AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.7 /5 (sur 1264 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Guilford, Surrey , le 15/10/1881
Mort(e) à : New York , le 14/02/1975
Biographie :

Pelham Grenville Wodehouse est un auteur humoriste britannique.

En 1894, il entre dans la section classique du collège de Dulwich où il étudie le latin et le grec. Il garde un excellent souvenir de ses années de collège qui deviendront plus tard une source d'inspiration.

Grâce aux contacts que son père a gardés, il trouve un emploi dans les bureaux londoniens de la banque de Hong-Kong et de Shanghai. Peu fait pour la banque, il se met à écrire des nouvelles et des articles sur les public schools avant de devenir journaliste en 1903. Il collabore au Globe et au Strand.

En 1909, il part aux États-Unis où il s'installe. Il est d'abord critique théâtral, puis auteur de pièces de boulevard et de comédies musicales.

En 1914, il fait la connaissance d’Ethel Wayman, qui a une fille de neuf ans, Leonora. Il l'épouse dans le courant de la même année.

Quand la Seconde Guerre mondiale éclate en 1939, il reste dans sa villa du Touquet en France. Le 21 juillet 1940, il est arrêté par les Allemands et retenu prisonnier d'abord à la prison de Loos-lès-Lille (Nord, France) puis à la citadelle de Liège (Belgique) et dans le fort de Huy en Belgique en septembre 1940. Il est transféré à Tost en Haute-Silésie, province de l'actuelle Pologne en septembre 1940. Il est sorti du camp peu avant ses 60 ans en juin 1941.

Il part vivre à New York avec sa femme Ethel, en 1947. Sa belle-fille Leonora, sa confidente et conseillère, était morte en mai 1944. Les Wodehouse n'ont pas eu d'autres enfants.

En 1955, il devient citoyen américain et passe le reste de sa vie à Remsenburg, Long Island. Il ne reviendra jamais au Royaume-Uni.

Prolifique, il a écrit plus de 90 livres de récits (70 romans et 20 recueils de 200 nouvelles), plus de 100 autres récits en magazines, 400 articles, 19 pièces de théâtre, et 250 chansons pour 33 comédies musicales (pour Jerome Kern, Cole Porter, Ira Gershwin, etc.).

Son personnage du valet de chambre Jeeves est devenu internationalement célèbre. Sa série "Jeeves and Wooster" fut adapté pour la chaine de télévision ITV en 1990, et il a été très bien reçu. Avec Stephen Fry dans le rôle de Jeeves et Hugh Laurie dans le rôle de Bertram "Bertie" Wooster.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Bande annonce de la série Blandings, adaptation des romans de PG Wodehouse

Podcasts (1)


Citations et extraits (377) Voir plus Ajouter une citation
moravia   09 décembre 2013
Hello, Plum ! de Pelham Grenville Wodehouse
Exemple (b) : la lettre belliqueuse



Monsieur



Et surtout pas "Cher Monsieur" C'est faiblard.

Mais pas non plus " Espèce d'ordure ventripotente" ; l'expression est certes bien trouvé, mais manque par trop de dignité.

Pour ma part, j'ai parfois employé la phrase " Ecoute voir, misérable avorton, fruit d'une union libre".
Commenter  J’apprécie          250
moravia   10 décembre 2013
Hello, Plum ! de Pelham Grenville Wodehouse
C'est un animal de pure race, manifestement habitué depuis l'enfance à fréquenter les milieux chics de la chasse à courre - il y a plusieurs meutes sur l'île - , et quand à savoir pourquoi il n'est pas en train de traquer le gibier avec les autres chiens de chasse, c'est plus que je n'en saurais dire. Je suppose qu'un jour il en a tout bonnement eu assez de tous ces taïauts et autres foutaises, et qu'il s'est dit que le moment était venu de reprendre ses billes et de se mettre à son compte.

