AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.77 /5 (sur 2324 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Millville, Wisconsin , le 03/08/1904
Mort(e) à : Minneapolis, Minnesota , le 25/04/1988
Biographie :

Clifford Donald Simak, fils d'un immigré tchèque, passe son enfance dans la ferme de son père.

Après ses études à l'Université du Wisconsin-Madison, il commence à travailler comme instituteur, toujours dans le Wisconsin. Il se marie avec Agnes Kuchenberg le 13 avril 1929 avec qui il aura deux enfants. Pour améliorer l'ordinaire de sa famille, il collabore à plusieurs journaux locaux et il envoie, en 1931, sa première nouvelle de science-fiction "Cubes of Ganymede", à "Amazing Stories".

Entre 1938 et 1943, Simak publie dans "Astounding Stories", rebaptisé "Astounding Science Fiction", une vingtaine de nouvelles dont "City", premier texte de son plus célèbre roman "Demain les chiens" (City, 1952). Puis, il s'éloigne petit à petit de ce magazine pour se rapprocher d'un autre, "Galaxy Science Fiction", dans lequel il publie près d'une soixantaine de nouvelles entre 1941 et 1948.

Sa carrière de journaliste progresse aussi, puisqu'il devient directeur de l'information au Minneapolis Star en 1949 et coordinateur du Minneapolis Tribune's Science Reading Series à partir de 1961.

Il faut attendre le début des années 1950 pour voir Simak se consacrer en priorité à l'écriture de romans dont certains sont considérés par beaucoup d'admirateurs comme ses chefs-d’œuvre : "Dans le torrent des siècles" (Time and Again, 1951) et "Chaîne autour du soleil" (Ring Around the Sun, 1954). "Au carrefour des étoiles" (Way Station, 1963) est récompensé par le prix Hugo en 1964.

En 1962, Simak abandonne son poste de directeur de l'information au Minneapolis Star pour devenir journaliste scientifique. Il sera récompensé par la Minnesota Academy of Science Award en 1967 pour son travail dans la vulgarisation scientifique.

Il prend sa retraite du journalisme en 1976 et continue à écrire au rythme d'environ un livre par an. Il reçoit cette année-là, le Grand Master Award de la SFWA pour l'ensemble de son œuvre.

Clifford Simak a exploré de nombreux thèmes du genre au cours de sa carrière : voyages dans le temps, mondes parallèles, mutants, et a même écrit quelques textes de fantasy : "La Réserve des lutins" (The Goblin Reservation, 1968), "Le Pèlerinage enchanté" (Enchanted Pilgramage, 1975).
+ Voir plus
Source : www.arcanes.org
Ajouter des informations
Bibliographie de Clifford D. Simak   (56)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

À l'occasion de la parution de la nouvelle série Simak, découvrez comment le dessinateur Jean-Michel Ponzio dirige ses acteurs dans les séances photos.


Citations et extraits (230) Voir plus Ajouter une citation
patrick75   07 juillet 2013
Demain les chiens de Clifford D. Simak
Au fond, commença Joe, vous êtes des gens très seuls, vous autres humains. Vous n'avez jamais connu votre semblable. Vous ne pouvez pas le connaître parce qu'il vous manque le terrain d'entente commun qui vous permettrait de le comprendre. Vous avez des amis, biens sûr, mais vos amitiés se fondent seulement sur des émotions, jamais sur une compréhension véritable.

Vous vous entendez les uns avec les autres, évidemment, mais par tolérance plutôt que par sympathie réelle. Vous arrivez à régler vos problèmes, mais des solutions que vous y apportez il ressort que toujours les plus forts ont raison de l'opposition des plus faibles.
Commenter  J’apprécie          410
steppe   03 novembre 2010
Demain les chiens de Clifford D. Simak
« Cette série fut écrite en réaction contre le crime massif et la guerre, mais aussi comme une sorte d’accomplissement de mes aspirations personnelles. J’y créais un monde que j’aurais voulu vrai. J’ai fait les chiens et les robots à l’image des gens avec lesquels j’aurais aimé vivre. Et le point capital est celui-ci : ce sont des chiens et des robots parce que jamais les humains ne pourront être cette sorte de gens ». Clifford D. SIMAK
Commenter  J’apprécie          340
Millencolin   22 juin 2018
Dans le torrent des siècles de Clifford D. Simak
Nous ne sommes pas seuls.

Nul n'est jamais seul.

