AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.4 /5 (sur 3510 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Oxford, Royaume-Uni , le 03/08/1920
Mort(e) à : Oxford, Royaume-Uni , le 27/11/2014
Biographie :

Phyllis Dorothy James, ou P.D. James est née à Oxford. Aînée de trois enfants, elle connaît une enfance assez itinérante, ses parents ayant un faible pour les déménagements en série.

Après l’école religieuse, la petite Phyllis fréquente la Cambridge High School for Girls. Elle est brillante, mais son père ne voit guère l’intérêt pour une fille d’aller plus avant dans les études. A 16 ans, Phyllis en termine avec l’école, non sans une réelle frustration. Son père travaille pour le Trésor Public, et la voilà donc au service des impôts.

En 1941, elle se marie avec le docteur Connor Bantry White, qui sert dans le corps médical de la Royal Army. Elle quitte son travail pour élever ses deux filles nées en 1942 et 1944. Au retour de la guerre, son mari est victime de graves troubles mentaux. Jusqu’en 1964, il séjourne fréquemment dans les hôpitaux psychiatriques.

Pour nourrir ses deux filles, Phyllis doit reprendre le travail. D’abord employée de bureau à l’hôpital de Paddington, elle suit des cours du soir pour gravir les échelons de l’administration médicale. Mais surtout, elle souhaite depuis longtemps écrire. Menant tout de front, elle s’attelle alors à la tâche, tous les matins entre 6 h et 8 h.

Premier envoi de manuscrit en 1962, et première réussite. Le livre s’appelle A visage couvert, roman à énigme assez classique, mais dans lequel PD James (les initiales sont destinées à cacher que l’auteur est une femme) s’attache déjà à explorer les motivations et le fonctionnement psychologique de son héros. Car d’emblée, PD James tient son personnage : Adam Dalgliesh, policier de Scotland Yard, poète à ses heures, et hanté par le décès de sa femme morte en couche en même temps que son bébé.

De 1968 à 1979, PD James travaille au département judiciaire du Ministère de l’Intérieur, puis occupe la fonction de magistrat jusqu’en 1984, ce qui enrichit encore sa connaissance du système policier et juridique.

Grâce à son succès, elle voyage à travers le monde, donne de nombreux cours et conférences sur son art, et publie régulièrement des romans. P.D.James est aujourd'hui baronne (elle a été anoblie par la reine en 1990), membre éminent des auteurs britanniques et de la chambre des Lords.

Son dernier roman publié à ce jour, et à l'âge de 91 ans, propose une suite sous forme de roman policier à "Orgueils et Préjugés".

Elle s'éteint le 27 novembre 2014, à Oxford, à l'âge de 94 ans.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

PD James interview

Podcasts (1)


Citations et extraits (435) Voir plus Ajouter une citation
Souri7   23 janvier 2017
La mort s'invite à Pemberley de P.D. James
Nous sommes au dix-neuvième siècle, que diable ! et point n’est besoin d’être un disciple de Mrs Wollstonecraft pour juger qu’il ne convient pas de refuser aux femmes d’avoir voix au chapitre sur les sujets qui les concernent. Cela fait plusieurs siècles déjà que nous avons admis que les femmes ont une âme. N’est-il pas grand temps d’admettre qu’elles ont également un cerveau ?
Commenter  J’apprécie          350
LePamplemousse   14 septembre 2016
Une folie meurtrière de P.D. James
Peu de choses nuisaient plus à un homme que la réputation de répéter toujours les mêmes blagues.
Commenter  J’apprécie          301
Eric76   20 décembre 2015
Les Fils de l'homme de P.D. James
Si, dès le berceau, on traite les enfants comme des dieux, il faut s'attendre à les voir agir comme des diables une fois devenus adultes.
Commenter  J’apprécie          290
torpedo   22 février 2019
Les douze indices de Noël et autres récits de P.D. James
Rétrospectivement, il me semble que ce crime ne m'inspirait guère de répugnance. En tout cas, je ne me sentais pas tenue d'avertir la police. Ce n'était pas seulement parce que j'aimais bien mon cousin et que Maybrick m'avait déplu. Je crois que la guerre n'y était pas étrangère. Alors que tant de gens bien mouraient à travers le monde, l'assassinat d'un individu antipathique paraissait moins grave.



Je sais aujourd'hui que j'avais tort. Rien ne peut justifier ni excuser un crime. Pourtant, je ne regrette pas ce que j'ai fait ensuite ; aucun être humain ne devrait mourir au bout d'une corde.



(p. 144)
Commenter  J’apprécie          250
GribouilleLechat   25 avril 2010
Intégrale 01 : A visage couvert - Une folie meurtrière - Sans les mains - Meurtres en blouse blanche - La proie pour l'ombre de P.D. James
S'il y a la moindre vie après la mort, nous le saurons bien assez tôt. S'il n'y en a pas, nous n'existerons plus pour nous plaindre et dire qu'on nous a menti.
Commenter  J’apprécie          261
LePamplemousse   28 décembre 2016
Par action et par omission de P.D. James
Pendant qu'il était ici, il avait besoin d'une femme, elle avait besoin d'un homme. Il faut que la marchandise soit à portée de la main. Un peu comme acheter de la viande chez le boucher.
Commenter  J’apprécie          250
torpedo   21 février 2019
Les douze indices de Noël et autres récits de P.D. James
Dalgliesh l'aimait beaucoup et le rangeait parmi les rares hommes réellement bons qu'il eût connus. Il s'étonnait seulement que le chanoine ait réussi à résister jusqu'à soixante-et-onze ans dans un monde impitoyable où la douceur, l'humilité et la simplicité prédisposent mal à la survie, et plus encore au succès. En un sens, sa bonté l'avait protégé. Devant une innocence aussi flagrante, même ceux qui l'exploitaient, et ils n'étaient pas rares, lui manifestaient l'attitude vaguement protectrice et compatissante qu'on peut avoir à l'égard d'êtres légèrement demeurés.



(p.56)
Commenter  J’apprécie          230
Eric76   26 décembre 2015
Les Fils de l'homme de P.D. James
Les amants peuvent explorer le corps aimé dans ses moindres détails ; ils peuvent atteindre ensemble les sommets d'une extase indicible ; mais il n'en reste rien ou presque lorsque l'amour ou le désir s'en sont allés, qu'on se retrouve avec des biens à partager, des factures d'avocats, tout un fatras de souvenirs à liquider ; quand la maison choisie, meublée et habitée sous le signe de l'espoir et de l'enthousiasme est devenue une prison ; quand les visages se sont figés dans une expression de mécontentement et que les corps ne sont plus vus comme des objets de désir mais d'un œil froid, désabusé, avec toutes leurs imperfections.
Commenter  J’apprécie          210
P.D. James
LaBiblidOnee   27 novembre 2014
P.D. James
Un romancier, c'est quelqu'un qui se couche à la même heure que ses personnages et qui mourra le même jour qu'eux. Quelqu'un qui connaît toutes leurs lubies et qui peut même leur dire où ils ont fourré leurs clés de voiture..
Commenter  J’apprécie          212
Kittiwake   14 juillet 2015
La proie pour l'ombre de P.D. James
C'est quand les gens commencent à dire la vérité qu'ils ont souvent le plus besoin d'un avocat.
Commenter  J’apprécie          200

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

P.D. James

Comment s'appelle-t-elle réellement ?

Phillys Dorothie James
Phyllis Dorothie James
Phillys Dorothy James
Phyllis Dorothy James

10 questions
52 lecteurs ont répondu
Thème : P.D. JamesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..