AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.75 /5 (sur 451 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Walsall, Staffordshire , le 02/05/1859
Mort(e) à : Northampton , le 14/06/1927
Biographie :

Jerome Klapka Jerome, plus connu sous son nom de plume Jerome K. Jerome, naît dans un foyer aisé. Son père, un pasteur protestant, est alors propriétaire d'une prolifique mine de charbon. Mais l'écroulement de l'affaire paternelle, alors qu'il n'a que deux ans, fait glisser sa famille dans la pauvreté. Détestant l'école, dont il fustigera à de nombreuses reprises les méthodes dans ses livres, Jerome K. Jerome la quitte à quatorze ans. Le jeune homme enchaîne alors les petits boulots. Il est successivement employé de chemins de fer, journaliste, acteur et instituteur.
Son premier ouvrage, "Sur la scène et en coulisse", est publié en 1885 et sera suivi de nombreux autres livres, pièces de théâtre et articles de journaux. En 1886 paraissent Les pensées paresseuses d'un paresseux, son premier petit succès. Mais c'est surtout Trois hommes dans un bateau, paru en 1889, qui le fait connaître du grand public. Le succès est tel qu'on estime qu'environ un million de copies pirates circulèrent dans le monde à l'époque. Ce livre reste le plus connu de Jerome K. Jerome. Toutefois, il ne rencontra jamais le succès critique. Max Beerbohm dira notamment de lui qu'il est un "auteur de dixième ordre qui nous inonde de ses produits de dixième ordre", alors même que l'éditeur Harrowsmith croule sous l'effet de la demande, déclarant ironiquement que le public doit sûrement "manger les livres".
Jerome K. Jerome voyage énormément à travers le monde, notamment en Europe, en Russie et aux États-Unis. En 1914, alors qu'éclate la Première Guerre mondiale, il se rend en France et s'engage dans le conflit comme ambulancier. Deux ans plus tard, il est de retour en Angleterre et continue d'écrire. En 1926, il publie son autobiographie, My Life and Times. L'année suivante, il est nommé citoyen d'honneur de la municipalité de Walsall avant de mourir d'une hémorragie cérébrale à l'âge de 68 ans.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (103) Voir plus Ajouter une citation
tamara29   09 mars 2014
Trois hommes dans un bateau de Jerome K. Jerome
J'aime le travail : il me fascine. Je peux rester des heures à le regarder.
Commenter  J’apprécie          350
Cricri124   12 septembre 2017
Trois hommes dans un bateau de Jerome K. Jerome
Nous arrivâmes en vue de Reading vers les onze heures. La Tamise est ici morne et laide. On ne s’attarde guère dans le voisinage de Reading. La ville elle-même est une vieille cité célèbre, datant des jours lointains du roi Ethelred, lorsque les Danois ancraient leurs vaisseaux de guerre dans le Kennet avant de partir ravager le pays de Wessex. Ce fut ici qu’Ethelred et son frère Alfred les combattirent et les mirent en déroute. Ethelred priait pour la victoire pendant qu’Alfred conduisait la bataille.