Jamais depuis le premier frémissement du premier soupçon de vie sur la première planète de la galaxie qui connut l'éveil de la vie, il n'y a eu une créature qui marche ou rampe ou glisse sur la route de la vie, seule.
Commenter  J’apprécie          310
Millencolin   26 juin 2018
Dans le torrent des siècles de Clifford D. Simak
Je suis ta destinée, avait dit le répondant.

La destinée, pas la fatalité.

La destinée, pas la prédestination.

La destinée, le sort des hommes et des races et des mondes.

La destinée, la manière dont on fait sa vie, dont on règle sa vie... la manière dont elle était prévue, ce qu'elle serait si l'on écoutait la petite voix tranquille qui vous parle à tous les tournants, à tous les carrefours.
Commenter  J’apprécie          260
cascasimir   14 septembre 2019
Les fleurs pourpres de Clifford D. Simak
Abstraction faite de leur crête, ces créatures nues étaient parfaitement humanoïdes. D'où pouvaient elles venir? Si c'étaient des indigènes, Tupper m'en aurait parlé. Or il m'avait affirmé que les Fleurs étaient les seules habitantes de cette planète.
Commenter  J’apprécie          250
jamiK   02 février 2017
Demain les chiens de Clifford D. Simak
Tout être doit garder un souvenir du passé, quelque chose à quoi il puisse se raccrocher, qui soit un héritage et une promesse.
Commenter  J’apprécie          230
Ambages   02 août 2017
Le pêcheur de Clifford D. Simak
La noirceur de l'âme, la mesquinerie de la pensée, l'étroitesse des sentiments. Tels étaient les véritables loups-garous du monde.
Commenter  J’apprécie          223
Ecureuil   10 décembre 2008
Demain les chiens de Clifford D. Simak
Voici les récits que racontent les Chiens quand le feu brûle clair dans l'âtre et que le vent souffle du nord. La famille alors fait cercle autour du feu, les jeunes chiots écoutent sans mot dire et, quand l'histoire est finie, posent maintes questions :

« Qu'est-ce que c'est que l'Homme ? » demandent-ils.

Ou bien : « Qu'est-ce que c'est une cité ? »

Ou encore : « Qu'est-ce que c'est que la guerre ? »

On ne peut donner à ces questions de réponse catégorique. Les hypothèses ne manquent pas, les théories, ni les suppositions les mieux fondées, mais rien de tout cela ne constitue véritablement une réponse.
Commenter  J’apprécie          200
Arthur409   17 avril 2021
Au carrefour des étoiles de Clifford D. Simak
Il ferma les yeux une seconde, revoyant la pente devant lui, les files interminables de soldats qui avançaient dans la fumée, sachant que ces hommes montaient à l’assaut de la crête dans un seul but : les tuer, lui et ses compagnons qui la défendaient.

Ce n’était ni la première ni la dernière fois, mais toutes les années qu’il avait passées le fusil à la main se résumaient à ça – non pas le combat qui avait suivi, mais cet instant, aussi long que terrible, pendant lequel il avait regardé les soldats en uniforme gris gravir d’un pas décidé un versant de colline pour venir le tuer.

C’est là qu’il avait compris la folie de la guerre, le geste futile qui finissait par devenir inutile, la fureur qu’il fallait nourrir bien au-delà du souvenir de l’incident qui l’avait provoquée, l’illogisme selon lequel un homme, en causant la mort ou le malheur, pouvait prouver son bon droit ou faire respecter un principe.

Quelque part dans sa longue histoire, l’humanité avait érigé une folie en principe auquel elle s’était cramponnée jusqu’à ce qu’il risque de détruire, sinon l’espèce, tous les biens, matériels et spirituels, devenus ses symboles au fil de siècles durement gagnés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Arthur409   17 avril 2021
Au carrefour des étoiles de Clifford D. Simak
Un jour, il l’avait découverte devant le tapis de sabots de Vénus roses ; agenouillée, elle contemplait les fleurs sans en cueillir une seule. Il s’était arrêté à son côté, ravi qu’elle les laisse en paix, et comprenant que les admirer leur apportait à tous les deux une joie et une plénitude qui valaient beaucoup plus que la simple possession.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Fréres de sang

Que fessaient la famille lors de l'arrestation de Brice ?

Ils lisaient
Ils regardaient la télé
Ils dînaient
Ils se promenaient

16 questions
285 lecteurs ont répondu
Thème : Frères de sang de Mikaël OllivierCréer un quiz sur cet auteur

.. ..