Quoi qu'il en soit, il s'est présenté dans notre jardin un après-midi et s'y est assis, laissant clairement entendre qu'a son avis, son avenir dépendait entièrement de nous. Il était presque mort de faim et couvert d'une telle multitude de tiques gorgées de sang qu'il fallait l'œil le plus exercé pour remarquer qu'il y avait un chien dessous.
Commenter  J’apprécie          232
iris29   06 décembre 2017
Les célibataires anonymes de Pelham Grenville Wodehouse
Je n'aime pas l'idée de deux cœurs aimants séparés par un malentendu. Pour qui me prenez- vous ? Thomas Hardy ?
Commenter  J’apprécie          240
torpedo   24 décembre 2019
Jeeves, au secours ! de Pelham Grenville Wodehouse
Je ne m'étais jamais représenté Oncle Percy comme un zèbre qui, étant jeune homme, était sorti avec une bande de vauriens. En fait, je ne me l'étais jamais représenté, d'une façon ou d'une autre, comme un jeune homme. C'est toujours comme ça. Si un vieux dur à cuire a une moustache hérissée, une affaire solide qui rapporte et les manières d'un ours qu'on a réveillé au milieu de son sommeil d'hiver, vous n'aurez pas l'idée de fouiller dans son passé et de vous demander s'il n'a pas été, lui aussi,en son temps, tout pareil aux copains.
Commenter  J’apprécie          220
iris29   05 décembre 2017
Les célibataires anonymes de Pelham Grenville Wodehouse
Et maintenant que Grayce a divorcé [ de moi ], je me sens comme un détenu de San Quentin soudain libéré sur parole après avoir fait dix ans pour braquage de banque.

- Le soulagement doit être grand .

- Colossal. Eh bien, croyez-vous que ce détenu irait braquer une autre banque au moment même où il vient de sortir?
Commenter  J’apprécie          210
moravia   07 décembre 2013
Hello, Plum ! de Pelham Grenville Wodehouse
Cette disparition progressive du chanteur à voix de basse est due, si je ne m'abuse, aux risques du métier. Lorsqu'un chanteur à voix de basse s'aperçoit que, soir après soir, il se coince le menton dans son col amidonné et qu'il lui arrive même, sur les notes les plus graves, de se faire saigner du nez, il se décourage. -"Il doit certainement, se dit-il, exister d'autres moyens, moins dangereux, de distraire son public", et à sa prochaine apparition, vous constatez qu'il s'est mis aux tours de cartes ou aux imitations des chants d'oiseaux que vous connaissez tous. Ou, comme je l'ai dit, il se contente de se tenir à l'arrière-plan en faisant "Zim'zim'zim" - exercice relativement peu périlleux - et abandonne les récompenses de la profession au genre de type qui vous chante "Petit Papa Noël" d'une voix grêle de fausset.
Commenter  J’apprécie          200
iris29   05 décembre 2017
Les célibataires anonymes de Pelham Grenville Wodehouse
- Oh les femmes !

- Vous continuerez à les demander en mariage. Vous êtes ce que j'appelerais un demandeur compulsif. C'est à cause de votre nature chaleureuse et généreuse, bien sûr.

- Oui, ça et le fait de ne plus savoir quoi leur dire au bout de dix minutes.
Commenter  J’apprécie          200
iris29   23 décembre 2017
Les célibataires anonymes de Pelham Grenville Wodehouse
Est-elle mariée ?

- Je n'en sais rien.

- Je plains son mari s'il existe.

- Oui, on éprouve beaucoup de compassion pour lui.

- Mais nous ne pouvons rien pour lui.
Commenter  J’apprécie          200
missmolko1   02 mai 2016
Cocktail time de Pelham Grenville Wodehouse
Il n’est pas nécessaire de narrer en détail les premières vicissitudes de l’enfant spirituel de Sir Raymond, car il eut, en gros, la même expérience que n’importe quel premier roman. Il envoya son œuvre, depuis une adresse de location, à Pope et Potter, et elle revint ; à Melville et Monks, et elle revint ; à Popgood et Grooly, Bissett et Bassett ; Ye Panache Presse et une demi-douzaine d’autres firmes, et elle revint toujours. Ce roman aurait aussi bien pu être un boomerang ou l’un de ces chats qui, transportés de Surbiton à Glasgow, sont retrouvés à Surbiton trois mois plus tard, un peu poussiéreux et souffrant des pieds, mais pleins du meilleur esprit du West End. Pourquoi finit-il son périple dans les bureaux d’Alfred Tomkins Limited, nul ne le sait, mais ce fut le cas, et ils le publièrent au printemps sous une jaquette représentant un jeune homme à monocle dansant le rock and roll avec une jeune femme délurée.