Par la suite, Reading semble avoir été appréciée comme lieu de refuge, quand les affaires allaient mal dans Londres. Qu’il y eût la peste à Westminster, et le Parlement se précipitait à Reading. En 1625, la Justice suivit son exemple, et tous les tribunaux vinrent y siéger. Cela valait quand même la peine d’avoir de temps à autre une bonne petite peste londonienne, ne fût-ce que pour vous débarrasser d’un coup des magistrats et des politiciens.
Commenter  J’apprécie          316
Cricri124   10 septembre 2017
Trois hommes dans un bateau de Jerome K. Jerome
Une énorme vague m’enlève et m’envoie valdinguer le plus brutalement du monde en plein sur un roc qu’on a mis là exprès pour moi. Et avant que j’aie pu pousser le moindre « Aïe ! Ouille ! » et faire le compte des membres qui me restent, voilà la vague qui se retire en m’emportant au large. Frénétiquement, je me mets à nager vers le rivage, me demandant si je reverrai jamais foyer et amis, regrettant de n’avoir pas été plus gentil avec ma sœur cadette quand j’étais petit. Et c’est à l’instant même où tout espoir me quitte qu’une autre vague, déferlant, me ramène brutalement sur le sable où elle me plaque comme une étoile de mer. Je me relève, m’ébroue, me retourne… et découvre que les profondeurs où je viens de lutter désespérément avec la mort, voisinaient les soixante centimètres. Je repatauge jusqu’à la plage, me rhabille et m’en retourne, piteux, vers l’hôtel. Et là, si d’aventure on me demande : « Alors, ce bain ? », je répondrai bien entendu : « Tout à fait délicieux ! »
Commenter  J’apprécie          300
Zazaboum   20 septembre 2020
Trois hommes dans un bateau de Jerome K. Jerome
Je lui fis remarquer qu’il eût montré plus de bon sens s’il s’était offert de travailler avec George, et de m’accorder un peu de repos. J’avais fait jusque-là plus que ma part, et je commençais à la trouver saumâtre.



J’ai toujours l’impression de fournir plus de travail que je ne devrais. Non pas que le travail me répugne, remarquez ; j’aime le travail, il m’exalte. Je resterais des heures à le contempler. J’apprécie énormément sa compagnie, et l’idée d’en être séparé me brise le cœur.



On ne saurait m’en donner trop ; accumuler le travail est même devenu chez moi une sorte de passion ; mon bureau en est rempli à un tel point qu’il n’y a plus de place pour en mettre davantage. Il me faudra bientôt construire une annexe.



En outre, je prends soin de mon travail. Une partie de celui que j’ai en ce moment chez moi est en ma possession depuis des années et des années, et il n’est souillé d’aucune trace de doigts. Je suis très fier de mon travail. Je le descends de temps à autre pour l’astiquer. Je ne connais personne qui garde son travail en meilleur état de conservation que moi.



Mais cette passion dévorante ne m’empêche pas de me montrer raisonnable. Je n’en demande pas plus que ma part légitime. Aussi, quand j’en hérite sans l’avoir désiré, cela m’ennuie.



page 157
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Erik35   03 novembre 2017
Pensées paresseuses d'un paresseux de Jerome K. Jerome
C'est quand une longue soirée de travail m'attend que j'ai envie de m'attarder à la table de dîner. Et si quelque raison impérieuse m'oblige à me lever particulièrement tôt un matin, c'est ce jour-là, et pas un autre, que j'apprécie de paresser au lit une heure de plus.
Commenter  J’apprécie          220
grisette   27 septembre 2010
Trois hommes dans un bateau de Jerome K. Jerome
J'aime le travail : il me fascine. Je peux rester des heures à le regarder
Commenter  J’apprécie          220
Luniver   18 juillet 2013
Trois hommes dans un bateau de Jerome K. Jerome
Il semble qu'on tienne en réserve, à mon intention, un vent d'est particulièrement aigre, quand je vais me baigner de grand matin ; on trie tous les cailloux pointus pour les mettre par-dessus les autres, on aiguise les rochers et on dissimule leurs pointes sous une légère couche de sable, pour que je ne les voie pas, et on emmène la mer à trois kilomètres, de sorte que je suis obligé de serrer mes bras contre moi et de sautiller, tout grelottant, dans quinze centimètres d'eau. Et quand j'arrive à la mer, elle est glacée et tout à fait agitée et mufle avec moi.



