AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.46 /5 (sur 39 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Atlanta (Géorgie) , le 03/10/1919
Mort(e) à : Atlanta (Géorgie) , le 08/06/2013
Biographie :

John Boyd est un écrivain américain de science-fiction, il est le pseudonyme de Boyd Bradfield Upchurch.

John Boyd ne commence à écrire qu'à la cinquantaine. Publiant la plupart de ses écrits sous des pseudonymes, Boyd signe de son vrai nom deux romans : "The Slave Stealer" (1968) et "Scarborough Hall" (1976). Son premier roman de science-fiction, "Dernier Vaisseau pour l'enfer" est encensé par l'écrivain Robert A. Heinlein.

Ajouter des informations
Bibliographie de John Boyd   (9)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation

« Et puis, il était pas collet-monté. Il en sortait parfois des salés qui étaient pas si salés que ça quand on y réfléchissait. Je me souviens qu’une fois il m’a dit : « Sam, y avait dans tes couilles de quoi donner naissance à une meilleure génération que celle que tu connaîtras. »

Commenter  J’apprécie          100

« Donnez sa chance à ce rejeton et il est possible que ce petit bâtard apporte un jour une précieuse contribution à la société. »

— Vous avez là une excellente idée, fit Haldane l’approuvant de tout cœur. On peut tout simplement interdire à un couple de mettre d’autres enfants au monde et de voir ce que cela donnera celui qu’ils ont conçu. Mathématiquement, il est quasi impossible de chercher à reproduire, même par sélection, des traits spécifiques chez un individu alors que tout ovule fécondé renferme plus de cent millions de variables.

Commenter  J’apprécie          80

Les « spiritueux » étaient un de ces euphémismes dont usait Lisa pour parler des alcools qu’elle ingurgitait. Elle dissimulait sa saoulographie derrière de tels euphémismes, habitude que Dorsey déplorait, mais qu’il respectait. S’il l’avait traitée d’ivrogne, Lisa aurait piqué une crise de nerfs. Et il était incapable, même dans un mouvement de colère, de la traiter d’idiote, ce qu’elle aurait pourtant mérité. Il ne voulait pour rien au monde blesser sa sensibilité.

Commenter  J’apprécie          10

Ma décision, se dit-il, n’a rien de sentimental, elle ressort du domaine clinique. Si son fils mourait, il ne pourrait vivre ni avec Lisa, ni avec lui-même, ni avec les remords qu’il lui faudrait affronter, et aucun agent d’assurances n’attribuerait à un suicide la mort d’un homme ayant succombé à une tumeur cérébrale.

Les dés peuvent aussi bien rouler dans un sens que dans l’autre, pensa-t-il en remplissant les douze ampoules.

Si son expérience était couronnée de succès, l’homme d’affaires de troisième ordre qu’il était, doublé d’un biologiste spécialisé dans l’étude des cellules, deviendrait peut-être le plus remarquable cytologue dans l’histoire de la science.

Commenter  J’apprécie          00

Lorsqu’il l’avait épousée, elle paraissait trente ans. Dix-neuf ans plus tard, elle paraissait toujours trente ans. Grande et mince, une vraie blonde aux yeux noisette, elle alliait à beaucoup d’allure une chaleureuse spontanéité et ses amis, sûrs de trouver en elle compréhension et sympathie, lui confiaient volontiers leurs problèmes.

En amour elle était ardente et expérimentée, aussi bien ivre que sobre. Elle n’était pas de ces femmes qui invoquent migraines, malaises ou règles pour se dérober à leurs devoirs conjugaux, et son charme était irrésistible.

Commenter  J’apprécie          00

Entre toutes les femmes, seule Lisa avait su éveiller ses rêves d’adolescent qui idéalisait l’amour et, fervent de cinéma, se représentait deux amoureux s’en allant dans la vie, la main dans la main, en toute innocence. Depuis le jour où elle lui était apparue dans toute sa beauté, elle personnifiait pour lui toutes les héroïnes chantées par les poètes. Et lorsqu’elle semblait répondre à l’image qu’il se faisait d’elle, il était sous le charme, tout en sachant parfaitement, au fond de lui-même, qu’il l’avait créée de toutes pièces.

Commenter  J’apprécie          00
Un homme sage ne se laisse pas égarer par l’amour.
Commenter  J’apprécie          20

Elle avalait les livres avec autant d’avidité que le whisky, et ses connaissances étaient aussi éclectiques que sa sensualité. Elle passait aisément de la poésie la plus classique au jazz le plus dissonant, du Black Power au Gay Power avec autant d’esprit que d’intelligence.

Commenter  J’apprécie          00

Les malheurs des humains sont passagers. La beauté est éternelle.

Commenter  J’apprécie          10

La chaleur était l’unique catalyseur dont il disposait, celle-ci étant en effet le catalyseur d’un cerveau en état de fonctionner.

Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Quiz Voir plus

Hunger games

De quel district vient Katniss ?

Du 1
Du 2
Du 3
Du 4
Du 5
Du 6
Du 7
Du 8
Du 9
Du 10
Du 11
Du 12

8 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Suzanne CollinsCréer un quiz sur cet auteur