Après cela, comme d’habitude dans ces occasions, il ne se passa plus rien. Quelqu’un a dit qu’un auteur qui attend des résultats d’un premier roman est semblable à quelqu’un qui jetterait un pétale de rose dans le Grand Canyon, en Arizona, et tendrait l’oreille en attendant l’écho. Le livre fit peu de bruit. Le Peebles Courier dit qu’il n’était pas exempt de promesses, le Basingstoke Journal pensa qu’il n’était pas exempt d’intérêt et le supplément littéraire du Times informa ses lecteurs qu’il était publié par Alfred Tomkins Limited et qu’il contenait 243 pages mais, à part cela, il ne retint pas l’attention de la critique. La jeune génération qui était sa cible, si elle avait connu son existence, aurait dit, dans son langage, que c’était un flop.

Mais la gloire prenait seulement son élan, en attendant son heure et l’incident qui allait lui permettre de couronner le front de son enfant chéri. À cinq heures deux minutes un mardi après-midi, le vénérable évêque de Stortford, entrant dans la pièce où se trouvait sa fille Kathleen, la trouva plongée dans ce qu’il supposa être un livre pieux mais qui se révéla, après enquête, être un roman intitulé Cocktail Time. Regardant par-dessus son épaule, il put en lire un paragraphe ou deux. Elle était arrivée, il est bon de le mentionner, au milieu du chapitre 13. À cinq heures cinq exactement, il lui arrachait le volume, à cinq heures six, il sortait en chancelant, et à cinq heures dix, enfermé dans son bureau, il étudiait soigneusement le chapitre 13 pour voir s’il avait réellement lu ce qu’il croyait avoir lu.

C’était le cas.

À midi quinze, le dimanche suivant, il était en chaire dans l’église de Saint-Jude le Tenace, Eaton Square, et prononçait un sermon sur le texte « Celui qui se roule dans la fange sera souillé » (Ecclésiaste 13-1) qui souleva tant d’enthousiasme que l’élégante congrégation se mit à casser les prie-Dieu. La substance de ce discours était une dénonciation du roman Cocktail Time qu’il décrivait comme obscène, immoral, choquant, impur, corrupteur, éhonté, effronté et dépravé. Et, partout dans le saint édifice, on put voir des hommes griffonnant le titre sur leurs manchettes, pressés qu’ils étaient de l’ajouter à la liste de leurs lectures.

En cette époque où pratiquement n’importe quoi, de l’entrepreneur de pompes funèbres de Guilford mordu au mollet par un pékinois, jusqu’à la chute de Ronald Plumtree (II), trahi par sa bicyclette dans High Street à Walthamstow, peut faire la couverture de la presse populaire avec des titres d’une taille autrefois réservée à annoncer la déclaration d’une nouvelle guerre mondiale, il fallait bien s’attendre à ce qu’un événement de cette ampleur ne passât pas inaperçu. La presse populaire s’en empara et ce fut la fête, le lendemain matin, dans les bureaux d’Alfred Tomkins Limited. Tout comme les éditeurs américains espèrent que, s’ils sont bons et mènent une vie sainte, leurs livres seront interdits à Boston, les éditeurs anglais prient pour que les leurs soient dénoncés en chaire par un évêque. Nous n’avons pas les statistiques exactes, mais on estime, dans les milieux compétents, qu’un bon évêque, dénonçant un ouvrage en chaire avec le bon trémolo dans la voix, peut ajouter entre dix et quinze mille exemplaires aux ventes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Lorraine47   20 septembre 2015
Jeeves, au secours ! de Pelham Grenville Wodehouse
Une chose de moins à penser. Et croyez - moi Jeeves, en ce moment, le moins j'aurai à penser, le mieux ce sera, parce que j'ai la cervelle chargée jusqu'au-dessus de la ligne de flottaison. (P159)
Commenter  J’apprécie          190

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Pelham Grenville Wodehouse (1014)Voir plus


Quiz Voir plus

Jeeves

Quel est la profession de Jeeves ?

Jardinier
Valet
Chauffeur
Médecin

10 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : Jeeves de Pelham Grenville WodehouseCréer un quiz sur cet auteur

.. ..