Une énorme vague m'enlève et me plaque, de toutes ses forces, en plein sur un rocher qu'on a mis là pour moi. Et avant que j'aie pu crier : « Aïe ! Houlà ! » et me rendre compte des dégâts, la vague s'en retourne et m'emporte au large. Je me mets à nager frénétiquement vers le rivage, me demandant si je reverrai jamais mon chez moi et mes amis, et regrettant de n'avoir pas été plus affectueux envers ma petite sœur quand j'étais gamin. Je viens juste d'abandonner tout espoir, lorsqu'une vague, en se retirant, me laisse étalé sur le sable comme une étoile de mer, et en me relevant, je me retourne et découvre que je viens de nager comme un perdu dans soixante centimètres d'eau. Je regalope vers la place, me rhabille, et rentre la tête basse à l'hôtel, où il me faut faire semblant d'avoir pris un bon bain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
torpedo   24 avril 2020
Trois hommes dans un bateau de Jerome K. Jerome
Nous arrivâmes à la gare de Waterloo à onze heures, et demandâmes de quel quai partait le train de onze heures cinq. Bien entendu, personne ne le savait ; personne à la gare de Waterloo ne sait jamais d'où part un train, ni même où il va. Notre porteur penchait pour le quai n°2, mais d'après un collègue consulté à ce sujet, le bruit courait que ce serait du quai n°1. Quant au chef de gare, il était convaincu que ce devait être le quai de banlieue.

p. 49
Commenter  J’apprécie          173
Kittiwake   24 juin 2011
Trois hommes dans un bateau de Jerome K. Jerome
Elle est fort étrange, cette domination exercée par notre intellect sur nos organes digestifs. Nous ne travaillons, nous ne pensons, que si notre estomac nous y autorise. il nous dicte nos sentiments, nos passions. Après des œufs aux lards, il ordonne :”Travaille!” Après un bifteck arrosé de bière, il décrète : “Dors!” Après une tasse de thé (deux petites cuillères par tasse et ne pas infuser plus de deux ou trois minutes), il dit au cerveau : “Allons, debout, et montre ta force. Sois éloquent, profond, ému; ; plonge un regard lucide dans la nature et la vie. Déploie les blanches ailes de la pensée palpitante et dominant de haut le tourbillon du monde ; prends ton essor, esprit divin, par les longues avenues d'astres flamboyants qui mènent aux portes de l'éternité!
Commenter  J’apprécie          160
lanard   19 septembre 2020
L'Allemagne et moi = Diary of a Pilgrimage de Jerome K. Jerome
PREFACE



- Pourquoi, m'a dit un de mes amis, pourquoi n'écririez-vous pas un livre intelligent? J'aimerais vous voir donner à ceux qui vous lisent matière à penser.

- Est-ce possible? répliquai-je. J'en doute fort.

- Essayez toujours.

J'ai osé. Ceci est un livre intelligent. Comprenez-le bien : j'ai voulu contribuer à votre développement intellectuel. Dans ce livre, je dis tout sur l'Allemagne - du moins tout ce que j'y ai vu - et sur le "Mistère" de la Passion d'Ober-Ammergau.

J'effleure aussi d'autres sujets, sans toutefois m'y appesantir, car je veux avant tout éviter de vous écraser de ma science. C'est graduellement que je veux vous instruire. Quand vous aurez lu attentivement, quand vous aurez assimilé les idées que contiennent cet ouvrage, dites-le-moi - et j'y donnerai une suite. J'échouerais si, m'efforçant de réveiller votre cerveau engourdi, je vous inspirais le dégoût de l'esprit. Aussi, ai-je présenté mon sujet sous une forme légère, attrayante, apte à attirer et à retenir l'attention de l'enfant, de l'homme frivole. Instruisez-vous sans vous en rendre compte. Je ne veux pas qu'on s'aperçoive que mon livre est d'un niveau intellectuel et d'une valeur exceptionnels. Je désire seulement que mes lecteurs en retirent le bénéfice, sans le savoir. Instruisez-vous, exercez votre esprit, pensez, enfin - si vous le pouvez.

Peu m'importe l'opinion du lecteur. Je ne désire pas la connaître. Je veux même l'ignorer. Le sentiment du devoir accompli sera pour moi une récompense suffisante - si les pourcentages promis pas l'éditeur viennent s' ajouter.





Londres. En mars.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Sans oublier le chien

Quel est le nom du chien qui accompagne nos héros ?

Cassoulet
Montmorency
Dog
Napoleon

11 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Trois hommes dans un bateau de Jerome K. JeromeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..