur de thèse de doctorat. Il a également participé aux travaux de l'École freudienne de Paris.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Cycle de conférences en ligne de la Règle du jeu : Penser le Coronavirus. Jean-Claude Milner est interviewé par Alexis Lacroix. (Mardi 14 avril 2020)

Podcasts (7) Voir tous


Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Koneko-Chan   11 juillet 2014
Harry Potter. A l'école des sciences morales et politiques de Jean-Claude Milner
Dumbledore, devenu presque inhumain à force d'humanisme, apparaît impitoyable dans ses calculs, utilisant sans restriction les capacités qu'il a reconnues en chacun. Rogue est impitoyable à l'égard de lui-même, au point de s'acharner à se faire détester et mépriser. Hagrid seul peut maintenir en Harry Potter ses vertus naturelles.
Commenter  J’apprécie          50
madameduberry   14 mai 2015
De l'école de Jean-Claude Milner
Quelle puissance jugera , dans l'ordre des ignorances, ce qui est utile ou inutile? L'Etat?On retrouve alors la pire des choses: l'ignorance érigée en soutien d'un pouvoir. Une telle figure a un nom dans l'histoire: c'est l'obscurantisme.
Commenter  J’apprécie          50
madameduberry   14 mai 2015
De l'école de Jean-Claude Milner
Aussi n'y a-t-il rien de plus déplacé que la question qui fleurit sur toutes les lèvres:"A quoi sert-il d'enseigner telle chose?" , parce que cette question implique qu'il peut être inutile de la savoir.Or, ce n'est pas là le bon point de vue: il peut se faire qu'il ne soit pas utile de savoir une chose, mais ce qui est sûr, c'est qu'il est toujours et sûrement inutile de l'ignorer.(…)Il suffit que nous ayons à rencontrer ce que Flaubert appelait le "pédantisme de l'ignorance", le mépris à l'égard de tout ce qui se présente comme savoir, à quoi l'on préfère une disponibilité polyvalente, nommée souvent intelligence.Il y a le mépris des savoirs que l'on maîtrise, lequel naît de la modestie, il y a le mépris des savoirs que l'on ne maîtrise pas, lequel vient de la vanité.

Il y a aussi le mépris des savoirs que l'on ne maîtrise pas au nom de sa propre absence de savoir: c'est l'ignorantisme militant.Il se déploie largement aujourd'hui dans les cercles qui s'occupent de l'école.
Commenter  J’apprécie          30
Rodin_Marcel   25 mars 2015
L'arrogance du présent : Regards sur une décennie : 1965-1975 de Jean-Claude Milner
"J'affirme que Mai 68 et le gauchisme ont été l'affaire de la petite bourgeoisie intellectuelle et de personne d'autre. Ni des banlieues, ni des pauvres, ni des syndicats, ni des ouvriers et j'en passe; ils sont venus à la suite, en supplétifs. Pour une fois ou comme souvent ? La question se pose ; elle se pose en tout cas pour la France. J'affirme que parmi les épisodes qui ont rendu possibles Mai 68 et le gauchisme, les plus importants concernent la petite bourgeoisie intellectuelle. En cela, je me tiens à une position généralement acceptée. J'affirme aussi que ce n'est pas une raison pour mépriser ni Mai ni le gauchisme. En cela, je m'écarte d'un consensus. Que ce soit chez les amis de Mai et chez les adversaires de Mai, chez les amis du gauchisme et chez les adversaires du gauchisme, le sempiternel grief résonne, modulé tantôt en gémissement tantôt en ricanement : «Jamais, ils n'ont rejoint les ouvriers.» Et alors? Il faudra pourtant qu'on s'y fasse ; pendant un temps, la petite bourgeoisie intellectuelle a dit et fait, par elle-même, des choses intéressantes. Éphémères peut-être, absurdes, criminelles parfois, restreintes sûrement, mais intéressantes." (p.8-9)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Koneko-Chan   10 juillet 2014
Harry Potter. A l'école des sciences morales et politiques de Jean-Claude Milner
La vérité du courage lui sera révélée par celui qu'il tenait pour l'incarnation de la lâcheté. A l’extrême fin du récit, s'adressant à son fils, il conclut sur un hommage : Severus Rogue était l'homme le plus courageux qu'il ait rencontré. La brièveté du propos résume un renversement des points de vue. Chez la plupart et notamment chez les très jeune gens, le courage aime à être reconnu. Harry ne fait pas exception. Tout au long du récit, le courage chez lui ne va pas sans sa récompense : l'admiration de tous. Maintenant que les destins se sont accomplis, il a appris l'existence d'une autre forme, plus risquée, plus douloureuse, plus profonde peut-être, où le courage accepte d'être méconnu. La récompense du courage réside dans le courage lui-même.
Commenter  J’apprécie          20
Rodin_Marcel   25 mars 2015
L'arrogance du présent : Regards sur une décennie : 1965-1975 de Jean-Claude Milner
" N'oublions pas que de 1914 à 1962, l'ombre de la guerre n'a cessé de peser. Deux guerres mondiales en moins de trente ans, relayées par des guerres coloniales (Rif de 1924 à 1926, Indochine de 1946 à 1954, Algérie de 1954 à 1962, le décompte est indulgent). N'oublions pas que de 1954 à 1962, n'importe quel appelé de vingt ans savait que, tôt ou tard, il pouvait aller se faire tuer. Les sursis pour études retardaient le moment fatidique pour la petite bourgeoisie intellectuelle ; ils ne l'annulaient pas." (pp. 70-71)
Commenter  J’apprécie          20
madameduberry   14 mai 2015
De l'école de Jean-Claude Milner
Est juste, aux yeux des peuples, une législation qui permet à chacun d'inscrire sa singularité, c'est-à-dire justement ce qui le fait distinct de tout autre.(…) une politique digne de ce nom doit garantir à chaque sujet le droit et les moyens d'accomplir, autant qu'il est en lui, le désir qui l'anime.(…) dans notre sociéte qui calcule et mesure, il incarnera volontiers l'instant de son propre accomplissement sous les espèces de l'excellence.(…) Or les excellences sont incommensurables les unes aux autres. Cela signifie qu'aucune ne blesse aucune autre(…)

Toute loi qui, organisant l'école, bafoue le droit à l'excellence et borne, en fait et au principe-l'exercice de la faculté de savoir est donc sans fondement politique: elle est, eût dit Robespierre, essentiellement tyrannique et injuste.(…) il faut être clair:le principe de l'école, le seul qui lui donne un sens est le suivant:

aucune ignorance n'est utile.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Sartre t'apprendra !

Quelle est la date de naissance de Jean-Paul Sartre ?

Le 21 juin 1895
Le 21 juin 1905
Le 21 juin 1915

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , écrivain homme , philosopheCréer un quiz sur cet auteur